Connexion  •  M’enregistrer

Premiere Victoire d'Helmut Wick

Cet espace est consacré aux forces aériennes de toute nationalité et aux opérations aériennes durant la Seconde Guerre Mondiale
MODÉRATEUR: Marc_91

Premiere Victoire d'Helmut Wick

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Haddock  Nouveau message 07 Avr 2008, 08:47

Premiere Victoire d'Helmut Wick


Alors affecté depuis le 30 Août 1939 au III/JG2, Helmut WICK rejoint Rebstock, près de Franckfort, début novembre 1939 pour être cette fois engagé dans la "Drôle de Guerre". Une longue série de patrouilles en couverture de la frontière commence sans jamais apercevoir la moindre cocarde française dans le ciel...


22 Novembre 1939

" Puisque les Français ne se décidaient pas à venir survoler cette frontière, nous avions décidé cette fois d'aller les visiter chez eux. Le vent d'est nous poussa rapidement en France. J'aperçus tout à coup un tas d'avions vers 6000 mètres dans la régions de Nancy et réalisais qu'ils n'étaient pas allemands. On effectua un virage mais immédiatement deux appareils se détachèrent du gros de la formation et piquèrent sur nous. Je les reconnus alors : des Curtiss. Mon camarade et moi -nous formions une paire de Bf 109- nous mîmes en piqué pour prendre le large, mais bien entendu les Français se lancèrent à nos trousses. Au moment où je virais pour reprendre de l'altitude, j'en avais juste un derrière moi. Je me souviens encore de ses cocardes que je reconnus en jetant un coup d'oeil en arrière.

Ce fut un des instants les plus mémorables de mon existence que celui où je vis ces cocardes bleu- blanc- rouge, un moment très excitant ; d'autant plus que le Français faisait feu de toutes ses armes. S'apercevoir qu'il y a quelqu'un derrière vous qui vous arrose n'a jamais rien de plaisant ! C'était en définitive mon premier combat aérien. Mais les leçons de mon moniteur Mölders me revinrent en mémoire au bon moment : " en situation critique, toujours commencer par dégager, puis surveiller ensuite l'évolution de la situation ". Je piquai donc du nez, comme j'étais bien plus rapide que le Français, je le semais presque aussitôt. Ne voyant plus l'ennemi, je pensais que les autres devaient être au dessus de moi et à gauche, mais il n'y avait rien de ce côté. A droite alors ? Quand je regardais par là j'eus un choc : Derrière moi apparaissaient quatre moteurs en étoiles qui crachaient de petites flammes rouges. Comme toujours en pareil cas une idée ridicule me traversa l'esprit : "Ont-t'ils vraiment le droit de te tirer dessus comme cela ?" je repris conscience aussi vite : Dois je décamper à nouveau ? Non ! Cette fois je vais les avoir. Il faut que j'en descende un." Serrant les dents je poussais manche et palonnier à droite !
Quand je sortis de mon virage le premier était déjà passé ; le second le suivait de près et je volais de front à sa rencontre. Regarder en face ses mitraiileuses également en train de tirer était assez désagréable, mais nous étions trop près l'un de l'autre pour obtenir un résultat. Il passa au dessus de moi et se fut alors que se présenta le troisième, aussi près que le second. cette fois je changeai légèrement de cap pour bien l'aligner dans mon collimateur et j'ajustais calmement ma visée, comme à l'école de chasse. Dès ma première rafale, des fragments de tôle voltigèrent de l'avion Français, puis les deux ailes se détachèrent. Juste derrière arrivait le quatrième Curtiss qui lui aussi tirait sur moi comme je pus en juger en voyant les flammes de départ de ses mitailleuses. Tout se passa bien pour moi car aucun de ses coups ne m'atteignit.

Les deux premiers reprenant déjà de l'altitude, je fis de même si bien qu'ils ne purent plus me rattraper. Il était temps désormais de rentrer, car mon niveau d'essence baissait. Un coup d'oeil dans toutes les directions ; j'étais seul à perte de vue. Je ne devais retrouver qu'au terrain mon ailier sain et sauf : il m'avait perdu durant mes évolution. (...) Mais après m'être débarrassé des autres français, tandis que je volais seul et à haute altitude vers l'Allemagne, je fus tout à coup atteint de la"fièvre du chasseur". Je revécus les phases de ce combat angoissant que j'avais livré à un contre quatre. Ma première victoire !"


Helmut WICK.


DER ADLER, 1940

Post :JOCHEN Forum I/JG2


 

Voir le Blog de Haddock : cliquez ici


Retourner vers AVIATIONS DE GUERRE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Coup de force japonais de Langson, 22 septembre 1940 
il y a 51 minutes
par: alfa1965 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 23:24
par: iffig 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 23:16
par: kfranc01 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Hier, 22:42
par: iffig 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Hier, 22:31
par: Manu 
    dans:  Testament de Hitler : Sur le problème juif et le racisme 
Hier, 22:08
par: Manu 
    dans:  Meutes Eisbär 1 et Eisbär 2 
Hier, 21:46
par: alfa1965 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Hier, 21:35
par: alain adam 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 21:10
par: kfranc01 
    dans:  recherches sur le parcours de mon arrière grand père 
Hier, 21:09
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 21 invités


Scroll