Page 5 sur 5

Re: LE DEVOIR DE MEMOIRE EN 2010 - ETAT DES LIEUX

Nouveau messagePosté: 23 Avr 2010, 06:22
de JARDIN DAVID
Kristian a tout à fait raison de rapprocher mémoire et affectif. Et je suis ok avec le "devoir de connaissance" qu'il propose. C'est certainement le plus intelligent par rapport aux manifestations publiques ou aux voyages de commémo etc. Permettre à chacun, par la suite, de se faire son avis perso, c'est la meilleure chose. Je conserve toutefois un souvenir ému de ces dépôts de gerbes, prétextes ensuite à un cours en bonne et dûe forme. C'est important aussi de maintenir une cohésion sociale et une certaine unanimité, sans trop en faire non plus. Je me souviens que quelques rares instits, au nom de leurs convictions propres, ne voulaient pas conduire leur classe au cimetière militaire. Mais il y avait toujours un autre volontaire à se présenter et finalement, il n'y avait pas de pb. Comme la région était pauvre (textile...), il était "suggéré" de ne pas acheter de fleurs (les palmes en plastiques du marchand, je trouvait ça tellement plus chouette !) mais de réaliser soit un bouquet du jardin (le genre des filles) soit une couronne avec des branches de sapin, du fil de fer en armature, du houx, ... et ensuite transporter le tout dans le car scolaire puis jusqu'au cimetière 14-18. Une année, j'avais trouvé le moyen de fleurir la tombe d'un "Maréchal" .... mais je ne savais pas encore qu'il n'était que sous-off.

Re: LE DEVOIR DE MEMOIRE EN 2010 - ETAT DES LIEUX

Nouveau messagePosté: 23 Avr 2010, 15:36
de titinet16
Je pense que le devoir de mémoire doit se faire par le plus de façons possibles.

- L'éducation parentale : nous les 1ers devons expliquer à nos enfants Notre Histoire et celle de notre pays. Faut-il aussi que notre pays nous aide comme par exemple quand on envoie des docments pour avoir des réponses sur nos grands pères, qu'ils nous disent ce qu'il en est réellement.

- L'éducation scolaire : perso j'avais un trés bon prof d'Histoire au collége qui m'a fait aimé cette matière mais malheureusement ce que je me souviens c'est que c'était assez rapide. Il y a des matières qui prennent beaucoup d'heures et qui à mes yeux ont beaucoup moins d'intérêt mais c'est un autre débat.

- Pour terminer toutes sortes d'informations : Internet est vraiment un excellent outil quand on s'en sert à bon escient, la preuve en est de ce forum ensuite pour ce qui et des médias je dirais aussi qu'il faut faire trés attention car j'ai peur que certains sujets soient détournés à but politiques faits par les chaines de télévision par exemple. Je prend en compte le travail des historiens même si j'essaye d'aller voir ailleurs sur le même sujet afin d'avoir une véritable opinion par contre je n'accorde que trés peu d'importance aux travaux des journalistes qui se prennent pour des historiens.

- La meilleur des choses à mon gout est de parler avec ces hommes qui ont vécu ces moments et de participer à des conférences quand il y en a, c'est ce que j'essaie de faire mais ce n'est pas facile.

Re: LE DEVOIR DE MEMOIRE EN 2010 - ETAT DES LIEUX

Nouveau messagePosté: 23 Avr 2010, 20:50
de H Rogister
Bonsoir à tous,

Je constate avec regrets que le débat de ce jeudi 22 mars 2010 n'a pas obtenu le succès qu'il aurait du avoir.

J'espère que ce n'est pas à la lecture de mon premier message que les membres de ce forum ont hésité à s'investir dans ce débat.

Si c'est le cas, je vous présente mes excuses.

Très amicalement

Re: LE DEVOIR DE MEMOIRE EN 2010 - ETAT DES LIEUX

Nouveau messagePosté: 23 Avr 2010, 20:56
de Prosper Vandenbroucke
Pas de soucis Henri.
Ton intervention était parfaitement justifiée et le réel débat a démaré à 21h05. Donc dans les temps.
Amicalement et bonne soirée
Prosper ;)

Re: LE DEVOIR DE MEMOIRE EN 2010 - ETAT DES LIEUX

Nouveau messagePosté: 24 Avr 2010, 07:19
de Houria
J'ai raté ce rendez-vous, les amis, hélas!

Le devoir de mémoire est extrêmement important, déjà parce qu'il permet de comprendre le présent, et que c'est le seul moyen qui existe pour saluer et rendre hommage à des personnes qui ont été capables de se dépasser pour un idéal de liberté. Le rétablissement de la vérité , même très tardivement, est une forme de justice et de thérapie aussi.

Il me semble que les cours d'histoire dans les collèges et les lycées sont souvent mal perçus par les élèves, qui les trouvent parfois ennuyeux ( c'était mon cas) parce que les enseignants ne les rendent pas suffisamment attractifs, et surtout ne mettent pas en relief suffisamment le quotidien et les souffrances des hommes et des femmes.
Les cours d'histoire sont présentés souvent comme des dates et des accords à retenir, alors qu'il faut insister sur la gravité des préjudices subis par l'Homme, et toucher les coeurs, pour que très tôt les élèves soient suffisamment impressionnés et marqués pour chercher à en savoir plus par eux-même, d'une part, et qu'ils fassent très tôt de la guerre leur ennemie, pour toujours.

Susciter l'intérêt chez les jeunes, pour éviter que l'horreur ne se reproduise. Diffuser l'information, pour ne pas déformer les faits. Et surtout grâce à l'école, la télé et le cinéma. Cultiver le goût de la liberté , et de la justice, et surtout, mettre en relief la valeur de l'Homme.

Je vous souhaite une excellente journée.

Re: LE DEVOIR DE MEMOIRE EN 2010 - ETAT DES LIEUX

Nouveau messagePosté: 25 Avr 2010, 19:16
de francoisT
Kristian Hamon a écrit:Désolé, mais un peu de contradiction pour pimenter ce débat. Personnellement je n'aime pas ce terme "Devoir de mémoire", qui renvoie à une certaine forme d'obligation. Nous n'avons pas a imposer, par exemple, à des enfants ou des jeunes gens des visites de camps de concentration. Pas plus que certaines initiatives récentes au sein de l'école. (Mais il est impossible maintenant sur ce site d'aborder le moindre sujet d'actualité pouvant avoir une connotation politique ou religieuse, même involontaire). Le risque est grand de culpabiliser. Je n'ai pas de solution, sinon la pédagogie, encore la pédagogie.
Quant au problème soulevé par Snakealx de résoudre la disparition des témoins directs, malheureusement c'est inéluctable. Les résistants d'avant juin 44, les plus fiables, adultes qui ont fait partie des réseaux de renseignement ou des mouvements dès 1941 ou 1942, ils ont pratiquement tous disparus ou sont vraiment trop âgés. Reste quelques réfractaires STO des classes 21 ou 22 qui ont rejoint les maquis en 43 ou 44 ou alors des très jeunes gens qui ont rejoint la Résistance à l'été 44. Il faut saluer leur engagement bien sûr, alors que tant de leurs concitoyens attendaient tranquillement chez eux. Mais bon, sans les blâmer, et c'est humain, certains d'entre eux ont passé tellement de temps à réécrire, sinon enjoliver ou mythifier leur engagement depuis la Libération que l'on s'y perd parfois ! Il y aurait beaucoup à dire sur les conditions d'attribution de la fameuse carte de CVR après la Libération (J'y ai travaillé un peu. J'ai même vu un directeur de journal qui n'a jamais appartenu à un mouvement de résistance et qui va l'obtenir sans problème avec une médaille auprès du liquidateur de Rennes). Il fallait deux témoins pour certifier que le demandeur avait fait partie d'un mouvement de résistance homologué avant le 6 juin 44. On comprendra qu'il y a eu beaucoup d'enrôlements au mois de mai 44 ! Tout cela n'est pas bien méchant mais relativise la valeur des témoignages oraux de ces jeunes gens 65 ans après les faits.
Reste l'essentiel : les archives d'époque, documents, autobiographies, journaux, tous très fragiles du fait de la mauvaise qualité du papier sous l'Occupation. La numérisation des documents les plus fragiles est une réelle urgence. Sans oublier les lieux de mémoire locaux bien sûr.
Bref, il y a encore pas mal de travail et beaucoup de choses à découvrir sur cette période. Observons simplement ce qui se passe en ce moment en Europe.


largement d'accord, devoir de mémoire est un terme génant: la mémoire de la seconde guerre mondiale, ok, mais laquelle? Toute mémoire est sélective,et au délà du succès que peuvent avoir des initiatives auprès des scolaires, souvent pour eux le terme "devoir" les repousse, et ils voient là un retour de la morale

quant à ceux qui éprouvent un intérêt pour la période, combien s'intéressent réellement à autre chose que le récit purement descriptif des combats et autres évènements militaires, il suffit de voir la part consacrée aux évènements militaires dans les revues sur la seconde guerre mondiale (ou les forums lol ) par rapport au reste: le quotidien des soldats, civils, prisonniers ou déportés...

Re: LE DEVOIR DE MEMOIRE EN 2010 - ETAT DES LIEUX

Nouveau messagePosté: 28 Avr 2010, 11:33
de H Rogister
HistoQuiz a écrit:Bonjour

Une seule chose à dire : envoyer vos messages

ICI


Bonjour à tous,

L'affaire est close pour moi. Pensons maintenant à l'avenir.
Merci de votre soutien.

A+