Connexion  •  M’enregistrer

enseignement de l'histoire

Si vous êtes néophyte en histoire et que vous hésitez à poser une question, cette rubrique est pour vous. Idem si vous avez besoin d'un coup de main dans vos études. Rappelez-vous : "il n'y a pas de question idiote, seulement une réponse idiote" A. Einstein
MODÉRATEUR : gherla, Dog Red

Re: enseignement de l'histoire

Nouveau message Post Numéro: 71  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 14 Oct 2008, 14:05

Bonjour,

je ne connais pas l'âge de Jordan, mais lorsque j'étudiais l'histoire à l'école, je trouvais cette discipline totalement inutile également. Le temps (à défaut de la sagesse) peut parfois vous faire changer d'opinion radicalement. ;)
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5214
Inscription: 22 Mar 2004, 13:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


Re: enseignement de l'histoire

Nouveau message Post Numéro: 72  Nouveau message de Pierre.S  Nouveau message 14 Oct 2008, 19:23

Nicki le Bousier a écrit:
juin1944 a écrit:Si tu es aussi imperméable à l'histoire, puis-je te demander ce que tu fais ici ?


Je pense qu'il a du se perdre dans les méandres googeulesques...Les voies du web sont parfois fort hasardeuses. :mrgreen:


on peut toujours essayer de sauver la brebis égarée...AAAAAMEN :D


 

Voir le Blog de Pierre.S : cliquez ici


Re: enseignement de l'histoire

Nouveau message Post Numéro: 73  Nouveau message de yann04  Nouveau message 18 Oct 2008, 09:58

je ne suis plus au lycée depuis 5 ans mais je me souviens bien de l'enseignement que j'ai reçu en histoire.
Au collège, j'était déjà passionné par la seconde guerre mondial et je lisais d'autre livre que le manuel scolaire pour m'en instruire. :D
Je pense, comme certain, que la seconde guerre mondiale n'est pas assez développée dans les programmes. Avec du recul, il est vrai qu'il est difficile d'expliquer à des ados de 12 14 ans les causes profondes de la 2ww et de rentrer dans certains du conflit.
Cependant, je pense que l'accent devrait être mis sur le fait que la 2WW a bouleversé l'ordre mondiale et que ces conséquences s'en ressentent encore aujourd'hui.


 

Voir le Blog de yann04 : cliquez ici


Re: enseignement de l'histoire

Nouveau message Post Numéro: 74  Nouveau message de Jumbo  Nouveau message 18 Oct 2008, 14:36

jordan70400h a écrit:bonjour,
celon moi l'histoire dans un lycée ou au cfa devrait etre une option, car dans notre vie, en dehors de nos connaissance personnelle, a quoi nous serre l'histoire, de connaitre la mort d'un diplomate, du 19 eme siecle nous raporte quoi de plus dans notre travaille ?
je suis salarié et etudiant au CFAI d'exincourt, je prepare un BEP elec, et de savoir que STALINE ou en l'encien dictateur allemand, soit mort apres avoir fait des massacre, ne me serre strictement a rien dans mon metier.
alors pourquoi l'apprendre?
deplus je ne reussi pas a apprendre par coeur de evenement comme ces dernier, seul ce qui est d'actu m'est possible d'apprendre, je ne reussi pas le reste (ex: 1ere guerre mondial 1914-1918, enfin les congé payé, les 45 h ...)
et vous qu'en pensé vous, de l'enseignement de l'histoire ?

Bien que je ne sois pas modo sur le forum, peut-être qu'un petit effort sur l'orthographe serait-il le bienvenu . En gros 24 fautes pour 9 lignes...plus la syntaxe... Je ne moque pas car moi je n'ai qu'un CAP!
"Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus." (Jean Gabin) Mélodie en sous sol

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6182
Inscription: 01 Juin 2004, 19:12
Localisation: Salon de Provence
Région: PACA
Pays: France

Voir le Blog de Jumbo : cliquez ici


Re: enseignement de l'histoire

Nouveau message Post Numéro: 75  Nouveau message de Signal  Nouveau message 24 Oct 2008, 21:53

Bon alors moi je débarque, et je suis plus qu'agréablement surpris par le niveau des débats sur ce forum... Là j'ai seulement survolé, mais le sujet m'intéresse beaucoup. Je ne suis pas prof à proprement parler, je suis guide dans un site historique. La même chose en somme, la seule chose qui change c'est les murs autour de nous et le fait que la plupart de mes élèves sont volontaires pour venir.
Pour moi la qualité de l'enseignant est essentielle à la réussite du cours (pas des élèves, ça c'est un autre problème). Si il se contente de réciter son texte ou de le lire, aucun élève ne s'intéressera à ce qu'on lui dit. L'enseignant doit vivre ce qu'il explique, et surtout, surtout, faire participer les élèves, les inviter à s'impliquer dans la réflexion sur le sujet abordé.
Exemple concret : la Shoah. Ultraclassique et incontournable. Deux façons d'aborder le sujet :
1) Montrer une carte des camps, un documentaire ou deux (par exemple Nuit et brouillard et un extrait de Shoah, puis faire un cours classique, en expliquant les tenants et les aboutissants de la déportation et de l'extermination. Excellent début, mais j'ai pu constater lorsque j'étais surveillant en collège (trois ans de suite : dur dur !) que les élèves, gavés de films d'horreur et d'images atroces aux infos, ne se rendent même pas compte de la spécificité de ce génocide. Après tout pour eux ce n'est plus qu'un cours comme un autre, d'autant qu'on leur rebat les oreille avec le sacrosaint "devoir de mémoire" à longueur d'année. Résultat : ils ne comprennent pas grand chose et tout ça leur passe au-dessus de la tête.
2) Autre façon de faire, complémentaire par rapport à la première, que j'ai expérimentée en salle de permanence avec trois élèves qui sortaient justement d'un cours d'Histoire et me disaient n'avoir pas vraiment compris en quoi c'était si terrible la Shoah (le cours était comme ci-dessus) : la mise en situation. Je les ai mises dans la peau de jeunes déportées. Je leur ai expliqué quel était leur trajet depuis l'entrée dans le train jusqu'au four crématoire... en sortant de là, elle avaient parfaitement compris !
L'exemple est extrême, j'en conviens. Mais il peut s'appliquer à toute période historique : la chevalerie, qui est étudiée en 5e si je ne m'abuse, peut être expliquée facilement par des mises en situation du même genre : adoubement et vassalité sont facilement jouables dans de petites scénètes par exemple.
A mes yeux, l'image est également extrêmement importante : l'Histoire ne doit jamais se résumer à une longue suite de dates, qui ont dégoûté tant de générations d'élèves ! L'Histoire c'est la vie !!! Le passé nous a laissé tant d'oeuvres d'art, d'objets, de monuments, qu'il est plus que simple de l'illustrer. Nous vivons dans une civilisation de l'image, plus du texte, malheureusement. La plupart des élèves ne verront de leur vie, sur telle ou telle période, que ce que le professeur leur montrera. Donc si on en reste à un cours écrit, il ne restera rien dans la tête des futurs adultes qu'ils sont. Comme exprimé plus haut, l'évolution de la place de l'Histoire (et des Humanités en général, ce qui est connexe), laisse de moins en moins de temps aux professeurs pour boucler leur programme. En conséquence, il faut rationaliser les choses, quelques images bien choisies peuvent avantageusement remplacer un long discours, et la potentialité que les élèves les retiennent avec le temps est grande. Bien sûr, elles ne doivent en aucun cas remplacer le cours, qui reste fondamental pour comprendre le sujet présenté. Mais l'image est une excellente base.
J'ajouterai à ça : des sorties dans des monuments, sites, musées !!! C'est de plus en plus compliqué je sais. Mais c'est fondamental pour comprendre que l'Histoire constitue notre passé, notre présent et notre futur, puisque nous vivons au milieu de monuments antérieurs à nous, nous créons l'Histoire par nos actes, et nos actes futurs seront l'Histoire de nos enfants. construisez une maison et vous aurez créé un monument historique !!! Marrant non ?
Bon et une fois de plus je pars dans une conférence...
Deux remarques pour finir :
- J'ai constaté que beaucoup se plaignaient du fait que la Deuxième Guerre n'était abordée que rapidement au niveau événementiel par les professeurs. C'est vrai et c'est heureux. Je m'explique : si il fallait expliquer en détail les opérations, on n'en sortirait plus. Ça signifierait aussi qu'il faudrait faire la même chose avec la plupart des grands conflits depuis l'Egypte ancienne : ça risque d'être long. Je rappelle aux historiens en herbe que l'essentiel dans un conflit, et particulièrement ceux du siècle passé, n'est pas les opérations militaires, mais leurs conséquences politiques, économiques et sociales. La Première Guerre marque la fin du 19e siècle en introduisant la notion de massacre de masse, produit de l'industrialisation, qui conduit au mythe de la "der des ders", et crée par son règlement qui n'en est pas un la situation idéale pour passer vingt ans plus tard à la seconde. Elle marque également l'entrée des Etats-Unis sur la scène internationale, la prise de pouvoir des soviétique en Russie, ce qui aura deux ou trois conséquences par la suite, et le début des mouvements qui mèneront à la décolonisation et l'émancipation des femmes en occident. La Seconde Guerre marque l'invention du meurtre industriel (pas du génocide, celui-là avait commencé en 1905 en Afrique pour ce siècle, et remonte à la nuit des temps avant ça), et en conséquence l'invention du concept de crime contre l'humanité, le début de l'ère atomique et de la guerre froide. Le conflit entérine le déclin annoncé en 1918 de l'Europe en tant que puissance dominante dans le monde.
Dans les deux cas, les opérations militaires sont secondaires dans leur détail, même si bien sûr les grandes lignes sont importantes : imaginons que churchill ait obtenu de débarquer du côté de la Yougoslavie, l'après guerre aurait été un peu différent. Mais les détails ne sont pas importants, d'où le peu de place que les enseignants leur réservent. Tiens un dernier exemple pour la route : le 11 septembre 2001 n'est pas important du fait de la méthode employée (quoique pour l'histoire des mentalités si, mais c'est une analyse plus pointue là), il est important du fait que les Etats-Unis ont été attaqués sur leur propre sol, ce qui n'était jamais arrivé (Pearl Harbor c'est pas continental, c'est un atoll au milieu du Pacifique). C'est un élément fondateur de tout ce qui suit : Afghanistan, Irak, bientôt Iran peut-être... Sans compter tous les changements au sein des pays occidentaux : la paranoïa profonde dans laquelle nous vivons, qui mène à mettre des caméras partout et des portiques de sécurité dans tous les lieux publics. Quels changements depuis 2001 ! Et la méthode employée par les terroristes, si elle est spectaculaire, aurait eu les mêmes effets si elle avait été différente mais aussi médiatique (pas dévastatrice, médiatique, c'est plus important : moi qui vous parlais de civilisation de l'image...).
- Pour répondre à une question posée plus haut sur le thème "l'histoire ça sert à quoi ?" je rejoins mes camarades historiens en disant simplement que le jour où vous choisissez quel bulletin mettre dans l'urne, si vous connaissez un peu votre histoire, votre décision sera basée sur une réflexion étayée, pas sur du vent. L'Histoire (et la connaissance en général d'ailleurs), c'est les fondations de la maison que vous êtes. Sans elle, elle ne repose sur rien, vous êtes vide. Et n'importe quel discours démagogique pourra vous faire voter pour n'importe qui sans que vous ne puissiez comprendre le fond de la pensée de celui pour qui vous votez (qui lui d'ailleurs la connaît, son Histoire). Le savoir, c'est le pouvoir. A votre avis, pourquoi ce sont les gens les plus cultivés, qui ont fait les plus hautes écoles et les plus hautes études (il y a des exceptions j'en conviens) qui gouvernent, et pas ceux qui considèrent que "de toute façon tout ça ça ne sert à rien" ?
Bon j'ai bien sûr fait une conférence... Mais comme je disais au début, le niveau de débat est très intéressant et agréable ici. J'en profite !

Bonne soirée,

Seb.


 

Voir le Blog de Signal : cliquez ici


Re: enseignement de l'histoire

Nouveau message Post Numéro: 76  Nouveau message de Donald King  Nouveau message 31 Oct 2008, 09:52

Etant en seconde je pense avoir mon mot a ajouté.

On l'a déja dit mais il est clair que les cours d'histoire du collège n'ont rien a avoir avec ceux lycée. Tout d'abord au collège les cours sont très formatés et les profs ne donnent pas libres expressions a leurs savoirs. Au lycée par contre un sujet n'est jamais traité des profs de la meme facon.

Par contre je ne sais plus ou est ce que je l'ai lu sur ce topic, mais quelqu'un a dit que c'est le prof qui faisait tout, qui faisait en sorte que le cours soit interessant. Je pense que c'est en partie faux. Cette année, je suis tres heureux, ma prof d'HG est très dynamique et interessante, nous donne des anecdotes, sa vision des choses etc... Toutefois ce n'est pas pour autant que la moitié de la classe suit. En effet lorsque le prof fait son cours, parfois j'observe mes camarades et seulement 3 ou 4 ecoute attentivement.
Donc a mon avis, si on s'en fout, on s'en fout.

J'ai constaté que beaucoup se plaignaient du fait que la Deuxième Guerre n'était abordée que rapidement au niveau événementiel par les professeurs. C'est vrai et c'est heureux.


C'est uniquement puisque c'est le point d'interet majoritaire de ceux qui sont ici qu'on trouve qu'il n'est pas assez developpé. Imaginez qu'on developpe tout les sujet qu'on a pu étudiés au college.
On en finirait pas avec les Batailles Romaines !


 

Voir le Blog de Donald King : cliquez ici


Re: enseignement de l'histoire

Nouveau message Post Numéro: 77  Nouveau message de Signal  Nouveau message 31 Oct 2008, 12:47

RonaldKing a écrit:Imaginez qu'on developpe tout les sujet qu'on a pu étudiés au college.
On en finirait pas avec les Batailles Romaines !


Exact, c'était l'idée de mon très long développement.


 

Voir le Blog de Signal : cliquez ici


Re: enseignement de l'histoire

Nouveau message Post Numéro: 78  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 31 Oct 2008, 14:39

Sébastien a parfaitement résumé le fond de ma pensée, pas d'histoire sans histoire vivante lorsqu'il s'agit de scolaires. Ils ont besoin d'images ou de sentiments qui se dégagent, leur génération est ainsi faite.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Re: enseignement de l'histoire

Nouveau message Post Numéro: 79  Nouveau message de Moumoune  Nouveau message 02 Déc 2008, 14:15

L'histoire sert, et c'est une de nos bases majeures (parmis d'autres) pour la culture générale. Parce que si on dit que l'Histoire ne sert à rien, on ne peut que faire sauter du calendrier le 11 novembre, le 8 mai, et le 14 juillet, et les passer en des jours non fériés. Ce que je veux dire par là c'est que si ces dates existent et qu'elles sont fériées aujourd'hui, c'est que des évènements importants ont maqué les esprits et ont amélioré (du moin essayer) la société.

Dans le primaire ou le secondaire tout comme à la fac, l'intérêt que l'on porte à cette matière peut provenir de la mnière dont c'est enseigné. L'Histoire est rendu intéressante par celui qui l'enseigne, qui la communique à ces élèves, et si en plus, il y a un ou des projets qui sont mis en place, c'est la cerise sur le gateau, même si je sais que c'est extrèmement dur et lourd à mettre en place. Ensuite pour ceux qui ont eu un prof ennuyeux en cette matière, il faut vraiment être un passionné d'Histoire pour pouvoir tenir une année entière.

Mettre l'histoire en qualité d'option, c'est vrai qu'il me semble que cela avait été évoqué il y a quelque temps, et que cela avait été abandonné. Etaient concernés : les futurs en terminales Scientifique. La proposition qui avait été faite c'est de faire passer aux 1ère S l'Histoire au BAC, en même temps que le français, à la fin de l'année de 1ère. C'est le même principe que pour les Littéraires qui passent toutes les matières scientifiques en fin de 1ère, en même temps que le français.

Ce que je n'ai jamais compris, c'est pourquoi les ES avaient plus d'heures d'histoire par rapport aux Littéraires : 5 h pour les ES (1ère et Tle), et 4 h (1ère et Tle)pour les L? Est-ce que quelqu'un sait pourquoi ?

Cela a peut-être changé depuis le temps, mais je ne pense pas.


 

Voir le Blog de Moumoune : cliquez ici


Re: enseignement de l'histoire

Nouveau message Post Numéro: 80  Nouveau message de Walrus  Nouveau message 03 Déc 2008, 00:40

je suis étudiante en histoire, et je ne me destine pas du tout à l'enseignement (les lycées en ce moment, pour le coup c'est vraiment la guerre, merci mais très peu pour moi !)
Mon envie d'étudier l'histoire s'est déclarée très tardivement, en prépa où nous avions un prof fantastique, qui arrivait à nous intéresser sur tout, même des sujets qui à la base me rebutaient totalement !

Je garde un excellent souvenir d'un prof de collège, qui dès la 6eme nous initiait aux vraies méthodes de l'histoire : étude de document ! on n'avait presque pas de cours, on étudiait des documents, il nous poussait à participer, à donner notre point de vue, c'était excellent, j'adorais ça... mais j'avoue que la plupart des élèves qui l'ont eu se plaignaient, car dès qu'on sort du classique cours en trois parties trois sous-parties à apprendre par coeur, beaucoup sont totalement perdus ! en ce qui me concerne, je déplore vraiment cette espèce de méthode de tout faire apprendre par coeur, je trouve ça inutile et pas du tout motivant et enrichissant. D'ailleurs je n'ai absolument aucun souvenir de certaines années où le prof était particulièrement pointilleux sur le par coeur.... mais bon, je suis consciente que pour beaucoup le par coeur reste à la seule méthode d'apprentissage, pour toutes les matières...

ce que je déplore énormément aussi, c'est la double appellation histoire-géographie, totalement ridicule, dans beaucoup de pays ça n'existe d'ailleurs pas, il y a deux cours différents pour ces deux matières. En général le prof d'histoire-géo de collège ou de lycée est souvent historien, donc on fait plus d'histoire et la géo est survolée, soit l'inverse, mais le résultat est le même ! en plus, les programmes n'ont pas de connexions apparemment, donc le seul intérêt de ce double enseignement qui aurait été une approche géopolitique des sujets passe à la trappe, je ne vois donc pas pourquoi on persiste dans cette c***rie !
et idem avec l'éducation civique !
résultat, un étudiant d'histoire que veut devenir prof doit obligatoirement l'être aussi de géo, alors que ce n'est pas sa spécialité, on ne s'improvise pas géographe l'année du concours, enfin il me semble...


enfin j'avais juste envie d'ajouter pour ceux qui parlent d'enseignement de sujet qui n'intéressent pas beaucoup de monde, que l'école n'est pas là pour enseigner seulement ce qui intéresse les élèves, sinon ça serait une école de foot ou de star ac (j'exagère mais l'idée est là).Le but est de donner une culture générale, ça va pas tuer ces pauvres gamins d'apprendre d'où ils viennent et comment vivaient les gens avant les années 50, si c'est bien enseigné tout est intéressant !


 

Voir le Blog de Walrus : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LE COIN DU DÉBUTANT ET AIDE AUX ETUDIANTS




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Traduction de Panzer Ersatz und Ausbildung Kompanie 8 für Wekstattpersonal 
il y a 26 minutes
par: Guillaume49 
    dans:  Wehrmacht 1940 : la Kriegsmarine et ses uniformes 
Aujourd’hui, 01:32
par: Guillaume49 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 20 
Hier, 23:44
par: Marc_91 
    dans:  Josef Mengele parcours SS du médecin d'Auschwitzz 
Hier, 23:30
par: orpo57 
    dans:  LE QUIZ MATÉRIELS ET VÉHICULES - SUITE - 19 
Hier, 23:18
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Livre et symboles nazis 
Hier, 23:14
par: Guillaume49 
    dans:  ARMEE ALLEMANDE 1944 
Hier, 22:37
par: Loïc 
    dans:  Première bataille de chars à chars 
Hier, 22:34
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Association Devoir de Mémoire 
Hier, 22:17
par: Guillaume49 
    dans:  Tedder 
Hier, 22:16
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 119 invités


Scroll