Connexion  •  M’enregistrer

Normandie-Niémen

Cet espace est consacré aux forces aériennes de toute nationalité et aux opérations aériennes durant la Seconde Guerre Mondiale
MODÉRATEUR: Marc_91

Re: Normandie-Niémen

Nouveau message Post Numéro: 51  Nouveau message de michelthouin  Nouveau message 09 Juil 2009, 21:20

Je faisait allusion aux Yak3 de Normandie-Niemen.

C'est comme aux examen du Baccalauréat: relisez votre brouillon avant de le recopier!
Avec amitiés et sans rancune.

Michel


 

Voir le Blog de michelthouin : cliquez ici


Re: Normandie-Niémen

Nouveau message Post Numéro: 52  Nouveau message de Haddock  Nouveau message 10 Juil 2009, 08:37

Affaire réglée donc... :D

Un petit rappel ici chez les aviateurs c'est l'amitié qui prime.

Nous venons ici par plaisir et surtout pour nous faire des amis virtuels.

Les forums sont dangereux a ce propos et trés vite peuvent amener des réactions inattendues suite a un mot mal percu (Vous le savez tous déja et pourtant parfois ...)

Nous faisons tous ici un effort pour passer audessus de ces détails.

Bon bref:

Bisous a tous .. :cheers: :cheers:


 

Voir le Blog de Haddock : cliquez ici


Re: A propos du Yak...

Nouveau message Post Numéro: 53  Nouveau message de Marc_91  Nouveau message 10 Juil 2009, 09:43

Le "Normandie", pendant sa première campagne, fut doté de Yak-1B, aussi appelés Yak-1M ; pas de Yaks des premières séries ...

MOSCA a écrit:Le Normandie, il est vrai faisait exception...
Très brièvement, à la fin de cette première campagne, afin de préserver le symbole qu'il représentait ...

Les missions d'appui-feu étaient une loterie ;
Face à face avec un autre chasseur, l'habileté du pilote faisait la différence,
mais pas devant la DCA, et surtout pas pour un second passage, une fois celle-ci alertée ...

Plusieurs fois Monsieur Marcel Albert, commandant de la première escadrille, a donné l'ordre strict à ses pilotes de ne pas "y retourner".

Un lache ... ou un pragmatique qui préférait réserver ses armes pour une meilleure occasion ???

Cordialement, mais virilement ...

Faut pas laisser ni Vladimir Vladimirovitch ni Nicolas trop simplifier l'histoire non plus ;
:mrgreen: Tu risquerais d'y retrouver, toi aussi, l'effet de leurs excès dans ta propre famille ... Marc
. . Image. . . . . .Image . . . Image

Animateur - Modérateur
Animateur - Modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7713
Inscription: 04 Déc 2006, 13:25
Localisation: Etrechy (91)
Région: Beauce
Pays: France

Voir le Blog de Marc_91 : cliquez ici


Re: Normandie-Niémen

Nouveau message Post Numéro: 54  Nouveau message de MOSCA  Nouveau message 10 Juil 2009, 16:07

Bonjour,


michelthouin a écrit:Je faisait allusion aux Yak3 de Normandie-Niemen.

C'est comme aux examen du Baccalauréat: relisez votre brouillon avant de le recopier!

Bien dit! Et utiliser la fonction "citer" que ce soit plus clair! Du coup on ne sait toujours pas qui est le rigolo qui voit des RS sous des Yak-3...



Avec amitiés et sans rancune.

Michel


Pareillement. En espérant que le Neu -Neu renaîtra de ses cendres...


MOSCA
Quand même!

Brigadier General
Brigadier General

 
Messages: 350
Inscription: 02 Sep 2008, 21:06
Localisation: Paname

Voir le Blog de MOSCA : cliquez ici


Re: Normandie-Niémen

Nouveau message Post Numéro: 55  Nouveau message de Igor  Nouveau message 09 Aoû 2009, 14:52

A lire aujourd'hui, dans le journal L'Alsace, une biographie de Pierre Gouverneur qui fut mécano du Normandie-Niemen. On comprendra mieux les difficultés rencontrées par ceux qui voulaient s'engager dans la France Libre.

Histoire : l'épopée d'un sans-grade de la France Libre du général De Gaulle.

La dissolution de l’escadron Normandie-Niemen, à la BA 132 de Colmar-Meyenheim (nos éditions du 4 juillet), a ravivé les souvenirs de Mme Monique Gouverneur, qui habite à Pfastatt. Son mari, Pierre, était l’un des quarante mécaniciens des débuts du groupe de chasse Normandie. Décédé en 1977, il était ce qu’on appelle un sans-grade de la France Libre. Il s’était engagé en tant que 2 e classe auprès du général De Gaulle, en février 1941 à Londres. Il a été démobilisé cinq ans plus tard avec les épaulettes de caporal-chef. Ses années de guerre l’ont mené en Espagne, en Angleterre, en Afrique, au Moyen-Orient et en Russie.

Quand la France est envahie par les troupes allemandes, en mai et en juin 1940, Pierre Gouverneur a 19 ans. Il habite à Tinqueux, près de Reims. Il est ajusteur et travaille dans l’entreprise de travaux publics de son père. La famille tout entière refuse la défaite. Vétéran de la Première Guerre mondiale, évadé en 1917 d’un camp de prisonniers en Allemagne et revenu en France par la Suisse après un périple de 400 km en territoire ennemi, M. Gouverneur père ferme son entreprise pour ne pas aider à la construction du Mur de l’Atlantique. Le fils aîné entrera dans la Résistance. Quant à Pierre, il décide de rejoindre le général De Gaulle à Londres. Ce qui est n’est pas une mince affaire.

Interné en Espagne

Ses tribulations commencent le 8 novembre 1940. « Je suis parti de Châtellerault vers 8 h du matin », écrit Pierre Gouverneur dans son journal, « avec la ferme résolution de gagner l’Angleterre en compagnie d’un camarade de Reims, André Ribeiro, âgé de 17 ans et demi. »
Pourquoi Châtellerault ? Parce que la ville se trouve à quelques km de la zone non occupée par les Allemands. La première frontière à traverser, à l’époque, est franco-française !
Les deux jeunes patriotes franchissent sans peine ce premier obstacle. Ils réussissent également à pénétrer, deux jours plus tard, en Espagne, à Port-Bou. C’est là que les choses se gâtent. Un garde-civil interpelle le 12 novembre les deux « touristes » qui sont immédiatement internés. L’Espagne est officiellement neutre, mais son chef, Franco, est proche de l’idéologie hitlérienne : les Français qui tentent de rejoindre l’Angleterre pour poursuivre la guerre sont mal vus. Beaucoup d’entre eux se retrouvent dans le camp de concentration de Miranda, où ils sont censés rester jusqu’à la fin des hostilités. Pierre Gouverneur et André Ribeiro font partie du nombre. Ils côtoient, dans de très dures conditions de vie (lire par ailleurs), des opposants espagnols, ainsi que des Polonais et des Anglais qui, comme eux, cherchent à rejoindre l’enclave britannique de Gibraltar.
Pour éviter d’être livrés au gouvernement de Vichy, qui collabore avec l’occupant allemand, Pierre et André se font passer auprès des Espagnols pour des… citoyens anglais. Contre toute attente, ça marche ! Après trois mois dans les geôles espagnoles, ils sont échangés contre des marchandises anglaises, en compagnie de plusieurs authentiques citoyens britanniques, et arrivent à Gibraltar le 7 février 1941.
Il leur faut encore rejoindre l’Angleterre, ce qu’ils font à bord du cargo polonais Sobieski. Le 27 février, Pierre Gouverneur peut signer son engagement dans les forces aériennes françaises libres. Le 12 janvier 1942, il quitte l’Angleterre pour rejoindre les Forces françaises libres du Moyen-Orient.

De Londres à Beyrouth en passant par le cap de Bonne-Espérance

À l’époque, il ne suffit pas de prendre un billet d’avion ! Le voyage se fait en bateau, dans des mers infestées de sous-marins ennemis, et avec force détours pour éviter les pièges. Pas question de passer par la Méditerranée alors que la guerre fait rage en Afrique du Nord. À bord du cargo Laconia, Pierre Gouverneur longe toute la côte africaine jusqu’au Cap, avec une escale à Freetown, au Liberia, avant de remonter vers l’entrée sud du canal de Suez, qui n’est atteinte que le 9 mars 1942 ! Le 13 mars, il est à Beyrouth, au Liban, et le 18, il arrive enfin à destination, sur la base aérienne de Rayack, près de Baalbek en Syrie.

La bataille d’Orel

C’est là qu’il est affecté comme mécanicien et c’est là qu’il se porte volontaire, à l’été, pour l’escadrille française qui doit combattre sur le front russe. Le 12 novembre 1942, deux ans, jour pour jour après sa capture par les Espagnols, Pierre Gouverneur arrive à Bagdad. Le 19, il est à Téhéran.
Le 1 er janvier 1943, il part pour Moscou. Le redoutable hiver russe succède sans intermède à la douceur du climat iranien. « Il n’avait pas du tout l’esprit ancien combattant et ne parlait que très rarement de la guerre », souligne son épouse Monique, qui a fait sa connaissance au lendemain du conflit, « mais il aimait raconter qu’il n’est jamais tombé malade en Russie. Pas même un rhume ! Pourtant il faisait tellement froid, en hiver, que les outils collaient à la peau des mains. »
Comme les pilotes de l’escadrille Normandie – qui deviendra en combattant le régiment Normandie-Niemen – les mécaniciens français étaient équipés « à la russe », avec des bottes en feutre et des chapkas en fourrure. Tous les camarades de Pierre Gouverneur n’ont cependant pas aussi bien supporté le climat et les restrictions en vigueur sur le front de l’est, où l’on manquait de tout. Les 40 mécaniciens français ont été rapatriés au Moyen-Orient en août 1943, pour être remplacés par des spécialistes russes.
Pierre Gouverneur sera resté huit mois en Russie, dont plus de trois sur le front, où il a participé à la bataille de Koursk-Orel (14-17 juillet 1943), l’un des hauts faits de l’escadrille. Les missions, lors de cette grande bataille, se succédaient de l’aube jusqu’au coucher du soleil, mobilisant pilotes et mécaniciens pour un ballet ininterrompu et des journées harassantes. Le groupe de chasse Normandie a enregistré, lors de ces combats, 18 victoires, déplorant la perte de sept pilotes, parmi lesquels le commandant de l’escadrille, Jean Tulasne, et le Vosgien Pierre Littolf, son adjoint.

Médaille de la Victoire

Ayant vendu son appareil photographique alors qu’il était interné en Espagne, Pierre Gouverneur n’a pas pris de clichés de sa campagne de Russie. Il n’a rapporté que sa chapka – « que son père a oubliée plusieurs années après dans un bistrot » — quelques numéros de téléphone qui figurent dans son carnet d’adresse en alphabet cyrillique, ainsi que la médaille de la Victoire, à l’effigie du maréchal Staline. Médaille qui figure en bonne place dans la boîte de souvenirs de Monique Gouverneur, aux côtés des carnets militaires français et anglais de son défunt mari.
Démobilisé en 1946, à Rayack, où les mécanos français sont revenus après leur expérience russe, Pierre Gouverneur a épousé Monique la même année. Directeur technico-commercial de la firme Berliet en Tunisie, il est arrivé en Alsace (d’abord à Mulhouse, puis à Pfastatt) au début des années soixante. Il est décédé en 1977.

Patrick Fluckiger


http://www.lalsace.fr/fr/sports/article ... aulle.html
Cordialement

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2048
Inscription: 18 Juil 2003, 14:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


Re: Normandie-Niémen

Nouveau message Post Numéro: 56  Nouveau message de michelthouin  Nouveau message 09 Aoû 2009, 19:52

Témoignage tout à fait intéressant, quoique connu.

Je voudrais, avant tout, signaler que le "Sobieski" n'était pas un cargo, mais un paquebot polonais.
De même, le "Laconia" était un paquebot britannique.

Les mécaniciens français n'ont pas supporté les conditions rencontrées sur le Front de l'Est.
En effet, si les Russes s'accomodaient des circonstances, les français qui râlaient tout le temps, et ce n'est pas un scoop, ne pouvaient admettre de dormir dans des trous recouverts de branchages et bien souvent, pleins d'eau. Quant à la nourriture...
Conditions difficiles et prise de conscience des Soviétiques que tout cela pouvait mal finir...
Cependant, les mécaniciens français étaient de bons, d'excellents mécaniciens...

L'Etat-major prit néanmoins la décision de renvoyer les Français pour les remplacer par des Russes.
Et l'on peut comprendre la rancune manifestée par les vétérans...

Michel


 

Voir le Blog de michelthouin : cliquez ici


Re: Normandie-Niémen

Nouveau message Post Numéro: 57  Nouveau message de michelthouin  Nouveau message 09 Aoû 2009, 20:01

J'ai oublié de préciser un point à propos de l'article concernant M. Gouverneur.

Le "journaliste" nous raconte que M. Gouverneur et son ami se seraient fait passer pour des Espagnols, ce qui leur aurait permis de rejoindre Gibraltar.
En réalité, il faut savoir que Franco échangait les prisonniers internés dans des dizaines de camps répartis sur tout le territoire espagnol contre du blé livré par les Etats-Unis d'Amérique.

Et, à ma connaissance, jamais Franco n'a renvoyé de prisonniers français vers Vichy!
Le peuple espagnol crevait de faim et le blé américain était plus précieux que les rapports avec le gouvernement français!

Michel


 

Voir le Blog de michelthouin : cliquez ici


Re: Normandie-Niémen

Nouveau message Post Numéro: 58  Nouveau message de michel d  Nouveau message 16 Aoû 2009, 07:11

Yak 11 basé à Cerny avec la décoration Normandie Niemen
Image

Image

MD

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 307
Inscription: 13 Aoû 2009, 10:40

Voir le Blog de michel d : cliquez ici


Re: Les Pilotes Du Normandie-Niemen

Nouveau message Post Numéro: 59  Nouveau message de Chris  Nouveau message 10 Nov 2009, 22:37

roty georges a écrit:Les pilotes du Normandie-Niemen
(Par ordre d'arrivée en U.R.S.S. et par ordre alphabétique)
Les quelques biographies de ce site sont tirées de l'ouvrage beaucoup
plus complet de Yves Donjon "Ceux de Normandie-Niemen".
Ce livre est en vente au Mémorial, voir la rubrique "boutique".





ALBERT Marcel* 28-11-1942 20-06-1945
•Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 11 avril 1944
• Croix de Guerre 1939-1945 (15 palmes, 3 étoiles de vermeil)
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Héros de l'Union Soviétique (URSS)
• Ordre de Lénine (URSS)
• Ordre du Drapeau Rouge (URSS)
• Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie (URSS)
• Croix de Guerre (Tchécoslovaquie)
Il vit actuellement aux Etats-Unis
BEGUIN Didier 28-11-1942 16-02-1944 Blessé en combat aérien le 17 juillet 1943 il rentre en Angleterre. Tué par la D.C.A. en Hollande le 26-11-1944 lors d'une mission à la tête de l'escadrille "Strasbourg" du Groupe "Alsace".
• Compagnon de la Libération - décret du 8 novembre 1944
BIZIEN Yves 28-11-1942 13-04-1944 Disparu lors d'un combat aérien dans la région de Spass-Demiensk le 13 avril 1943. Il est le premier mort du Groupe. Une rue de Neuville-les-Dieppe porte son nom.
CASTELAIN Noël 28-11-1942 16-07-1943 Compagnon de la libération. Disparu avec Albert Littolff lors d'un combat aérien dans la région de Krasnikovo le 16 juillet 1943.
DERVILLE Raymond 28-11-1942 13-04-1943 Disparu lors d'un combat aérien dans la région de Spass-Demiensk le 13 avril 1943 probablement fusillé par les allemands.
DURAND Albert 28-11-1942 1-09-1943 Compagnon de la libération. Disparu lors d'un combat aérien dans la région d'Ielna le 1er septembre 1943. Une rue de Blagnac porte son nom ainsi qu'une place de Marseille.
• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 11 avril 1944
• Croix de Guerre 39/45
• Ordre de la Guerre pour la Patrie (URSS)
LA POYPE (DE) Roland* 28-11-1942 20-06-1945 • Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 29 décembre 1944
• Croix de Guerre 39/45 (12 citations)
• Croix de Guerre Tchécoslovaque
• Héros de l'Union Soviétique (URSS)
• Ordre du Drapeau Rouge (URSS)
• Ordre de Lénine (URSS)
• Mérite de la Guerre pour la Patrie (URSS)
• Ordre de la Victoire (URSS)

LEFEVRE Marcel 28-11-1942 5-06-1944 Grièvement brûlé lors d'une mission le 28 mai 1944, il meurt suite à ses blessures à Moscou le 5 juin 1944. Son corps a été rapatrié en 1953 et repose au cimetière des Andelys. Dans cette même commune, une rue et une école porte son nom. La promotion 2003 de l'Ecole de l'Air porte également son nom.
• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 11 avril 1944
• Croix de Guerre 39/45 (9 citations)
• Héros de l'Union Soviétique avec Ordre de Lénine (URSS)
• Ordre du Drapeau Rouge (URSS)
• Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie (URSS)
• Ordre de Souvorov

LITTOLFF Albert 28-11-1942
16-07-1943 Tué en combat aérien dans la région de Krasnikovo le 16 juillet 1943. Son corps fut découvert plus de dix ans après et rapatrié à Marseille où il repose au cimetière St Pierre.
• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 23 juin 1941
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39-45 (10 citations)
• Médaille Coloniale avec agrafe "Libye"
• Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie (URSS)
• Chevalier de la Couronne d'Italie
• Croix de Guerre tchèque
MAHE Yves 28-11-1942 7-05-1943 Compagnon de la libération. Abattu par la D.C.A. dans la région de Spass-Deminsk le 7 mai 1943,il sera un des rares prisonniers à revenir vivant. Il trouvera la mort le 29 mars 1962 en service aérien . Il repose à Issy-les-Moulineaux. La Base-Aérienne de Taverny à pour nom de tradition"Frère Mahé"
PANGE (DE) Jean 28-11-1942 12-12-1944 Pilote de Liaison. Auteur du livre "Nous en avons tant vu..." qui retrace son parcours pendant la guerre, il est décédé le 6 octobre 1999 et repose dans sa demeure du château de Pange en Moselle.
POZNANSKI André 28-11-1942 13-04-1943 Disparu lors d'un combat aérien dans la région de Spass-Demiensk le 13 avril 1943
PREZIOSI Albert 28-11-1942 28-07-1943 Disparu en combat aérien dans la région d'Orel le 28 juillet 1943
RISSO Joseph 28-11-1942 20-06-1945 • Grand Croix de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 29 décembre 1944
• Grand Croix de l'Ordre National du Mérite
• Croix de Guerre 39/45 (10 citations)
• Médaille de la Résistance
• Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
• Médaille Commémorative 39/45
• Ordre du Drapeau Rouge (URSS)
• Ordre de la Victoire (URSS)
• Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie (URSS)
• Ordre Alexandre Newsky (URSS)
• Croix de Guerre Tchécoslovaque
Le Général Risso nous est décédé le 24 novembre 2005

SCHICK Michel 28-11-1942 12-12-1944 Interprète puis pilote de liaison, il devient pilote de chasse
TULASNE Jean 28-11-1942 17-07-1943 Commandant du Groupe à partir 22-02-1943 Compagnon de la libération. Disparu en combat aérien dans la région d'Orel le 17-juillet-1943.

BERNAVON Adrien 10-05-1943 16-07-1943 Compagnon de la libération. Disparu en combat aérien dans la région d'Orel le 16-juillet-1943.

BON Maurice 15-05-1943 13-10-1943 Tué en combat aérien dans la région de Smolensk le 13 octobre 1943
LAURENT Alexandre 18-05-1943 20-06-1945 décédé le 11 juin 1957 des suites d'une maladie contractée en Indochine.

BALCOU André 9-06-1943 20-09-1943 Tué en combat aérien dans la région d'Ielna le 20 septembre 1943. Depuis 1953, Il repose à Béziers.
BARBIER Léo 9-06-1943 15-10-1943 Tué en combat aérien dans la région de Smolensk le 15 octobre 1943. Depuis 1953, Il repose à Charmes la Grande (Haute-Marne)
BOUBE Henri 9-06-1943 28-07-1943 Muté au Moyen-Orient pour des raisons de santé. décèdé le 19 mars 1960
FORGES (DE) Paul 9-06-1943 31-08-1943 Disparu en combat aérien dans la région d'Ielna le 31 août 1943.
LEON Gérald 9-06-1943 4-09-1943 Disparu en combat aérien dans la région d'Ielna le 4 septembre 1943
MATHIS Jacques 9-06-1943 6-09-1943 Compagnon de la libération. Blessé en combat aérien dans la région d'Ielna le 6 septembre 1943. Mort le 31 août 1944 au cours d'une mission sur Spitfire en Angleterre
POUYADE Pierre 9-06-1943 20-06-1945 Commandant du Groupe du 17-07-1943 au 12-12-1944. Compagnon de la libération.
TEDESCO (DE) Jean 9-06-1943 14-07-1943 Compagnon de la libération. Disparu en combat aérien dans la région d'Orel le 14 juillet 1943
VERMEIL Firmin 9-06-1943 Compagnon de la libération. Disparu en combat aérien dans la région d'Orel le 17 juillet 1943

LARGEAU André 30-07-1943 14-09-1943 Disparu en combat aérien dans la région de Smolensk le 14 septembre 1943

ASTIER Louis 3-08-1943 19-10-1943 Muté au Moyen-Orient le 10 octobre 1943 pour des raisons de santé. Il décède de maladie à l'hôpital de Saigon en octobre 1949. Il repose à Briffons (Puy-de-Dôme).
DENIS Roger 3-08-1943 13-10-1943 Son avion touché lors d'un combat aérien le 13 octobre 1943, il saute en parachute mais malheureusement celui-ci ne fonctionne pas.
FAUROUX Yves 3-08-1943 12-12-1944 Décédé en octobre 1978
FOUCAUD Henry 3-08-1943 21-04-1944 Mort en service aérien à Toula le 21 avril 1944
REY Jean 3-08-1943 28-08-1943 Compagnon de la Libération. Tué par la D.C.A. dans la région d'Ielna le 28 août 1943.
SIBOUR (DE) Jean 3-08-1943 31-08-1943 Disparu lors d'un combat aérien dans la région d'Ielna le 31 août 1943

JEANNEL Pierre 13-08-1943 12-12-1944 Touché lors d'un combat avec des Fw 190, il saute. Blessé, il retrouvera le groupe six mois plus tard. Il trouvera la mort lors d'une mission pour l'O.N.U. en Israël
ST-PHALLE (DE) Jacques* 13-08-1943 12-12-1944 Blessé en mission le 12 décembre 1943, Après la guerre il fait une brillante carrière à à Air-France

MOURIER Yves 14-09-1943 12-12-1944 Mort le 1er avril 1948 en service aérien à bord d'un Spitfire.

JOIRE Jules 12-10-1943 18-03-1944 Compagnon de la Libération. Le 18 mars 1944, suite à une collision avec Maurice Bourdieu, à la sortie d'un nuage il doit sauter mais son avion le rattrape et lui arrache le parachute.

AMARGER Maurice 10-12-1943 20-12-1944 Muté à Meknès . Mort en service aérien commandé le 19 mars 1946.

CUFFAUT Léon 20-12-1943 31-10-1944 Muté au Moyen-Orient en octobre 1944. Il est décédé le 18 septembre 2002

ANDRE Jacques 22-12-1943 20-06-1945 Héros de l'Union Soviétique. décédé le 2 avril 1988. Il repose à Cagnes-sur-Mer.
BERTRAND Jean 22-12-1943 26-08-1944 Disparu lors d'une mission sur la Prusse-Orientale. Une rue de Longvic (Côte-d'Or) porte son nom.
CASANEUVE Jacques 22-12-1943 13-10-1944 Disparu en combat aérien le 13 octobre 1944
FELDZER Constantin 22-12-1943 1-08-1944 Abattu au-dessus de Eidtkounen en Prusse, il est fait prisonnier et s'évade le 5 mars 1945.

CARBON Yves 7-01-1944 12-12-1944 Mort en service aérien commandé le 25 octobre 1949.
DECHANET Pierre 7-01-1944 20-06-1945 Doté d'un talent de dessinateur, il caricature le Neu-Neu sur le front de l'est. Il est décédé le 26 février 1966.
DELIN Robert 7-01-1944 20-06-1945 Il est décédé le 5 octobre 2004.
DOUARRE Pierre* 7-01-1944 20-06-1945 Il réside actuellement sur la Côte d'Azur
FALETANS (DE) Bruno 7-01-1944 30-06-1944 Mort le 30 juin 1944 à bord d'un Yak7, avec son mécano, avec lequel il partait récupérer son avion resté en panne.
GEOFFRE (DE) François 7-01-1944 20-06-1945 Blessé lors d'un combat aérien, il survivra une dizaine d'heures aux eaux glaciales de la Baltique puis continuera le combat. Il meurt le 17 juillet 1970
MARCHI Robert 7-01-1944 20-06-1944 Virtuose de l'acrobatie, il meurt le 17 juillet 1946 en service aérien commandé
MARTIN René 7-01-1944 20-06-1945 Décédé en 1982
MERTZISEN Gabriel
7-01-1944 20-06-1945 Mort en service aérien le 30 septembre 1951
PENVERNE Roger 7-01-1944 5-02-1945 Abattu en combat aérien dans la région de Pillau (Prusse Orientale) le 5 février 1945.
ST-MARCEAUX (DE) Gaston 7-01-1944 20-06-1945 Décédé le 2 mai 1986.
SAUVAGE Jean* 7-01-1944 12-12-1944 Après une carrière militaire, il devient commandant de bord à Air-France. Il Réside actuellement à Paris.
SAUVAGE Roger 7-01-1944 20-06-1945 Décédé le 26 septembre 1977.
SEYNES (DE) Maurice 7-01-1944 15-07-1944 Le 15 juillet 1944, suite à une panne, Maurice De Seynes refuse de sauter en laissant son mécanicien non équipé de parachute. Ils mourront et seront enterrés ensemble.
VERDIER Marc 7-01-1944 22-09-1944 Disparu en mission de guerre en Prusse Orientale.

BRIHAYE Emmanuel 26-01-1944 12-12-1944 Après la guerre, il devient de service des essaies en vol à la S.N.E.C.M.A. Il réside actuellement sur la Côte-d'Azur.
PIERROT Fernand 26-01-1944 20-06-1945 Décédé le 5 avril 1964 en servce commandé.

BAGNERES Jacques 6-02-1944 30-10-1944 Décédé le 28 décembre 1981. Il repose à Pontonx-sur-l'Adour.
BOURDIEU Maurice 6-02-1944 18-03-1944 Mort suite à une collision à la sortie d'un nuage avec Jules Joire lors d'un vol d'entraînement le 18 mars 1944.
IRIBARNE Robert 6-02-1944 11-02-1945 Disparu en combat aérien sur la Prusse-Orientale le 11 février 1945.
LE BRAS Albert* 6-02-1944 20-06-1945 Après sa carrière militaire, il travaille pour la recherche spatiale et réside actuellement sur la Côte-d'Azur.
LE MARTELOT Jean 6-02-1944 9-10-1944 Grièvement blessé par la Flak le 25 septembre 1944,il regagne la France.
MOYNET André 6-02-1944 12-12-1944 Après la guerre il fait une carrière politique et aéronautique bien chargée. il est décédé le 2 mai 1993.

CASTIN Robert 24-02-1944 4-02-1945 Le 18 janvier 1945, lors d'un combat aérien, son avion est touché par un Fw 190, il réussi à se poser. Blessé il est rapatrié sanitaire en France le 4 février 1945. Il est décédé le 26 juillet 1979
CHARRAS Marc 24-02-1944 20-06-1945 Le 30 juillet 1949, il est abattu et tué par la D.C.A. en Indochine.
MONIER Charles 24-02-1944 12-12-1944 Devenu pilote d'essais pour la société Marcel Dassault, il est le premier français à passer le mur du son. Il se tue le 3 mars 1953 aux commandes du Mystère II 01 à Istres au cours d'un vol expérimental. Il repose au cimetière de Cesson (77). La base aérienne d'Istres porte son nom.
SCHOENDORFF Joseph 24-02-1944 20-06-1945 Il est décédé le 21 novembre 1970 et repose à Langonnet (56)

DELFINO Louis 28-02-1944 20-06-1945 Il prend le commandement du groupe le 12 décembre 1944 en remplacement du Commandant Pouyade parti en permission. Il meurt des suite d'une attaque cardiaque le 11 juin 1968 après avoir occupé des postes très importants au sein de l'Armée de l'Air.

CHALLE Maurice 18-03-1944 27-03-1945 Disparu en combat aérien dans la région de Pillau en Prusse-Orientale le 27 mars 1945.
CHALLE René* 18-03-1944 17-01-1945 Grièvement blessé lors d'un combat aérien le 17 janvier 1945, il réussit à rentrer au terrain mais finira la guerre à l'hôpital. Il réside actuellement en Normandie.
EMONET Jean 18-03-1944 17-10-1944 Le 17 Octobre 1944, sur la Prusse-Orientale, il est abattu et blessé par un ME 109. Il disparaît le 20 octobre 1949 en service aérien commandé au-dessus de la méditerranée.
GASTON Jacques 18-03-1944 26-06-1944 Tué en combat aérien dans la région d'Orcha en U.R.S.S. le 26 juin 1944.
GENES Pierre 18-03-1944 18-01-1945 Disparu en combat aérien sur la Prusse-Orientale le 18 janvier 1945
LEMARE Georges 18-03-1944 20-06-1945 Après la guerre il deviendra pilote instructeur à Air-France, il est mort lors d'un exercice près du Bourget le 26 janvier 1948
MANCEAU Jean 18-03-1944 29-10-1944 Mort le 2 novembre 1944, suite à ses blessures et à la gangrène après avoir sauté sur deux mines.
MENUT Lionel 18-03-1944 29-01-1945 Porté disparu en combat aérien dans la région de Koënigsberg le 29 janvier 1945.
MIQUEL Charles 18-03-1944 16-01-1945 disparu en combat aérien sur la Prusse-Orientale le 16 janvier 1945.
PERRIN Marcel 18-03-1944 20-06-1945 Aprés la guerre il devient pilote d'essai, il décède le 27 avril 1957 à bord d'un Nord 2501 sur le terrain de Melun-Villaroche.
PINON Roger 18-03-1944 1-08-1944 Porté disparu au cours d'une mission sur la Prusse-Orientale le 1er août 1944
QUERNE Louis 18-03-1944 25-09-1944 Porté disparu au cours d'une mission sur la Prusse-Orientale le 25 septembre 1944

TABURET Gaël* 3-04-1944 20-06-1945 Après un carrière militaire puis civile, il réside aujourd'hui sur la Côte d' Azur.

BAYSSADE Jean 8-05-1944 30-07-1944 Le 30 juillet 1944, il est abattu en combat aérien et fait prisonnier, il tentera en vain de s'évadé. il est libéré par les américains en 1945. il est décédé le 14 février 1948 et repose à Verdun-sur-Garonne où une rue porte son nom.
LA SALLE (DE) Charles 8-05-1944 20-06-1945 Après la guerre, il continu sa carrière militaire. Il est décédé accidentellement le 8 août 1969.
LORILLON Pierre* 8-05-1944 20-06-1945 Après la guerre, il continu sa carrière militaire et réside actuellement en Corse.
MATRAS Pierre 8-05-1944 20-06-1945 Après la guerre, il continu sa carrière militaire. Il est décédé le 22 mars 1998 et repose à Valence.
VERSINI Roger 8-05-1944 20-06-1945 Après la guerre, il continu lui aussi sa carrière militaire. Il est décédé le 11 décembre 1966

BLETON Pierre 17-10-1944 20-06-1945 Abattu en combat aérien le 20 février 1945 dans la région de Koënigsberg. Recueilli et gardé par la Luftwaffe, il échappe à l'exécution réservé aux pilotes du Normandie-Niemen. Après un périple incroyable, il rejoint le Groupe le lendemain de l'Armistice.
Il est décédé le 5 avril 1996.
GUIDO Maurice 17-10-1944 20-06-1945 Après la guerre il continu une carrière militaire puis se retire en 1962. Il est décédé le 31 juillet 1983 et repose dans son village natal à Tende (Alpes-Maritimes).
HENRY Georges 17-10-1944 12-04-1945 Il trouve la mort lors d'un mitraillage au sol du terrain de Bladiau le 12 avril 1945, il est le dernier tué du Groupe avant l'Armistice.
Son corps rapatrié en 1953 repose à Aillevillers et Lyaumont (Haute-Saône).
MONGE Maurice 17-10-1944 26-03-1945 Mort en combat aérien au-dessus de Pillau (Prusse-Orientale).
OUGLOFF Léon 17-10-1944 20-06-1945 Mort en service aérien commandé le 24 juillet 1947, il repose au cimetière d'Asnières (Hauts-de-Seine).
PIQUENOT Jean 17-10-1944 17-01-1945 Mort en combat aérien le 17 janvier 1945 dans la région d'Insterburg. Une rue de Tourlaville (Manche) porte son nom.
REVERCHON Charles 17-10-1944 18-02-1945 Lors d'une mission le 18 février 1945, il est abattu par la flak et s'écrase au sol, grièvement blessé, il est amputé d'une jambe. Il continu sa carrière jusqu'en 1966. Il est décédé le 1er octobre 1975


Les pilotes dont le nom est suivi d'un astérisque étaient vivants à la date du 29 novembre 2005.



Bonsoir M. Georges, c'est très interessant, la technique du copier coller c'est formidable mais la moindre des choses serait de demander l'autorisation et de citer la source juste une question de respect. Maintenant, vous devriez chercher les erreurs qui se sont glissées dans le texte.
Merci


 

Voir le Blog de Chris : cliquez ici


Re: Normandie-Niémen

Nouveau message Post Numéro: 60  Nouveau message de gherla  Nouveau message 10 Nov 2009, 23:07

Bonsoir chris
La source est cité dans les quatre premières lignes,de plus parmi nos membres nous avons le privilège de côtoyer des "ténors" du Neu-Neu,je pense que leurs réactions ne serait tarder.

roty georges a écrit:
Les pilotes du Normandie-Niemen
(Par ordre d'arrivée en U.R.S.S. et par ordre alphabétique)
Les quelques biographies de ce site sont tirées de l'ouvrage beaucoup
plus complet de Yves Donjon "Ceux de Normandie-Niemen".
Ce livre est en vente au Mémorial, voir la rubrique "boutique".
De plus si vous avez connaissance d'erreurs il serait de bon gout de le signaler et non de jouer au chat et à la souris avec un de nos membre.
Nous concevons nos avions de telle façon qu'un pilote de 21 ans, exténué au retour d'une mission difficile puisse apponter en toute sécurité.
Leroy Grumman(faire simple,fiable et solide)


Image

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1301
Inscription: 23 Déc 2005, 07:27
Localisation: dans le sud
Région: PACA
Pays: France

Voir le Blog de gherla : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers AVIATIONS DE GUERRE




  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Médecin urgentiste 
il y a 9 minutes
par: Jumbo 
    dans:  SUR RMC DECOUVERTE LE 05 JANVIER 
il y a 16 minutes
par: Jumbo 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 07:19
par: Gaston 
    dans:  Testament de Hitler : Sur l'Espagne et Gibraltar 
Aujourd’hui, 01:24
par: Manu 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 00:55
par: alain adam 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Aujourd’hui, 00:54
par: P. Vian 
    dans:  les sous-marins Français 
Aujourd’hui, 00:48
par: P. Vian 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la colonisation 
Aujourd’hui, 00:28
par: Manu 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la situation désespérée de l’Allemagne 
Aujourd’hui, 00:19
par: Manu 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 00:08
par: kfranc01 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Scroll