Connexion  •  M’enregistrer

Soirée débat le 10 octobre à 21h00 :Les accords de Munich

Dans ce sous forum sont rassemblées les archives de tous les débats thématiques du forum.
MODÉRATEUR: Prosper

Soirée débat le 10 octobre à 21h00 :Les accords de Munich

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 22 Sep 2008, 22:35

Le thème de notre grande soirée débat dans le cadre "Des rendez-vous de l'Histoire sera : LES ACCORDS DE MUNICH.

En guise d'introduction voici quelques lignes au sujet de ces fameux accords:

Dans la nuit du 29 au 30 septembre 1938, Hitler, Mussolini et les deux Premiers ministres anglais et français, Chamberlain et Daladier, signent à Munich un accord sur le statut de la Tchécoslovaquie. Après douze heures de négociation et dans le but d'éviter un nouveau conflit européen, la France et la Grande-Bretagne cèdent aux ambitions allemandes. Le gouvernement tchécoslovaque, peu enclin à admettre cette rupture du traité de Versailles et de Saint-Germain-en-Laye, a dû se soumettre aux volontés des grandes puissances. L'Allemagne est la grande gagnante de cette rencontre. Hitler envahira les Sudètes dès le lendemain, commençant ainsi le démantèlement de la seule démocratie d’Europe centrale. Les accords de Munich deviendront par la suite le symbole de la faiblesse des démocraties européennes face à la montée des fascismes.

Nous vous attendons très nombreux ce soir là afin de pouvoir débattre en toute convivialité sur ce sujet très important et complexe.

Merci de ne pas répondre à ce fil avant le lancement du débat le 10 octobre à 21h00 précise

L'équipe du forum "Le Monde en guerre"

( source: l'internaute de l'histoire)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 67373
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


L'accord naval anglo-allemand...

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 10 Oct 2008, 19:59

Avant d'aborder la crise des Sudètes, il me semble indispensable de rappeler l'évènement capital que fut l'accord naval Anglo-allemand du 18 juin 1935... Sans cela, on s'expose à ne rien comprendre à ce que cachait la soit-disant politique anglaise de "l'Appeasment"...

Ce pacte naval de 1935 signé entre l’Allemagne nazie et l’Angleterre constitue un véritable tournant: nous le vérifierons en étudiant les clauses de l'accord, en tentant d'expliquer les raisons de cet accord, sans omettre d'exposer les réactions des autres paysconcernés dans ce que certains ont appelé le "jeu à 7" (Royaume-Uni, USA, URSS, France, Japon, Allemagne, Italie).

La signature de l’accord se matérialise par un échange de notes entre Joachim von Ribbentrop, le représentant nazi et Samuel Hoare, secrétaire d'état au Foreign Office, le 18 juin 1935. Avant le début des négociations, les Allemands avaient posé plusieurs conditions :

Les Britanniques devaient accepter le quota de 35% pour la marine allemande par rapport à la Royal Navy.
Les Allemands se réservaient le droit de construire toutes les catégories de navires et le budget de la marine allemande n’était pas négociable.

Les négociations débutèrent à Londres le 4 juin. Si les Anglais n’apprécièrent pas que les Allemands posent leurs conditions de manière sine qua non avant l’ouverture des négociations, ils acceptèrent cependant les conditions précédemment citées, ce qui ne laisse pas d'étonner !!! Quelles contreparties pouvaient donc espérer nos "alliés" d'Outre-Manche ?

Les pourparlers furent suspendus le 6 juin car l’Angleterre voulait (quand même) informer les signataires du traité de Washington de la négociation de l'accord. Le changement ministériel du 7 juin influença fortement ces négociations, dans un sens plus conciliant. Baldwin remplaça Mac Donald au poste de Premier ministre et Samuel Hoare, John Simon, au Foreign Office.

L'accord retint le taux de 35% pour la marine allemande par rapport à la marine anglaise. Ce taux devait demeurer constant quelque soit l’évolution de l’armement naval pour chaque catégorie de navires. Pour les sous-marins, le taux fut cependant de 45%. L’Allemagne ne pouvait faire des ajustements qu’avec l’accord de l’Angleterre. La Royal Navy avait un tonnage de 1 240 000 tonnes, à parité quasiment avec celle des USA. Le traité de Versailles autorisait 144 000 tonnes, alors que l’Allemagne avait désormais la possibilité d’avoir sa flotte à 420 000 tonnes, soit près du quadruple ! Aussitôt, Hitler entreprenait un vaste programme de construction navale : 2 cuirassés, 2 croiseurs, 16 destroyers et 28 U-Boote.

Qu'est-ce qui a bien pu pousser l’Angleterre à mener une telle politique ? Certes, l'appeasement était déjà à la mode: conduit depuis l'année 1930 en vue d’apaiser les tensions entre les Etats pour éviter une autre guerre mondiale. On a dit qu'elle espérait ainsi encourager d'autres accords sur la question de l’armement naval. C'était aussi un moyen de réagir au réarmement allemand après l’arrivée de Hitler au pouvoir, en l'estimant comme la meilleure solution pour limiter ce réarmement. Certes, la politique de désarmement avait été inefficace au sein de la SDN et la Conférence générale sur le désarmement s'était soldée par un échec en 1932-1933. Du point de vue anglais, cet échec était imputable à la France trop intransigeante, ce qui aurait permis à l’Allemagne de se réarmer sans limite. Cette interprétation est évidemment dépassée quand on connaît les intentions bien arrêtées d'Hitler à ce sujet, mais permet de souligner la francophobie qui existait au sein des milieux dirigeants de Londres.

Quoiqu'il en soit, l’Angleterre estima que cet accord était indispensable. Si les Anglais manifestaient toujours un idéal pacifiste avec la conclusion des accords, ils s'illusionnaient gravement sur leur capacité à limiter la course aux armements.

Pour l’Allemagne, la conclusion de cet accord avec le quota inespéré de 35% pour ses navires lui permettait d’indexer sa flotte sur celle de l’Angleterre sans plus tenir compte du traité de Versailles. Hitler avait réussi à porter un second coup audit traité. Surtout, la signature de cet accord rompait le front de Stresa d’avril 1935 (conférence entre l’Angleterre, la France et l’Italie suite à l’annonce du rétablissement du service militaire allemand du 16 mars 1935, où les anciens alliés de 1918 réaffirmaient leur attachement au traité de Locarno, leur unité par rapport à l’Allemagne tout en condamnant la violation unilatérale du traité de Versailles).

Si cette signature a permis d’officialiser et de légaliser le réarmement naval nazi grâce à l’Angleterre, c’était aussi un coup de maître d'Hitler car c'était la première fois qu'un pays vainqueur de la Première guerre mondiale considérait le traité de Versailles comme caduc. De plus, "Herr Kanzler" avait de bonnes raisons d'estimer que l’Angleterre lui laissait les mains libres en Europe centrale et orientale. Comme je le souligne toujours, Hitler était anglophile et se posait en fervent partisan du rapprochement avec l’Angleterre. Il s'était persuadé que la défaite de l’Allemagne durant la Grande Guerre s’expliquait par une lutte sur deux fronts, chose qu'il voulait à tout prix éviter en se lançant à la conquête de l'URSS.

Les réactions dans le monde furent diverses et contrastées. En Angleterre, l'accord fut perçu comme le résultat d’une longue bataille contre le réarmement allemand et le début de prochaines négociations pour maintenir la paix en Europe. Le gouvernement britannique eut le culot de déclarer que ce pacte n’était pas contraire à l’esprit du front de Stresa, en ajoutant traitreusement qu’il s'était gardé de critiquer l’accord militaire franco-russe de mai 1935. L’opinion publique fut massivement satisfaite de l’accord, sauf Churchill et Austen Chamberlain (frère aîné de Neville et signataire du pacte de Locarno) qui mettaient en garde contre la menace militaire représentée par le régime nazi. La date même de l'accord semblait un bon tour joué aux Français et beaucoup d'Anglais ironisèrent à ce sujet...

En Allemagne, comme il fallait s'y attendre, les réactions furent enthousiastes. Le New York Times publia un article le 19 juin 1935 s’intitulant « Berlin overjoyed by naval treaty ». Les nazis étaient comblés au-delà de toute mesure car le Reich était délié pour ainsi dire des obligations du traité de Versailles. Hitler songeait à établir une véritable alliance militaire avec les Anglais. Il était prêt à garantir l’empire colonial britannique, pour peu que les Anglais lui laissent les mains libres à l'Est !!!

La France dénonça et condamna l’accord jugé « moralement inadmissible et juridiquement insoutenable ». Elle critiqua la violation du front de Stresa et de la clause V du traité de Versailles. Une partie de la presse releva que cet accord avait été conclu le jour du 120ème anniversaire de la défaite de Waterloo du 18 juin 1815 !! La France fut donc contrainte d’augmenter sa flotte car elle pouvait se sentir menacée du fait du réarmement naval allemand. Une alliance germano-italienne était de nature à lui ôter sa suprématie en Méditerranée, en cas de neutralité anglaise. Il lui fallait donc lançer un programme de construction pour les navires et les sous-marins, ce qui devait amoindrir ses capacités pour moderniser l'armée de terre et l'aviation. Jusqu'à un certain point, l'opinion pouvait se sentir trahie par l’Angleterre qui ne respectait pas l’Entente cordiale, mais ce ne fut qu'un sentiment éphémère que les politiciens ne cherchèrent même pas à exploiter...

L’Italie dénonça également la violation du front de Stresa. Elle condamna aussi l’accord mais avec une certaine retenue, dans la mesure où -l’Allemagne étant dégagée du traité de Versailles- elle se sentait plus libre d’attaquer l’Ethiopie alors que le pacte de la SDN le lui interdisait.

L’URSS réagit très mal à la conclusion de cet accord. Elle craignait un encerclement de la part de l’Allemagne, de la Pologne et du Japon. Elle redoutait une augmentation de la marine allemande dans la mer Baltique tout en estimant que le Reich encourageait le Japon à l’attaquer.

Les USA manifestant un désintérêt certain pour l’Europe, Roosevelt était plus absorbé par le New deal qu'autre chose. De plus, l'opinion américaine était isolationniste et souhaitait simplement la paix et le désarmement.

Peu après la signature de l’accord, le cabinet anglais reprit les relations avec les hommes politiques français et italiens. La France ravala rapidement sa déception et réaffirma sa volonté de préserver l’Entente cordiale. Les accords navals de Washington et de Londres prenaient fin en 1936. L’Angleterre tenta d'organiser une nouvelle conférence mais elle échoua. La Conférence de Londres se déroula en décembre 1935. L’Allemagne n’y fut pas conviée en raison de l’opposition de la France. Le Japon quitta très vite la Conférence car il refusait le principe de la hiérarchisation des flottes. L’Italie quitta aussi la Conférence refusant de signer un traité avec des pays qui avaient condamné son invasion de l’Ethiopie. A l'issue de celle-ci, l’Italie et l’Allemagne commencèrent un rapprochement logique, du fait des erreurs de l'Angleterre.

En conclusion, il est difficile d'admettre que le but de la politique étrangère anglaise était seulement de pacifier l’Europe. Conclure d’autres accords afin de limiter le réarmement du Reich et de l’Europe était sans doute un but louable, mais ne pouvait être atteint sans une concertation étroite avec des puissances comme la France et l'Italie. On peut légitimement se demander si cette politique ne visait pas à permettre à Hitler de parvenir à son premier but, soit la réunion de tous les Allemands dans un grand Reich. L'abstention anglaise au moment de la remilitarisation de la Rhénanie, son attitude conciliante au moment de l'Anschluss et sa complicité dans l'annexion des Sudètes tendent à le démontrer. En tout cas, cet accord naval conduisit à une course aux armements, l’effet contraire à celui qui aurait été recherché. En effet, Hitler se sentant libre de piétiner le traité de Versailles, ne connut plus de bornes à son ambition. "Frau Albionis omnia corrumptit" !!!


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 10 Oct 2008, 20:00

Le débat de ce soir est lancé.

Pour ma part je ne suis guère un érudit au sujet de la politique d’avant guerre, fut-elle allemande ou alliée, mais je sais que beaucoup d’entres vous en connaissent les tenants et aboutissants.

Les accords de Munich signifiaient pour la Tchécoslovaquie sa condamnation à mort. La perte des Sudètes non seulement privait le pays de sa principale ligne de défense contre l’Allemagne, mais aiguisait également l’appétit des autres ennemis de Prague. La Pologne et la Hongrie s’emparèrent au cours d’une simple incursion, de 12.000 km2 de territoire tchèque. Les provinces de Slovaquie et de Ruthénie exigèrent et obtinrent une large autonomie.
Pendant ce temps les Anglais et les Français restèrent l’arme à la bretelle.

Cela c’est en partie pour les conséquences.
En ce qui concerne les accords, proprement dit je vous laisse le soin de développer vos idées via votre clavier
C’est à vous

Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 67373
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 10 Oct 2008, 20:03

Merci pour cette très bonne amorce mon cher Bruno
Nous attendons la suite afin de pouvoir débattre de cet événement très important
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 67373
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 10 Oct 2008, 20:10

Pour être complet, il fallait mentionner l'épisode de l'accord anglo-allemand du 18 juin 1935, étant noté que cette date correspondait au 120 ème anniversaire de la bataille de Waterloo ! François Delpla me l'a rappelé dans une discussion sur son propre forum:

"Hitler rompt spectaculairement avec cette attitude en signant l’accord naval du 18 juin 1935, qui fixe au tiers de la flotte de guerre anglaise le nombre de bateaux que l’Allemagne aura le droit de construire. Ce faisant, les deux pays bafouent ensemble le traité de Versailles, qui interdisait tout cuirassé germanique, et la Société des Nations dont la vocation première était de faire respecter ce traité."

Je me rends compte que j'avais toujours minimisé la portée de cet accord. Eh bien, non ! Tant par le contenu que par la date de sa signature, c'est quasiment un renversement d'alliance. Pas étonnant que le Reich ait accentué sa marche vers la destruction complète du traité de Versailles.

A n'en pas douter, l'Angleterre porte une lourde responsabilité, pour ne pas dire la principale, dans la montée du nazisme !

Il est donc assez comique de lire encore des historiens anglais accabler la France de la IIIème république finissante, pour mieux occulter les responsabilités des appeasers: Baldwin, Samuel Hoare, Chamberlain, Lord Halifax et tout l'establishment conservateur... Et même Lloyd George !


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 10 Oct 2008, 20:18

Pour ma part, sans chercher de coupables, je crois que les accords de Munich sont signés en partie à cause du sentiment de culpabilité des autres nations envers l'Allemagne qu'on a écrasée et accablée trop sévèrement. Le désir de ne pas revivre une guerre était aussi présent, mais je m'explique mal comment on a pu croire qu'Hitler, avec une Allemagne à ce point renforcie par ces mêmes accords qui devaient préserver la paix, resterait bien tranquille ???
Dernière édition par Audie Murphy le 10 Oct 2008, 20:30, édité 1 fois.
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5743
Inscription: 22 Mar 2004, 13:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Bruno Roy-Henry  Nouveau message 10 Oct 2008, 20:28

Sentiment de culpabilité ? A part chez les Anglais, je ne pense pas que quiconque ressentait un sentiment de culpabilité...

Mais les Anglais ont manifestement choisi de laisser tomber la France pour soutenir Hitler: celui-ci -dans Mein Kampf- avait fait état de son admiration pour l'Empire Britannique et sa civilisation.

Et que demandait-il, au fond ? Pouvoir rassembler tous les Allemands qui étaient en dehors des frontières de 1919. Programme suivi pour l'Autriche et les Sudètes. Les Anglais ne s'y sont pas opposés, encourageant ainsi Hitler à tout oser !!!

Si on n'admet pas cela, on ne comprend rien aux évènements. N'oublions pas non plus le précédent de la remilitarisation de la Rhénanie qui vit l'accord tacite de l'Angleterre à cette enième violation du traité de Versailles, paralysant ainsi les vélléités de réaction françaises...


 

Voir le Blog de Bruno Roy-Henry : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Lorenzo Calabrese  Nouveau message 10 Oct 2008, 20:30

Il est certain que Hitler a joué des discordances des Britanniques et des Français, que les Anglais ont voulu un contre-poids dans la balance européenne où la France semblait dominer l'Europe sur le papier.
"La seule sauvegarde des démocraties à l'égard des tyrans c'est la défiance"
Démosthène, IIIe Philippique

Major
Major

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 239
Inscription: 16 Jan 2008, 01:21
Localisation: Paris, Carentan
Région: Ile-de-France
Pays: France

Voir le Blog de Lorenzo Calabrese : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Nicki le Bousier  Nouveau message 10 Oct 2008, 20:31

il semblerait même que Hitler ait été rassurer par la faiblesse diplomatique des puissances occidentales...Ce qui, en dehors de l'aspect militaire, lui ouvrait une voie royale pour son expansionnisme.


 

Voir le Blog de Nicki le Bousier : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de mansteinpearl  Nouveau message 10 Oct 2008, 20:32

Bonsoir,

qu'aurait été la réaction d'Hitler si Daladier et Chamberlain avaient refusé les accords et menacé l'Axe ?

Faiblesse ? Refus ? Guerre ?

Captain
Captain

 
Messages: 197
Inscription: 30 Avr 2007, 20:30
Localisation: Le Mans

Voir le Blog de mansteinpearl : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LES ARCHIVES DES RENDEZ-VOUS DE L'HISTOIRE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 23:55
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 23:44
par: kfranc01 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 23:10
par: Didier 
    dans:  Operation Chastise 
Hier, 21:52
par: Dog Red 
    dans:  et le canal alors? 
Hier, 21:34
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  L'énigme Pierre Pucheu 
Hier, 21:29
par: pierma 
    dans:  Philippe Pétain: l'hommage polémique d'Emmanuel Macron 
Hier, 20:57
par: alain adam 
    dans:  Identification LIEUX 
Hier, 20:43
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  MM park / Strasbourg 
Hier, 20:42
par: alain adam 
    dans:  Expertiser oui mais où 
Hier, 16:27
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Scroll