Connexion  •  M’enregistrer

La campagne de Syrie 1941

Dans cet espace, sont rassemblés sous forme de fiches l'ensemble des biographies, résumés de bataille, thèmes importants concernant la seconde guerre mondiale.
MODÉRATEUR: Vincent Dupont

La campagne de Syrie 1941

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de HistoQuiz  Nouveau message 13 Fév 2004, 09:18

La lutte fratricide entre l'armée du Levant et les Forces Françaises Libres

En 1941, le Levant (alors sous mandat confié à la France par la SDN) était alors sous l'autorité du gouvernement de Vichy.
A cette époque, le Levant suscitait l'intérêt de plusieurs pays. Les Allemands pensaient que le contrôle de ces territoires étaient un atout majeur pour eux.
En effet, ils pouvaient ainsi avoir accès au pipe-line amenant le pétrole irakien et pouvaient intervenir contre l'armée britannique engagée en Egypte et plus particulièrement sur le canal de Suez. Ils pouvaient, de plus, intervenir en Russie ou en Inde, où se construisaient les usines nécessaires à l'effort de guerre des Britanniques.
Les Britanniques, quant à eux, n'avaient jamais accepté la présence de la France dans leur "pré carré".
Enfin, les Français libres du général de Gaulle souhaitaient faire rentrer ces territoires dans la guerre.
A cette fin, le général Catroux, est nommé délégué du général de Gaulle pour le Moyen-Orient en 1941. La 1ère division légère de la France Libre est alors formée. Le général Legentilhomme qui la commande réussit à rassembler 4 500 hommes.

A Vichy, l’amiral Darlan qui arrive au pouvoir le 9 février 1941 s’efforce de relancer la politique de collaboration. La situation va devenir explosive lors du coup d’état anti-britannique qui intervient en Irak le 1er avril 1941, fomenté par Rachid Ali avec l’appui des services allemands. A cette date, l’Irak a recouvré son indépendance. Le nord de l’Irak avec les champs de pétrole de Kirkouk passait ainsi sous le contrôle des troupes de Rachid Ali qui coupèrent le pipe line en direction de Haïfa (Palestine) au profit de celui en direction de Tripoli, en Syrie (fermé depuis l’armistice).
Darlan, conformément à sa politique de collaboration, va accorder un soutien technique aux avions de la Luftwaffe transitant par les aérodromes de Syrie en direction de l’Irak et de l’Iran.
Poursuivant leur expansion, les Allemands prennent la Grèce en avril 1941 suivi de la Crète en mai, quelques jours avant l'attaque de l'URSS. La menace contre le canal de Suez se précisant, les Britanniques devaient réagir.
Darlan, renforçant sa politique d’ouverture vers l’Allemagne, signa des accords prévoyant une assistance technique aux avions allemands sur les aérodromes français de Syrie ainsi que la mise à disposition de Bizerte et de la voie ferrée du sud tunisien au profit des forces de l’axe. Enfin, la France s'engageait à assurer la protection de la navigation des forces de l’axe entre Toulon et Bizerte.
En Irak, les troupes britanniques, ayant maté la rébellion de Rachid Ali attaquaient les forces françaises en Syrie et au Liban le 8 juin 1941 avec une force de 20 000 hommes .

Le général Dentz, le haut-commissaire et commandant en chef en Syrie et au Liban engagea immédiatement ses 30 000 hommes (tous soldats de métier) contre les assaillants.

Le général Wilson, le commandant de l'opération, confia les opérations terrestres au général australien Lavarack. Celui ci partagea ses forces en 2 groupes. L'un, Australien devait opérer au Liban. L'autre, Franco-Britannique (1ère DFL et 5ème brigade indienne) devait opérer en Syrie. Le premier objectif était la route Damas - Beyrouth et le deuxième était la route Homs - Tripoli.
Dans un deuxième temps, une action dans la région de Pamyre, à partir de l'Irak, était envisagée.

La 7ème division australienne (25ème et 21ème brigade) s'engage donc sur l'axe allant de Metoulla - Merjouyoun à Rayak et sur l'autre, longeant la côte, conduisant à Beyrouth. La progression est ralentie par le terrain accidenté.
La 21ème brigade, retardée par les destructions et la résistance des Français prend Tyr et atteint le fleuve Litani à Kyndié le 8 juin.
Le 9, les tirailleurs algériens, attaqués par les Australiens, résistent. La Royal Navy, malgré la forte riposte de la marine française, pilonne les positions françaises.
Le 10, les positions françaises sont enlevées (les Britanniquess perdirent un destroyer).

La 25ème brigade progresse vers Merjouyoun en rencontrant les mêmes difficultés. Cette ville est prise le 16 juin. L'offensive s'arrête à Nabatieh lorsqu'une violente contre-attaque française est déclenchée. Le 9 juillet, après une semaine de calme entrecoupé d'escarmouches, l'attaque des Australiens vers Beyrouth reprend. Ils percent et ne sont plus qu'à 15 kms de Beyrouth, contenus par le 6ème régiment de Légion.
Sur mer, la marine française mène également un combat acharné. Dans la nuit du 15 au 16 juin, le contre-torpilleur chevalier-Paul est coulé par une torpille puis ce fut le tour du sous-marin le souffleur coulé peu après.


A l'est, l'offensive sur Damas se heurte également à une forte résistance.
Le général Dentz attend sur cet axe l'effort principal des Alliés. La 5ème brigade indienne doit enlever Daras puis percer la position Koumeitra - Cheik - Meskine afin d'ouvrir la voie à la 1ère DFL. Le 8 juin, Koumeitra est prise mais Cheik - Meskine résiste jusqu'au 9 juin.
La 1ère DFL prend Azraa sans perte le 9. Le soir, les Français libres sont sur la ligne Kissouré, Taïbé, Kiara-Denoum.
Le 10, la 1ère DFL prend le sommet du Djebel Maani mais est rapidement bloqué par un bombardement aérien. La position des français du Levant est solidement tenue, ce qui oblige la 5ème brigade indienne à monter en ligne face à Kissoué tandis que les Français libres consolident leur position.
Le même jour, le QG de la division est bombardé trois fois et le général Legentilhomme est touché. La 5ème brigade indienne parvient enfin à prendre Kissoué le 15 juin.

Pendant ce temps, le détachement Collet, flanc-garde de la 1ère DFL progresse. Le 8 juin, il est à Fik-Khifine. Le 9, il atteint Mesmiyé et se heurte à l'armée du Levant sur le Nahr-el-Aouadi qu'il ne peut franchir. Subissant des contre-attaques blindés, il doit se replier.

Le 15 juin, sur tout le front, la contre-attaque française se déclenche : chars, auto-mitrailleuses accompagnées de cavaliers et d’infanterie sur camions attaquent en direction de Kouneitra et Cheik Mesquine. Le dispositif Britannique est disloqué et dépassé, la 1ème DFL bousculée. Kouneitra capitule et Cheik Meskine est sauvé in extrémis par l’arrivée d’une batterie d’artillerie. Le détachement Collet est durement touché : tous les officiers et le tiers de l'escadron de spahis marocains sont tués ou blessés, 10 chars sur 12 sont détruits et 12 auto-mitrailleuses sur 17 sont détruites.
Le 16 au soir, la contre-attaque Française aura parcouru 110 kms, détruit une grande partie des éléments arrières Britanniques jusqu’à Daraa, mais elle doit s’arrêter et refluer, faute de moyens.
Du 17 au 21 juin, les Britanniques relancent l’offensive puis ouvrent un nouveau front à partir de l’Irak.
Une nouvelle brigade est engagée dans la région de Merjouyoun et un bataillon, venant de Crète, vient coiffer le dispositif franco-britannique à l’est. A l’ouest, les Britanniques sont contenus à hauteur de Damour entre Beyrouth et Sayda.
A l’est, l’offensive contre Damas est lancée. La 5ème BI est mise hors de combat sur les hauteurs de Kissoué et est relayée par la 1ème DFL et la 13ème DBLE, puis relevée par une brigade fraîche arrivant de Palestine.
Le 20 juin, un nouveau front est ouvert au nord-est par la Légion Arabe de Glubb Pacha venant d’Irak et marchant sur Palmyre. Elle sera stoppée par l’aviation et le 6ème REI qui ne décrochera que sur ordre.
Le 21 juin, Damas tombe sans combat.
La ville tombée, la résistance des Français du Levant diminue, les effectifs et les moyens s’amenuisent et une partie de l’aviation ne peut prendre l'air faute de pièces détachées.

A l’ouest, les Australiens de la 7ème division percent à Damour, mais Beyrouth ne tombera pas. Les derniers combats dans cette zone se livrent les 9 et 10 juillet.

A l’est, la 6ème division progresse vers Baalbek, la 1ème DFL vers Homs, d’une part, et Ras - Baalbek, d’autre part. La Légion arabe prend Palmyre le 3 juillet mais se trouve arrêtée devant Fourklous.
Enfin, tout à fait au nord, la 10ème division venant d’Irak fonce vers la mer sans combat et coupe la route à toute retraite des Français du Levant vers la Turquie.
Le général Dentz se résout à demander un armistice.
Celui ci est autorisé par Vichy à traiter avec les seuls Britanniques. Des négociations ont lieu, elles se terminent par la convention de St Jean D’acre, le 14 juillet.

Les Français ont droit aux honneurs militaires et conservent leurs armes.
Au terme de ces combats, les pertes s'élevaient à 1 066 tués et 5 400 blessés du côtés des forces françaises du Levant. Les Alliés, quant à eux, perdirent en tués ou blessés, 1 600 Australiens, 1 900 Britanniques ou Indiens et 650 FFL.

La convention de Saint-Jean-d'Arc le 14 juillet mettant fin à cette guerre donna lieu à d'intenses tractations. Sur ordre de Vichy, les Français du Levant refusèrent de traiter avec les FFL. De ce fait, aucune transmission de pouvoirs ne put être échangée entre les Vichystes et les Français libres. Le mandat sur les pays du Levant fut par conséquent remit à la Grande-Bretagne, ainsi que le commandement des forces autochtones. Conformément aux accords, les soldats vichystes conservaient leurs armes individuelles et purent détruire les armes que les Britanniques ne voulaient pas conserver.

Les soldats vichystes avaient également la possibilité de se rallier aux armées alliées. 2 600 Européens, 1 100 Nord-Africains et
1 800 Coloniaux rejoignirent ainsi les Français libres.
Les fonctionnaires et militaires français refusant le ralliemment furent rapatriés en France.

Fin août 1941, 37 563 Français quittaient le Levant pour retourner en France (dont le général Dentz). Cet accord permettant à la Grande-Bretagne d'avoir la main-mise sur le Levant ne pouvait être accepté par le général de Gaulle.
Dès le 25 juillet 1941, celui ci signait un acte réglant les relations franco-britanniques.
Utilisant le personnel français restant au Levant, le général de Gaulle déclarait assumer toutes les responsabilités du mandat et rétablir la souverainteté française dans ces territoires.

Les Britanniques, déjà installés, durent s'incliner devant la détermination du général de Gaulle, alors qu'une colonne, commandée par le général Montclar, était envoyée pour rétablir l'autorité française, au besoin par la force.

Conformément aux ordres du général de Gaulle, aucune décoration ni citation ne fut accordée aux soldats FFL pour les combats livrés en Syrie.


 

Voir le Blog de HistoQuiz : cliquez ici


Retourner vers CENTRE DE DOCUMENTATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
il y a 22 minutes
par: dominord 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 32 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 13 
il y a 35 minutes
par: kfranc01 
    dans:  archives anciens services spéciaux 
il y a 37 minutes
par: Rob1 
    dans:  Bordeaux 1939 1944 
Aujourd’hui, 15:08
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  uniformes des Républicains 
Aujourd’hui, 14:25
par: iffig 
    dans:  Tulle et Oradour 
Aujourd’hui, 13:30
par: alberto 
    dans:  Décès du contre amiral Talarmin 
Aujourd’hui, 13:23
par: carcajou 
    dans:  Charles Boisvert (1902-1944) 
Aujourd’hui, 13:22
par: dominord 
    dans:  Les plus grandes batailles du front de l'Est 
Aujourd’hui, 12:50
par: alias marduk 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Scroll