Le Blog de alberto
Des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, un tête pour comprendre
Résumé des aventures de mon père lors de sa participation en tant qu’appelé à la « WW II ».
Ces lignes sont extraites de ses mémoires qui fourmillent par ailleurs de mille anecdotes et détails annexes.


Flux
Retour Annuaire des BlogsIndex du Blog de alberto


alberto
vétéran
vétéran
 
Messages: 1120

Inscription: 28 Mar 2011, 12:35
Région: Région toulousaine
Pays: France
Blog: Voir le blog (9)
Archives
- Février 2016
+ Décembre 2015
+ Novembre 2015
+ Octobre 2015
+ Juillet 2015
+ Février 2015
+ Novembre 2014
Amis

ITINERAIRE D’UN APPELE ORDINAIRE... BRITANNIQUE CETTE FOIS !

Lien permanentde alberto le 02 Fév 2016, 16:55

Suivant un circuit que je n'ai pas encore complètement reconstitué, mon père entretenait des relations épistolaires avec certains survivants de cette WW II.

J'ai retrouvé dans ses dossiers, ce document que je trouve assez émouvant :

Prologue de mon père : "En hommage aux amis britanniques dont la part du sang a grandement contribué à libérer l’Europe de la tyrannie nazie.
Celui qui a écrit l’histoire de ses campagnes ( en français, s'il vous plait ! ) était un jeune professeur de lettres que la conscription a détourné, comme tant d’autres, de ses préoccupations personnelles.
Voici" :

Âgé d’à peine plus de 20 ans, je fus en février 1942 « appelé sous les drapeaux » du 5ème bataillon du régiment du Wiltshire.
Ce régiment sera intégré à la 129ème brigade de la 43ème Division (Wessex)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Wessex
L’étendard de cette division portait l’insigne du Dragon Doré, le Wyvern (la Vouivre en français, note alberto) qui avait été autrefois celui de son Roi Alfred le Grand (848-900) qui avait chassé les vikings danois des comtés anglais.
https://en.wikipedia.org/wiki/Wiltshire_Regiment
Jeunes conscrits nous recevions une formation militaire devant nous préparer aux rudes tâches de campagnes qui nous attendaient.
C’est ainsi que l’année suivante je devins spécialiste des transmissions. (Arme essentielle comme chacun semblait l’ignorer dans le haut état-major de l’Armée Française en 1940 et dont son désintérêt fut une des causes de ses désastres cette année-là ! Note alberto )
Au mois de juin 1944, le bataillon fut débarqué à Arromanche, juste au nord de Bayeux et s’est concentré autour du petit village de Sommervieu.
Dès le 25 nous engageâmes le combat et pendant deux mois nous avons constamment participé à toutes les diverses phases de la bataille de Normandie.
A Baron-sur-Odon et la sinistre cote 112 (http://normandie1944.over-blog.com/article-11652419.html)
Maltrot (http://www.dday-overlord.com/maltot_calvados_bataille_normandie.htm)
La cote 361 ([url]bois du Homme http://paril.crdp.ac-caen.fr/_PRODUCTIO ... ecoat.html[/url])
Et surtout le Mont Pinçon où presque tout le bataillon fût perdu ! (https://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Pin%C3%A7on)
Après la défaite de l’ennemi à Falaise, nous avançâmes très rapidement vers le grand fleuve : la Seine. Cette avancée ne nous prit que deux jours. Et nous nous arrêtâmes une nuit à Francheville, près de Verneuil.
Le 25 août au soir, nous arrivâmes à Vernon. Il semble me rappeler que nous sommes entrés dans la ville par la forêt de Bizy.
Et la première impression que j’ai eue et que je n’ai jamais oubliée fût celle des beaux arbres plantés de chaque côté des avenues : tandis que soudainement il y eut tous les vernonnais qui se pressaient dans les rue avec des cris de bienvenues !
La traversée de la Seine commença le soir même (25 et 26 août) et elle fût très dure et très affreuse avec beaucoup de morts et de blessés tandis que d’autres se noyèrent dans le fleuve !
Néanmoins nous arrivâmes à nous emparer de Vernonet, sur la rive droite, malgré la résistance résolue des allemands. J’ai passé cette nuit-là dans un cottage, je pense dans la rue de la Flavine…
Les deux jours, 25 et 26 il faisait très beau et très chaud.
Le lendemain, nous avons quitté Vernonet et avancé lentement et difficilement dans la forêt de Vernon où nous devions passer la nuit.
Il pleuvait de temps en temps le jour, mais la nuit, il y eut un orage avec des trombes d'eau et nous étions très malheureux, car en sus de la pluie, l'ennemi tirait des obus de mortiers et des balles traçantes.
Au point du jour, le 28, nous sommes sortis de la forêt et arrivâmes dans les fougères. De là je pouvais voir la campagne assez plate où l'on avait déjà coupé les blés et mis en gerbes : il y avait des moyettes partout.
Au lointain, on pouvait apercevoir le petit village de La Chapelle-Saint-Ouen.
La compagnie "B" de mon bataillon (le 5ème Wiltshires), que je suivais avec mon radio, avançait au travers des champs et avançait facilement et s'approchait du village. Mais soudainement, et inopinément, des mitrailleurs qui s'étaient cachés dans les moyettes ont tiré sur la première section de la compagnie et dix de mes camarades sont tombés.
A la longue, avec l'assistance des mortiers, l'infanterie réussit à terminer la résistance de l'ennemi.
Lorsque que je suis rentré dans La Chapelle, j'ai vu une jeune infirmière qui soignait nos blessés. (Récemment, l'ancien maire du village m'a dit qu'elle était sa sœur). J'ai continué et traversé le village jusqu'à la dernière ferme de laquelle je pouvais apercevoir Bois-Jérôme au loin et j'ai passé la nuit là. Il y avait une mare près de cette ferme avec peut-être des canards?
Le lendemain, nous avons quitté la commune de Bois-Jérôme pour occuper Gasny où j'ai été hébergé dans une famille très accueillante avec laquelle j'entretiens une histoire d'amitié inoubliable de plus de soixante ans !
Je pense être aujourd'hui le seul survivant de cette petite action militaire et je suis revenu pendant de nombreuses années pour assister à la cérémonie aux tombés dont les noms sont inscrits sur le monument élevé après le guerre par un ancien maire de Bois-Jérôme et qui est toujours bien entretenu par la commune.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Bluecoat
https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Epsom
https://en.wikipedia.org/wiki/Wyvern
http://vernon-visite.org/rf3/seine3_1944.shtml

FIN du document.

Personnellement, je ne connais pas la suite des aventures de ce 5ème bataillon du régiment du Wiltshire : est-il resté intégré à la 129ème brigade de la 43ème division, a-t-il participé aux autres batailles notamment aux Pays-Bas ?
Selon mon père qui m'avait fait quelques commentaires sur ce Monsieur, il semblerait que ce régiment Wiltshire passablement décimé au début des opérations en Normandie, jusqu'à Vernon, fut par la suite plutôt laissé en retrait...

Dernière édition par alberto le 15 Avr 2016, 19:57, édité 5 fois.

"Mépriser l'art de la guerre c'est faire le premier pas vers la ruine." (Machiavel)




0 commentairesVu 458 fois
<- Retour Index du Blog de albertoRetour Annuaire des Blogs ->


Scroll