Connexion  •  M’enregistrer

Appel a témoin pour le concours de la résistance 2009

Si vous êtes néophyte en histoire et que vous hésitez à poser une question, cette rubrique est pour vous. Idem si vous avez besoin d'un coup de main dans vos études. Rappelez-vous : "il n'y a pas de question idiote, seulement une réponse idiote" A. Einstein
MODÉRATEUR : gherla, Dog Red

Appel a témoin pour le concours de la résistance 2009

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de guinuta  Nouveau message 25 Juin 2008, 22:06

Bonjour à tous,
je compte participer au concours de la résistance de l'année prochaine, je viens de lire le sujet:"Les adolescents dans l'univers concentrationaire nazi"

Trouver des témoins ne sera pas évident

C'est pourquoi, je commence à faire ma petite enquête :mrgreen: , pour savoir si parmi vous certain seraient prêt à témoigner soit par internet au travers de ce forum ou par quelques autres moyens possibles depuis un ordinateur (msn, etc...), l'idéal serait bien entendu de trouver des personnes habitant dans ma région : la Vendée et tous les départements limitrophes.

voila je poste, on sait jamais des fois que :D


 

Voir le Blog de guinuta : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de sekhmet  Nouveau message 20 Juil 2008, 08:14

salut guinuta,

Je n'ai pas de nom ou de témoins potentiels pour t'aider, mais je peux déjà te donner une piste de recherche.

Vu que c'est l'été, tu pourrais lire : Etre sans Destin d'Imre Kertesz (prononcer Kertech), il est ados quand il se fait déporté. Il existe aussi le film Etre sans Destin, inspiration fidèle du livre.

http://pagesperso-orange.fr/helenbazar/livre20.htm

http://pagesperso-orange.fr/helenbazar/livre20.htm a écrit:Si vous pensiez avoir tout entendu, tout lu ou tout appris sur la déportation dans les camps de concentration nazis et sur l’holocauste et que vous n’avez pas encore découvert « Etre sans destin » d’Imre Kertész, il est grand temps de réparer cette erreur. Car après les lectures de « Si c’était un homme de Primo Levi » ou tout autres témoignages sur les camps de concentration, la lecture de ce récit en est encore plus terrifiante.
Cet hongrois né à Budapest en 1929 dans une famille juive fut déporté au camp de d’Auschwitz-Birkenau en 1944 et fut libéré à Buchenwald en 1945. Il obtiendra en 2002 le prix Nobel de littérature.

« Etre sans destin » est sans aucun doute la plus grande œuvre littéraire jamais écrite sur l’holocauste d’une puissance telle, qu’elle plonge le lecteur dans le désarroi par son ton provocateur et bouleversant à la fois. Ce n’est pas un témoignage mais plutôt un récit écrit sous la forme
autobiographique.


Imre a juste quinze ans et vit la guerre et l’occupation allemande comme une suite d’événements sans
conséquences et sans prises directes sur sa judéité. Entre l’entrepôt de son père et de sa belle mère, marchands de bois et une mère possessive qu’il ne voit que de temps en temps, les jours s’écoulent presque paisibles sur un horizon dont il ne perçoit pas la folie meurtrière.
Quand il est arrêté un matin d’été dans l’autobus qui le mène à l’usine et se retrouve emprisonné dans une caserne avec des centaines d’autres, en attente d’être déporté, sa compréhension de l’horreur ne lui en est pas plus révélée. Car la force de ce récit est la description glaciale et laconique du quotidien, sans réserve, sans aucun compromis ni intervention poétique, ce qui lui donne toute sa gravité et son effroyable justesse.

Pendant son trajet de Budapest à Auschwitz-Birkenau dans des wagons à bestiaux, entassés par centaines, au milieu de la puanteur des cadavres, de même qu’à son arrivée au camp, l’horreur est décrite non pas par la vision qui en résulte mais par la perception qu’il en a. Le regard innocent et naïf que promène le jeune Kertesz sur cette tragédie est celui d’un être sans identité, un être ne saisissant pas la portée de la barbarie qui est en train de s’empaler irrémédiablement sur sa destinée pour le conduire à vivre avec l'invivable le reste de sa vie.

C’est avec une approche distanciée, sans aucune compassion ni indignation mais traité avec froideur, qu’il raconte, qu’il égraine son parcours de miraculé de la barbarie. L’attente du départ dans une ambiance joyeuse - parce qu’ils sont tous persuadés qu’ils partent pour travailler et non pas pour mourrir - de même que les wagons où il se retrouve serré avec la faim et la soif n’arrivent pas à l’émouvoir, après tout c’est la guerre, et
ce n'est pas non plus les soldats, qu’il trouve pimpants et bien soignés, à son arrivée à Auschwitz qui sauront l'inquiéter.
L’effroi qui nous envahit vient du fait qu’il ne dénonce pas mais se contente simplement de décrire et de mettre en scène l’enfer du camp, ces gestes quotidiens, comme ces femmes qui se refont une beauté à
l’arrivée des trains, les files d’attente pour être examiné par un médecin vous déclarant apte ou inapte au travail et par la même décidant de votre destin. Comme les fumées s’échappant de ces immenses cheminées, ces crématoriums, pense t-il, où l’on brûle des corps atteints d’épidémie.

Et quand, libéré des camps, il rentre chez lui à Budapest l’horreur est toujours omniprésente par
l’incompréhension de ses paroles, dans la distance entre lui et ceux qu’ils retrouvent, ceux qui préfèrent parler d’enfer pour commenter l’inimaginable, alors que pour lui l’enfer n’existe pas, mais les camps il sait qu’il en revient. Qu’il ne peut pas recommencer une nouvelle vie, mais simplement poursuivre l’ancienne parce qu’il a vécu un destin donné qui n’était pas le sien et que désormais il doit en faire quelque chose, l’adapter à ce quelque chose.

Preuves remarquables de ce que fut l’horreur concentrationnaire du régime nazi, « Etre sans destin » est une œuvre qui dérange en nous racontant l’inacceptable, et en nous interpellant non pas sur le cauchemar des camps mais sur la façon dont les victimes ont du composer avec, comment leurs principes moraux, leurs valeurs spirituelles ou intellectuelles capitulèrent devant leur instinct de survie.

Etre sans destin d'Imre Kertesz ( 361 pages) collection 10/18


A+++

Sekhmet


 

Voir le Blog de sekhmet : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de guinuta  Nouveau message 20 Juil 2008, 14:47

Merci beacoup, je vais aller voir ca de plus près


 

Voir le Blog de guinuta : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de prof65  Nouveau message 01 Aoû 2008, 18:59

Bonsoir Guinita,

J'ai préparé le concours 2008 avec mes 24 élèves de Bac Pro soit 6 groupes, le groupe des quatre garçons a remporté le premier prix dans leur catégorie les autres rien.
J'ai consulté ton travail et je le trouve très bien. Tu es volontaire et je te félicite. Persévérer est une qualité appréciable.
Je recommence l'année prochaine avec uniquement ce groupe car les autres sont déçus et avec une classe complète de CAP car le thème du concours correspond à la séquence de français que je vais faire avec eux: L'enfant et la guerre et au thème d'histoire: Guerres et conflits contemporains.
Je suis moi aussi à la recherche de témoins et je compte sur les élèves pour en trouver au moins un ou deux.
Je peux comme Sekhmet te proposer des ouvrages que j’ai lus et que je compte faire lire aux élèves:
- La valise d’Hana, Karen Levine
- Voyage à Pitchipoï, J.C. Moscovici
- Les sanglots longs des violons de la mort, Violette Jacquet
- J’ai pas pleuré, Ida Grinspan et Bertrand Poirot Delpech
- Simon, l’enfant du 20ème convoi, Françoise Pirard et Simon Gronowski
- 1944-1945, les sabots, Jean-Pierre Vittori
Je peux aussi te conseiller :
- le site pédagogique le grenier de Sarah
http://www.grenierdesarah.org/FICHES/index.php ensuite tu cliques sur Le plan du site « le grenier de Sarah » et tu pourras écouter 7 témoignages d’enfants.
- le site Akadem
http://www.akadem.org/sommaire/themes/h ... _courant=1 où tu pourras écouter une conférence de Serge Klarsfeld sur le sort des enfants juifs et où tu trouveras des documents à mon avis d’une grande qualité qui pourront t’aider.
- Sur son site Mémoire juive, http://www.memoire-juive.org/ Dominique Natanson répond de façon très efficace aux questions des élèves et des enseignants.

Je pense que toutes ces références te permettront de réfléchir à un plan, faute de témoins proches, on peut parler des autres. Si lors de mes futures recherches, je trouve des témoins vendéens, je te tiens au courant. Si je peux t’aider, je suis disponible.

Bon courage


 

Voir le Blog de prof65 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Borovic  Nouveau message 01 Aoû 2008, 20:27

Bonsoir,

... sur le théme de l'enfant et la guerre, deux ouvrages qui se complétent :

- "Le roi Mathias 1er" de Janusz Korczak (Editeur Jérôme Martineau)
- "L'adieu aux enfants" de Alain Buhler (Editeur Olivier Orban)


... Moins connu en France , le martyr des enfants de Zamojszczyzna. L'histoire de ces milliers de petites victimes, séparées de leurs parents, vous livrera de nombreuses réponses sur les causes, et leur destin tragique en camp d'extermination. Je ne sais pas si des documents français traitent le sujet. Vous pouvez toujours lire des témoignages (en polonais) sur les sites de la ville de Zamosc . Ces enfants étaient Juifs et Polonais. Ils ont eu le malheur de naître dans une région que les Allemands s'étaient appropriée comme "terre de récompense pour militaires nazis méritants"


Cordialement


 

Voir le Blog de Borovic : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de guinuta  Nouveau message 01 Aoû 2008, 21:42

merci beaucoup, toute ses sources vont surement m'aider dans mon travail de recherche et surtout pour l'élaboration de mon plan


 

Voir le Blog de guinuta : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de prof65  Nouveau message 02 Aoû 2008, 08:13

Borovic a écrit:
... sur le thème de l'enfant et la guerre, deux ouvrages qui se complétent :
- "Le roi Mathias 1er" de Janusz Korczak (Editeur Jérôme Martineau)
- "L'adieu aux enfants" de Alain Buhler (Editeur Olivier Orban)




Bonjour,

Merci pour la référence de ces deux ouvrages qui m’étaient inconnus.
Il est exact que je recherche les causes des rafles d’enfants et adolescents juifs et les autres ? Même si le thème du concours cible l’histoire française, il n’est pas exclu de prendre connaissance des massacres européens et d’essayer de comprendre l’effroyable volonté d’exterminer hommes, femmes et enfants…
J’ai pu lire en français et en anglais l’histoire du ghetto de Zamosc et quelques extraits de témoignages.
J’ai trouvé sur le web http://roi-mathias.fr/ le texte français intégral du roman de Janusz Korczak que je pourrai utiliser avec mes jeunes ainsi que de nombreux liens.

Très cordialement


 

Voir le Blog de prof65 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de guinuta  Nouveau message 02 Aoû 2008, 09:47

le thème du concours cible l’histoire française


J'aurais parlé de tous les adolescents qu'ils soient français, allemands ou de n'importe quel autre pays, le sujet ne précise pas si ils doivent être français, le sujet de l'année dernière lui, précisait "en France".


 

Voir le Blog de guinuta : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Borovic  Nouveau message 02 Aoû 2008, 09:51

Bonjour,

... L'histoire des "enfants" de Korczak est universelle. Ce médecin juif, dont le refuge était en partie financé par l'épouse de Pilsudski est considéré comme un "saint" homme par tous les Polonais. "Le Roi Mathias 1er" est un conte pour enfants, un texte avec lequel Korczak tentait d'expliquer à ses orphelins varsoviens pourquoi la "Guerre" voulait leur mort. "L'adieu aux enfants" est une présentation de l'oeuvre de Korczak.

... L'histoire des enfants de Zamojszczna ( de la région de Zamosc, en polonais ) est différente. La région autour de cette ville avait été choisie dans le G.G. comme terre d'acceuil pour les nazis méritants et leurs familles. H. Frank leur attribuait des terrains pour passer une retraite heureuse ( ce qui était également prévu pour la Champagne autour de Reims). Les Allemands ont donc tenté de vider cette région de sa population en ne gardant que des adultes hommes comme esclaves. Des centaines enfants de tout age, seront regroupés puis exterminés. Cette opération fît des milliers de victimes, mais fût un échec. Cette région est tres boisée et AK avait installé un systême d'alarme, de guetteurs, pour permettre aux paysans de fuir rapidement dans la forêt. Généralement, à l'aube, quand les Allemands encerclaient un village vide, ils étaient attaqués par AK. Cependant, certains villages furent surpris et des "colons" furent tout de même installés, mais ils étaient sans arrêt l'objet d'attaques meurtriéres de AK

Bonne découverte


 

Voir le Blog de Borovic : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de prof65  Nouveau message 02 Aoû 2008, 13:52

guinuta a écrit:
le thème du concours cible l’histoire française


J'aurais parlé de tous les adolescents qu'ils soient français, allemands ou de n'importe quel autre pays, le sujet ne précise pas si ils doivent être français, le sujet de l'année dernière lui, précisait "en France".


Voici ce qui m'a fait dire que le dossier devait parler des enfants et des adolescents de France d'où la difficulté de trouver des témoignages oraux locaux
« Les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazi.
Ce thème peut être l’occasion de réfléchir, entre autres, sur le processus et les circonstances qui ont contribué à faire des enfants et des adolescents les victimes du système concentrationnaire nazi. Le sort de ces enfants et adolescents sera au cœur de l’étude et de la réflexion des candidats.
On pourra prendre en compte l’évolution, dans l’après-guerre, du droit international et national dans le domaine de la protection de l’enfance.
Les recherches des élèves pourront porter sur la situation de leur commune ou de leur département, en s’appuyant sur les archives municipales et départementales, la documentation des musées spécifiques, et bien entendu les témoignages qu’ils ont recueillis localement ou lus. »

Il est possible d'élargir car le sort de ces enfants et de ces ados fut hélas le même partout...seules peut-être les causes de leur arrestation différent-elles?
Pour les CAP, j'ai d'ailleurs l'intention de leur proposer de raconter, après lectures et écoute des témoignages, l'histoire d'un enfant ou d'un ado de leur choix français ou étranger.
Quant aux 4 Bac Pro, l'un d'entre eux est en contact avec une déportée et
ils décideront eux-mêmes.

Cordialement


 

Voir le Blog de prof65 : cliquez ici



Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LE COIN DU DÉBUTANT ET AIDE AUX ETUDIANTS




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ MATÉRIELS ET VÉHICULES - SUITE - 19 
il y a 11 minutes
par: coyote 
    dans:  Déroute italienne en Lybie, début 1941 
il y a 14 minutes
par: Dog Red 
    dans:  Film intéressant sur A2 ce soir 
il y a 54 minutes
par: Patrick.Fleuridas 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 23 
Aujourd’hui, 07:39
par: Jdrommel 
    dans:  Echec de la prise de Caen 
Aujourd’hui, 06:43
par: Dog Red 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 20 
Aujourd’hui, 01:18
par: kfranc01 
    dans:  Gwenn ha Du 
Hier, 22:06
par: alfa1965 
    dans:  Bataille des quatre vents du 25 janvier 2021 
Hier, 20:52
par: Alfred 
    dans:  Uniformes des forces armées thaïlandaise pendant la SGM 
Hier, 19:49
par: iffig 
    dans:  Bataille des Alpes 1940 
Hier, 19:48
par: alfa1965 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 119 invités


Scroll