Connexion  •  M’enregistrer

TPE : Les intellectuels ont-ils une influence sur la ...

Vous êtes collégien , lycéen, étudiant et vous avez besoin d'un petit coup de main ?
Profitez de cet espace pour demander l'aide de notre communauté.
MODÉRATEUR: Dog Red

TPE : Les intellectuels ont-ils une influence sur la ...

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de ster-vraz  Nouveau message 02 Fév 2009, 19:36

... population et est ce que cette influence représente un risque pour le pouvoir politique ?

Salut à tous,
voici le TPE sur lequel je travail avec 3 autres camarades de classes.

Cette production est la production finale (déjà entre les mains des professeurs)
Cependant, j'aimerais votre avis, votre impression après l'avoir lu.

La partie que j'ai traitée en profondeur est la suivante : III. 2 -Nazisme (sans oublier l'introduction et la conclusion)

De plus, si vous avez quelques choses à rajouter, merci de m'en faire part, de nouvelles connaissances pour l'orale ou des petites précision sur une des parties sont les bienvenues ;)

Merci à vous de prendre le temps de le lire.



TPE

Problématique :

Les intellectuels ont-ils une influence sur la population et est ce que cette influence représente un risque pour le pouvoir politique ?

Introduction

I. En quel cas il y a-t-il eu une influence sur la population ?
II. Dans quelles situations les intellectuels ont-ils représentés un danger pour le pouvoir politique ?
III. En quels cas le pouvoir politique à réussi à éviter cette influence ? Comment ?

Conclusion



Introduction

Depuis le début de la vie en société, l’homme à toujours été un être influencé et influençant.
Influençant de par ces choix, ces opinions, ces idées et ces convictions et influencé de par ces doutes, ces faiblesses et ces vices…
Cependant, tous les hommes ne sont pas influençant et influençable.
En effet, devant une situation identique, certains vont se taire tandis que d’autres vont prendre la parole dans le but de véhiculer une idée. (Ceux la peuvent être considéré comme intellectuel.)
C’est en cela qu’une question se pose : Les intellectuels ont-ils une influence sur la population et est ce que cette influence représente un risque pour le pouvoir politique ?
Nous étudierons d’abord dans quels cas les intellectuels ont influencés la population, puis nous verrons dans quels situations ces intellectuels ont représentés un danger pour le pouvoir politique et enfin nous finirons par voir dans quel cas le pouvoir politique a évité cette influence.


I - L’intellectuel et la population
1 - Le terme d’intellectuel


Pour définir le statut de l’intellectuel et le catégoriser dans la société, il faut d’abord comprendre les origines du terme « intellectuel » en lui-même, et savoir qui nous considérons dans ce terme.

Ce terme a été créé après l’affaire Dreyfus, affaire que nous traiterons en profondeur dans notre prochaine partie, pour définir un groupe de personnes mené par Émile Zola ayant pris partis pour Alfred Dreyfus en s’engageant grâce a diverses formes d’action. Mais Platon, disciple de Socrate au 4ème siècle avant J-C, utilise le mot grec « sophistais » pour désigner un groupe de personnes venu dans la cité d’Athènes pour éduquer les jeunes afin qu’ils deviennent de bons citoyens au service d’Athènes. Cela a été traduit en français par le mot « sophistes », mais si on prend la racine grecque « sophos », la bonne traduction ne serait-elle pas « intellectuel » ?

Voyons maintenant qui est considérer comme intellectuel.
Au 18ème siècle et bien qu’à l’époque ils ne le revendiquaient pas, les auteurs désignés des Lumières étaient tantôt considérés comme philosophes, et tantôt comme simples écrivains, n’étaient-ils pas des intellectuels ? Aujourd’hui, le 18ème siècle est bien sur vu comme la plus grande période des intellectuels en France.

Un autre groupe naît dans notre pays au 20ème siècle: des hommes comme André Gide, André Malraux ou Jacques Soustelle se désignent comme intellectuels et contribuent à la formation du Front Populaire.

La question est donc bien présente: peut-on réellement définir l’intellectuel et le catégoriser sociologiquement ? Existe-t-il un lien entre Socrate, Diderot, Zola et Gide ?


2 - L’intellectuel dans la société

La notion d’intellectuel n’a pas de définition stabilisée et, sociologiquement, l’intellectuel est presque inclassable, mais quelques éléments nous permettent d’éclaircir ce point.

Concentrons-nous d’abord sur le niveau de vie. Les intellectuels sont en général classés dans les classes moyennes. Mais cela reste très vague, et, quand ces hommes ont la reconnaissance de la population, qu’ils profitent d’un certain succès, n’en tirent-ils pas un certain bénéfice financier ? Cette notion n’est donc pas significative.

On pourrait alors chercher si la fonction dans la production sociale est un élément qui permet de clarifier le statut des intellectuels dans la société. Bien qu’ils forment un groupe social particulier, l’ambiguïté de leurs actions ainsi que la forme très diverses et parfois imperceptible de leur influence empêchent leur considération en tant que producteurs sociaux à part entière.

Pourquoi ne pas alors se demander si la profession des intellectuels est déterminante ? Il parait évident que les intellectuels sont en général écrivains ce qui leur permet de faire passer des idées facilement et d’intervenir sur la place publique, mais le politique, le peintre ou encore le musicien engagé ne sont-ils pas des intellectuels ? Encore une fois, le métier ne nous permet pas de classer les intellectuels.

Mais il existe un point qui permet de regrouper les intellectuels de toutes périodes : ils ont tous la motivation plus ou moins consciente d’améliorer la société par différentes formes d’actions. Ce sont des politiques en marge de la politique, qui s’engagent et prennent parti pour tel ou tel idée ou cause, mais qui sont libres de toute autorité. Ils donnent leurs propres idées, les défendent activement, mais ne sont pas prisonniers de tel ou tel idéologie. Ils sont pour la plupart créateur et novateur et ont des idées en avance sur leur temps, comme par exemple Diderot qui parle de République longtemps avant qu’elle soit mise en œuvre.

L’intellectuel n’est donc pas clairement situé dans la société. Il forme un groupe en marge de la société, groupe définit par la même motivation d’améliorer le monde qui l’entoure.

3 - Les grandes périodes des intellectuels

Nous avons repéré trois grandes périodes où le mouvement intellectuel était le plus marqué autant par leur nombre que par les changements sociologiques apportés.

D’abord, la Grèce Antique avec un mouvement amorcé par Socrate, dont des disciples comme Platon ou Xénophon seront les dignes héritiers. Au 4ème siècle avant J-C, ils ont marqué l’organisation de la cité et influencé la vie politique en ayant pour but d’éduquer les futurs citoyens afin qu’ils fassent les bons choix en ayant un point de vue critique sur chaque situation.

Il faudra attendre le 18ème siècle pour retrouver une influence des intellectuels aussi voir plus poussé. Les Lumières cherchent à « éclairer l’Homme par la raison » et luttent activement contre la Monarchie Absolue de Droit Divin car ils n’approuvent pas l’héritage du pouvoir qui met un homme supérieur aux autres dès sa naissance, mais aussi que les rois tiennent leur pouvoir de Dieu. Cela débouchera, en partie à cause de leur influence, à la Révolution de 1789.

A la fin du 19ème siècle, un scandale éclate autour d’une erreur de justice suspecte. Zola, ainsi qu’un groupe d’intellectuel, mène une lutte contre l’injustice qui touche Alfred Dreyfus. Cette affaire débouchera à une division de la population française en deux groupes: les dreyfusards et les antidreyfusards. Malgré les efforts d’Emile Zola, cette injustice sera reconnue mais ne sera pas rectifiée. Cette affaire à des cotés antisémites qui se ressentent encore aujourd’hui.



Les intellectuels sont donc à l’origine de grands changements dans différentes sociétés et ils ont toujours pour objectifs d’améliorer celles-ci. Leur influence sur la société et la population est donc prouvée.


II- Dans quelles situations les intellectuels ont-ils représentés un danger pour le pouvoir politique ?
I – Le siècle des Lumières


Au XVIIIème siècle, un groupe d’intellectuels se forme ayant comme héritage les Humanistes. Ce groupe est composé d’auteurs comme Diderot, Voltaire, Rousseau, d’Alembert ou encore Montesquieu. On peut considérer comme le départ du siècle des Lumières la révolution anglaise de 1688 tellement les idées des philosophes français s’inspirent du modèle anglais. Leur idéologie repose sur l’envie « d’éclairer l’Homme par la raison », une opposition à la lumière divine qui est le symbole de l’immobilisme de la société du moment autour des croyances religieuses. Cette montée de leur idéologie est confortée par le progrès scientifique qui contredit certains points des croyances du moment.
Ces intellectuels sont soutenus par les couches supérieures du Tiers Etat (bourgeoisie) car c’est une couche sociale ouverte aux nouveautés, contrairement à la Noblesse qui est satisfaite de sa condition sous la Monarchie Absolue de Droit Divin.
Ils offrent une nouvelle vision des choses ainsi que des nouvelles valeurs : ils militent pour que les gens développent un esprit scientifique et critique (esprit de « raison »), encourage la tolérance et sont donc contre la colonisation, amène le thème de la justice, très inégale a cette époque, mais surtout ils développent une réflexion sur la politique, inspirée de la Monarchie Constitutionnelle anglaise.
Leur contradiction de la Monarchie Absolue de Droit Divin est justifiée par deux points: ils refusent de croire qu’un homme peut naitre supérieur aux autres du fait de son sang mais aussi qu’il tient son pouvoir de Dieu.
Cette littérature connait un franc succès dans toute l’Europe surtout auprès de la bourgeoisie, qui sont en accord avec leurs convictions et qui voit une occasion de renverser le pouvoir a leur compte en mettant le Tiers Etat au complet de son coté contre Louis XVI.
Mais à cette époque, diffuser des idées contre le gouvernement était totalement interdit, et la censure était omniprésente. Nous pouvons alors nous demander comment les intellectuels ont-ils fais pour développer leurs idées ? Dans quelles conditions ont-ils agis ?
Pour éviter la censure, les Lumières ont eu recours à différentes techniques. Pour pouvoir publier son Encyclopédie, Diderot a dû peser chacun de ses mots pour dissimuler le mieux possible ses critiques du gouvernement. Et il dû s’y reprendre à plusieurs reprises avant que l’autorité ne lui laisse publier son ouvrage.



Voltaire utilise une méthode qui lui permet à la fois d’éviter la censure et de dénoncer plus facilement les dérives politiques. En effet, Zadig et Candide, deux de ses plus grandes œuvres, n’ont pas été publiés sous son nom, mais sous des noms de personnes déjà mortes, ce qui était habile car personne ne pouvait être poursuivi pour avoir nuis à la grandeur du roi.

Quelques années après la mort de la plupart des philosophes des Lumières français, en 1789, la Révolution éclate. Au milieu de plusieurs causes de la Révolution facilement mesurable, comme les mauvaises récoltes de 1788 et de 1789, les Etats Généraux réunis mais qui n’aboutissent à rien… on sait que les Lumières sont un des points de départ de la Révolte du peuple mené par la bourgeoisie. Pourtant, dans leurs écrits, on ne décèle aucune trace d’idée révolutionnaire. On peut alors déduire que des hommes ont profité du succès de ces intellectuels pour prendre le pouvoir avec violence avec le soutien de la population et ont ainsi dépassé les idées des Lumières en voulant s’en inspirer.

Les philosophes des Lumières ont donc bouleversé la société de leur époque mais dans des proportions qu’ils n’ont pu contrôler. Mais leur héritage est bien présent puisque la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen a été rédigée dans leur esprit de tolérance et de liberté, bien que cette déclaration soit quelquefois bafouée comme lors de l’Affaire Dreyfus à la fin du XXème siècle.

2 - L’affaire Dreyfus (1894-1906)

L’affaire Dreyfus est l’une des plus grosses erreurs judiciaires sous fond d’espionnage et d’antisémitisme que la France ai connu. Elle a pour origine la condamnation d’un innocent, le capitaine de l'armée française,
Alfred Dreyfus d’origine juive, qui fut accusé d’avoir livré à l’Allemagne un Bordereau, qui est synonyme de document secret de l’armée.
Il est alors condamné au bagne à perpétuité pour trahison. Cependant il n’arrête pas de clamer son innocence. Suite à de multiples incohérences dans l’affaire, la famille tente de prouver sa non culpabilité. Le colonel Georges Picquart, alors chef du contre-espionnage constate en 1896 que le vrai traitre était le commandant Esterhazy et que c’était lui l’auteur du Bordereau qui accuse Dreyfus.
Mais l’état major refuse de revenir sur son jugement et envoie Picquart en Afrique. La famille insiste sur la fragilité des preuves qui condamne Dreyfus et porte plainte au ministère de la guerre contre Esterhazy.
En 1988 deux événements rendent l’affaire nationale: l’acquittement d’Esterhazy et surtout la publication de « J’accuse » par Emile Zola. Cette lettre adressé au président de la république dénonce tous les vrai coupable en particulier le colonel Paty de Clam en charge de l’affaire qui, pour protéger son amis et confrère Esterhazy, condamna un innocent à cause de sa religion et lui fit subir la torture pour qu’il avoue un crime qu’il n’avait pas commis.
Suite à ce rebondissement imprévu provoqué par Zola de nombreux intellectuels se rallient à la cause Dreyfusard qui consiste à défendre Alfred Dreyfus. L’opinion française est alors coupé en deux se qui faillit ébranler la république, il y a les dreyfusards qui prône les Droits de l’Homme, les libertés individuelles et la notion de vérité, et les antidreyfusards qui croient en l’honneur de l’armée et à l’intérêt supérieure de la patrie.
L’armée tente d’étouffer l’affaire, en vain. Le premier jugement fut annulé en cour de cassation cependant un autre conseil de guerre condamna Dreyfus a dix ans de travaux forcer qu‘il ne fera pas. Ce n’est qu’en 1906 qu’il est reconnu officiellement innocent.
L’affaire a de multiples conséquences au niveau de la vie publique française. Elle touche tous les domaines: la culture avec la naissance du terme « intellectuel », la religion qui ralenti la réforme du catholicisme, la politique qui affirme la grandeur de la 3ème République, le médiatique, le juridique, le sociale…





III - En quels cas le pouvoir politique à réussi à éviter cette influence ? Comment ?
I - Le Stalinisme


De 1922 à 1991, l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques fut la patrie du communisme. Héritière de la révolution de 1917, cet empire socialiste a connu différentes périodes plus ou moins trouble durant son histoire notamment sous un des régimes les plus répressifs qui est jamais existé.

Les droits les plus élémentaires furent tour à tour supprimés (droit de vote, contestation du régime, liberté d'expression, ....).

Le stalinisme s'est efforcé de détruire toutes forment de protestation et les intellectuels n'y ont pas échappés.


1- Staline maître de la terreur


Staline arrive au pouvoir en 1922, très vite, il redéfinit les règles du pouvoir autours de l'état, il centralise toute l'administration et installe une bureaucratie chargé de surveiller les moindres faits des citoyens soviétiques, il élimine tous les candidats a la succession de Lénine s'assurant le pouvoir.

Il enclenche en 1936 un mécanisme de terreur appelé Grandes Purges servant a éliminer les ennemis du peuple réels comme irréels de toute classe social, ces purges détruiront l'élite du parti en laissant place à d'incompétentes et dangereuses personnes, au finale le nombre exacte de tués et de prisonniers est encore difficile à chiffrer mais la plupart des chiffres avancés jusqu'à présent se comptent en millions. Staline ira jusqu'à manipuler l'histoire en effaçant les moindres traces d'existence des condamnées comme la fameuse photographie où posent Staline et Nikolaï Iejov, cet homme sera fusillé lors des Grandes Purges et plus tard la censure effacera Iejov de la photographie, ironie du sort, c'était lui qui avait signé le décret initiant les Grandes Purges.
Les sentences appliquées allaient de l'emprisonnement en camp concentrationnaire appelé Goulag, à la peine de mort.




La terreur fut appliquée contre des peuples entiers ainsi, entre 1932 et 1933 s'abattit l'une des pires famines de l'histoire de l'URSS plus particulièrement en Ukraine, elle est due à une gestion désastreuse de l'industrialisation et de l'agriculture, à une ponction importante des stocks par l'état et une expropriation des terres qui a provoqué un soulèvement du monde paysan Ukrainien auquel l'état répondra par l’envoie de troupes chargées de reprendre le contrôle.

Les très fameux services policiers soviétiques de l'état tel que le NKVD qui était chargé de garder les Goulags, fut aussi chargé de surveiller les soviétiques grâce a l'espionnage, la dénonciation parfois même calomnieuse.

Est-ce que il eut des intellectuels ayant lutté contre ce système ?
Et de quelles manières ?


2- Intellectuels d'URSS


Parmi les figures du communisme, ont citera Léon Trotski. Il est l'un des organisateurs de la révolution de 1917, il a été le créateur de l'armée rouge malgré son total dévouement au communisme, il sera écarté du pouvoir car il a critiqué ouvertement a partir de 1925, un Staline au pouvoir grandissant, il contestait la bureaucratisation, et l'arrêt de la révolution permanente devant amené le communisme au monde mais qui restera cantonné à l'URSS, alors Trotski sera contraint de s'exiler.
Staline réussira à l'abattre au Mexique, grâce a un homme de main en 1940. Les alliés de Trotski n'échapperont pas à son sort. Rozenfeld Kamenev ancien proche de Lénine rejoint l'opposition a Staline avec Trotski, il sera condamné lors des procès truqués de Moscou a la peine de mort en 1936, tout comme Grigori Zinoviev qui subira lui aussi la peine capitale. La liste des personnages écartés et condamnés par Staline est longue (Boukharine et Rykov en 1929).

La dénonciation des méthodes de Staline par Trotski, et son écartement du pouvoir montre la détermination de Staline à détruire toutes formes d'oppositions, Staline a réussi à s'accaparer le pouvoir politique grâce à sa politique de terreur et de destruction de la pensée non-Stalinienne.

Les littéraires ont eux aussi payé cher de leurs critiques, le régime Stalinien impose ses vues, définit la littérature autorisé (généralement des odes au pouvoir soviétique, la glorification de Staline, les écrits sur la dévotion du peuple envers le communisme et les performances des travailleurs).


Mais des personnes ont osées contester le pouvoir comme Mandelstam, un poète qui écrivit des épigrammes à l'encontre de Staline allant jusqu'à le qualifier de « L'ogre Ossète » et « chaque massacre le réjouit », il fut envoyé au Goulag en 1934 et y périt en 1938, son action sera reconnu dans les années 70.


Daniel Andreïev, un écrivain qui fut emprisonné en 1947 pour activité antisoviétique, en réalité il rédigea la nouvelle « Les clochards de la nuit », qui montrait un paradoxe entre le Stalinisme et l'athéisme, montrant que le Stalinisme était une religion. Il mourut en 1959 de problème cardiaque, il était toujours en prison.
L'auteur le plus connu pour avoir séjourné dans un Goulag, est Alexandre Soljenitsyne, il fut condamné à 8 ans de prison pour activité contre-révolutionnaire, car il avait critiqué Staline a travers ses courriers. Malgré avoir purgé sa peine, Soljenitsyne fut envoyé en exil à vie au Kazakhstan, après la mort de Staline, il fut libéré en 1956 et écrivit « Une journée d'Ivan Denissovitch », publié en 1962. Ce récit raconte les conditions de vie dans les camps de travails forcé à travers le personnage principale Ivan Denissovitch, il faut savoir que le livre a reçut l'autorisation personnel de Nikita Khrouchtchev pour autorisé sa parution, le récit paraît dans un climat de Déstalinisation ( période d'abolition de la politique de terreur après la mort de Staline malgré encore de nombreuses restrictions et privations des libertées en URSS, les crimes de Staline sont dévoilé au monde, les Goulags, les Procès truqué, les crimes, les arrestations arbitraires...).

Soljenitsyne a plusieurs fois adressé des lettres demandant un arrêt de la censure au gouvernement, ou une alliance des intellectuels d'URSS permettant une lutte pour les Droits de l'Homme.
Il sera déchu de sa nationalités et expulsé d’Union Soviétique pour avoir rédigé « L'Archipel du Goulag » (récit de description des Goulags) en 1974, cet homme a aussi reçut le prix Nobel de littérature en 1970.

Le milieu artistique a lui aussi été revu par Staline, Le mouvement Malewitch aussi appelé l'avant garde Russe, voit le jour a partir de 1910 et sera interdit par Staline dans les années 30. Ce mouvement préfigure l'art abstrait, les peintres ayant passés outre cette interdiction furent emprisonnés, certains continuèrent de peindre en secret. De nos jours les peintures Malewitch se vendent à plusieurs millions d'euros, car l'art officiel soviétique devait montrer le réalisme Soviétique (portrait glorificateur de Staline, le travail des masses laborieuses qui insistaient sur l'abondance de l'agriculture et des usines sidérurgiques).
Ainsi les intellectuels ont été mis au silence, par les différentes méthodes que l'administration Stalinienne appliquait tel que l'emprisonnement, les goulags, le mensonge, la peine capitale.
Les intellectuels d'URSS ne pouvait lutter efficacement sans se voir punit, bien qu’il eut des critiques ouvertes de Trosky, la réponse disproportionné et la détermination sans faille des autorités Soviétiques, rendais impossible toutes contestations.les écrivains ne pouvaient exercer leur métier sans acclamer le pouvoir sinon là aussi les sanctions étaient disproportionnée

L'état verrouillait la pensée collective à travers la Propagande officielle. Ainsi même l'art devait être plié face au régime, qui l'instrumentalisait

3- Les Armes de la Terreur

L'une des armes les plus fortes du régime était la propagande, omniprésente et redoutable car elle incarnait la pensée soviétique, donc Stalinienne.

Ont peut citer comme exemple Trotski qui après avoir critiqué le Petit Père du Peuple c'est vu brisé par la propagande qui insistait sur le faite qu'il était juif.
Le régime à alors affiché un antisémitisme puissant. La propagande servait aussi à montré le modèle Soviétique au monde grâce a sa politique des résultats dans tous les domaines de productions comme l'agriculture, les mines, la sidérurgie. Cette politique du résultat deviendra un odieux mensonge, notamment lors des Grandes Famines ou les résultats prouvaient l'abondance en URSS alors qu'en réalité le peuple mourrait de faim.
On peut aussi y voir une image que Staline était désireux de montrer au monde grâce à des chiffres toujours plus grand mais souvent loin de la réalité, censé montrer la supériorité du communisme. Bien évidemment les armes de la terreur étaient aussi les Goulags, les camps de travail forcés et le système répressif. Cette propagande du mensonge à surement faussé le jugement d'autres intellectuels.


4- Le monde intellectuel Français adhère au Stalinisme


Le monde intellectuel occidental s’est pour la plus grande partie passionné pour la révolution de 1917, car pour eux, c'est le soulèvement d'un peuple entier face à l'oppression Tsariste mené par les Bolcheviks, de plus le socialisme était considéré à l'époque comme le modèle de d'équité pour les peuples et classes sociales.
Staline est quand a lui considéré par nombres d'intellectuels comme un être parfait comme l'a dit Paul Eluard.




En 1950, le poète clamait alors : « Et Staline pour nous est présent pour demain. Et Staline dissipe aujourd’hui le malheur. La confiance est le fruit de son cerveau d’amour. La grappe raisonnable tant elle est parfaite », d’autre encore comme André Chamson, le romancier déclarait alors en 1936 : « Toutes les misères culturelles dont souffrent les paysans français ne trouveront leur fin que dans un régime analogue à celui de l’URSS ».
Paul Aragon, le poète et romancier a dit : « merci à Staline pour ces hommes qui se sont forgés à son exemple, selon sa pensée, la théorie et la pratique stalinienne ! »
On peut aussi citer Jean Paul Sartre qui vénérait le communisme comme « la philosophie indépassable de notre époque ». Jean Paul Sartre, l'un des maître de la philosophie Française du 20ième siècle avec des œuvres telle que Les Mots ou encore de la création de la philosophie de l'existentialisme, aveuglé par le mensonge soviétique.

Ces lumières Françaises se sont prit de passion pour une cause juste mais dont l'image reflétée au monde était totalement contraire à la réalité. On peut ajouter que malgré le voyage de certain en URSS, les autorités maquillaient les lieux ou les personnalités passaient. C'est donc l'illusion d'un monde parfait donné par l'image de la propagande Soviétiques qui a permis à Staline de s'assurer le soutien des intellectuels Français. Nombres d'entre eux reviendront sur leurs paroles après la révélation de la terreur Stalinienne.


2- Le Nazisme
1- Eliminations des opposants (politique)




A l’image de Staline, le régime Nazi à réussi à éviter l’influence des intellectuels qui aurait pu lui nuire.
Afin de parvenir à ces fins, le Chancelier du Reich a utilisé deux méthodes majeures qui consistent en :
- L’élimination des opposants politiques (et opposants au régime) potentiel
- et à la publication de Mein Kampf (« Mon Combat »)

« Immédiatement après la nomination de Hitler comme chancelier du Reich, de nombreux membres des divers partis politiques sont menacés, brutalisés ou déportés. […] La législation pénale se mue en instrument d’oppression et de répression politique : les accusés sont jugés avant tout pour leurs opinions. »
Le risque que représentait les adversaires du partis étant important, les nationaux-socialiste ont rapidement réprimé toute révolte potentiel et ont, quelques semaines seulement après l´accession de Hitler au gouvernement, installé dans de nombreuses parties du Reich des camps de concentration où ils enferment et maltraitent leurs adversaires. Dès cette époque, de nombreux détenus sont assassinés ou torturés à mort dans les camps de concentration.
D’après Christine Levisse-Touzé, historienne spécialiste de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, « en 1933, 80 000 personnes environ étaient détenues dans les camps de concentration. Leur nombre a diminué en 1934/1935 une fois la dictature nazie consolidée. En novembre 1938, peu avant le déclenchement des persécutions, il y a encore 24 000 détenus dans les KZ » (« Camps de Concentration » – « Konzentrationslager »)

Celle-ci ajoute que c’est « Le Volksgerichtshof (“ tribunal du peuple ”) créé en 1934 » qui a pour fonction de réprimer les activités politiques dirigées contre l´Etat national-socialiste.
De plus, ce tribunal « juge certains délits politique et sont verdicts est sans appel. Otto Thierack, ministre de la Justice donne l’instruction de prononcer des milliers de condamnations à mort. »

Pour le Reich, il s’agit bien d’éliminer les opposants afin d’éviter l’influence potentiel qu’ils auraient eu sur la population alors terrorisé par toutes les rafles et les perquisitions.



2- Rédaction et publication de Mein Kampf (« Mon Combat »)



L’élimination des opposants politique étant la réalisation des objectifs formulés par Hitler dans Mein Kampf durant les années vingt nous amène donc à traiter de cet ouvrage et de ces influences.
Est-ce que Mein Kampf peut être considéré comme le dogme du nazisme ou seulement comme un instrument afin de pallier à d’éventuels ouvrages destiné à faire échouer les desseins des nazis ?

A travers Mein Kampf, Hitler à voulu transmettre sa pensée. Cependant, il apparait que cette pensée n’était pas nouvelle et que le futur dictateur aurait été influencé par des philosophes et des intellectuels antérieur.
Dans son ouvrage, Hitler écrit son admiration pour Richard Wagner (1813-1883). En effet, Wagner, bien que musicien, était un des précurseurs intellectuels de la pensée qui a amené au national-socialisme. (Qui sont : le racisme et l’idéologie ethnocentrique)
Hitler à d’ailleurs écrit, dans Mein Kampf que : « pour comprendre le Nazisme il faut d'abord connaitre Wagner » (Cité par W.Shirer)
De plus, le compositeur a eu un impact encore plus important sur Hitler lorsque celui-ci écrit : « J’étais captivé. Mon enthousiasme pour le maître de Bayreuth (ville du Nord de la Bavière) ne connaissait aucune limite. À plusieurs reprises j'ai été voir ses travaux et il me semble toujours plus fortuné que la performance la plus modeste de province. » (Cité par W.Shirer)
Après Richard Wagner, c’est le philosophe Friedrich Nietzsche (1844-1900) qui a le plus influencé le futur dictateur.
En effet, Hitler a visité les Archives de Nietzsche sept fois. Cependant, bien que ces visites montrent son intérêt pour le philosophe et ces travaux, on peut se demander si cet intérêt est né avant qu'il ai commencé à écrire Mein Kampf en 1925 ?

Avec Mein Kampf, Hitler a voulu porter l’idéologie nazie. Aussi, afin de remédier a toute influence néfaste pour son régime et ces idéaux, ce dernier devait mettre en garde ces lecteurs de l’influence préjudiciable des intellectuels Juifs et Marxiste principalement.
C’est dans cette perspective qu’il écrit de virulentes critiques au sujet de la presse qu’il affirme être un instrument de mensonges au service des Juifs :
« Sans doute, le Juif poussera-t-il encore bientôt dans ces journaux un cri puissant, dès que la main viendra se poser sur son nid de prédilection, dès qu’elle mettra une fin au scandale de la presse » (I, 433)


L’auteur amplifie ces paroles par le biais de plusieurs extraits tout aussi accusateur et violent envers ces antagonistes potentiellement menaçant pour l’équilibre du régime :
« C’est précisément pour notre demi-monde intellectuel que le Juif écrit les journaux de ce qu’il appelle sa presse intellectuelle. Tout en évitant toutes les formes qui apparaîtraient extérieurement comme trop crues, ils versent pourtant dans le cœur de leurs lecteurs des poisons puisés à d’autres vases. » (I, 431)
Puis il ajoute :
« Théâtre, art, littérature, cinéma, presse, affiches, étalages doivent être nettoyés des exhibitions d’un monde en voie de putréfaction, pour être mis au service d’une idée morale, principe d’état et de civilisation ». (I, 449)

S’en suit une multitude de critiques et de condamnations de la presse dont je cite quelques extraits :
« Le judaïsme hurlait de par le monde entier le mensonge du « militarisme » allemand et essayait ainsi, par tous les moyens, d’accabler l’Allemagne» (I, 479)

« […] les Juifs sont les ressortissants d’un peuple et non d’une confession ; et pourtant il suffirait de jeter un coup d’œil dans le monde de la presse qui est la propriété de la juiverie pour que ce fait s’impose à l’esprit le plus médiocre. »(I, 538)

« En créant une presse dont le contenu est adapté à l’horizon intellectuel des lecteurs les moins cultivés, l’organisation syndicale et politique tend à répandre un esprit de révolte qui rend les plus basses classes de la nation mûres pour les actes les plus téméraires. » (I, 568)]

Non seulement, le futur chancelier du Reich se méfiait de l’influence de la presse mais il en connaissait parfaitement les principes et les dangers :
« Aussi doit-il surveiller la presse de très près, car son influence sur ces hommes est de beaucoup la plus forte et la plus pénétrante, car elle n’agit pas de façon passagère mais constante. » (I, 425)

Aussi, Hitler doit convaincre ces lecteurs que sa cause est meilleur voire même supérieur. C’est dans cette optique qu’il écrit :
« Aussitôt que la masse se voit en lutte contre beaucoup d’ennemis, elle se pose cette question : est-il possible que tous les autres aient vraiment tort et que, seul, notre mouvement soit dans son droit ? »(I, 217)
Visiblement, Hitler craignait l’influence de tous autres ouvrages et mouvements qu’il qualifie d’« ennemis » c’est pour cela qu’il tache de rallier les lecteurs à ses convictions tout en les dressant contre ces adversaires.


L’objectif de Mein Kampf était de convaincre et de persuader la population que seuls les idées nationales-socialistes était bienfaisante pour le peuple allemand et qu’il ne fallait pas ni se fier à la presse ni faire confiance aux groupes opposé au nazisme.
En outre, l’influence de Mein Kampf et de la terreur consécutive aux déportations massive ont joué un rôle déterminant sur la population qui a été dirigé vers une idéologie dévastatrice. Sans ces deux facteurs il est probable qu’une opposition contre le régime aurait eu un impact plus important et que l’influence d’intellectuels aurait touché au pouvoir politique.


En conclusion, nous pouvons dire que sous des deux régimes comme dans beaucoup d’autres, l’influence des intellectuels à été éviter mais aussi, à la manière d’Hitler, la population se méfiait voire même craignait tout les moyens de communication qui ne s’apparentait pas à l’état national-socialiste. Dans cette situation, il parait impossible qu’une personne ai pu s’opposer au régime si ce n’est à la manière militaire ou même par le biais d’un attentat, nous pensons notamment à Von Stauffenberg (dont l’actualité vante le courage et les mérites).


Conclusion

Les intellectuels ont donc une influence sur les populations mais un pouvoir politique fort et instrumentaliste peut aisément réduire leurs idées au silence. En effet, un pouvoir laxiste subit l’influence des intellectuels sur son peuple tandis qu’un régime de terreur les empêches de s’exprimer. Le pouvoir de manipulation des foules des dictateurs charismatiques est la principale force de ceux-ci face aux intellectuels.
Mais aujourd’hui les médias en informant la population, d’une manière qui devrait être objective, ne jouent-ils pas le rôle des intellectuels de l’époque ? Cela inclus le faite que les médias doivent être libres de toute influence politique sans quoi cela retournerait l’influence des médias au profit du pouvoir politique.


 

Voir le Blog de ster-vraz : cliquez ici


Re: TPE : Les intellectuels ont-ils une influence sur la ...

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de major123  Nouveau message 16 Fév 2009, 14:50

Bravo, franchement ton tpe et super :D moi même en 3éme j'aurai pas mieu fait, tu éclairçi bien les détails, j'éspère que t'aura une bonne note!! :)


 

Voir le Blog de major123 : cliquez ici


Re: TPE : Les intellectuels ont-ils une influence sur la ...

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de guinuta  Nouveau message 16 Fév 2009, 16:53

Salut, tu as fait un beau boulot, ton tpe mérite une bonne ntoe, la partie sur la seconde guerre mondiale est assez précise et bien faite.

Par contre j'ai repéré quelques erreurs dans la première partie et une omission flagrante dans elle sur les lumières.

    En ce qui concerne el première partie, la traduction de sophia n'est aps intelligence mais sagesse, c'est d'ailleur de la que vient la philosophie " celui qui aime la sagesse". en ce qui concerne les sophistes, il s'agit en effet d'un gorupe d'intellectuel, d'un groupoe de philosophe même, mais qui était totalement opposé à Platon ( pour des raisons philosophique assez complexe). Je dirais même plus que Platon n'a cessé de se moquer d'eux. (Exemple dans la République)

    Pour ce qui est des ommsions que j'ai repéré, tu ne parles pas de scientifique, dans le nazisme, j'aurai cité albert einstein, après j'aurai également cité l'exemple de la bombe atomqieu avec l'opposition de nombreux intellectuels de l'époque tel einstein ou Camus. Pour finir, en ce qui concerne le siècle des Lumière, j'aurai cité l'affaire callas avce Voltaire. Tous cela aurait je trouve aurait donné plus de poid à ta copie. et je epnse que j'oublie des chose.

Voila tout, le conseil que je peutte donner est de bien potasser tout ca pour l'entretien parce que si il te pose une question sur les sophistes par exemple tu risque de t'emmeller les pinceau ou de dire des choses fausses. je reste à ta disposition si tu as des questions.

Cordialement
Guinuta

Cordialement


 

Voir le Blog de guinuta : cliquez ici


Re: TPE : Les intellectuels ont-ils une influence sur la ...

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de ster-vraz  Nouveau message 16 Fév 2009, 20:12

Tous d'abord, merci d'avoir répondu et d'avoir pris le temps de lire ma production.
Ensuite, je vais rectifier les quelques erreurs sur la copie que j'ai faite du travail et souligner le jour de l'orale les erreur
Aussi, merci d'avoir ajouter quelques précisions quant à Einstein et à l'affaire Callas (que je connaissait et que j'ai oublier de citer :s )


 

Voir le Blog de ster-vraz : cliquez ici


Re: TPE : Les intellectuels ont-ils une influence sur la ...

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de guinuta  Nouveau message 18 Fév 2009, 01:32

de rien, par contre évite de l'aborder direct parce que ce n'est pas vraiment le but de l'entretien, si tu veux en palrer
tu fais une phrase du genre : "et on aurait encore pu ajouter plein d'autre exemple comme..."

Sinon ca va leur donner une mauvasie impression

Pareil pour les erreurs, ne les aborde que si ils ete posent des questions dessus. c'est pas forcément evdent qu'ils connaissent socrate


 

Voir le Blog de guinuta : cliquez ici


Re: TPE : Les intellectuels ont-ils une influence sur la ...

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de BZH  Nouveau message 18 Fév 2009, 01:55

Très bon travail pour commencer. Quelques approximations sont à noter mais je dois le considerer avec une exigence qui est celle d'une étudiante en Histoire ... Mais en toute objectivité, je te félicites du travail que tu as fourni toi et tes collègues.

Juste une question. Quelles sources documentaires avez vu utilisées ? Simple curiosité.

Effectivement, comme on te l'a déjà dit auparavant, fait attention pour l'entretien à ne pas t'emmêler les pinceaux ... Le sujet est plutôt complexe, la tentation d'extrapoler à perte est grande ...

J'aime assez ton plan, bien que trop chronologique à mon gout. Les historiens sont très à cheval sur un plan plutôt thématique. Mais cela ne remet pas en cause la qualité de ta production.

Dernière remarque, je trouve ta conclusion trop abrupte. Les 'donc' et les 'mais' sont plutôt à proscrire. Je verrais plus quelque chose de fluide ...

Voila, j'espère avoir répondu à tes attentes en postant ici. Je reste disponible si besoin ...

Amicalement,

Bzh.


 

Voir le Blog de BZH : cliquez ici


Re: TPE : Les intellectuels ont-ils une influence sur la ...

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Moumoune  Nouveau message 20 Fév 2009, 15:58

Tout d'abord un grand bravo, et un grand merci pour ton travail.

Si je peux me permettre, il y a quelques petites lourdeurs dans la rédaction, rien de dramatique rassures toi, mais des petites expressions qui alourdissent ton travail. C'est quand tu veux amorcer une idée ou ton plan par exemple : "nous verrons que..., nous étudirons ...." ce genre de chose.

Le conseil que je peux te donner, c'est de mettre des mots de liaison pour les transitions (de plus, d'abord (que tu as mis), d'une part, d'autre part .....), cela évite ces expressions. Pour faire améliorer ces expressions, tu peux passer par l'interrogative, j'ai vu qu'il y avait des questions dans les paragraphes, c'est très bien, parce que cela permet de relancer une dynamique, et d'accrocher le lecteur.

Une dernière petite chose, dans l'annonce de ton plan de ton intro, évites ces petites lourdeurs (cf. ci dessus), mais tu peux annoncer ton plan par des phrases affirmatives, par exemple si je reprends ton plan : L'influence des intellectuels a joué sur la population (1er partie). Les intellectuels ont représenté un danger pour le pouvoir politique (2ème partie). le pouvoir politique a réussi à éviter cette influence (3ème prtie).

ou par les questions que tu as mises dans ton plan :

En quel cas il y a-t-il eu une influence sur la population ? Dans quelles situations les intellectuels ont-ils représentés un danger pour le pouvoir politique ? En quels cas le pouvoir politique a réussi à éviter cette influence ? Comment ?


Cela passe très bien. Je sais que faire une intro n'est jamais facile, et je dirais que c'est ce qu'il y a de plus dur à faire dans une disserte ou un dossier, avec la conclusion.

En fait, ces petites lourdeurs, passent assez bien à l'oral, mais à l'écrit, c'est pas terrible. Une dernière petite chose, attention aux fautes de frappe, j'ai vu que tu avais mis à un moment 1988 pour 1888 quand tu parles de l'affaire Dreyfus, et de J'accuse de Zola

Je tiens à te féliciter pour la qualité rédactionnelle de ton travail, parce que je sais que ce n'est pas un sujet facile à traiter. Dans ta partie sur la Seconde guerre, j'aurais rajouté un petit paragraphe sur les intellectuels dans la Résistance (Paul Eluard, Vercors, Aragon ...)

si tu as besoin de conseils supplémentaires, je suis à ta disposition. J'espère que je ne t'ai pas vexé dans mes remarques, si c'est le cas, je m'en excuse par avance.


 

Voir le Blog de Moumoune : cliquez ici


Re: TPE : Les intellectuels ont-ils une influence sur la ...

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de ster-vraz  Nouveau message 21 Fév 2009, 19:13

Merci à tous pour vos réponses.

Je note toutes vos remarques, merci encore !!!


 

Voir le Blog de ster-vraz : cliquez ici


Re: TPE : Les intellectuels ont-ils une influence sur la ...

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de guinuta  Nouveau message 10 Mar 2009, 22:47

alors, qu'est ce que ca a donné l'entretien :D


 

Voir le Blog de guinuta : cliquez ici


Re: TPE : Les intellectuels ont-ils une influence sur la ...

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de ster-vraz  Nouveau message 11 Mar 2009, 21:04

C'est Lundi à 8h
On verra, je vous tiens au parfum :)
Merci à tous encore une fois pour tout vos petits conseils ;)


 

Voir le Blog de ster-vraz : cliquez ici


Suivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers AIDE AUX SCOLAIRES ET ETUDIANTS




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Vichy théâtre d'ombres 
Aujourd’hui, 02:18
par: carcajou 
    dans:  Puissance mixte (électrique & combustion interne) du FC2m et d'autres chars 
Aujourd’hui, 00:19
par: thucydide 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 20 
Hier, 23:20
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 16 
Hier, 23:19
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  libération de Chaumont mort du Colonel Grunert 
Hier, 23:16
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  le parlement européen réécrit l'histoire de la SGM 
Hier, 22:23
par: frontovik 14 
    dans:  Dossier Corps- Francs 
Hier, 21:43
par: alfa1965 
    dans:  calcul théorique de pénétration d'obus (Krupp) 
Hier, 20:55
par: alain adam 
    dans:  "MARTHA" va devenir un data center 
Hier, 20:54
par: brehon 
    dans:  TNT N°76 
Hier, 20:43
par: Loïc Charpentier 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Scroll