Connexion  •  M’enregistrer

la marine Française en 1939-1945

Histoire et recherches portant sur les Marines de guerre de tous les belligérants, incluant les grandes batailles comme celles de l'Atlantique, de la mer corail, Mers el Kébir, la destruction du Bismark etc.

Re: la marine Française en 1939-1945

Nouveau message Post Numéro: 21  Nouveau message de P. Vian  Nouveau message 18 Déc 2017, 16:52

En effet le traitement du sujet précédent était pas mal
Hourra Poncelet !!

Sergeant Major
Sergeant Major

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 72
Inscription: 09 Déc 2017, 18:56
Région: Finistere
Pays: France

Voir le Blog de P. Vian : cliquez ici


Re: la marine Française en 1939-1945

Nouveau message Post Numéro: 22  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 18 Déc 2017, 16:59

Disons, fouillé! ::mortderire::

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2102
Inscription: 25 Mai 2016, 16:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: la marine Française en 1939-1945

Nouveau message Post Numéro: 23  Nouveau message de Tri martolod  Nouveau message 18 Déc 2017, 17:21

Dog Red a écrit:
Tri martolod a écrit:Il ne s'agit pas de garder l'information pour soi mais de rédiger les longs (ou pas) articles avec un logiciel de traitement de texte hors du forum et ensuite, après relecture et corrections si nécessaire, le mettre en ligne par un simple copié-collé.

C'est une façon de faire, ou pas.


Je n'en doute pas, c'est justement pour cette raison que je me suis permis un petit complément d'information.

Si je peux me permettre, je rajouterai quelques unités FNFL à celles déjà évoquées: les Fusiliers-Marins.

Le 1er Bataillon de Fusiliers-Marins est formé et instruit (en GB) dès juillet 1940 par le CC DESTROYAT (grade à vérifier) qui en sera le 1er commandant. Son second, Amyot d'Inville prendra sa suite après son assassinat en juin 42 en Syrie.
Cette unité sera engagée sur de nombreux théâtres d'opération (Dakar, Gabon, Freetown, Pointe Noire, Palestine, Syrie,....etc....). Après transformation en unité de DCA en Octobre-Novembre 42 le bataillon s'illustrera à Bir-Hacheim.

Le 2e BFM, créé en octobre 40, sera essentiellement affecté à des tâches de défenses côtières (AEF et Syrie) et ne sera jamais en contact avec l'ennemi....Dissout en mars 43.

Le 1er BFM Commandos, verra le jour, en Janvier 42, à partir d'une Cie d'instruction prévue pour la formation d'un 3e BFM (Bataillon Basque) qui ne verra pas le jour. La Cie dissoute est rattachée au Commando britannique n°2 puis n° 10 qui participera, en Août 42, au raid sur Dieppe et à quelques coup de main sur les côtes de France et dans les Iles Anglo-normandes. Le 12 Novembre 1942, cette unité devient le 1er BFM Commandos: le Commando KIEFFER tant méprisé par le Général de Gaulle qui n'appréciait pas leur uniforme britannique.
« War vor ha war zouar »

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4076
Inscription: 10 Mar 2012, 16:12
Région: Bretagne
Pays: Bretagne

Voir le Blog de Tri martolod : cliquez ici


Re: la marine Française en 1939-1945

Nouveau message Post Numéro: 24  Nouveau message de Tri martolod  Nouveau message 18 Déc 2017, 17:43

Beaucoup plus confidentiel, mais dans l'adversité toutes les initiatives sont importantes: l'Aéronavale de la France Libre.
L'Amiral Muselier, commandant provisoire des Forces Aériennes Françaises Libres, ne pouvait envisager, faute d'effectifs suffisants, la constitution d'une force aérienne strictement française et encore moins une force aéronavale mais les compétences ne pouvant être perdues, une sorte de groupe air-Marine sera mis en place et rattaché à la Royal Air Force. La Marine fournit du personnel au sol et quelques pilotes.
Ce groupe sera officialisé en fin 41 et le Squadron 340 "Ile de France" constitué des escadrilles Paris et Versailles avec à sa tête le CC de SCITIVAUX de GREISCHE s'illustrera au-dessus de la Manche et de la France. En décembre 42 le groupe Air-marine est embarqué à bord du HMS Indomitable.
Avec l'entrée en guerre des USA, AUBOYNEAU parvient à mettre sur pied une formation de Catalina purement française: la 6F Exploration.
En juillet 43, l'effectif Aéronavale est de 280 hommes.

Source: résumé Historique des FNFL.
« War vor ha war zouar »

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4076
Inscription: 10 Mar 2012, 16:12
Région: Bretagne
Pays: Bretagne

Voir le Blog de Tri martolod : cliquez ici


Re: la marine Française en 1939-1945

Nouveau message Post Numéro: 25  Nouveau message de Tri martolod  Nouveau message 18 Déc 2017, 20:34

Je ne crois pas que cette unité modeste mais solide car toujours en service a été évoquée: le Mutin, un cotre aurique mis en service en 1927 et construit aux Sables d'Olonne sur le modèle des thoniers olonnais pour former les Pilotes de la Flotte.

En 1940, il rallie Plymouth. Il servira sous pavillon britannique pour le compte du SOE:
-jusqu'en 1942 pour des missions d'espionnage et de convoyage en atlantique et en Manche
-puis en Méditerranée toujours pour des missions de renseignements notamment au Moyen-Orient. Son dernier commandant britannique est Bill Turner (dit Bill "le Bottier"...à vérifier)

Il retrouvera l'école de Pilotage de Saint-Servan (à vérifier) en 1946. Aujourd'hui, participe à la formation des élèves de l'Ecole Navale et aux nombreuses fêtes maritimes .

Une image:
Côtre MUTIN  .JPG
Côtre MUTIN .JPG (165.61 Kio) Vu 155 fois
« War vor ha war zouar »

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4076
Inscription: 10 Mar 2012, 16:12
Région: Bretagne
Pays: Bretagne

Voir le Blog de Tri martolod : cliquez ici


Re: la marine Française en 1939-1945

Nouveau message Post Numéro: 26  Nouveau message de P. Vian  Nouveau message 18 Déc 2017, 21:19

En effet Tri Martolod tout n'est pas évoqué car il est complexe de résumer toutes les unités faisant partie des FNFL tant elles furent de provenances diverses et je te remercie pour le complément.

On peut également ajouter aux FNFL (du moins au début) une flottille de petits bateaux de pêche qui débarqueront en gb souvent avec femmes et enfants, parfois même ayant laissé en Françe leur filets de pêche. Il y a également des navires de commerce qui rejoignirent les FNFL.
Au début pour éviter la confusion entre navires Français et navires Alliés il était question que les navires de commerce naviguent sous pavillon Britannique.
Puis sous l'impulsion semble t'il de l'Amiral Muselier (de ses propres dires la croix de Lorraine était en hommage à sa fille), fut créé l'emblème des FNFL le pavillon à croix de Lorraine qui comportait 2 types de pavillons :

Le premier le plus connus qui était à l'origine réservé aux navires de combat :

Image

Le perchoir insigne des engagés FNFL :

Image

Le second moins connu, et pour cause, était réservé uniquement à la marine marchande, il ne fut cependant que très peu utilisé, les commandants de navires de commerce lui préférant celui des navires de combat :

Image

Le dernier lui est le symbole de CFLN le Comité Français de Libération National créé 3 juin 1943 et regroupant le comité Français de Londres (Général De Gaulle) et Le commandement en chef Français civil et militaire à Alger (Général Giraud), cependant, les unités sous pavillon FNFL continueront à l'arborer et les engagés FNFL qui combattirent au RBFM (par exemple) qui n'était, lui, pas FNFL continuèrent à arborer le "perchoir", symbole de l'engagement chez les FNFL :

Image

L'emblème :

Image
Hourra Poncelet !!

Sergeant Major
Sergeant Major

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 72
Inscription: 09 Déc 2017, 18:56
Région: Finistere
Pays: France

Voir le Blog de P. Vian : cliquez ici


Re: la marine Française en 1939-1945

Nouveau message Post Numéro: 27  Nouveau message de P. Vian  Nouveau message 18 Déc 2017, 22:50

A propos du torpilleur Melpomene :

Le Torpilleur Melpomene, premier de la série et donnant donc son nom à la série en question, est un torpilleur de type 610T,
il est mis en chantiers en décembre 1933 aux Chantiers de Bretagne, lancé le 24/01/1935, et rentré en service en Août 1936.

Image

Le déplacement est de 610T / 970T à PC
Longueur : 80.7 m HT
Largeur : 7.20 m
Td : 3.30 M
Puissance : 22.000 Cv via des turbines à engrenages (vapeur)
2 hélices pour 2 chaudières à petits tubes.
Vitesse 34.5 Nd
Rayon d'action : 1.800 M à 18Nd
Mazout : 90T
Effectifs : 92h

Armement :
2*100/60 mm
4*Mt 13.2 AA
2 tubes de 550mm
1 grenadeur
1 torpille Anlis sous-marine remorquée
1 drague
1 filet anti sous-marins

Le Melpomène fut capturé le 3 juillet 1940 dans le cadre de l'opération Catapult. IL fut alors mis à disposition des Hollandais en Août 1940,
Rendu aux FNFL en janvier 1941. Repris par les Anglais en octrobre 1942. Rendu à la France septembre 1943, il est désarmé en Avril 1950.

Sa carrière dans la dissidence même si elle fut très courte n'est pas réellement le grant intérêt de ce navire mais plutôt une capacité particulière qu'il a détenu, saurez-vous sans consulter google ou autre me dire laquelle ??
Hourra Poncelet !!

Sergeant Major
Sergeant Major

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 72
Inscription: 09 Déc 2017, 18:56
Région: Finistere
Pays: France

Voir le Blog de P. Vian : cliquez ici


Re: la marine Française en 1939-1945

Nouveau message Post Numéro: 28  Nouveau message de Tri martolod  Nouveau message 19 Déc 2017, 08:29

la Melpomène, aux ordres de l'Amiral Nord (QG Dunkerque) à partir de février 1940. Il participe au convoyage des troupes vers la Belgique et la Hollande. Il se replie sur Cherbourg pour réparations puis, avant de rallier Portsmouth, prend part à la défense du secteur de Carentan.

Après saisie il opère pour le compte de la Royal Navy au sein de la 23e Escadrille de Torpilleurs (n° H56). Le 31 Août 40, un équipage FNFL aux ordres de FAVREAU (LV puis CC ), remplace les britanniques.

Entre 2 réparations et avec diverses affectations, l'essentiel de l'activité de la Melpomène est l'escorte de convois le long des côtes britanniques. Heurté par le destroyer Whitshed en avril 41, il est réparé et reprend ses escortes jusqu'à sa modernisation entre septembre et décembre 41.

Un grand carénage sera entrepris en Octobre 42, les britanniques proposent de l'affecter à des tâches de servitude, les FNFL préfèrent que leurs hommes soient affectés sur des unités combattantes, ils repassent la barre à un équipage britannique en décembre 42 et la Melpomène repasse sous pavillon britannique jusqu'à sa mise en réserve après avoir été touchée par une torpille allemande. En très mauvais état lors de sa restitution à la FNGB en avril 44, le torpilleur ne reprendra pas de service et sera transféré en 48 au cimetière de Landévénec (29).

A noter sa participation à 2 sauvetages: équipage d'un cargo incendié en mars 41 et d'un cargo coulé par mine en mars 42.

La Melpomène dans sa configuration en fin 42 avec ses 2 canons de 40 mm (pom-pom) sur la plateforme arrière.

DSC05657.JPG
DSC05657.JPG (69.86 Kio) Vu 94 fois


Je n'ai trouvé aucune référence à une mise à disposition des hollandais mais le premier équipage britannique pouvait être à majorité hollandaise.

Sources: Historique FNFL + revue Navires et Histoire + diverses discussions avec deux "anciens"
« War vor ha war zouar »

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4076
Inscription: 10 Mar 2012, 16:12
Région: Bretagne
Pays: Bretagne

Voir le Blog de Tri martolod : cliquez ici


Re: la marine Française en 1939-1945

Nouveau message Post Numéro: 29  Nouveau message de Tri martolod  Nouveau message 19 Déc 2017, 09:09

A la signature de l'armistice, le pétrolier Nivôse, vient de charger du mazout à Abadan. Il se réfugie à Madagascar et reste sous contrôle de la marine de Darlan

En octobre 41, il quitte Diégo, cap sur Saïgon où il charge 12 000 tonnes de mazout. Bloqué au port par 'entrée en guerre du Japon, il quitte finalement Saïgon le 1er Juin 1942 sous escorte provisoire de l'Amiral Charner (aviso colonial). I subit alors une attaque des japonnais, sans dommages. Il poursuit son périple en passant très au sud de l'Australie, parvient au Cap Horn et remonte l'Atlantique sud. Il est rejoint, au large du Brésil par le croiseur auxiliaire Quercy et le sous-marin Sidi-Ferruch, ils arrivent à Dakar le 5 Août. Son périple de 66 jours et de près de 16 000 milles pour un produit d'une grande rareté pour la Marine de Vichy.

Le Nivôse dans sa configuration (avec armement) lors de sa prise en charge par la Marine en 1934:

le Nivôse 1934 Marius Bar.jpg
le Nivôse 1934 Marius Bar.jpg (222.23 Kio) Vu 90 fois


Le Quercy- CP telle qu'à sa sortie du "tiroir":

001.jpg
001.jpg (33.24 Kio) Vu 88 fois
« War vor ha war zouar »

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4076
Inscription: 10 Mar 2012, 16:12
Région: Bretagne
Pays: Bretagne

Voir le Blog de Tri martolod : cliquez ici


Re: la marine Française en 1939-1945

Nouveau message Post Numéro: 30  Nouveau message de Tri martolod  Nouveau message 19 Déc 2017, 10:52

3 unités, 3 destins: les croiseurs de 8000 tonnes de la classe Duguay-Trouin.

A) Le Primauguet:

A la déclaration de guerre il vient d'Indochine et il est à Dakar pour un passage au bassin en septembre 39. Les mois suivant sont occupés à l'escorte de convois et à la chasse aux navires de commerce allemands à partir de Dakar. Il rallie Lorient pour un grand carénage entre Novembre 39 et début Février 40, il est alors sous le commandement du CV GOYDET qui connaît bien le bâtiment pour l'avoir déjà commandé en second.
Au 1er Avril , le Primauguet, l'Aviso d'Iberville et les sous-marins Protée et Redoutable en route pour Fort-de-france ont pour mission d'intercepter un pétrolier norvégien dont la destination est douteuse (Jaris 10 200 tx). Mission réussit, le pétrolier est convoyé jusqu'à Casa sous le contrôle dune garde armée du d'Iberville.

Aux Antilles, le Primauguet qui remplace la Jeanne d'Arc indisponible, arraisonne quelques navires marchands avant de se rendre dans le secteur de Curaçao (Caraîbes) où il surveille 8 navires allemands réfugiés en territoire hollandais tout en restant dans les eaux internationales, l'un d'eux se sabordera en rade (Antilla.
A la nouvelle de l'invasion de la Belgique et des Pays-bas, Goybet propose ses services aux hollandais et met à disposition une compagnie de débarquement (150 hommes) pour assurer la protection des dépôts de carburant de la Shell à Aruba (Caraîbes). Les communications entre le Primauguet et la compagnie à terre se font en breton.

Il quitte les Antilles le 3 juin et vient mouiller dans l'estuaire de la Gironde le 19 juin après escale à Trinidad, Dakar et Casablanca. A cette date l'estuaire de la Gironde est déjà sous la pression de l'aviation allemande. Le paquebot Mexique et le P38 Merceditta sautent sur des mines, le cargo Mécanicien Principal Carvin, chargé de chars et d'une pièce d'artillerie du Jean Bart est bombardé et incendié (Voir avec Alain Adam, très pointu sur la question). La DCA du Primauguet est très active, rudimentaire mais suffisante pour décourager 2 des 3 avions allemands qui le prendront pour cible, le 3e ratera sa cible.

Il charge quelques caisses d'or, de platine et des billets de banque avant de quitter le Verdon pour Casa où il arrive le 25 juin.

Ses missions principales sous pavillon de Vichy, avant l'opération Torch en 42, seront:

1/- d'assurer la sécurité du pétrolier-ravitailleur Tarn vers Dakar puis Libreville. Ils seront intercepté par le Delhi et le Cornwall de la Royal Navy et sommés de faire demi-tour vers Casa...Pour Goybet, un refus d'obtempérer auraient des conséquence dramatiques et accepte l'ultimatum.
2/- en Avril 41 , avec le soutien du CT Albatros et des torpilleurs Simoun et Frondeur de reprendre aux anglais le bananier Fort-de-France arraisonné et capturé plus-tôt par ces derniers.

Quelques images (collection perso):

Le Delhi depuis le Primauguet 1940.jpg
Le Delhi depuis le Primauguet 1940.jpg (147.09 Kio) Vu 66 fois


Arrivé à bord du Primauguet des négociateurs britanniques 1940.jpg
Arrivé à bord du Primauguet des négociateurs britanniques 1940.jpg (186.95 Kio) Vu 63 fois


Je ne reviendrai pas sur les événements du 8 novembre 42 à Casablanca mais le Primauguet y verra sa fin sous les bombes et les obus américains:

IMG_2597_1.jpg
IMG_2597_1.jpg (403.14 Kio) Vu 66 fois


A suivre avec un petit topo sur le Lamotte-Piquet en poste en Indochine et le Duguay-Trouin.....
« War vor ha war zouar »

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4076
Inscription: 10 Mar 2012, 16:12
Région: Bretagne
Pays: Bretagne

Voir le Blog de Tri martolod : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers MARINES DE GUERRE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 4 minutes
par: Didier 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 13 
il y a 9 minutes
par: Orwell 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
il y a 12 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  L'affaire Wenger 
il y a 33 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Koursk ,1943. 
Aujourd’hui, 15:24
par: Dog Red 
    dans:  Comme ils vivaient: à la recherche des derniers Juifs de Lituanie 
Aujourd’hui, 14:01
par: carcajou 
    dans:  Trouvailles de ce matin sur les vides greniers Saumurois 
Aujourd’hui, 13:52
par: Tarpan 
    dans:  N'est-ce pas à Medjez el-Bab............................... 
Aujourd’hui, 11:01
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Ses 16 ans ! 92 aujourd'hui ! 
Hier, 22:33
par: kfranc01 
    dans:  Compositeurs et musiciens déportés dans les camps. 
Hier, 18:41
par: Aldebert 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Scroll