Connexion  •  M’enregistrer

88 squadron

Cet espace est consacré aux forces aériennes de toute nationalité et aux opérations aériennes durant la Seconde Guerre Mondiale
MODÉRATEUR: Marc_91

88 squadron

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Garrison  Nouveau message 15 Déc 2007, 08:41

Bonjour à tous
Je cherche l'historique du 88 squadron Anglais navigant sur des bombardiers Boston dans la période du 20 au 30 Août 1944 . Ou cet esquadron était-il basé ? Quel était son numéro de wing ? Quelles ont été ses pertes durant cette période ? Et surtout très important , je cherche à connaitre la composition des équipages ainsi que leurs noms .
Merci à tous pour tous les renseignements que vous pourrez m'apporter .


 

Voir le Blog de Garrison : cliquez ici


88 Squadron

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Haddock  Nouveau message 15 Déc 2007, 09:56

No 88 (Hong Kong) Squadron


Matériel BOSTON IIIA (MARS 43 Avril 45)

Image
Code : RH

Image

Quelques Photos t site ici :
http://88-squadron-association-raf.org/WW-2-

Le Squadron 88 faisait partie du 2nd Tactical Air Force .


No. 88 Squadron returned to England in June 1940 - after having seen some very heavy fighting and having suffered heavy losses - and the following year, after a spell with Bristol Blenheims, became the first squadron to be equipped with Douglas Bostons. It took part in many shipping strikes and other bombing operations-including the attacks on gun positions in connection with the famous Dieppe raid of 19th August 1942 - and in 1943-44 attacked Noball (flying bomb) sites and invasion targets. On D-Day it laid a smoke screen for some of the assault troops. Towards the end of 1944, operating with the 2nd Tactical Air Force (of which it had been a part since June 1943), the squadron went to the Continent for the third time in its history. It was disbanded the following April.



Quelques nons ici .. dans la Texte ...

On the evening of 5th June 1944 the bar was closed in all the Messes at 1800 hours and we were all ordered to have an early night. The “battle order” was pinned on the notice board which indicated that our crew were flying No. 2 to the Leader who was our Squadron Commander Wing Commander Paddy Maher DFC. There were 12 aircraft listed for 88 Squadron and also 12 aircraft for 342 Squadron.

For some reason I found myself alone in the Officer’s Mess so I went to find the other boys at the tented site we occupied. When I arrived there was a strange silence over the area and I thought I was missing something. I then went to the field Latrines at the rear of the site and found almost everyone there discussing the situation, those not “sitting” were standing in front of those who were “sitting”, eventually we got to bed for a while, but no sleep.

At 0100 hours on 6th June we had the usual big “fry-up” early breakfast in the Mess, then to the Briefing, and out to our aircraft — “L” for Louden!!! At 0436 hours we were airborne and heading for the “big one”. Our task was to lay smoke at sea level (for which our craft had been specially adapted with canisters in the bomb bays and funnels projecting out through holes in the bomb doors), to protect the Royal Navy ships and also the invasion troops as they forged ashore.



Le SQN 342 etait tres souvent en collaboration avec le 88 comme le montre cet extrait en cherchant sur les deux il y a moyen je pense de trouver des infos ..

Description de l'opération extraite de << Quand les alliés bombardaient la France >> de Eddy Florentin :

<< Le capitaine observateur Pierre Mendès-France, incorporé, le 3 juillet dernier, après une évasion rocambolesque de France vichyste au Groupe Lorraine des Forces aériennes françaises libres, non sans y deviner un sournois antisémitisme, relit pour la énième fois Le Crève Cœur d'Aragon quand, en fin de matinée du 8 août, il apprend sa désignation pour une ops : une low level attack sur les magasins de la Kriegsmarine, à l'ouest de Rennes, où sont stockés des milliers de tonnes d'équipement vital pour le ravitaillement des bases navales de Bretagne.

Trente-six Boston, en trois squadrons. L'une des formations est le “ eighty-eight ” de la RAF ; le 88, orfèvres des vols à basse altitude, déjà rencontrés dans le ciel français : usines chimiques de Chocques le 18 août 41, Matford à Poissy le 8 mars 42, centrales électriques du Grand-Quevilly et de Yainville le 12 juillet 43. La deuxième est le 107, “ une excellente unité anglaise très cotée ”, selon Pierre Mendès-France, voisine, sur le terrain de Sculthorpe, des aviateurs français qui en apprécient les équipages. Et la troisième n'est autre que le 342 : on l'appelle aussi le Groupe Lorraine... Raid de jour. Long trip : 1 200 kilomètres. Autonomie tout juste suffisante. Rase-mottes intégral. Pas de chasseurs d'escorte avant le retour. Quatre minutes à 450 mètres au-dessus de la cible. Décollage : 14 h 46. Temps gris, triste. Nuages 10 sur 10 à 700 ou 800 pieds. Pagaille dans les ordres franco-britanniques. Après décollage, des avions manquent, et d'autres sont en trop. Tel celui de Mendès-France, rappelé à la base sous une crasse et pluie violente alors qu'il approchait des îles Anglo-Normandes.

Les autres surgissent au-dessus de l'objectif. Pas tous : il en manque quatre qui iront bombarder ailleurs. Messieurs les Anglais tirent les premiers, à une quinzaine de mètres de hauteur, pour les quatre premiers avions. Les autres suivent, entre 350 et 450 mètres, altitude de sécurité pour survoler la cible sans dommage si les premières bombes explosaient à cet instant précis.

Aucun chasseur ennemi. Mais une Flak très violente: le bimoteur du Pilot Officer Angus est descendu en flammes. Un autre Boston est perdu. Mais un énorme panache de fumée blanche s'élève des entrepôts et se déroule sur la campagne rennaise, révélant la précision du raid. Retour dans la brume. Atterrissage en catastrophe sur le terrain britannique le plus proche: celui de Hum, près de Bournemouth, toutes lampes témoins des réservoirs allumées. Au point qu'un Boston français s'écrase, faute d'essence, moteur calé: celui du lieutenant de Brettes, tué, comme tué son observateur, le sous-lieutenant Hétigin ; les deux mitrailleurs sont blessés. Un deuxième Boston français -pilote Lucchesi, observateur Barulier -s'écrase lui aussi, équipage sauf. >>


 

Voir le Blog de Haddock : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Garrison  Nouveau message 15 Déc 2007, 10:29

Merci beaucoup pour ces informations qui vont pouvoir m'aider
Cordialement
Garrison


 

Voir le Blog de Garrison : cliquez ici



Retourner vers AVIATIONS DE GUERRE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 3 minutes
par: Didier 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 13 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 20 minutes
par: kfranc01 
    dans:  GMC gazogène ? 
Aujourd’hui, 21:02
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  FCM2C Capturés par les Allemands. 
Aujourd’hui, 20:29
par: alain adam 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 20:26
par: alain adam 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 19:44
par: Patrick.Fleuridas 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Aujourd’hui, 19:21
par: brehon 
    dans:  lES ORGUES DE STALINE kATIOUCHA lANCES ROQUETTE 
Aujourd’hui, 19:03
par: Andrée Balagué 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Aujourd’hui, 18:43
par: P. Vian 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités


Scroll