Connexion  •  M’enregistrer

Que faisaient-ils en 1914-1918

Cette rubrique est consacrée uniquement aux Personnages les plus importants du conflit, militaires et/ou politiques.
MODÉRATEUR : gherla

Re: Que faisaient-ils en 1914-1918

Nouveau message Post Numéro: 41  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 21 Déc 2011, 16:48

Je remonte un peu le sujet qui a tendance à s'endormir un tantinet.

Raoul Charles Magrin-Vernerey,
plus connu sous le pseudonyme de Ralph Monclar (7 février 1892-3 juin 1964)

Après des études au lycée Victor-Hugo de Besançon et au petit séminaire d'Ornans, il a quinze ans et demi lorsqu'il se présente pour s'engager dans la Légion étrangère. En raison de son jeune âge il n'est pas admis et reprend ses études.
Entré à Saint-Cyr en 1912, il en sort en 1914 avec la promotion de Montmirail, et le grade de sous-lieutenant.
Le 5 août de cette même année, il rejoint le 60e régiment d'infanterie (60e RI) et termine la guerre avec le grade de capitaine.
Il est alors chevalier de la Légion d'honneur, titulaire de 11 citations, blessé sept fois et réformé avec une invalidité de 90%:
cuisse fracturée par balle, bras droit brisé par l'explosion d'une grenade, deux blessures à la tête imposant deux trépanations,
les yeux brûlés par des gaz.
Après l'armistice du 11 novembre 1918, mis à la disposition du commandant en chef des armées alliées en Orient,
il rejoint l’état-major comme chef du 1er bureau au début de 1919. Il est alors administré par le 1er régiment de tirailleurs marocains (RTM). Le 25 septembre, il est désigné pour effectuer un stage au centre d’aviation du 415e RI de San Stéfano où il est formé comme observateur avion. À l’issue, il rejoint les services administratifs du Levant à Beyrouth, en qualité d’adjoint à l’administrateur.
Il est nommé conseiller administratif de Caza de Sayoun, le 1er mars 1920, puis inspecteur des milices du territoire des Alaouites,
le 19 octobre. À ce poste, il mérite une citation à l’ordre de l’armée. Le 11 mai 1921, il est désigné pour encadrer la légion syrienne. Il est affecté à la 4e compagnie du 1er escadron, escadron dont il prend le commandement le 1er juillet.
Il cumule cette fonction avec celle d’adjoint au chef de corps.
Le 1er mars 1924, il obtient enfin de rejoindre cette Légion dont il rêve depuis sa jeunesse. Après un bref séjour au 1er REI,
il est affecté au 3e REI et prend part à la campagne du Maroc jusqu'en 1927.
Il rejoint alors le Proche-Orient où il est promu au grade de chef de bataillon en 1928.
Le 14 octobre 1930, il est désigné pour prendre le commandement du 16e bataillon de chasseurs à pied.

source texte: Wiki
source photo:
http://www.honneurshereditaires.net/AHH_1_1_4.htm
Fichiers joints
Monclar500.jpg
Monclar500.jpg (28.26 Kio) Vu 3671 fois
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 64793
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Que faisaient-ils en 1914-1918

Nouveau message Post Numéro: 42  Nouveau message de Vincent Dupont  Nouveau message 29 Déc 2011, 00:48

Alphonse JUIN

Né le 16 décembre 1888 à Bône (Algérie) d’un père gendarme, si fait ses études à Constantine puis à Alger où il rentre en classe préparatoire avec l’intention de rentrer à Navale. Il entre finalement à l’École spéciale militaire en 1910 (promotion de Fez avec De Gaulle, Béthouart, Desré, Gilliot, Petit) en étant classé 6e sur 200. Il en sort le 1er octobre 1912 avec le galon de sous-lieutenant et classé major de sa promotion. Il choisit de servir outre-mer au 1er régiment de tirailleurs algériens basé à Blida. Il est ainsi engagé dans le Maroc oriental. Au printemps 1913, il participe à l’établissement du point d'appui de Guercif et des postes de la vallée de la Moulaya et de la route de Taza avant de prendre la direction d'un corps franc. En mai 1914, il passe au 1er bataillon de tirailleurs marocains et participe aux combats de la colonne Gouraud.

Dès la déclaration de guerre d'août 1914, son bataillon est envoyé en France avec la brigade marocaine. Sa brigade combat sur la Somme, dans la région de Senlis puis sur la Marne où elle contribue, lors de la contre-offensive générale, à la défaite du 6e corps de réserve de l'armée de von Kluck. Au cours de ces combats, il reçoit une première blessure le 6 septembre mais, refusant de se faire évacuer, il reste sur le front où il se distingue à plusieurs reprises, notamment lors des journées des 16 et 17 septembre 1914.

Pour son action pendant cette période, il reçoit la Légion d'honneur avec la citation suivante : « Officier se signalant partout pour son courage, son coup d’oeil, sa décision. Blessé par un éclat d'obus qui lui a enlevé pendant des semaines l'usage de la main, il a tenu à rester, malgré les souffrances qu'il ressentait, à la tête de sa section. Le 17 septembre, séparé de son bataillon par les vides creusés par une attaque meurtrière, s'est maintenu sur sa position malgré les lourdes pertes subies par la troupe. Continue à donner journellement les preuves de sa bravoure ».

Après la bataille de la Marne, il combat dans les tranchées au nord de l'Aisne puis en Champagne (mars 1915). Pendant l'attaque de Mesnil-les-Hurlus, une balle tirée à bout portant lui fracasse le bras droit (15 mars 1915). Il est évacué et passe sa convalescence au Maroc. De cette blessure, il gardera de profondes séquelles qui lui vaudront l'autorisation exceptionnelle de pouvoir saluer de la main gauche.

Au cours de sa convalescence, il est proposé pour devenir officier d'ordonnance du maréchal Lyautey mais refuse et sert finalement à l'état-major de Rabat. Capitaine en avril 1916, il se voit confier le commandement d'une compagnie de mitrailleuses du 1er régiment de tirailleurs marocains en décembre suivant. Renvoyé en Métropole, il participe avec cette unité à la deuxième bataille de l'Aisne avril-juillet 1917) au cours de laquelle il gagne sa troisième citation. Détaché à Senlis puis à Melun pour suivre les cours de l'École d’état-major il est affecté à l'état-major de la 153e DI.

Lorsque la guerre s'achève, il fait partie de la mission militaire française près de l'armée américaine. Il effectuera ensuite un court séjour au Maroc puis sera élève à l’École supérieure de guerre du 2 novembre 1919 au 1er novembre 1921 d'où il sortira breveté.

En revanche son dossier est tellement gros que j'ai la flemme de vous ressortir toutes ses citations... Mes plus plates excuses :oops:

Amicalement ;)
Vincent

Image
"L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent ; elle compromet, dans le présent, l'action même."
Marc Bloch
Fusillé par l'occupant le 16 juin 1944

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3229
Inscription: 20 Fév 2008, 22:44
Localisation: Saint-Quentin
Région: Entre Picardie et Champagne
Pays: France

Voir le Blog de Vincent Dupont : cliquez ici


Re: Que faisaient-ils en 1914-1918

Nouveau message Post Numéro: 43  Nouveau message de Vincent Dupont  Nouveau message 12 Jan 2012, 14:14

Diego Charles Joseph BROSSET

Le général Brosset est connu comme ayant été le commandant de la 1ère DFL (devenue 1ère DMI) durant la Seconde Guerre Mondiale. D’une certaine manière on peut dire qu’il s’est fait tout seul, et rare sont les cas similaires dans l’armée. En effet le général Brosset commença sa carrière comme 2ème classe pour la terminer général de division. Sa mort tragique au volant de sa jeep, le 20 novembre 1944 à Champagney en Haute-Saône, avait alors beaucoup marqué ses hommes.

Né le 3 octobre 1898 à Buenos Aires (Argentine) dans une famille de magistrats lyonnais. Il rentre en France à l'âge de deux ans et fait ses études chez les Jésuites à Lyon puis à Dôle. Engagé volontaire pour la durée de la guerre le 7 septembre 1916 comme soldat de 2e classe au 28e BCA, il est envoyé au front le 27 février 1917.

Il combat brillamment dans les rangs du 68e BCA où il est affecté le 3 août suivant. Il est cité à l’ordre de la 66e division d’infanterie le 1er décembre 1917 :
« Grenadier d’élite du groupe franc du 68e BCA. Très belle attitude au cours du combat du 23 octobre 1917. »

Il est promu caporal le 23 février 1918 et sergent le 16 septembre. Le 25 juillet 1918, il est cité à l’ordre du 8e groupe de chasseurs :
« Brillant gradé, aussi peu soucieux du danger que plein d’entrain dans le combat. Vient une fois de plus de faire preuve de belles qualités de chef au cours des derniers combats. »

Il est cité à nouveau à l’ordre de la 66e division d’infanterie le 15 octobre 1918 :
« Caporal très courageux, volontaire pour toutes les missions très périlleuses, a dans les journées des 14, 15 et 16 septembre 1918 assuré la liaison en terrain découvert malgré le feu violent de mitrailleuses. »

Continuant à se distinguer il est également cité à l’ordre du bataillon :
« Sous-officier d’une rare valeur. Le 16 octobre, désigné pour assurer la liaison avec un bataillon voisin, a accompli la mission d’une façon complète malgré un bombardement et des feux de mousqueterie très violents. Sa mission terminée, s’est fait remarquer par sa bravoure et son mépris du danger en conduisant sa section à l’attaque du jour suivant. A déjà trois citations. »

Diego Brosset part alors suivre le cours des élèves aspirants à Issoudun le 28 octobre 1918 et obtient ce grade le 20 avril 1919. Le 9 mai 1919, il est réaffecté au 28e BCA à l’armée du Rhin. Il devient adjudant le 13 août 1919 dans le même bataillon. Réengagé comme sergent le 8 septembre 1919, il entre à l’École d’Infanterie de Saint-Maixent le 17 novembre 1920. Il en sort le 1er octobre 1921 avec le grade de sous-lieutenant et choisi comme affectation le 5ème RIC. Après un passage au 2ème RTS il est promu lieutenant le 1er octobre 1923.

Il partira ensuite comme méhariste au Soudan français, vers les confins sahariens, où il servira pendant près de 15 ans, à nouveau cité plusieurs fois pour son audace et sa témérité. En 1926, il passera hors cadre aux formations méharistes et durant ces années, il sillonnera le Sahara, admirera et respectera les Maures et l'Islam, tissant avec les soldats africains des liens de confiance et d'estime qui ne devaient jamais se démentir. Fin psychologue, il ne se contenta pas de s'imposer, il apprendra l'arabe parlé puis l'arabe littéraire, ainsi qu'une multitude de dialectes pour mieux comprendre et convaincre les indigènes. Méhariste dans l’âme, il écrira même des ouvrages sur le désert du Sahara durant l'entre-deux guerres.

Source : Etat des services et Fiche ESG

Amicalement ;)
Vincent

Image
"L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent ; elle compromet, dans le présent, l'action même."
Marc Bloch
Fusillé par l'occupant le 16 juin 1944

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3229
Inscription: 20 Fév 2008, 22:44
Localisation: Saint-Quentin
Région: Entre Picardie et Champagne
Pays: France

Voir le Blog de Vincent Dupont : cliquez ici


Re: Que faisaient-ils en 1914-1918

Nouveau message Post Numéro: 44  Nouveau message de ulysse57  Nouveau message 09 Fév 2012, 16:46

Dwight David Eisenhower :


Image

En 1917, il est promu capitaine et sert comme instructeur dans plusieurs camps d'entrainement alors que le pays est engagé dans la Première Guerre mondiale. Malgré ses demandes, il n'obtient pas d'affectation en Europe et, en 1918, prend le commandement du "Tank Training Center" à Camp Colt en Pennsylvanie.


 

Voir le Blog de ulysse57 : cliquez ici


Re: Que faisaient-ils en 1914-1918

Nouveau message Post Numéro: 45  Nouveau message de alsa.se  Nouveau message 09 Fév 2012, 18:43

HEINZ GUDERIAN

250px-Heinz_Guderian.jpg
250px-Heinz_Guderian.jpg (21.48 Kio) Vu 2348 fois


Heinz Guderian est né le 17 juin 1888 à Kulm, en polonais Chełmno. De 1901 à 1907, il est étudiant dans plusieurs écoles militaires, notamment celle de Metz, alors première place forte du Reich. Il en sort avec le grade de sous-lieutenant; il est affecté le 27 janvier 1908 au 10e bataillon de chasseurs de Hanovre, en garnison à Bitche (Moselle); ce bataillon était commandé par son père. Il reste à Bitche jusqu'en octobre 1909, date à laquelle son bataillon regagne sa garnison d'origine à Goslar. En 1911, il est transféré dans le troisième bataillon de télégraphie du même régiment.

Pendant la Première Guerre mondiale, il sert comme officier de transmission puis à l’état-major. Là, il comprend les avantages d’une bonne communication radio sur le champ de bataille; il entrevoit également les faiblesses de l'Allemagne dans une guerre d'usure.

Après la guerre, il reste incorporé dans la nouvelle force réorganisée de cent mille hommes mise en place par le traité de Versailles, la Reichswehr, où il se spécialise dans la guerre motorisée. Parlant couramment l’anglais et le français, il étudie et est influencé par J. F. C. Fuller et dans une moindre mesure par Liddell Hart, qu’il fait traduire. Il théorise l'emploi des blindés dans une armée moderne. Il définit aussi les principes et les caractéristiques des futurs blindés. Après la venue au pouvoir de Hitler, qui approuve sa vision sur l'utilisation des unités motorisées et blindées, Guderian participe à l'élaboration des Panzer I et II, légers et faiblement armés, puis des engins plus lourds de type Panzer III et IV, qui contribueront aux succès de Pologne et de France. Dans son livre, Achtung - Panzer !, paru en 1936, Guderian développe ses conceptions d'utilisation de ces chars en unités autonomes et très mobiles, concentrées en un point du front et soutenues par l'aviation, ce qui sera appelé plus tard la guerre éclair ou Blitzkrieg.

Source Wikipédia.

::chapeau - salut::

Eric
Nordwind : dernière offensive allemande, tentative désespérée de l'Allemagne pour renverser le destin.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1586
Inscription: 15 Jan 2011, 14:43
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de alsa.se : cliquez ici


Re: Que faisaient-ils en 1914-1918

Nouveau message Post Numéro: 46  Nouveau message de alsa.se  Nouveau message 09 Fév 2012, 19:07

JACOB L. DEVERS

220px-Jacob_L__Devers.jpg
220px-Jacob_L__Devers.jpg (16.53 Kio) Vu 2343 fois


Jacob Loucks Devers (* 8 septembre 1887 à York, Pennsylvanie; † 15 octobre 1979 à Washington) était un général américain. Durant la Seconde Guerre mondiale, Devers a commandé le 6e groupe d'armées U.S. en Europe.

En 1909, Devers fut diplômé à l'académie militaire de West Point où il termina 39e sur 103 élèves (dont le célèbre futur général George S. Patton, alors 46e de cette même promotion). Entre les deux guerres mondiales, il se consacra au développement aussi bien technique que tactique de l'artillerie de campagne.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclata, Devers était stationné au Panama. Il prit ensuite le commandement de la 9e division d'infanterie U.S. à Fort Bragg, en Caroline du Nord, du 15 novembre 1940 au 15 juillet 1941. Le 14 août 1941, il reçut le commandement des forces blindées à Fort Knox en tant que plus jeune major-general de l'armée de terre. Sous son commandement, les unités blindées de Fort Knox passèrent de deux divisions blindées à 16 divisions plus 63 bataillons blindés indépendants. En mai 1943, il devint le commandant en chef des forces américaines en Europe. Depuis son quartier général à Londres, il organisa en grande partie le débarquement allié en Normandie.

En juillet 1944, il reçut le commandement qu'il avait convoité, celui du 6e groupe d'armées. Avec les 12 divisions américaines et les 11 divisions françaises de ce groupe d'armées, Devers a participé à la libération de l'Alsace en réduisant la poche de Colmar avant de traverser le Rhin et de se voir remettre la capitulation des forces allemandes de l'ouest de l'Autriche le 6 mai 1945. Il se retira de l'armée le 30 septembre 1949.

Le 15 octobre 1979 Jacob Loucks Devers est décédé à Washington et il fut inhumé au cimetière national d'Arlington.

Source Wikipédia

::chapeau - salut::

Eric
Nordwind : dernière offensive allemande, tentative désespérée de l'Allemagne pour renverser le destin.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1586
Inscription: 15 Jan 2011, 14:43
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de alsa.se : cliquez ici


Re: Que faisaient-ils en 1914-1918

Nouveau message Post Numéro: 47  Nouveau message de alberto  Nouveau message 12 Fév 2012, 16:34

Bonjour à tous,

En faisant une petite visite sur ce fil superintéressant, et après avoir parcouru qqs pages, j'ai cliqué : "PÉTAIN" sur le moteur de recherche. :shock:

Rien ! grossesurprise

Aurais-je loupé qqchose ? ::dubitatif::

Bien à vous. :cheers:
"Mépriser l'art de la guerre c'est faire le premier pas vers la ruine." (Machiavel)

vétéran
vétéran

 
Messages: 1101
Inscription: 28 Mar 2011, 12:35
Région: Région toulousaine
Pays: France

Voir le Blog de alberto : cliquez ici


Re: Que faisaient-ils en 1914-1918

Nouveau message Post Numéro: 48  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 12 Fév 2012, 16:43

Non, non, tu n'as rien loupé.
Si l'on tape PÉTAIN, Pétain ou PETAIN dans le moteur de recherches du forum on retrouve de nombreux fils dans lequel il est cité, Seulement personne n'a encore mis ce personnage dans le présent fil.
Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 64793
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Que faisaient-ils en 1914-1918

Nouveau message Post Numéro: 49  Nouveau message de Vincent Dupont  Nouveau message 12 Fév 2012, 17:14

Il faut dire que nous nous sommes attachés ici à montrer comment les grandes figures de la Seconde Guerre Mondiale ont combattu à des grades inférieurs ou comme simples soldats, durant la première guerre mondiale.

Dans le cas de Philippe Pétain il n'a eut que grands commandements durant la 1ère Guerre Mondiale, on ne peut pas vraiment dire qu'il ait été dans la tranchée à attendre le prochain assaut sous une pluie d'obus... Qui plus est en 1914 il était colonel et plus proche de la retraite que du maréchalat !
Vincent

Image
"L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent ; elle compromet, dans le présent, l'action même."
Marc Bloch
Fusillé par l'occupant le 16 juin 1944

Redac' Chef Histomag 3945
Redac' Chef Histomag 3945

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3229
Inscription: 20 Fév 2008, 22:44
Localisation: Saint-Quentin
Région: Entre Picardie et Champagne
Pays: France

Voir le Blog de Vincent Dupont : cliquez ici


Re: Que faisaient-ils en 1914-1918

Nouveau message Post Numéro: 50  Nouveau message de alberto  Nouveau message 12 Fév 2012, 17:20

Bon, voilà qui est fait !

Merci pour cette minibio...

Bien à toi. :D
"Mépriser l'art de la guerre c'est faire le premier pas vers la ruine." (Machiavel)

vétéran
vétéran

 
Messages: 1101
Inscription: 28 Mar 2011, 12:35
Région: Région toulousaine
Pays: France

Voir le Blog de alberto : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LES GRANDES FIGURES DE LA SGM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Vieux croutons ? 
il y a 23 minutes
par: Alfred 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Hier, 23:22
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
Hier, 22:47
par: kfranc01 
    dans:  De plus en plus inquiétant... 
Hier, 22:37
par: thucydide 
    dans:  Les médecins parachutistes américains 
Hier, 21:49
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 13 
Hier, 20:24
par: kfranc01 
    dans:  arrestation d'un instituteur 
Hier, 17:45
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  [DU 1er MAI AU 30 JUIN 2018]: Feu sur les véhicules axe ou Alliés en maintenance et/ou en réparation 
Hier, 17:14
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Rions un peu!!!!!!!! 
Hier, 16:06
par: Alfred 
    dans:  Dessins 
Hier, 14:47
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 28 invités


Scroll