Connexion  •  M’enregistrer

La monnaie du Ghetto de Łódź 1940 – 1944

De l'opération T4 à la solution finale, la dictature nazie atteint un degré d'horreur jamais atteint dans l'histoire moderne. Juifs, homosexuels, communistes, dissidents, Tziganes, handicapés sont euthanasiés, déportés, soumis à des expériences médicales.
MODÉRATEUR : Gherla, Frontovik 14

La monnaie du Ghetto de Łódź 1940 – 1944

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Alcide NITRYK  Nouveau message 24 Nov 2015, 22:51

Le 8.IX.1939, les armées allemandes occupèrent la ville de Łódź. A peine 6 mois plus tard, le 8.II.1940, le président de la police de Łódź promulgua une ordonnance en vue de créer un quartier d'habitation pour les Juifs dans la partie nord de la ville.
Les portes du Ghetto se ferment le 1.V.1940. Le fragment du Ghetto situé le plus au sud était délimité par la rue Północna. Plus loin, en se dirigeant vers la partie occidentale, les limites du Ghetto étaient déterminées dans l'ordre par les rues : Nad Łódką, Podrzeczna, Drewnowska, Lutomierska, Ślusarska, Drewnowska, Generalska, Wrześniewska, Urzędnicza, Zgierska, Żurawia, Okopowa, Marysińska, Inflancka, Zmienna, Bracka, Przemysłowa, Boya Żeleńskiego, Wojska Polskiego, Oblęgorska, Smugowa et Franciszkańska.

Imagehttp://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a7/Litzmannstadt_Ghetto_plan.svg/640px-Litzmannstadt_Ghetto_plan.svg.png

Il renfermait plus de 160 milliers de citoyens polonais d'origine juive. Le Ghetto était placé sous les pouvoirs du Gettoverwaltung, dont le chef était un commerçant de Brême, Hans Biebow. Il dépendait directement du super-bourgmestre de Łódź – Ventzki.
Le Ghetto avait également un directoire juif, le Conseil des Anciens (Der Alteste der Juden), à la tête duquel figurait un commerçant peu connu, de Łódź, Chaim Mordechaj Rumkowski. Il fut l'organisateur de l'administration, de la police, des tribunaux, des prisons, d'entreprises, d'écoles, d'hôpitaux, etc.
Ainsi, le Ghetto de Łódź devint une création rappelant "un Etat dans l'Etat" – en réalité un gigantesque camp de concentration.
Le bourgmestre de Łodź, avec l'aval de la direction de la ReichsBank, recommanda à Rumkowski la création de monnaies spécialement destinées au Ghetto. La production de monnaies de nécessité pour les prisonniers de camps clos n'était pas une idée nouvelle. Cela avait déjà été pratiqué à grande échelle au cours de la Première Guerre mondiale. Cela devait interdire aux éventuels évadés tout déplacement autonome en dehors du camp.
C'était certainement le même dessein qu'avaient à l'esprit les inspirateurs de projet d'édition de monnaie pour le Ghetto de Łódź. Un atout supplémentaire pour les Allemands était la récupération de marks, utilisés jusqu'alors par les habitants du Ghetto.

"Par la diffusion de l'argent du Ghetto comme moyen unique de paiement, le maître des Juifs rentrait en possession des réserves de marks détenues dans le Ghetto, au moyen desquelles pouvaient être acquises toutes les marchandises nécessaires au maintien du Ghetto …" – écrivait le Directeur de l'Administration du Ghetto de Łódź en 1941.
Le taux de change pratiqué était résolument défavorable pour les Juifs et revenait à une autre forme de spoliation.
En juin 1940, furent mis en circulation des bons de papier d'une valeur nominale de : 50 pfennigs, 1, 2, 5, 10, 20 et 50 marks, rapidement surnommés par la population du Ghetto "rumki" ou "chaimki" du nom de Chaim Mordechaj Rumkowski, dont la signature figurait sur les billets.

Au début, Rumkowski s'était adressé à l'artiste-peintre Wincenty Brauner pour la maquette du projet. Sur les croquis réalisés par ce dernier figurait un homme arrachant ses chaînes sur fond de soleil levant. Pour des raisons compréhensibles ce projet ne fut pas accepté. En définitive, le projet des billets mis en circulation fut réalisé par le directeur du secteur du Bâtiment du Ghetto, l'ingénieur en architecture Ignacy Gutmann, les détails particuliers des billets étant dessinés et préparés pour l'impression par un graphiste de Łódź, Pinkus Szwarc. Après l'acceptation du projet par les autorités allemandes, les billets furent réalisés par une imprimerie sise à Łódź, en dehors du Ghetto, ul. Żeromskiego 87 (alors Ludendorffstrasse 87) pour un montant total de 7 348 000 marks (au lieu des 8.206.000 prévus à l'origine). Après la mise en circulation de ces billets, Rumkowski publia une annonce enjoignant l'échange des marks allemands contre les nouveaux marks du Ghetto, auprès de la Banque du Ghetto située ul. Marynarska 71 ou de son agence sise ul. Limanowskiego 56.

ImageImage

Un fait qui éveilla la curiosité fut l'esthétique et la solidité de la monnaie papier du Ghetto, pour sa destination et les conditions de l'époque. Toutefois, il apparut dans le Ghetto un faussaire nommé Rauchwerger qui a réalisé entre 1940 et 1941 5 500 exemplaires de faux billets. En janvier 1942, il fut déporté du Ghetto au camp de Sachsenhausen où, comme bon spécialiste, il falsifia officiellement et sur commande des Allemands des livres anglaises et des dollars américains.
Il est intéressant de savoir que les ghettos de Białystok et Varsovie firent également des démarches pour introduire sur leur territoire une monnaie de nécessité, mais n'obtinrent pas l'accord des autorités allemandes.

Le 1.III.1942 Rumkowski retira de la circulation la menue monnaie polonaise et allemande, ce qui provoqua une pénurie de menue monnaie.
De ce fait, la Poste, entre autres, eut des soucis pour vendre ses cartes postales à 10 pfennigs. Dans cette situation, Rumkowski donna le 17.IV.1942 l'autorisation à la Poste du Ghetto d'émettre ses propres billets d'une valeur nominale de 10 pfennigs. La Poste diffusa aussi une seconde série de bons similaires le 15.V.1944, mais ceux-ci n'eurent aucun effet en raison de l'importante dépréciation de la monnaie.
Malgré l'émission des bons de 10 pfennigs par la Poste, le manque de menue monnaie à l'intérieur du Ghetto se faisait de plus en plus sensible.
Dans ces circonstances, Rumkowski décida de frapper ses propres monnaies de 10 pfennigs, en menant parallèlement des pourparlers avec l'Administration allemande du Ghetto.

Image
Il fut créé (ul. Zgierska 56) un atelier de fabrication pour lequel Rumkowski avait prévu la frappe de 700 000 pièces de 10 pfen. et 400 000 unités de 5 pfen.
Toutefois, les autorités allemandes n'accordèrent pas leur autorisation, en raison de la trop grande ressemblance avec les monnaies allemandes. En conséquence, le 24.VI.1942, la production de ces monnaies fut définitivement arrêtée.

De même, trois projets successifs n'obtinrent pas l'approbation des Allemands. Le quatrième projet fut enfin accepté. C'est ainsi que le 8.XII.1942, la monnaie de 10 pfen. en bronze phosphoré fut mise en circulation avec un tirage de 100 000 exemplaires (au lieu du million prévu). Après sa mise en place, furent démonétisés tous les coupons de 10 pfennigs édités par la Poste. En raison de la rapide dévaluation de la monnaie du Ghetto, ces billets n'avaient plus aucune valeur et servirent aux habitants à allumer le feu, d'où le peu d'exemplaires originaux conservés jusqu'à nos jours.
Les monnaies suivantes frappées pour le Ghetto furent des pièces d'aluminium de 5, 10 et 20 marks, dont le concepteur fut Pinkus Szwarc, les coins étant réalisés par un graveur de Łódź, Morduch Glezer. Ces monnaies furent frappées à la Section de Métallurgie, transférée avec l'atelier de frappe de son ancien siège du 56 de la rue Zgierska dans de nouveaux locaux des anciens Abattoirs Municipaux, ul. Łagiewnicka 63.

Le 27.XII.1943 apparut la première des pièces frappées, d'une valeur faciale de 10 marks. La suivante fut celle de 5 marks, mise en circulation le 22.II.1944 (composée au départ d'un alliage de magnésium et d'aluminium, ensuite d'aluminium pur). La matière première pour la production de ces monnaies provenait d'épaves d'avions détruits ou de chutes de métal consécutives à leur production, d'où l'épaisseur variable des pièces (1,95-2,83 mm).
Les dernières à être mises en circulation furent les pièces de 20 marks. Cette opération eut lieu le 21.VII.1944, soit juste avant la liquidation du Ghetto. Il est possible que leur mise en circulation à cette date fut intentionnellement destinée à leurrer les derniers habitants du Ghetto qui s'attendaient à être déportés.

Parmi les curiosités, il faut relever la présence sur la pièce de 20 marks d'une sécurité ayant la forme d'un petit triangle situé en prolongement de la lettre "R" de "MARK". Une autre curiosité est l'existence de monnaies originales frappées en d'autres métaux, y compris l'argent, à l'intention des hôtes hitlériens visitant l'atelier de frappe de Łódź.
Le 18.VIII.1944, l'argent de Rumkowski perdit toute valeur, bien que la mise en place complète fut achevée seulement le 2.IX.1944 après la déportation des derniers habitants vers le camp de concentration d'Auschwitz.

Après la guerre, les coins originaux utilisés pour la production des monnaies entrèrent en possession du directeur des Ateliers de la Monnaie de Varsovie – Władysław Terlecki, collectionneur et numismate, président de l'Association de Numismatique de Varsovie.
Il ordonna de frapper à partir des coins originaux des épreuves en plomb en double et simple face, en faible quantité. Actuellement, les monnaies du Ghetto de Łódź atteignent des cotes élevées, ce qui motive les faussaires à se spécialiser dans leur production. Les faux sont d'excellente qualité et difficiles à distinguer des originaux, les novices devant s'adresser à un expert pour en confirmer l'authenticité.

Auteur : Jacek Kamiński
jackuskm@poczta.onet.pl
"Une nation qui ne respecte pas son passé ne mérite pas le respect de son présent et n'a pas droit à l'avenir. "
(Maréchal Piłsudski)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 914
Inscription: 18 Nov 2015, 21:54
Région: PARIS
Pays: France

Voir le Blog de Alcide NITRYK : cliquez ici


Re: La monnaie du Ghetto de Łódź 1940 – 1944

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Sergent-major RMLE  Nouveau message 02 Déc 2015, 12:34

J'avais vu a Yad vashem quelques exemplaire de billets, impressionnant, les nazis nous coupé nous les juifs, du reste du monde, c'était chez eux une obsession.


 

Voir le Blog de Sergent-major RMLE : cliquez ici


Re: La monnaie du Ghetto de Łódź 1940 – 1944

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Alcide NITRYK  Nouveau message 02 Déc 2015, 14:03

Sergent-major RMLE a écrit:J'avais vu a Yad vashem quelques exemplaire de billets, impressionnant, les nazis nous coupé nous les juifs, du reste du monde, c'était chez eux une obsession.

Cette traduction est assez ancienne, de 2004 ou 2005.
"Une nation qui ne respecte pas son passé ne mérite pas le respect de son présent et n'a pas droit à l'avenir. "
(Maréchal Piłsudski)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 914
Inscription: 18 Nov 2015, 21:54
Région: PARIS
Pays: France

Voir le Blog de Alcide NITRYK : cliquez ici



Retourner vers DEPORTATION ET SOLUTION FINALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  FCM2C Capturés par les Allemands. 
Aujourd’hui, 09:51
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 09:31
par: Powerhouse 
    dans:  Testament de Hitler : Sur le problème juif et le racisme 
Aujourd’hui, 09:25
par: Shelburn 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Aujourd’hui, 08:48
par: iffig 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 08:40
par: iffig 
    dans:  Médecin urgentiste 
Aujourd’hui, 08:31
par: frontovik 14 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 07:50
par: iffig 
    dans:  588eme NBAP 
Aujourd’hui, 07:08
par: Marc_91 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Aujourd’hui, 06:18
par: P. Vian 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 01:40
par: frontovik 14 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités


Scroll