Connexion  •  M’enregistrer

Erwin ROMMEL

Cette rubrique est consacrée uniquement aux Personnages les plus importants du conflit, militaires et/ou politiques.
MODÉRATEUR : gherla

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de Igor  Nouveau message 13 Oct 2005, 20:57

Thierrybulle a écrit:Pour les alliées et plus spécialement les Anglais, c'est un bon coup d'en faire une sorte de super-général. ils peuvent expliquer facilement leurs défaites d'Afrique du Nord et ils peuvent se vanter d'avoir eu le dernier mot.


En effet !
Les Grecs et Jules César ont en fait autant vis-à-vis des guerres contre les Perses et les Gaulois. Il est toujours tentant de surestimer son adversaire car ça permet ensuite de donner encore plus d'éclat à ses victoires.
Cordialement

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2041
Inscription: 18 Juil 2003, 14:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 19 Oct 2005, 12:30

Les Anglais avaient sûrement avantage à en faire un super-héros pour expliquer leurs déboires en Afrique du Nord. Mais il serait quand même de mauvaise foi de ne pas lui donner le crédit qu'il mérite également. D'ailleurs, voici la description de Rommel par l'un de ses pairs, l'Amiral Friedrich Ruge selon son livre Rommel und die invasion:
Rommel fut un grand homme, dans toute la mesure où il est possible de parler de grandeur humaine. Il incarnait le chef de guerre moderne d'une manière unique, et possédait supérieurement l'art d'agir dans le domaine militaire. Ce n'est cependant pas dire assez, car tout officier suffisamment intelligent peut apprendre cet art. Mais la réussite aux examens, l'obtention du diplôme de l'École de Guerre, ne produisent pas toujours des chefs de grande envergure. Elles constituent seulement la preuve de ceraines capacités, auxquelles des dons et des qualités essentiels doivent s'ajouter pour former une véritable personnalité de chef.

Parmi ces dons, le sens de la situation est un des plus précieux, et Rommel le possédait à un très haut degré. Au cours de nos inspections, il manifestait une sûreté presque inquiétante pour toujours découvrir le point le plus faible du secteur visité. Il en fut de même au cours de la campagne de France et en Afrique, en ce qui concernait l'ennemi. En Normandie il ne cessa d'insister pour que les deux divisions blindées, le corps de DCA, et la brigade de lance-fusées fussent placés justement à l'endroit où les événements ont démontré qu'ils auraient dû se trouver.

En plus de ce sens de la situation, Rommel avait ce sentiment de l'humain qui manque très souvent et qu'il est pour ainsi dire impossible d'acquérir quand il n'est pas inné. Il entrait immédiatement en contact avec la troupe, beaucoup plus vite qu'avec certains états-majors. Les soldats sentaient manifestement qu'ils avaient affaire à quelqu'un qui les comprenait de façon parfaite et ne pensait pas seulement en terme de petits drapeaux piqués sur une carte. Il exigeait énormément, mais jamais l'impossible. Une de ses grandes fiertés était d'avoir remporté ses beaux succès d'Afrique avec des pertes relativement faibles. Un jour à propos de missions inexécutables fixées par l'OKW., il déclara:
- Jamais de par mes ordres, je n'ai envoyé personne à une mort certaine.

Il ne faisait pas partie de ces chefs qui ne veulent dans leur état-major et comme grands subordonnés que les officiers de la plus haute valeur, mais savait réaliser de grandes choses même avec des hommes de valeur moyenne. Il pouvait être brutal, jamais sans raison, sans cependant nourrir de rancune; L'orage passé, le ciel redevenait clair. Aux officiers comme aux hommes, il parlait un langage sans complications tout en n'étant pas trop simpliste.

La connaissance et le sens de la technique qu'il possédait constituaient des éléments importants de sa valeur de chef. Ils ont fréquemment manqué à des soldats par ailleurs très qualifiés, au cours de l'une et de l'autre des deux guerres mondiales, bien qu'ils soient indispensables à notre époque. Toutes les questions techniques l'intéressaient fortement, il comprenait aussitôt les propositions qu'on lui faisait dans ce domaine, les méditait et les perfectionnait très souvent.

Doué d'une dignité naturelle, il savait se manifester avec apparat quand c'était nécessaire. Mais jamais il ne cherchait à se pousser au premier plan, pas plus dans une société que dans la conversation, et ne nourissait aucune prétention personnelle. D'humeur fort égale, il détestait les propos orduriers. Sa personnalité se caractérisait par un sens excellent des contingences politiques, par un très fort sentiment de ses responsabilités et par l'énergie avec laquelle il défendait ses convictions.

Rommel pensait avec objectivité et logique, ce qui l'aidait à ne pas rester prisonnier de ses expériences. Sa maîtrise de la guerre de mouvement, il l'avait démontrée en France et en Afrique du Nord. Rien n'eût été plus naturel que de le voir échafauder la défense de l'Europe du nord-ouest sur elle. Or, dès son inspection au Danemark, il constata que les conditions n'étaient plus les mêmes qu'à l'époque de ses grands succès. Une amère expérience personnelle lui avait enseigné toute la puissance d'une aviation supérieure et il saisit aussitôt combien nos propres moyens demeuraient insuffisants. Il n'adopta pourtant pas une attitude de résignation, mais conçut un plan qui "intégrait", pour employer l'expression moderne, les ressources si diverses des différentes armes, et il réalisa un tout qui représentait beaucoup plus que la somme de ses parties. Cette capacité pour intégrer et coordonner en faisait le capitaine parfait qui, comme chef d'orchestre, sait diriger l'ensemble de ses instruments, par opposition au spécialiste incapable de sortir de sa virtuosité.

Il ne reçut pas la liberté de disposer à sa guise de tous les moyens de combat existants, et cela fut fatal pour lui et pour l'Allemagne. Jusqu'au bout Hitler s'en tint au principe "divide et impera"; il en résulta l'organisation défectueuse du commandement, les interventions tracassières et abusives de l'OKW., l'absence de discèrnement à beaucoup d'échelons. Assurément, Rommel ne jouissait que d'une autorité limitée quand l'orage creva. Il n'en fut pas moins la figure centrale de la défense à l'Ouest. Il en était chargé et possédait beaucoup d'expérience ainsi qu'un grand renom. Après que les autrs eurent exprimé leurs propres conceptions et que l'OKW. se fut prononcé en principe pour Rommel, on aurait pu s'attendre qu'ils contribuassent à la réalisation du plan de celui-ci avec la loyauté la plus absolue. Ce ne fut cependant pas le cas.

Le destin de Rommel eut un caractère profondément tragique. Le couronnement manqua aux extraordinaires succès remportés par lui en Afrique du Nord, parce que l'OKW. ne comprit pas l'importance du théâtre méditerranéen et n'y exerça pas son effort principal. Lors de son affectation au Q.G. du Führer, à l'été de 1943, il ne joua qu'un rôle de figurant, Hitler, manifestement par méfiance, ne lui en permettant pas un autre. Il s'en plaignit une fois et déclara qu'il aurait pu donner une base plus saine à la campagne de 1943 en Russie, à condition toutefois de recevoir toute sa liberté d'action, sans interventions de l'OKW. et sans ordre de tenir rigidement sur place.

Son plan contre le débarquement visait à réduire, en toute circonstance, le succès initial de l'adversaire; l'eût-on suivi qu'on serait peut-être parvenu - avec de la chance - à repousser complètement l'assaut. J'ai l'impression, sans être en mesure de le prouver, que Rommel, après avoir gagné cette bataille, comptait oeuvrer pour la paix en faisant arrêter Hitler pour le traduire devant un tribunal allemand. Non qu'il cherchât le pouvoir personnel, mais il exprimait sans cesse sa répulsion pour les exactions de la dictature et sa conviction profonde que la justice et la liberté d'opinion constituaient les bases mêmes de l'État.


On peut douter de certaines affirmations de Ruge qui sont parfois très partisanes, mais il ne fait aucun doute que Rommel inspirait le même respect à ses pairs qu'à ses ennemis.

Les Alliés ont aussi reconnu en lui l'humain dont Ruge fait mention à partir d'exemples concrets: Son refus de maltraiter les prisonniers ennemis (il se servait même de prisonniers comme monnaie d'échange en Afrique du Nord contre certaines ressources qui faisaient défaut à ses troupes); sa désobéissance à l'ordre de livrer les prisonniers de l'aviation alliée à la Gestapo pour répliquer aux bombardements sur cibles civiles.

Il a certes commis quelques erreurs, mais cela ne vient-il pas confirmer son côté humain ? :wink:
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5746
Inscription: 22 Mar 2004, 13:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


Re: Erwin ROMMEL

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de gibraltar114  Nouveau message 17 Oct 2010, 10:51

je ne suis pas certain qu'il soit exact de parler de rommel et de ses photographes. Je crois que c'est surtout goebbels qui avait besoin d'une propagande positive pour masquer la stagnation sur le front de l'est.

vétéran
vétéran

 
Messages: 554
Inscription: 21 Juil 2010, 10:11
Région: rhone
Pays: france

Voir le Blog de gibraltar114 : cliquez ici


Re: Erwin ROMMEL

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 17 Oct 2010, 11:37

Bonjour,
gibraltar114 a écrit:je ne suis pas certain qu'il soit exact de parler de rommel et de ses photographes. Je crois que c'est surtout goebbels qui avait besoin d'une propagande positive pour masquer la stagnation sur le front de l'est.

Procures-toi le Erwin Rommel de Benoy Lemay, Perrin, 2009, il abonde dans ton sens, et accessoirement le mien.


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: Erwin ROMMEL

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de Lee Enfield  Nouveau message 29 Déc 2010, 12:31

Bonjour,

Je me permet de "déterrer" ce post certes ancien, mais j'ai trouvé un commentaire sur Rommel et j'ai donc en conséquence "recherché" un post qui traite du personnage.

J'ai (merci papa noël) le livre des Mémoires de guerre de Churchill, traduit, présenté et annoté par François Kersaudy.

Je vais reprendre 2 phrases de Churchill et une annotation de Kersaudy qui me semble intéressantes et dont j'aimerais avoir vos commentaires.

Churchill :
"Il (Rommel) mérite aussi notre respect parce que, tout en restant un loyal soldat allemand, il en vint à détester Hitler et toute son œuvre, et il participa au complot de 1944 pour sauver l'Allemagne en renversant le fou furieux et le tyran. Il la paya de sa vie."

Et l'annotation de Kersaudy :
En dépit d'une légende tenace, le général Rommel n'a jamais participé au complot contre Hitler, et il n'en a même pas été informé au préalable. Churchill a sans doute été influencé par l'ouvrage du premier biographe britannique de Rommel, Desmond Young, qui avait fait de Rommel un héros de la résistance dès 1950, sans connaître l'envers du décor. En réalité, Rommel était resté fidèle jusqu'au bout à son serment d'allégeance au Führer.

(j'ai mis en gras les mots clefs)

Quand pensez-vous ?
C'est la première fois que je lis que Rommel n'était même pas informé du complot. Le soucis c'est que je ne connais pas les sources qui font dire à Kersaudy cela.

Lee Enfield
Qui sauve une vie, sauve l'Humanité

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 444
Inscription: 07 Fév 2005, 12:53
Localisation: Lavaur
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de Lee Enfield : cliquez ici


Re: Erwin ROMMEL

Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 29 Déc 2010, 13:06

Bonjour,
Kersaudy a parfaitement raison, ce qui n'est pas inhabituel.
Tout ceci a ete confirme et detaille par Lemay dans son recent ouvrage ((Rommel, Benoit Lemay, Perrin, 2009)


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Re: Erwin ROMMEL

Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de Lee Enfield  Nouveau message 29 Déc 2010, 14:15

Enfin le mythe de Rommel fortement égratigné !
J'en avais mare de toute cette admiration que suscitait ce général qui a quand même (et faudrait pas l'oublier) contribué à l'occupation de mon pays et à la traque de mes coreligionnaires...

Je vais essayer de me procurer ce livre "Rommel" de Benoît Lemay chez Perrin.

Daniel, tu dis "Kersaudy a parfaitement raison, ce qui n'est pas inhabituel." Pourquoi ? (Je ne connaissais pas Kernaudy avant qu'on m'offre ce livre sur les mémoires de Churchill.)

Si cette thèse est juste, pourquoi ne s'est-elle pas répandue et pourquoi n'a-t-elle pas "réduit au silence" les inconditionnels d'un Rommel valeureux et résistant ? Cette thèse serait-elle trop ressante (2009) ? Cette thèse serait-elle encore contesté ?

Lee Enfield
Qui sauve une vie, sauve l'Humanité

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 444
Inscription: 07 Fév 2005, 12:53
Localisation: Lavaur
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de Lee Enfield : cliquez ici


Re: Erwin ROMMEL

Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 29 Déc 2010, 16:58

Assez bêtement parce qu'il était difficile, après-guerre, de louer les éventuels qualités de "stratège" d'un officier-général du IIIème Reich, sans lui trouver une justification dans une quelconque opposition à AH. En parlant des thuriféraires de Rommel, Lidell Hart, se pose un peu là, lui aussi.


 

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Erwin ROMMEL

Nouveau message Post Numéro: 19  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 29 Déc 2010, 17:07

Dans une approche similaire mais qui a survécu à la WW2, il y a également Heinz Guderian, qui n'a jamais comparu à Nuremberg et a été considéré comme n'ayant exclusivement pratiqué que son métier de militaire.


 

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Erwin ROMMEL

Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de Lee Enfield  Nouveau message 29 Déc 2010, 17:34

Oui Loïc, je comprend bien ce que tu dis, mais c'est valable pour l'après guerre, mais de nos jours et d'après le livre cité par Daniel, pourquoi cette légende persiste ?

Je sais, Audie, que tu es un inconditionnel de Rommel, mais ton avis sur le personnage n'est-il pas influencé par le livre de Desmond Young ? Quel crédit portes-tu sur le livre de Benoît Lemay ? Ou sur l'annotation de Kersaudy dans les "mémoires de guerre de Churchill."

Lee Enfield (qui aime les débats mais pas la polémique)
Qui sauve une vie, sauve l'Humanité

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 444
Inscription: 07 Fév 2005, 12:53
Localisation: Lavaur
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de Lee Enfield : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LES GRANDES FIGURES DE LA SGM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Uniforme allemand 
il y a 5 minutes
par: Lotsky 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
il y a 13 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 20 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
il y a 29 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Lieux de l'Occupation en France 
il y a 51 minutes
par: JARDIN DAVID 
    dans:  pourquoi des bombardements inutiles ? 
Aujourd’hui, 09:35
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Drame de Gênes (Italie) 
Aujourd’hui, 06:23
par: Gaston 
    dans:  A quel avion appartient cette dérive ? 
Hier, 21:52
par: Grand Murin 
    dans:  gabardines 
Hier, 21:45
par: Grand Murin 
    dans:  SCHÜRZEN (THOMA) ET AUTRES "JUPES" DE PROTECTION 
Hier, 20:43
par: Didier 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Scroll