Page 2 sur 3

Re: motif de démobilisation après armistice 22 juin 1940

Nouveau messagePosté: 18 Oct 2019, 18:15
de Loïc Charpentier
Bonsoir,
En France, l'année de la classe correspondait à "l'anniversaire" des 18 ans révolus, requis pour être appelé sous les drapeaux. Donc, par exemple, une classe 1910 , çà nous donne une naissance en 1892, et, en 1940, un âge réel ou "théorique" de 48 ans. En Allemagne, à contrario, c'est l'année de naissance qui faisait référence.

Re: motif de démobilisation après armistice 22 juin 1940

Nouveau messagePosté: 18 Oct 2019, 18:21
de brehon
Loïc Charpentier a écrit:En France, l'année de la classe correspondait à "l'anniversaire" des 18 ans révolus, requis pour être appelé sous les drapeaux.

Non. L'année de la classe, c'est l'année de naissance plus 20.
Tu n'as pas dû chercher beaucoup de fiches matricules.

Re: motif de démobilisation après armistice 22 juin 1940

Nouveau messagePosté: 18 Oct 2019, 19:20
de Loïc Charpentier
brehon a écrit:
Loïc Charpentier a écrit:En France, l'année de la classe correspondait à "l'anniversaire" des 18 ans révolus, requis pour être appelé sous les drapeaux.

Non. L'année de la classe, c'est l'année de naissance plus 20.
Tu n'as pas dû chercher beaucoup de fiches matricules.


J''étais engagé à 17 ans! ::mortderire::

Re: motif de démobilisation après armistice 22 juin 1940

Nouveau messagePosté: 18 Oct 2019, 19:57
de brehon
Loïc Charpentier a écrit:J''étais engagé à 17 ans! ::mortderire::

Ça ne change rien au fait que ta classe c'est ton année de naissance + 20. 8)

Re: motif de démobilisation après armistice 22 juin 1940

Nouveau messagePosté: 18 Oct 2019, 20:19
de Prosper Vandenbroucke
Certes non, mais je suppose que Loïc voulait signifier par là que dans son cas qu'il ai 18 ou 20 ans cela ne changeait rien.

Re: motif de démobilisation après armistice 22 juin 1940

Nouveau messagePosté: 18 Oct 2019, 21:55
de Alfred
En fait,il faut distinguer la classe de recrutement et celle d'intégration:. à titre personnel,recruté ,faisant partie de la 59-1-a (naissance+20)j'ai été intégré à la 62 -1-a car j'étais sursitaire

Re: motif de démobilisation après armistice 22 juin 1940

Nouveau messagePosté: 18 Oct 2019, 22:32
de brehon
Prosper Vandenbroucke a écrit:Certes non, mais je suppose que Loïc voulait signifier par là que dans son cas qu'il ai 18 ou 20 ans cela ne changeait rien.

Ben si, car si plus tard quelqu'un veut faire des recherches sur lui en voulant consulter son dossier il faudra qu'il cherche dans la classe correspondant à son année de naissance + 20.
Par exemple, j'ai un grand-oncle qui s'est engagé l'année de ses 18 ans. Sa fiche matricule est dans les registres de l'année de ses 20 ans.
Si quelqu'un la cherche dans les registres de l'année de son engagement il risque de chercher longtemps. :D

Re: motif de démobilisation après armistice 22 juin 1940

Nouveau messagePosté: 19 Oct 2019, 02:22
de Loïc Charpentier
OK, pas de problème, si tu le dis. Par curiosité, je vérifierai, néanmoins, comment çà marche dans la Marine, car sur les documents officiels dont je dispose, hormis mon N° matricule, ma date d'engagement, celles des réengagements, et les passages de grades, il n'y a rien d'autre.
Je n'avais découvert ces histoires de classes qu'en m'intéressant un peu au fonctionnement de l'armée de terre.

Re: motif de démobilisation après armistice 22 juin 1940

Nouveau messagePosté: 19 Oct 2019, 10:30
de Loïc Charpentier
Bonjour,

Alors, effectivement, toutes les recrues sont ou étaient concernées par la "Classe" , parce qu'elle est définie par la direction du service national. Selon la date et le mois de naissance on fait partie de telle ou telle classe.

Avant 1954, les classes de jeunes gens de 20 ans ne portaient que le numéro de l’année et celui du semestre. À partir de juillet 1954 et de la généralisation des centres de sélection pour le recrutement (les fameux « trois jours »), le mois a été ajouté. Ainsi la classe 61-1/C signifie : troisième fraction, levée en mai, du premier contingent semestriel de 1961.

A ce système, la Marine ajoute un N° matricule spécifique qui sert à uniformiser toutes les démarches pour un individu donné.

Depuis 1962, les lettres "B" (Brest), "C" (Cherbourg), "T" (Toulon), etc. ont disparu du numéro matricule marine. Il n'y a plus que Toulon comme unique centre de recrutement, qui, en parallèle, est devenu "05", après la mise en place du premier service "informatique".

Un N° matricule "Marine" - exemple, le mien, 05 64 16xxx - comporte juste la référence de l'année d'incorporation - dans mon cas, 1964 - et un numéro qui démarre à zéro, le premier janvier de chaque année. Un mien ami, lui, a le matricule 05 69 20xxx.

Au "quotidien", pour les matafs, seul, le N° Matricule fait foi... exemple : demande à Marine Toulon d'un état récapitulatif de carrière, pour constituer une dossier de demande de retraite, etc.

Re: motif de démobilisation après armistice 22 juin 1940

Nouveau messagePosté: 19 Oct 2019, 11:29
de YOLAINE
brehon a écrit:Après le service militaire qui pouvait avoir duré 18 mois, 1 an, ou 2 ans selon l'époque, le réserviste appartenait 3 ans à la "disponibilité", puis 16 ans à la "première réserve" et enfin 8 ans à la "deuxième réserve". Ce qui faisait une durée totale d'obligations militaires de 28 ou 29 ans.
La "première réserve" et la "deuxième réserve" correspondent respectivement à la "territoriale" et à la "réserve de la territoriale" de l'époque de 14-18. Sauf que les durées n'étaient pas les mêmes.
Ce classement avait une incidence sur l'affectation du réserviste. Ceux de "deuxième réserve" n'étaient pas affectés dans les unités allant au front (il y avait peut-être des exceptions). Les "plus jeunes" de la deuxième réserve" étaient versés dans des unités style Régiments Régionaux. Les "plus âgés" étaient souvent maintenus à leur emploi (étant mobilisés ils ne pouvaient le quitter) ou recevaient une affectation spéciale (typiquement, dans une entreprise).
Par exemple, un grand-oncle né en 1902, classe de mobilisation 1918 car père de deux enfants a été affecté au 111e Régiment Régional de Nantes. Il n'a jamais quitté la région, ce qui ne l'a pas empêché d'être fait prisonnier et de faire un séjour de 5 ans en Germanie.


Bonjour,

Merci pour ces précisions Yvonnick;
Je serais heureuse de savoir si le cheminement suivant dans la lecture du parcours de mon grand-père est juste?
Né en 1905, classe 1925,
Service militaire de Novembre 1926 à Avril 1928 ( sursis art 23 : 1 an) ( source: sa fiche matricule).
"disponibilité" : 3 ans donc jusqu'en Avril 1931
Puis passage en première réserve sur une durée potentielle de 16 ans donc jusqu'en Avril 1947; affecté au 8eme Régiment du Génie ( source : sa fiche matricule)
Naissance d'un premier puis d'un deuxième enfant en 1937 et 1938 : il recule à la classe 1921; il relève toujours de la première réserve, potentiellement jusqu'en Avril 1943.
Mobilisation en Septembre 1939 au Dépôt du Génie Numéro 28 à la caserne Joffre à Montpellier ( source : courrier familial)
Hiver 1939 : annonce d'un troisième enfant attendu pour début Juin 1940 qui crée l'espoir de basculer dans la deuxième réserve.
Démobilisation à l été 1940 ( ?) : la naissance de son troisième enfant le fait appartenir alors à la deuxième réserve, classe 1918 car c est la classe la plus jeune dans cette réserve-là en 1940.
Sa fiche matricule ne comporte aucune mention au-delà de la date du 6/02/1936 à l exception de l'abréviation énigmatique pour moi "demande de Br le 4-7-51" qui figure dans la partie "Armée territoriale et sa réserve".

Ce cheminement parait correct?
Encore merci pour les retours à venir