Connexion  •  M’enregistrer

L'ASSASSINAT DE SAMUEL PATY - PROFESSEUR D'HISTOIRE


Entrez dans le bar du forum et parlez nous de ce qui vous irrite, vous révolte ou vous amuse au gré de l'actualité et de votre humeur.
Pour parler de tout et de rien mais toujours dans le respect et la courtoisie, c'est dans le bar !

Re: L'ASSASSINAT DE SAMUEL PATY - PROF D'HISTOIRE

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de Gaston  Nouveau message 17 Oct 2020, 21:28

Je ne sais pas quoi dire tellement ce genre d'évènements me choque. Mais j'ai envie de réagir émotionnellement et de rendre aux salauds qui ont fait ça la même monnaie que celle de leurs pièces...

A part ça, pensées à la famille de la victime et condoléances.
Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît.

M. Audiard

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3211
Inscription: 19 Aoû 2014, 22:09
Région: Perroy, VD
Pays: Suisse

Voir le Blog de Gaston : cliquez ici


Re: L'ASSASSINAT DE SAMUEL PATY - PROF D'HISTOIRE

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de attila  Nouveau message 17 Oct 2020, 21:56

francois delpla Macron a dit "ils ne passeront" malheureusement ils y sont et ne sont pas près de partir si nous ne faisons rien.

Private
Private

 
Messages: 9
Inscription: 06 Oct 2020, 20:17
Région: nouvelle aquitaine
Pays: france

Voir le Blog de attila : cliquez ici


Re: L'ASSASSINAT DE SAMUEL PATY - PROF D'HISTOIRE

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 18 Oct 2020, 05:39

betacam a écrit:Oui , tout à fait d’accord, et l’auteur de l’attentat a été abattu

C’est une bonne chose



Rendre la barbarie pour la barbarie serait-il le dernier mot de la civilisation ?!!?

Car, ce qu'on sait, cet homme (ou cette personne) (1) pouvait être pris vivant et intact sans danger pour les forces de l'ordre.


(1) Je suis en grève du mot "individu" tant que policiers, journalistes et politiciens ne l'appliquent pas aux suspects des couches supérieures.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6489
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: L'ASSASSINAT DE SAMUEL PATY - PROF D'HISTOIRE

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 18 Oct 2020, 06:49

François Delpla a écrit:Le comportement de la principale et des services du rectorat spécialisés dans la radicalisation méritent d'être sérieusement scrutés. Du moins si on veut limiter les chances que cela se reproduise.


Peux-tu nous éclairer ?
Tu évoques un manque de réaction face aux attaques contre Samuel PATY sur les réseaux sociaux ?
"Rends toi compte ! Ils m'ont donné 18 cartouches pour partir faire la guerre !"
Roger W. 2e Régiment de Chasseurs à pied
Evocation du 10 mai 1940

Hommage lui soit rendu, à lui et à ses pairs, jetés dans la fournaise avec inconséquence.

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12896
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: L'ASSASSINAT DE SAMUEL PATY - PROF D'HISTOIRE

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 18 Oct 2020, 07:03

les réseaux sociaux servent beaucoup de boucs émissaires ces jours-ci, ce sera sans moi !

Je parlais du manque de soutien résolu des proviseurs et autres recteurs et ministres aux enseignants victimes de délation pour avoir simplement fait leur travail. Le ca de Conflans pourrait bien être un modèle du genre. Exigeons le dossier complet !

vétéran
vétéran

 
Messages: 6489
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: L'ASSASSINAT DE SAMUEL PATY - PROF D'HISTOIRE

Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 18 Oct 2020, 07:04

Remarquable tribune d'Historia dans laquelle tout humaniste se retrouvera je pense. :|

Je vous la livre in extenso :

HISTORIA EN DEUIL ET EN COLERE
Le samedi 17 octobre 2020

Les collaborateurs et amis d’Historia tiennent à témoigner de leur douleur et de leur colère suite à l’assassinat atroce d’un enseignant d’histoire qui exerçait son métier.

La mission de l’historien dans notre République, c’est de transmettre des savoirs et non des vérités révélées, c’est apprendre à penser contre soi-même, c’est revendiquer la liberté critique et la liberté tout court qui fonde une connaissance partagée, c’est faire en sorte que les libertés de conscience de chacun soient respectées, mais puissent participer d’une mémoire commune.

La tâche fut âpre et bien difficile au tout début du XXe siècle lors de la séparation de l’Église catholique et de l’État.

Elle l’est de nouveau selon des scénarios d’une violence inédite, avec les tenants d’un Islam radicalisé.
Encore une fois, l’École est l’épicentre de ces conflits et les professeurs d’histoire, des peuples comme des religions, sont les plus exposés. Les premiers pédagogues de la République, ce sont eux.
Et si nous sommes aujourd’hui à leur côté, ce n’est pas seulement pour partager un deuil, mais pour participer à un soutien citoyen et, on l’espère, d’État de longue, très longue haleine.


Guillaume Malaurie, directeur éditorial adjoint, Éric Pincas, rédacteur en chef, Victor Battaggion, rédacteur en chef adjoint chargé des Spéciaux Et les membres du Comité éditorial d’Historia : Jean-Yves Boriaud, Olivier Coquard, Bruno Dumézil, Jean-Yves Le Naour, Catherine Salles, Thierry Sarmant et Laurent Vissière.

Réagissez et donnez votre avis en nous écrivant à l'adresse suivante : redaction@historia.fr

Lire ci-dessous les réactions des historiens, membres du comité éditorial d'Historia, ainsi que celles des professeur(e)s de collège et de lycée qui ont souhaité s'exprimer sur historia.fr.

Samuel a montré un dessin en classe et il a été décapité, par Olivier Coquard

Donc Samuel a montré un dessin en classe et il a été décapité. Par un criminel probablement à peu près inculte, ballotté par le discours haineux des réseaux sociaux, manipulé par des intégristes islamiques, un criminel de 18 ans, un gosse qui a pris le train pour décapiter un homme qui avait montré un dessin en classe.
Et après, le prof d’histoire que je suis, l’ancien prof d’histoire-géographie en collège que je fus, doit réagir. La première réaction exprime la solidarité avec Samuel, avec les siens, avec ses collègues et ses élèves traumatisés désormais à vie. Solidarité, empathie, douleur aussi (même si rien n’égale en intensité celle qu’ils éprouvent depuis hier). Samuel avait montré un dessin en classe et il a été décapité.

Colère contre l’islamisme radical, contre sa capacité à s’insinuer partout
La colère vient ensuite, éventuellement drapée dans les oripeaux de l’analyse. Colère contre l’islamisme radical, contre sa capacité à s’insinuer partout, dans tous les interstices de la fracture sociale : cet islamisme vénéneux, polymorphe, prend la figure de la lutte politique (Frères musulmans) ou de l’intransigeance religieuse (salafisme) ; il fait passer des idées commerciales pour des impératifs comportementaux (le Halal, invention des années 1980) ; il ment pour imposer un ordre moral, ramener les femmes à l’esclavage et les hommes à l’obéissance. Colère contre cet islamisme et colère contre ce qui rend possible son implantation : mépris des services publics, abandons en rafales ininterrompues depuis des décennies des espaces d’intégration (outre les services publics, les clubs, les associations…), pourtant nécessaires et donc réinvestis par l’hydre islamiste qui y met l’argent nécessaire. Colère contre ce système pourri, contre cette fabrique à crétins criminels où l’incurie publique sert de marchepied aujourd’hui à l’islamisme. Samuel avait montré un dessin en classe et il a été décapité.
Après la colère, la mise en perspective tentée. Je vois poindre la résurgence de la violence comme mode de régulation sociale et comme mode d’expression politique, une résurgence qui ne concerne pas que la France et pas que l’islamisme radical. Et aussi la diffusion de l’information par le biais des réseaux sociaux, ce tourbillon étourdissant qui aveugle le sens critique quand celui-ci est étouffé (ce contre quoi se battait Samuel, qui en est mort). Et encore le constat d’une présence partout du risque : Conflans Sainte-Honorine n’est pas le Bronx, ni même telle ou telle cité de Seine-Saint-Denis. Et d’autres mises en perspectives pourraient être réalisées, impliquant le contexte international ou le profil du criminel… Et à la fin, Samuel a montré un dessin en classe et il a été décapité.

Je continuerai à présenter la biographie du Prophète de l’islam en me servant de l’iconographie musulmane
Alors je me dis que je continuerai à présenter la biographie du Prophète de l’islam en me servant de l’iconographie musulmane, riche en portraits de Muhammad jusqu’au XVIe siècle ; que je continuerai à tenter de montrer à mes étudiants qu’on doit critiquer, interroger, questionner sa foi la plus profonde, y compris pour l’enrichir ; que j’ai de la chance d’avoir ces étudiants là comme j’ai eu de la chance d’avoir, à Bondy, les élèves que j’ai eus en collège avec lesquels les échanges existaient ; je me dis que je risque, moins que Samuel, qu’un crétin vienne me décapiter parce qu’il aura lu un tweet ou un post et qu’il aura sous la main un couteau ; je me dis que j’ai donc beaucoup de chance parce que Samuel, lui, a montré un dessin en classe et qu’il a été décapité.

Olivier Coquard

• Déchirer l’obscurantisme à la lumière de la connaissance et de la raison, par Jean-Yves Le Naour

« Tel a assassiné sur les grandes routes qui, mieux dirigé, eût été le plus excellent serviteur de la cité. Cette tête de l’homme du peuple, cultivez-la, défrichez-la, arrosez-la, éclairez-la, moralisez-la, utilisez-la ; vous n’aurez plus besoin de la couper. » En 1834, Victor Hugo conclut ainsi Claude Gueux, un roman dirigé contre la peine de mort. A l’époque, il n’y a pas vraiment d’écoles pour les classes populaires, on est encore loin de Jules Ferry et des hussards noirs de la République, mais déjà l’écrivain rêve de déchirer l’obscurantisme à la lumière de la connaissance et de la raison.
Triste ironie, la tête qui roule aujourd’hui sous le couteau du sacrificateur, est celle d’un enseignant qui n’a fait que son travail, le même travail d’éducation civique que Victor Hugo appelait de ses vœux : apprendre aux enfants à comprendre leur temps, à se défier des censeurs, de leurs ciseaux, de leurs couteaux pour qu’ils puissent demain être libres de penser, d’agir, de choisir et même de penser contre.

La forêt grouillante du salafisme qui gangrène les cités et les consciences
Mais quand ces mêmes enfants, Merah, Coulibaly et autres frères Kouachi, deviennent des assassins après être passés sur les bancs de cette même école destinée à l’émancipation, on ne peut manquer de se poser des questions. Certes, le jeune tchétchène en cause dans l’assassinat du professeur d’histoire-géographie du collège du Bois d’Aulne, n’a peut-être pas fréquenté assidument l’école de la République – je n’en sais pas plus à cette heure –, mais le problème se pose tout de même car cette violence extrême cache la forêt grouillante du salafisme qui gangrène les cités et les consciences.
Une de mes collègues de Marseille me disait il y a peu qu’elle était contestée dans son cours d’histoire par ses élèves de 5eme parce qu’elle osait dire Mahomet quand il aurait fallu dire Mohammed selon eux. En français, on dit pourtant Mahomet, comme on dit Londres et Pékin, et non London et Beijing, mais le seul usage du mot français suffisait à soulever le courroux des élèves musulmans qui le vivaient comme une insulte. En réalité, ils contestaient à une non musulmane le droit de parler de l’islam, scientifiquement qui plus est.

Les confrontations issues d’une interprétation religieuse rigoriste se sont multipliées
Longtemps tues par l’Education nationale, les confrontations issues d’une interprétation religieuse rigoriste se sont multipliées, en cours de sciences de la vie et de la terre, comme on dit aujourd’hui (on disait « biologie » autrefois), et en histoire tout spécialement. Il est paraît-il des endroits où il n’est pas facile d’enseigner la Shoah, où l’on oppose au martyre juif la souffrance des Palestiniens.
Bien sûr, l’histoire émancipe. Bien sûr l’école émancipe. Cela reste vrai aujourd’hui comme cela était hier, mais en lisant Magyd Cherfi – son avant dernier, Ma part de Gaulois – j’ai découvert que travailler, aimer l’école, le français et l’histoire, était perçu par beaucoup de ses camarades issus de l’immigration comme une forme de collaboration avec une sorte d’ennemi. Bien sûr, hier comme aujourd’hui, les nouveaux hussards noirs brandissent toujours les lumières face à un nouvel obscurantisme, ils livrent combat pied à pied. Mais les élèves lâchés le vendredi reviennent le lundi avec la tête farcie d’autres récits et d’autres discours.

L’école est le premier de leurs adversaires
Pourquoi la parole des professeurs, mise en concurrence, avec celles d’autres acteurs, l’emporterait fatalement ? On sait très bien ce que pensent les salafistes et autres rigoristes de l’école publique, affreuse école sans Dieu : elle démoralise, elle brouille les repères du genre, elle enseigne des valeurs dangereuses comme la liberté de penser, d’expression, l’esprit critique, l’égalité hommes-femmes, l’universalisme, la laïcité… L’école est le premier de leurs adversaires. Alors pour la brider ils intimident, harcèlent, portent plainte, contestent… et le pire c’est que cela marche bien souvent. Et nous, nous nous excusons d’être ce que nous sommes, des démocrates.
Nous avions oublié que la démocratie est un combat. Toujours recommencé. Hier, la République et son école ont eu maille à partir avec l’Église, aujourd’hui c’est avec les barbus fondamentalistes. La bataille que l’on croyait gagnée est à recommencer. « Je dis toujours la même chose parce que c’est toujours la même chose, écrit Molière. Si ce n’était pas toujours la même chose, je ne dirais pas toujours la même chose. »

Jean-Yves Le Naour

► Les professeurs ont la parole. Pour lire leurs témoignages, cliquez sur le lien ci-contre : Assassinat d'un professeur d'histoire. Les réactions des enseignants
"Rends toi compte ! Ils m'ont donné 18 cartouches pour partir faire la guerre !"
Roger W. 2e Régiment de Chasseurs à pied
Evocation du 10 mai 1940

Hommage lui soit rendu, à lui et à ses pairs, jetés dans la fournaise avec inconséquence.

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12896
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: L'ASSASSINAT DE SAMUEL PATY - PROF D'HISTOIRE

Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 18 Oct 2020, 07:31

François Delpla a écrit:Je parlais du manque de soutien résolu des proviseurs et autres recteurs et ministres aux enseignants victimes de délation pour avoir simplement fait leur travail. Le ca de Conflans pourrait bien être un modèle du genre. Exigeons le dossier complet !


Parent de lycéens je te rejoins.

Pas plus tard que cette semaine, sur le groupe fb de l'association des parents de l'établissement de mes enfants, je rappelais les biens faits de la relation bilatérale, respectueuse du triangle parent-élève-enseignant, à une maman courroucée d'un point d'organisation interne mis en place par un professeur. Triomphante, la passionaria des réseaux, exhibait une photo de la réponse maladroite de la chef d'établissement.

Je me suis gentiment (c'est déjà ça) fait traiter de senseur par celle-là même qui jugeait, en place publique, l'enseignante de sa fille.

Pour rebondir sur une autre réflexion : le règne de l'émotion. Action/réaction puis on passe à autre chose, instinctivement. Forme de douce barbarie des temps modernes.
Dans le cadre de Samuel PATY, la barbarie n'avait rien de douce malheureusement !

"Je ne pense pas ! Donc je suis !" pourrait être la devise de toute une nouvelle génération. :(

Gardons-nous, comme sur ce forum, de ceux qui nous imposent de penser à notre place !
PATY leur a payé le prix du sang...
"Rends toi compte ! Ils m'ont donné 18 cartouches pour partir faire la guerre !"
Roger W. 2e Régiment de Chasseurs à pied
Evocation du 10 mai 1940

Hommage lui soit rendu, à lui et à ses pairs, jetés dans la fournaise avec inconséquence.

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12896
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: L'ASSASSINAT DE SAMUEL PATY - PROF D'HISTOIRE

Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de NIALA  Nouveau message 18 Oct 2020, 08:14

François Delpla a écrit:les réseaux sociaux servent beaucoup de boucs émissaires ces jours-ci, ce sera sans moi !

Je parlais du manque de soutien résolu des proviseurs et autres recteurs et ministres aux enseignants victimes de délation pour avoir simplement fait leur travail. Le ca de Conflans pourrait bien être un modèle du genre. Exigeons le dossier complet !


Je partage ce point de vue, le manque de réaction et de soutien de la hiérarchie de Samuel Paty a certainement eu un impact dans ce drame affreux, il s'agit d'une demonstration de plus de ce cancer, de la fonction publique en général, et de l'éducation nationale en particulier, ne pas faire de vagues, qui fait que tous les gros problèmes rencontrés sur le terrain, ne remontent pas , ou trop tard, parce qu'ils sont étouffés.

Je partage l'émotion de tous devant cette acte inqualifiable.

Alain

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1388
Inscription: 05 Mar 2018, 16:27
Région: PACA
Pays: FRANCE

Voir le Blog de NIALA : cliquez ici


Re: L'ASSASSINAT DE SAMUEL PATY - PROF D'HISTOIRE

Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 18 Oct 2020, 08:23

Dog Red a écrit:Gardons-nous, comme sur ce forum, de ceux qui nous imposent de penser à notre place !

Je n'ose y penser ... :mrgreen:
JD
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8813
Inscription: 22 Aoû 2009, 20:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LE BAR DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 19 
il y a 3 minutes
par: François 
    dans:  201e RI - 1940 
il y a 16 minutes
par: lightman 
    dans:  Une Wehrmacht propre.................. 
il y a 30 minutes
par: Alfred 
    dans:  Le Kahl-burg au Tréport 
il y a 37 minutes
par: brehon 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 22 
Aujourd’hui, 19:28
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Photos étonnantes de fortifications 
Aujourd’hui, 19:15
par: Dog Red 
    dans:  LE QUIZ MATÉRIELS ET VÉHICULES - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 18:48
par: coyote 
    dans:  Camp de Haslach-Barbe 
Aujourd’hui, 18:15
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  poste de commandement refait a l'origine en haute normandie 
Aujourd’hui, 17:48
par: jobunker 
    dans:  Camp de Vaihingen 
Aujourd’hui, 17:36
par: Florence57 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Alfred, frontovik 14, JARDIN DAVID, Rob1, Semantic Visions et 84 invités


Scroll