Connexion  •  M’enregistrer

La bataille de France. Mai - Juin 1940.

Dans ce sous forum sont rassemblées les archives de tous les débats thématiques du forum.
MODÉRATEUR: Prosper

La bataille de France. Mai - Juin 1940.

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 07 Jan 2012, 19:27

Bonjour à toutes et à tous,

En vue de notre prochaine soirée débats, voici un petit préambule d’introduction…

Nous l’avons abordé le mois dernier, le plan de bataille allié en 1939-1940 comportait des erreurs et nous n’en connaissons que trop bien les conséquences aujourd’hui encore. Et comme le rappelait François Bédarida en novembre 2000 lors du colloque consacré à la Campagne de 1940, les conséquences de ce que l’on appelle la « Bataille de France » restent encore à vif dans la mémoire nationale. Six semaines haletantes et tragiques, six semaines sanglantes, au coût humain extrêmement élevé – très supérieur à celui de l’adversaire. Six semaines entraînant l’exode, d’une extrémité à l’autre du territoire, d’une large proportion de la population française. Ceux qui ont vécu ce temps se souviennent encore de l’indicatif sonore précédant à la radio les informations, « la marche des rois », résonnant indéfiniment dans le vide, sans doute parce que le speaker attendait encore que la dernière main fût mise au bulletin des mauvaises nouvelles. Le tout se terminant le 17 juin par la voix chevrotante du maréchal Pétain annonçant qu’il fallait cesser le combat.

Le 10 mai tout avait pourtant commencé sur des accents victorieux et l’armée française avait pénétré en Belgique persuadée de pouvoir y contenir le principal effort allemand aux cotés des belges et des britanniques. Malgré les efforts des DLM, notamment à la bataille d’Hannut, la première bataille de chars de la Seconde Guerre Mondiale, malgré les combats de Gembloux, l’effondrement allait commencer alors même que l’attaque principale de l’armée allemande se portait ailleurs. En effet là où personne ne les attendait, là où tout le monde pensait que toute progression étaient ardue voire impossible, les Panzers allaient non sans mal porter un coup de faucille décisif au cœur du dispositif français. La percée de Sedan, la bataille de Stonne allaient montrer toute la supériorité tactique de l’armée allemande face aux troupes et aux blindés français malgré la vaillance de ces derniers mais aussi le sacrifice de l’armée de l’air pour les stopper. Après la rupture du front c’est la course à la mer qui prit de vitesse les alliés, et malgré les tentatives de contre-attaque d’Arras, de Montcornet ou encore d’Abbeville, la défaite se profilait tout comme l’encerclement des armées du Nord essayant bientôt, tant bien que mal, d’embarquer à Dunkerque jusqu’au 4 juin. Où étaient donc les réserves stratégiques de ce qui était considérée comme la 1ère armée du monde ? Où était l’armée qui dans la tradition populaire, de 1870 à 1914, allait sortir du cœur de la France pour redresser la situation ? La ligne Maginot allait bientôt se fendiller et l’on ne pouvait que constater l’imprudence du haut commandement d’avoir déployé son dispositif sans de réelles troupes en réserve, se montrant incapable d’endiguer l’invasion. Avions-nous affaire à une guerre mal préparée ? De nombreux récits mentionnent l’économie des munitions dès le début de la guerre, quelles sont les raisons de cette situation ? Le pacifisme de la démocratie française l’avait-elle conduit inconsciemment à accepter de perdre cette guerre ? Toutes ces questions se posaient déjà depuis le début de la guerre et sa dure réalité ne faisait que confirmer ces inquiétudes, bien trop tard pour y remédier.


L’armée allemande redéployée sur la Somme après la réduction de la poche de Dunkerque allait mener à un nouvel affrontement. Le général Gamelin limogé, c’est Weygand qui devait essayer de sauver la situation. Ce qu’il reste de l’armée française est reconstitué, réarmé avec les stocks disponibles, l’on fait feu de tout bois parfois même avec des régiments peu ou pas armés, rien que pour tenir la ligne de front avant le prochain assaut de la Wehrmacht qui pénètre déjà au cœur de la Champagne. Quelle furent les réelles capacités de résistance des hérissons de Weygand ? La poursuite de la guerre hors de métropole, que certains commençaient à évoquer, était-elle encore possible ? Début juin les pertes de l’armée allaient toujours croissant tandis que les flots d’unités en retraite se confondaient avec les flots de civils sur les routes. Oui l’été 1940, pour les Français des départements du nord qui n’ont pas bien compris cette guerre qui arrivait soudainement dans leur village, ce fut avant tout l’exode, le départ vers les départements désignés pour leur évacuation et le cheminement vers l’inconnu. Le 10 juin l’Italie rejoint le conflit mais se heurte bientôt à la ténacité des bataillons alpins. Le 14 juin comme un coup de tonnerre c’est la chute de Paris et l’avance toujours plus profonde et irrésistible des troupes allemandes qui ne finit pas d’abattre le moral de chacun. Bientôt une nouvelle ligne de défense, éphémère, est établie sur la Loire. Quelques unités hâtivement reconstituées à partir de troupes de retour de Dunkerque, des dépôts mais aussi des écoles dont Saumur, résistent quelques jours pour que le terme de « Combats pour l’honneur » prenne tout son sens dans leur sacrifice. Sur les arrières de la ligne Maginot et en Bourgogne, ce qu’il reste de l’armée française combat également pied à pied vers le sud pour éviter la capture jusqu’à ce qu’un armistice devenu inéluctable achève sa saignée.



Image


Bibliographie :

- ARBARETIER VincentL'Ecole de la guerre : Sedan 1940, Economica, Paris, 2011.
- RAGACHE Gilles, La fin de la campagne de France : les combats oubliés des armées du centre, 15 juin - 25 juin 1940, Economica, Paris, 2010.
- BELLE Jacques, Il fallait rester en Belgique le 15 mai 1940, Economica, Paris, 2007.
- BELLE Jacques, Le 16 juin 1940 : non à l'armistice !, Economica, Paris, 2007.
- LE MOAL Frédéric, SCHIAVON Max, Juin 1940, la guerre des Alpes : enjeux et stratégies, Economica, paris, 2010.
- LEVISSE-TOUZE Christine (sous la dir. de), La campagne de 1940, Colloque, Tallandier, Paris, 2001.
- RICHARDOT Jean-Pierre, 100 000 morts oubliés : les 47 jours et 47 nuits de la bataille de France, Le Cherche midi, Paris, 2009.
- LORMIER Dominique, Comme des Lions : mai-juin 1940, l’héroïque sacrifice de l’armée française, Calmann-Lévy, Paris, 2009.
- FACON Patrick, L'armée de l'air dans la tourmente : La bataille de France 1939-1940, Economica, Paris, 2005.

-:-:-:-:-:-

Soyez nombreux à nous rejoindre afin de participer aux débats aux sujets de :
- L'Armée Française face à la Blitzkrieg, Sedan,
- La course à la mer, Dunkerque,
- La résistance de la Ligne Maginot, la "Ligne" dans les Alpes,
- La défense de Paris, la défense sur la Loire, les combats pour l’honneur, etc.

Si vous avez des choses à dire sur tout ce qui s'est passé en France entre le 10 mai 1940 et le 22 juin 1940, ne ratez pas cette soirée !!!!!!

Ce fil est à présent verrouillé et sera accessible dès 21h00 le vendredi 20 janvier.
N'oubliez pas notre quiz mensuel lié au thème de la soirée débats. Ce quiz sera mis en ligne dès le jeudi 19 janvier à 21h00.
Bien amicalement
Pour l'équipe du forum
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66386
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: La bataille de France. Mai - Juin 1940.

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 20 Jan 2012, 21:03

Chers membres, la soirée débats est ouverte.
C'est à vous
Bonne soirée
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66386
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: La bataille de France. Mai - Juin 1940.

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Jumbo  Nouveau message 20 Jan 2012, 21:22

Bon allez j'ouvre les débats. Il semble qu'en plus d'être incompétent, le HQG français en 1940 a fait fi des informations précises que lui transmettait le deuxième bureau. Dommage car il semble que les espions du deuxième bureau étaient particulièrement bien informés et possédaient des infos très précises y compris sur un concentration de blindés dans les Ardennes. (Guderian)
"Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus." (Jean Gabin) Mélodie en sous sol

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6004
Inscription: 01 Juin 2004, 19:12
Localisation: OISE

Voir le Blog de Jumbo : cliquez ici


Re: La bataille de France. Mai - Juin 1940.

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de tagnon  Nouveau message 20 Jan 2012, 21:23

Bonsoir,

Je me lance...

Dans tout ce récit lamentable d'une débacle, cette chronique d'une défaite annoncée, il faut rappeller que comme le dit si bien R. Bruge, "Le Soldat Français de 40 n'a pas démérité". Les carences sont celles du haut-commandement, et du gouvernement, tous 2 largement l'émanation de la population qui les avaient portés/maintenus au pouvoir. Le procès est un procès politique, et non militaire. Le troufion, sur le terrain, n'en pouvait mais.

Et il est important de souligner que sur la frontière fortifiée du NE, tout comme devant l'Armée des Alpes, la résistance a prévalu, et la forteresse encerclée mais invaincue ne s'est rendue que sur ordre, plusieurs jours après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu.

Alain


 

Voir le Blog de tagnon : cliquez ici


Re: La bataille de France. Mai - Juin 1940.

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 20 Jan 2012, 21:25

Concentration de blindés laquelle avait été signalé par une reconnaissance aérienne, mais à laquelle le GQG français n'a jamais cru ou faint de ne pas y croire.
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66386
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: La bataille de France. Mai - Juin 1940.

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de tagnon  Nouveau message 20 Jan 2012, 21:29

Je réponds à Jumbo,

Oui, et l'example le plus frappant que je connaisse est celui du Cap. Archen, installé dans un poste d'écoute à Luxembourg, et qui dans la nuit du 9 au 10 mai 1940, a averti la IIIème Armée, à Thionville, de l'imminence de l'attaque. Il semble que cette info, capitale, n'ait pas été transmise à La Ferté sous Jouarre ni à Vincennes avec toute la célérité voulue... (R. Bruge, dans "Faites Sauter le Ligne Maginot").


 

Voir le Blog de tagnon : cliquez ici


Re: La bataille de France. Mai - Juin 1940.

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Gio0803  Nouveau message 20 Jan 2012, 21:32

En parlant de blindés et de Guderian, celui-ci avait lu les écrits du Colonel de Gaulle. La Werchmacht ne craignait-elle pas que les vues de cet officier ne soient avalisées par l'Etat-major de GAMELIN ?
La bataille de France, le cas échéant, aurait probablement pris une autre tournure.

merci,

Georges ::chapeau - salut::

Private First Class
Private First Class

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 28
Inscription: 31 Déc 2010, 12:16
Région: LIEGE
Pays: BELGIQUE

Voir le Blog de Gio0803 : cliquez ici


Re: La bataille de France. Mai - Juin 1940.

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Jumbo  Nouveau message 20 Jan 2012, 21:36

Malheureusement non Gamelin était un général de 14 et seul CDG avait compris, comme Guderian et Rommel que l'infanterie n'était plus la reine des batailles...
Le HQG était enferré dans sa manoeuvre en Belgique et Hollande et ne pensait à rien d'autre. :(
"Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus." (Jean Gabin) Mélodie en sous sol

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6004
Inscription: 01 Juin 2004, 19:12
Localisation: OISE

Voir le Blog de Jumbo : cliquez ici


Re: La bataille de France. Mai - Juin 1940.

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de tagnon  Nouveau message 20 Jan 2012, 21:36

Un autre aspect qui atténue l'image négative que véhicule la France de 1940 est la résistance efficace de l'Armée des Alpes, devant les Italiens du Duce. Le Gal. Olry avait pourtant du réorganiser son dispositif en fonction des prélèvements massifs de ses forces au profit d'autres fronts. Celà suggère que la supériorité allemande résidait moins dans le matériel, quantitatif ou qualitatif - celà est un autre débat - que dans la stratégie et l'adoption de la mobilité des forces. Partout ou celle-ci était inopérante (Ligne Maginot, et Alpes), l'envahisseur, Allemand ou Italien, a été mis en échec.


 

Voir le Blog de tagnon : cliquez ici


Re: La bataille de France. Mai - Juin 1940.

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 20 Jan 2012, 21:38

Prosper Vandenbroucke a écrit:Concentration de blindés laquelle avait été signalé par une reconnaissance aérienne, mais à laquelle le GQG français n'a jamais cru ou faint de ne pas y croire.
Prosper ;)


en fait, il semblerait que l'officier du renseignement chargé du debriefing de la mission n'a pas voulu croire l’énormité de ce que lui affirmait l'équipage de l'avion de reconnaissance et il n'a pas donné suite.
c'est regrettable car on peut imaginer ce qu'une aviation de bombardement aurait pu faire sur des colonnes de véhicules pare choc contre pare choc et ne pouvant pas manoeuvrer. C'était d'ailleurs la hantise des officiers allemands.
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 3439
Inscription: 14 Mar 2006, 19:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LES ARCHIVES DES RENDEZ-VOUS DE L'HISTOIRE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
il y a 30 minutes
par: Marc_91 
    dans:  A quel avion appartient cette dérive ? 
il y a 49 minutes
par: Grand Murin 
    dans:  gabardines 
il y a 56 minutes
par: Grand Murin 
    dans:  Uniforme allemand 
Aujourd’hui, 21:40
par: Lotsky 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 21:39
par: François 
    dans:  Drame de Gênes (Italie) 
Aujourd’hui, 21:15
par: frontovik 14 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Aujourd’hui, 21:06
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Lieux de l'Occupation en France 
Aujourd’hui, 20:58
par: Cécile Desprairies 
    dans:  SCHÜRZEN (THOMA) ET AUTRES "JUPES" DE PROTECTION 
Aujourd’hui, 20:43
par: Didier 
    dans:  pourquoi des bombardements inutiles ? 
Aujourd’hui, 20:26
par: alain adam 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Trendiction Bot DE et 8 invités


Scroll