Connexion  •  M’enregistrer

Opération Eisenhammer

Après l'opération Barbarossa, les forces de l'Axe contraignent l'URSS au repli.
Après une série de succès, l'Allemagne s'enlisera progressivement puis cédera à Stalingrad et à Koursk.
MODÉRATEURS: Marc_91, alfa1965

Opération Eisenhammer

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Janmary  Nouveau message 18 Nov 2015, 14:06

Opération Eisenhammer

Eisenhammer – marteau d’acier – était le nom de code du plan Allemand visant à anéantir les centrales hydroélectriques des Soviétiques.

La Luftwaffe ne contribuerait pas mieux à la victoire à l’Est en dirigeant ses bombardiers contre les bases de la puissance offensive russe...plutôt que de les utiliser comme force d’artillerie et de largage de bombes contre l’infanterie ?
Général Karl Koller 1943.

I° - L’armée rouge ou Soviétique était une masse d’homme avec toutes les usines de guerres repliés dans l’Oural – fait extraordinaire et qui fut un tour de forces que de transférer toutes ces usines devant l’avance nazie – et de pratiquer la politique de la terre brulée...que les Allemands pratiquaient aussi !
Jamais les nazis n’avaient envisagés – uniquement à la fin de la guerre et bien trop tard et c’est le but de ce post – de détruire les centrales électriques de la Volga qui alimentaient ces usines repliés sur l’Oural. Pourtant, le communisme – d’après Staline – c’était l’électrification et le Soviet (le pouvoir, l’autorité totale et absolu, la collectivisation avec les kolkhozes) qui était à la base du communisme et de l’Union Soviétique.

Note = Le terme soviet (du russe « cове́т », conseil) désigna tout d'abord un conseil d’ouvriers, de paysans et de soldats acquis aux idées progressistes dans l’Empire Russe reprenant le pouvoir dans une organisation locale (une usine, une ville, une province…) à partir de 1905. L'origine de cette pratique remonte au « vétché », un terme qui est synonyme de soviet dans l'ancien russe, et qui « correspondait à une sorte de diète, organe principal de la puissance politique de la cité » (Wikipédia).

II° - La construction d’un large réseau de centrales hydroélectriques sur la puissante Volga et ses affluents fut au cœur de ce programme d’électrification commencé dès 1930. Les trois quarts de l’énergie nécessaire au fonctionnement des industries vitales de la défense provenaient ainsi d’un nombre réduit de centrales.

Alors pourquoi ne pas les mettre hors d’usage et assister au blocage de l’industrie soviétique ? C’était là de la stratégie à laquelle les nazis n’avaient jamais adhérés du fait que leur concept Hitlérien était basé sur la guerre dite de la « blitzkrieg » ou guerre éclair et de mouvements.

C’est la question que se posa Heinrich Steinmann, haut fonctionnaire au ministère de l’air.
> Il démontra que quelques attaques aériennes bien ciblées pourraient mettre rapidement l’Union Soviétique à terre.
> Il serait très difficiles aux Soviétiques de rétablir la production d’électricité étant donnée leurs incapacités de construire eux même les turbines. Ils avaient été obligés d’importer celle qu’ils utilisaient en les achetant sur le marché mondial et en racheter d’autres en temps de pénurie économique et de guerre.

III° - Nous pouvons faire la relation avec les Britanniques, puis les Américains qui créèrent une aviation stratégiques avec des bombardiers lourds...pour bombarder les villes, pensant démoraliser les civils et mettre fin à la guerre. Cette stupidité était contraire aux enseignements des bombardements allemand en Grande-Bretagne d’une part, et d’autre part, le réel bombardement stratégique ne fut entrepris que sur les derniers mois de la guerre contre les nazis, avec l’attaque des puits de pétrole en Roumanie et les usines de fabrications synthétiques d’essence en Allemagne, et les bombardements ferroviaires des triages, dispatching, poste et transformateurs électriques, attaques à la bombe incendiaire et soufflante des installations et mitraillages des convoi par des chasseurs-bombardiers.

L’opération « Clairon » ou attaque massive de 10.000 appareils de la RAF (Royal Air Force) et US sur ces installations ferroviaires en Allemagne même, immobilisa pendant des mois le transport Allemand, et les troupes alliées qui entraient dans le pays constataient que les rames chargées de matériels étaient bloquées sur place.

Les autorités US du « Pentagon » dans un célèbre rapport après les hostilités reconnurent que les bombardements des villes allemandes fut le plus grand échec de la guerre (avec ceux du Japon, hormis les deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki) et nous pouvons rajouter le Vietnam.

Note = Barnes Wallis, ingénieur de grande classe, de la société aéronautique Vickers avait mis au point une bombe de 10 tonnes dite « sismique » capable de bouleverser une gare de triage – et d’autres objectifs - du fait de la vitesse d’impact qui permettant de faire exploser la charge de 7 tonnes à grande profondeur. Elle fut employée à la fin de la guerre

> Il avait conçu également une bombe cylindrique tournante sur elle-même contre l’attaque de six barrages Allemands de la Ruhr en 1943 par les avions Lancaster du 617 Squadron.
Ce furent « Les briseurs de barrage ». L’idée de l’attaque de barrages était d’un Français, Mr Camille Rougeron, dans un ouvrage aéronautique, voir ci-dessous.

> Le projet Allemand, lui, ne dépassa pas l’étude.

IV° - L’option envisagé par Heinrich Steinmann consistait en une série de raids coordonnées par des bombardiers « Mistrel » à long rayon d’action. Le « Mistrel » était un bombardier Junkers Ju-88 transportant sur sa carlingue un Messerschmitt - chargé de d’explosifs et muni d’un pilote automatique - qui devait être largué sur l’objectif. Le Ju-88 – déjà en production – était conçu pour transporter des bombes de 1810 kg.

Mais quand l’opération fut pratiquement prête et du fait de retard dû à des problèmes techniques, l’Armée Rouge était déjà aux portes de l’Allemagne. Quelques « Mistrel » survivant d’un bombardement allié, furent utilisés contre les les ponts établis par l’Armée Soviétique sur l’Oder.

V° - Camille Rougeron, ingénieur en chef du génie maritime, qui travailla sur nos plus beaux bâtiments de note flotte d’avant la seconde guerre mondiale tel le cuirassé « Dunkerque » et des croiseurs légers, directeur du service techniques du ministère de l’Air , fut un stratège et un innovateur de la pensée militaire et fut à l’origine de nombreuses innovations techniques qui furent réaliser bien plus tard comme beaucoup d’innovateur dans leurs pays, tels =

> la « bombe fusée » (la roquette) , « la bombe-torpille à propulsion par fusée avec une fin de trajectoire sous-marine, les bombes planantes, l’avion chasseur-bombardier emportant les bombes en surcharge et redevenant chasseur contre la formule du bombardier lourds initié par le général Italien Douhet, canons montés sur avions (avec peu de recul par vitesse modérée de départ de l’obus), mortiers à semi-propulsion (qui donna le mortier de 120 mm de l’armée Française), et canons (qui donna le canon de 155 mm à propulsion additionnelle de l’obus de 155 mm tel le CAESAR), des formules de navires de guerre très compartimentées avec des « bourrages » de protection et un blindage unique autour du groupe propulseur et des soutes à munitions tel le Clemenceau et le Foch pour ce dernier point), et de nombreuses études sur de très nombreux sujets (conflits, stratégies, aéronautiques, sous-marins, artillerie), etc. etc.

file:///F:/Mes%20documents/Camille%20Rougeron/La%20pens%C3%A9e%20militaire%20de%20Camille%20Rougeron%C2%A0%20%20innovations%20et%20marginalit%C3%A9%20-%20Cairn.info.htm

Il décrivit toutes ces innovations dans la presse spécialisée et dans des ouvrages tels, « Les enseignements de la guerre d’Espagne », « L’aviation de bombardement » (en deux volumes), « Les enseignements de la guerre de Corée », « La prochaine guerre », sans parler des ouvrages sur l’énergétique nucléaire, etc.

En ce qui concerne notre sujet, Camille Rougeron décrivit dans l’Aviation de bombardement de 1936, un chapitre sur « le bombardement et les inondations » (la destruction d’une digue à la bombe, la destruction d’un barrage à la bombe, la résistance des grands barrages, les effets de la rupture des barrages, etc.), chapitre VI du livre VI du volume 2. Ces ouvrages ont été réédités chez Lavauzelle depuis 2003 dans les collections « Reprints ».

La somme d’enseignements sur de multiples sujets et points techniques est des plus importantes et je conseille les passionnés d’acquérir ces ouvrages.

Janmary

Technician 5th grade
Technician 5th grade

 
Messages: 39
Inscription: 03 Nov 2015, 17:34
Région: Touraine
Pays: France

Voir le Blog de Janmary : cliquez ici


Re: Opération Eisenhammer

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 18 Nov 2015, 17:09

Post très intéressant !

Quelques remarques:
C'est vrai que les allemands ne firent pas ou très peu de bombardements stratégiques (à part les gares et les infrastructures de transports) sur le front de l'est (les russes non plus à part qq bombardements de Berlin et les gares aussi), c'est certainement une erreur de leur part, d'un autre côté je pense que c'était une entreprise vouée à l'échec: les russes pouvaient délocaliser les usines encore plus loin si nécessaire les mettant définitivement hors de portée, de plus ils pouvaient les protéger très fortement par la DCA et la chasse comme ce fut le cas pour Moscou qui ne fut que peu touchée par les bombardements.

Quand aux bombardements des barrages, c'est certainement une bonne idée mais on peut penser que les russes auraient certainement pu les réparer grâce à du matériel américain (les USA ont d'ailleurs livrés des machines outils et des équipements pour une valeur de 1 078 965 000 dollars ainsi que des équipements de construction pour une valeur de 10 910 000 dollars), il n'y pas vraiment de pénurie côté américain.
Une fois la surprise passée de la première attaque, les russes auraient considérablement renforcé la protection de leurs barrages et usines électriques.

Quand aux bombardements des villes, les allemands bombardèrent Londres avec des V1 et V2 en espérant jusqu'à la fin que cela amènerai à un renoncement des anglais et à une paix séparée, la même erreur fut commise par les américains et surtout les anglais en visant les villes allemandes en espérant un retournement de la population contre les nazis.
Les allemands avaient réussis à protéger une bonne partie de leurs usines, l'impact sur la production matérielle (hors pétrole) fut faible.
Quand aux bombardements sur le Japon, les résultats furent beaucoup plus importants car la production était localisée dans beaucoup de petits ateliers dans des villes très vulnérables aux bombes incendiaires, l'impact sur la production fut réellement important et les sondages après-guerre menés par l'USSBS montrèrent que les attaques aériennes furent le facteur le plus important dans la prise de conscience de la population japonaise que la guerre était perdue.
De plus contrairement à l'Allemagne, la DCA et la chasse japonaise étaient peu efficaces, les pertes américaines furent donc faibles, le rapport coût/efficacité est d'autant plus important.

vétéran
vétéran

 
Messages: 742
Inscription: 16 Avr 2015, 15:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: Opération Eisenhammer

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Janmary  Nouveau message 19 Nov 2015, 09:28

En effet Tomcat.
Pour réussir, il aurait fallu aux Allemands une préparation - avant la guerre - à l'attaque et à la destruction de ces barrages et de ces usines de productions d'électricité associés, et cela sur une grande échelle.

Au vue de la profondeur du territoire Soviétique, il apparaissait que l'Armée Allemande ne dépasserait jamais Moscou et aurait dû envisager un "glacis de protection".

Le manque d'une réelle aviation stratégique (disons 4000 km d'autonomie) eut été nécessaire, au moins pour les renseignements photographiques et radio-électriques.

L'Histoire est ce qu'elle est et cette opération - dans le cadre ainsi défini - ne pouvait pas réussir.
Heureusement pour nous du reste.

Cordialement.
Janmary

Technician 5th grade
Technician 5th grade

 
Messages: 39
Inscription: 03 Nov 2015, 17:34
Région: Touraine
Pays: France

Voir le Blog de Janmary : cliquez ici


Re: Opération Eisenhammer

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de MOSCA  Nouveau message 21 Nov 2015, 21:39

Bonjour

Janmary a écrit:Opération Eisenhammer

Eisenhammer – marteau d’acier – était le nom de code du plan Allemand visant à anéantir les centrales hydroélectriques des Soviétiques.

...
[/i]
I° - L’armée rouge ou Soviétique était une masse d’homme avec toutes les usines de guerres repliés dans l’Oural – fait extraordinaire et qui fut un tour de forces que de transférer toutes ces usines devant l’avance nazie – et de pratiquer la politique de la terre brulée...que les Allemands pratiquaient aussi !
Jamais les nazis n’avaient envisagés – uniquement à la fin de la guerre et bien trop tard et c’est le but de ce post – de détruire les centrales électriques de la Volga qui alimentaient ces usines repliés sur l’Oural.
Janmary


Une question, c'est où les centrales électriques de la Volga qui alimenteraient les usines de l'Oural?

Cdt
Quand même!

Brigadier General
Brigadier General

 
Messages: 355
Inscription: 02 Sep 2008, 22:06
Localisation: Paname

Voir le Blog de MOSCA : cliquez ici


Re: Opération Eisenhammer

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Janmary  Nouveau message 29 Nov 2015, 09:53

@ Tomcat
Quand aux bombardements des barrages, c'est certainement une bonne idée mais on peut penser que les russes auraient certainement pu les réparer grâce à du matériel américain (les USA ont d'ailleurs livrés des machines outils et des équipements pour une valeur de 1 078 965 000 dollars ainsi que des équipements de construction pour une valeur de 10 910 000 dollars), il n'y pas vraiment de pénurie côté américain.
Une fois la surprise passée de la première attaque, les russes auraient considérablement renforcé la protection de leurs barrages et usines électriques.



L'affaire étant mal préparé d'une part et un tel assaut stratégique ne se concevait que par une attaque massive sur l'ensemble desdits barrages pour une chance de réussite. Dans le cas étudié, vous avez raison Tomcat. le résultat eut été presque insignifiant.

Une détérioration d’un barrage ou sa destruction partielle est très longue à reconstruire. Au niveau béton armé - par exemple - il et nécessaire de repolir le béton aux endroits de la cassure à l’aide de machines mécanique les surfaces avant de reconstituer un complément sur ces mêmes surfaces.

Nous avons deux exemples de destruction de barrages.

> La destruction des barrages de la Ruhr (barrage de la Moehne) par la 617° escadrille de Lancaster de la RAF au moyen de bombes imaginées par Barnes Wallis de la société Vickers (qui créa également les bombes « tremblements de terre » de 6 tonnes et 10 tonnes) créant une inondation assez importante dans les vallées.

Un ouvrage évoque ces faits =
Les briseurs de barrages
Par Paul Brickhill
Chez Flammarion

> Le barrage de Malpassé dans le Sud de la France – dans les années 50 et je m'en souviens bien – qui s’était rompu créant un nombre de morts important par inondation. L’émotion fut immense dans le pays car ce fut au moment d’une émission de télévision ou le clown Zavatta donnait un spectacle et nombre de médias en parlèrent fort longtemps.

Dans ces deux cas, les réparations furent fort longues.
Si l’on rajoute la destruction par bombes à fragmentations et de ruptures (pourcentage faible d’explosif dans un corps lourd provoquant des dommages importants sur les machines outils, les turbines, etc.) des centrales de production d’électricité, le résultat eut été un handicap pour le pays concerné en l’occurrence l’Union Soviétique.

Pour une chance de réussite, il eut fallu bombarder ces cibles durant l’hiver 1941-1942 ou au printemps 1942 et de façon massive avec des moyens que la Lutfwaffe n'avait pas réellement.

Cordialement.
Janmary

Technician 5th grade
Technician 5th grade

 
Messages: 39
Inscription: 03 Nov 2015, 17:34
Région: Touraine
Pays: France

Voir le Blog de Janmary : cliquez ici


Re: Opération Eisenhammer

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 01 Déc 2015, 22:52

je ne comprends pas bien pourquoi il eut fallut bombarder les centres de production hydroélectriques fortement défendus alors que les nappes de transport (pylônes et câbles HT) étaient vulnérables ainsi que les postes transfo tout au long des couloirs électriques.
Même chose pour les usines défendues par une importante DCA alors que les ouvrages d'art de franchissement des coupures naturelles , les gares de triage et autres embranchements devaient être des objectifs plus accessibles.
Les usines auraient produit, mais le matériel serait resté stocké faute d'être livré à l'Ouest de l'URSS.
Mais c'est peut être trop simpliste comme raisonnement, cependant c'est ce qu'a fait l'aviation américaine en France, Belgique et Allemagne.
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 3459
Inscription: 14 Mar 2006, 20:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: Opération Eisenhammer

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Janmary  Nouveau message 02 Déc 2015, 09:01

Bonjour

1° - Il est très difficile de bombarder et de détruire des transformateurs et des pylônes (souvenez vous des antennes RADAR en Grande-Bretagne qui furent peu atteintes par les tentatives de destruction de la part de la Luftwaffe). en particulier avec de bombardiers stratégique à grande autonomie. Il eut fallu des chasseurs bombardiers incompatible avec la profondeur stratégique du champs d'action du pays.

2° - Les barrages et les usines de production électrique et hydro-électriques en Union Soviétique étaient peu défendues car relativement loin du front d'une part, et d'autre part, l'Armée Rouge transférait (ce fut un travail inouï) les usines (à caractère militaire ou pas) de l’Ukraine, et d'autres régions vers l'Oural afin de poursuivre la guerre. Ils étaient fort occupé et il était impensable - par ailleurs - d'attaquer des barrages hydro-électrique ce que firent pourtant les Britanniques dans la Ruhr (déjà cité précédemment). Ainsi, par exemple, les usines de tracteurs furent-elles transformées dans l'Oural pour fabriquer des chars de combat (tel les T 34 par la suite).

3° - Ce ne fut réalisé que par l'opération "Clairon" (qui mérite d'être étudiée) mettant en œuvre 10.000 appareils alliés qui bombardèrent l'ensemble du système ferroviaire (réseaux, lignes, dispatching, triages, transformateurs, ponts, etc.) en Allemagne en 1945 avec un tel succès que des mois de production industrielles étaient sur les wagons des chemins de fer lors de l'entrée des forces alliées dans le pays.

4° - En fait, l'Allemagne nazie qui croyait avoir bien préparée son agression à l'Est, à laissée des pans entiers de sa stratégie non étudiée et à lancer une opération avec des moyens en unités blindés, motorisés et en avions trop faibles vis à vis de la profondeur du pays.

En espérant avoir répondu à vos questionnements.
Cordialement à vous.
Janmary

Technician 5th grade
Technician 5th grade

 
Messages: 39
Inscription: 03 Nov 2015, 17:34
Région: Touraine
Pays: France

Voir le Blog de Janmary : cliquez ici


Re: Opération Eisenhammer

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 02 Déc 2015, 12:25

Bonjour,

Je rejoins Janmary sur le fait que la Luftwaffe aurait du bombarder les barrages durant l’hiver 1941-1942 ou au printemps 1942 et de façon massive pour avoir un véritable impact.
Le tout lors d'une unique opération car une fois la surprise passée, la protection aurait été considérablement renforcée et aurait rendu toute nouvelle opération quasiment impossible.
A cette période, les russes reçoivent encore peu de matériels de la part des américains, les réparations auraient été longues, l'impact sur la production aurait pu être significatif et non compensable par une aide massive des américains.
Après cette période les américains auraient pu envoyer des générateurs en grand nombre pour compenser la perte des barrages le temps des réparations.
Les pylônes et câbles HT peuvent être plus facilement réparés ou remplacés, l'impact est moindre que pour les barrages.
Les gares de triage et les chemins de fer ont toujours été des cibles privilégiées de la Luftwaffe, mais je pense que les attaques n'étaient pas suffisamment massive (par manque de moyens) pour bloquer significativement les russes, ceux-ci réparant les destructions au fur et à mesure. De plus les russes vont utiliser de plus en plus de trains blindés de DCA pour protéger leurs gares rendant leurs attaques de plus en plus difficiles.

vétéran
vétéran

 
Messages: 742
Inscription: 16 Avr 2015, 15:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: Opération Eisenhammer

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Janmary  Nouveau message 02 Déc 2015, 12:50

Je vous rejoins Tomcat sur les points que vous développez. Ils sont miens du reste de mon point de vue.

La conception des centrales hydroélectriques furent le fait de plusieurs plans quinquennaux soviétiques successifs.

Détruire ces barrages, les rétentions d’eau allant de pair et les turbines électriques couplées également, cela aurait été des mois – voire des années – d’immobilisme de la grosse industrie Soviétique.par reconstruction de tous ces ouvrages et manque d’énergie primaire pendant un temps. Effectivement, c’est tôt et en masse qu’une telle stratégie eut été nécessaire.

C’était bien là de la conception stratégique au même titre que la destruction des transports ferroviaire (opération « Clairon ») et de la destruction des sources (de Ploesti en Roumanie) et des raffineries de pétrole (en Allemagne pour l’aspect transport routier).

Les alliés appliquèrent cette stratégie en 1944 / 1945 avec pour conséquence que les batteries d’artilleries Allemande ne pouvaient plus pratiquer la contrebatterie faute de pouvoir se déplacer sans parler des déplacements des unités à pied majoritairement.

On ne refait pas l’histoire.
Mais on peut étudier les conséquences des opérations avortées ou non exécutées.
Merci pour vos interventions.

Janmary

Technician 5th grade
Technician 5th grade

 
Messages: 39
Inscription: 03 Nov 2015, 17:34
Région: Touraine
Pays: France

Voir le Blog de Janmary : cliquez ici


Re: Opération Eisenhammer

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 02 Déc 2015, 13:25

J'ai envie de tempérer sur base de doctrines stratégiques totalement incomparables.

Etats-Unis et Grande-Bretagne, en bonnes puissances navales, ont développé le bombardier stratégique dans l'optique d'une guerre se gagnant sans engager des moyens terrestres massifs.

Le III Reich, en bonne puissance continentale, a développé une aviation de bombardement d'appui des opérations au sol, opérations au sol devant assurer une victoire éclair.

En 1942/43 (si j'ai bien compris la période considérée) la Luftwaffe est déjà en sous-effectif à l'Est ; comment dès lors détourner des moyens vers des raids stratégiques en profondeur sans compromettre la lutte à mort au sol ? A l'été 1942, c'est la coupure de la Volga et la prise des champs de pétrole par la Heer appuyée à 100% par la Luftwaffe qui doit assurer la victoire décisive. Et après, c'est trop tard.

Les forces aériennes occidentales, combinées, n'ont pu mettre l'Allemagne à genoux, à elles seules, malgré un matraquage permanant de 2 ans.
Que dire alors de la capacité d'une Luftwaffe même pas conçue dans ce sens ? J'en suis tout à fait perplexe.

Dès lors, une question : en 1942/43, quels sont les moyens disponibles pour y parvenir ?
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8339
Inscription: 11 Mar 2014, 23:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LE FRONT DE L'EST




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
il y a 2 minutes
par: NIALA 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 10 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Au sujet de Johann Chapoutot 
Aujourd’hui, 06:49
par: François Delpla 
    dans:  "Hitler", une biographie par Johann Chapoutot et Christian Ingrao 
Aujourd’hui, 06:22
par: François Delpla 
    dans:  L’Armée Secrète au refuge "Tarin" de Saint-Marcoult (Silly-Belgique) 
Aujourd’hui, 01:16
par: thucydide 
    dans:  1e DB Polonaise 
Aujourd’hui, 00:06
par: alain adam 
    dans:  LES CAUSES D'UNE DÉFAITE, LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Hier, 23:59
par: alain adam 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 23:14
par: coyote 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 22:57
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Berlin 1945 Les dernières archives du bunker 
Hier, 22:47
par: alfa1965 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Scroll