Page 1 sur 2

Reconnaissance militaire à titre posthume

Nouveau messagePosté: 07 Aoû 2013, 12:43
de Alex
Bonjour à tous !
J'entreprend en ce moment une démarche visant à faire obtenir à mon grand-père, à titre posthume, la reconnaissance qu'il n'a pas eu.

Avant tout, voilà l'exposition des faits :
Il est né en 1922 dans le Cantal. En 1942, à l'apparition du STO, concerné par cette décision, il devient réfractaire à l'âge de 20 ans et rejoint le maquis (habitant une commune de montagne fortement boisée et truffée de cachettes, le lieu est propice à une telle organisation). Ne possédant ni carte d'alimentation ni carte de textil, il devient ouvrier agricol chez un fermier dans un hameau bien reculé de juin 1943 à juin 1944. La plupart du temps, il épluchait des pommes de terres dans une minuscule cave. Et dès que le fermier entendait un véhicule allemand arriver dans le hameau, mon grand-père partait se cacher dans la forêt. Parfois, il devait rester dans la montagne plusieurs jours. Je me souviens de cette rare anecdote qu'il a pu nous confier disant qu'il était forcé d'uriner sur la terre et se rouler dedans pour se camoufler visuellement et olfaquetivement des Allemands accompagnés de chiens recherchant les maquisards.
Pendant ses périodes de replis, il s'était engagé volontairement aux Forces Terrestres Antiaériennes (22 43 groupe), organisation aux moyens modestes, présente dans les pâturages, du 12 novembre 1942 au 12 novembre 1943.
Après il pris part au combat du Mont Mouchet du 4 juin au 20 juin 1944 sous les ordres du Commandant Jean Mazuel.
Après la Libération, mon grand-père a tenté de se faire reconnaître. Chose qu'on ne lui a pas accordée, pour motif d'éléments contradictoires (le témoignage du fermier stipulant qu'il ne faisait pas l'objet de recherche alors que mon grand-père stipulait que si). Puis il a laissé tombé, décidé à profiter pleinement de sa vie plutôt que de rechercher les honneurs. Ensuite, il s'est attaché à l'élimination de réserves d'armes et d'obus que le maquis avait constitué, caché et laissé. Il est décédé en août 2009.

Aujourd'hui, donc, j'ai décidé de faire obtenir à mon grand-père la reconnaissance qu'il n'a pas eu. Restant fidèle à ses pensées et étant entièrement d'accord avec le sujet, je ne fais pas cette démarche pour les honneurs (faut il vraiment une médaille pour récompenser ce qui devrait être considéré comme un devoir de citoyen ?) mais pour la justice et la mémoire, et pour que le nom de mon grand-père rejoigne la liste de ceux qui ont mis en jeu leur vie pour le Bien, afin que ses actes ne soit pas destiné à l'oubli.

Voici les documents que j'ai en ma possession : carte d'adhérant à la Fédération du Cantal des associations d'anciens combattants et victimes de guerre, témoignage écrit du fermier stipulant qu'il était réfugié chez lui mais qu'il ne faisait pas l'objet de recherche grâce à la complicité de la gendarmerie, certificat d'appartenance aux FFI du 4 juin au 20 juin 1944, un document écrit signé par le commandant de Recrutement de Clermont et le maire du village stipulant que mon grand-père certifie sur l'honneur qu'il était réfractaire et engagé au Forces Terrestres Antiaériennes et engagé au combat du Mont Mouchet, lettres de l'Office national des anciens combattants lors de la correspondance établie lors du processus de reconnaissance.

Puis-je faire cette demande (moi ou mon père s'il faut un individu majeur) ?
A quelles médailles peut-on prétendre (Insigne du Réfractaire, médaille de reconnaissance de la Nation, croix du Combattant volontaire de la Résistance, médaille commémorative de la Guerre 1939-45, croix du Combattant, Ordre national du Mérite ...) ?
Quelle est la démarche ?
A qui dois-je m'adresser ?

Merci beaucoup d'avance, de m'aider et de m'avoir lu.

Alex

Re: Reconnaissance militaire à titre posthume

Nouveau messagePosté: 07 Aoû 2013, 19:48
de brehon
Bonjour Alex,

J’ignore ce à quoi ton grand-père a droit maintenant.
Je peux simplement répondre pour la partie "réfractaire au STO" car mon père l’a aussi été.

Je ne pense pas que le fermier chez qui ton GP était caché était habilité à dire s’il était recherché ou pas. Il n’était pas en mesure de le savoir réellement et aurait mieux fait de se taire à ce sujet. Je suis même surpris que son témoignage ait été pris en considération sur ce point.
Les réfractaires au STO étaient tous recherchés par principe, même si les recherches n’aboutissaient généralement pas, souvent grâce aux brigades de gendarmerie locales.

Dans le dossier de mon père, en plus des dépositions des différents fermiers chez qui il s’est caché, il y a :
- Une attestation de la préfecture certifiant qu’il n’a pas répondu aux convocations qui lui ont été adressées au titre du service du travail obligatoire en Allemagne.
- Une attestation de la préfecture prouvant qu’il a fait l’objet de recherches au titre du service du travail obligatoire.
- Une attestation de la mairie de son domicile de l’époque certifiant que sa convocation au STO lui a été remise.

Je ne sais pas si ce genre de documents peut être retrouvé aujourd'hui. Il te faut questionner la préfecture et la mairie.

En espérant que ces quelques renseignements te seront utiles.

Re: Reconnaissance militaire à titre posthume

Nouveau messagePosté: 07 Aoû 2013, 20:01
de Alex
Merci pour les infos notamment en ce qui concernent les avis de recherche des réfractaires (argument que je pourrais utiliser si l'aspect contradictoire est souligné une nouvelle fois) ! Je vais tenter de retrouver ces documents. Je vous tient au courant.

Re: Reconnaissance militaire à titre posthume

Nouveau messagePosté: 07 Aoû 2013, 20:22
de brehon
Une précision qui peut être utile.

Sur l'attestation certifiant qu'il n'a pas répondu aux convocations il y a cette phrase:
"L'intéressé figure sur la liste départementale n°1 déposée à la Préfecture."

Re: Reconnaissance militaire à titre posthume

Nouveau messagePosté: 08 Aoû 2013, 00:54
de Tri martolod
Bonjour,
Serait-il possible d'en savoir un peu plus sur les Forces Terrestres Antiaériennes ? A priori, il semble qu'il y ait contradiction entre cet engagement dans les FTA et le refus du STO??

Re: Reconnaissance militaire à titre posthume

Nouveau messagePosté: 08 Aoû 2013, 11:26
de brehon
Bonjour,

Alex a écrit:Il est né en 1922 dans le Cantal. En 1942, à l'apparition du STO, concerné par cette décision, il devient réfractaire à l'âge de 20 ans et rejoint le maquis

Je n'avais pas pas prêté suffisamment d'attention à cette phrase qui appelle une remarque.

Le STO a été institué le 16 février 1943. La période "réfractaire au STO" ne peut donc être antérieure à cette date.
Mon père était de juillet 1922. Il a reçu sa convocation le 16 juin 1943. Il est considéré comme réfractaire à partir de cette date.

Il est possible que ton GP, s'il avait une certaine qualification professionnelle, ait été "sollicité" en 1942. Mais ce n'était pas le STO et il est possible qu'alors il n'était pas officiellement recherché. Par contre, à partir du moment où il a reçu sa convocation pour le STO, ce n'était plus la même chose. S'il n'y a pas répondu il était forcément sur une liste de personnes recherchées, au moins au niveau de la Préfecture.

Re: Reconnaissance militaire à titre posthume

Nouveau messagePosté: 08 Aoû 2013, 12:18
de Alex
Oui, pardon. Je me suis trompé dans les dates. Je n'ai pas la convocation qu'il a reçu pour le STO, alors j'ai donné une date approximative.
Rectification : il devient réfractaire en 1943.
Mais pour les autres dates, je suis sûr.
Je ne peux pas vous en dire davantage au sujet des FTA, si ce n'est que, suivant des témoignages, les résistants étaient positionnés dans les pâturages et étaient équipés assez modestement.

Re: Reconnaissance militaire à titre posthume

Nouveau messagePosté: 08 Aoû 2013, 13:42
de Tri martolod
Alex a écrit:Oui, pardon. Je me suis trompé dans les dates. Je n'ai pas la convocation qu'il a reçu pour le STO, alors j'ai donné une date approximative.
Rectification : il devient réfractaire en 1943.
Mais pour les autres dates, je suis sûr.
Je ne peux pas vous en dire davantage au sujet des FTA, si ce n'est que, suivant des témoignages, les résistants étaient positionnés dans les pâturages et étaient équipés assez modestement.


Les FTA, pour le peu d'infos que j'ai trouvé, n'auraient rien à voir avec la résistance mais dépendraient de vichy...Il serait vraiment intéressant de trouver des réponses à cette interrogation.

Il y a bien ceci, mais c'est court:

http://books.google.fr/books?id=_GYqQQw ... es&f=false

Re: Reconnaissance militaire à titre posthume

Nouveau messagePosté: 08 Aoû 2013, 14:26
de dominord
Bonjour Alex, voilà une tâche bien intéressante qui va te demander pas mal d'énergie, es tu dejà entré en contact avec l'association des anciens combattants du village en question. Tu sais, quelque fois il est bon de mettre le maximum de chance de son côté et cette démarche pourrait t'apporter si pas forcément une aide réelle et concrête, du moins un absence de frein....amitié Domi

Re: Reconnaissance militaire à titre posthume

Nouveau messagePosté: 18 Aoû 2013, 23:49
de fbonnus
Très lourde tâche pour laquelle je te souhaite un franc succès, félicitations pour ton courage.

Tiens nous au courant régulièrement

Amicalement