Connexion  •  M’enregistrer

Choix de la destination

De l'opération T4 à la solution finale, la dictature nazie atteint un degré d'horreur jamais atteint dans l'histoire moderne. Juifs, homosexuels, communistes, dissidents, Tziganes, handicapés sont euthanasiés, déportés, soumis à des expériences médicales.
MODÉRATEUR : Gherla, Frontovik 14

Re: Choix de la destination

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de tagnon  Nouveau message 02 Avr 2012, 20:28

Bonjour Surcouf et les autres,

La question recouvre une réalité complexe, hérérogène et changeante. Il faut intégrer dans notre compréhension de ce qu'il est le plus commode d'appeller "la logique de la déportation" nazie un ensemble de facteurs, parfois convergents, parfois opposés. [Daniel, tu me corriges si je m'enmèle les pinceaux]

Le premier est la vocation des camps de concentration: initialement la mise à l'écart des indésirables ou dangereux pour le Reich, ensuite une fonction carcérale répressive et en même temps dissuasive, et enfin - c'est celle qui est devenue emblématique et qui éclipse les autres - la fonction éliminationniste, principalement orientée vers les Juifs. Cette mutation de fonctions ne s'est pas faite en un jour (le premier camp - Dachau - remonte à 1933), ni uniformément pour chaque site. A vocation et à époques changeantes, "recrutement" changeant.

En même temps se faisait jour la lutte entre l'école éliminationniste et sa forme extrème d'exterminatrice, et l'école économiste, qui se voulait plus pragmatique en vue d'extraire des déportés et surtout des Juifs toutes les ressources possibles: leurs avoirs, et leur capacité productive, au profit du Reich. Avec l'extension de la guerre, son enlisement, puis la menace d'arrivée des Alliés et en particulier des Russes, la compétition entre ces 2 approches ne pouvait que s'intensifier: en gros, en très gros, Himmler et Goering contre Speer, Hitler faisant arbitre.

Enfin, il y avait la situation militaire proprement dite de l'Allemagne nazie: besoins pressants de combattants, de combustible, de munitions, de matières premières, et surtout, avant tout, de moyens de transport, en particulier ferroviaire.

C'est ainsi que l'envoi des déportés ne se faisait pas en fonction de la tête du "client", ni de son hypothétique fiche d'identification, mais selon: les consignes locales d'être plus ou moins rapace ou sélectif; la volonté de mâter par la terreur la population des zônes sensibles; la politique plus ou moins acharnée de déjudéisation; la disponibilité de moyens de transport, en respectant - relativement - la priorité des exigeances militaires; les besoins de main-d'oeuvre, pour telle ou telle industrie locale ou ressource naturelle etc... etc... En plus, il fallait tenir compte des capacités d'accueil des camps de concentration, et à partir de 1942, des sites d'extermination. Cette capacité, vaste, et en particulier à Auschwitz, n'était pas illimitée, les limites n'étant nullement "l'inconfort" des déportés ni l'excès de travail des bourreaux, mais la crainte d'épidémies, et la difficulté de se débarrasser des cadavres. Tout celà dépendait en réalité de situations de terrain, et du pouvoir des autorités locales. Donc beaucoup beaucoup de coup par coup, de particularismes, d'intérêts économiques officiels ou privés, donc beaucoup d'improvisation.

Il faut encore mentionner les directives venant de Berlin, et influencées tantôt par Himmler et son staff (plaire à Hitler en éliminant les Juifs, mais aussi assurer la prospérité de la SS par une économie parallèle d'ailleurs florissante), tantôt par Goering, maître du Plan économique, et grand protecteur de sa propre autorité, tantôt par Speer, le czar économique et finalement ministre des armements. Directives changeantes, et dont l'interprétation et l'implémentation était largement abandonnées à leurs destinataires, à leurs risques et périls de mal faire.

Tout celà pour dire que la destination d'un déporté - ennemi du Reich, résistant, agent allié, Juif, ou "tzigane" ou autre indésirable -- n'était pas prévisible selon un plan d'ensemble, prospectif, mais selon les circonstances du moment. Bien entendu, s'agissant des Juifs, leur sort ultime, voulu, était immuable, mais pas la manière ni l'endroit.

Revenons aux qualifications des déportés. Celles-ci pouvaient intervenir dans une certaine mesure, mais jamais durable: une fois la mission pour laquelle ils avaient été sélectionnés pour une destination précise achevée, ils pouvaient être envoyés ailleurs, ou versés dans dans une autre activité, ou simplement éliminés. Ceux qui arrivaient à conserver une fonction plus durable devenaient des instrument du staff concentrationnaire, le plus souvent amenés à agir contre leurs co-détenus, sous peine de perdre les menus privilèges - même seulement le mince espoir de survivre quelques semaines de plus - que leur statut particulier leur apportait. Espoir chimérique, et odieuse manipulation.

Quant au Struthof, il est l'example même d'un camp de travail, cette vocation étant bien entendu assortie des pires horreurs qui soient, dont les mauvais traitements et la barbarie, la mortalité très élevée, et la centralisation des "Nuit et Brouillard", affublés de l'insigne NN. Créé comme émanation de Dachau, dans les faits le Struthof est rapidement devenu semi-autonome, et a été le champion de la formation de commandos de travail, envoyés dans de très nombreux sous-camps, ou chantiers divers, dispersés dans toute la Rhénanie et même au long de la rive droite. Cette vocation s'est poursuivie lors de et après la libération de la France, et de l'évacuation du site de Natzweiler, l'ensemble de sa population de déportés continuant d'être administrée au nom du Struthof, mais par un staff délocalisé d'Alsace. Ici encore, l'endroit où étaient envoyés les déportés administrativement "affectés" au Struthof n'était pas le site désigné, mais des dépendances pouvant être géographiquement très élognées.

Voilà donc une très longue réponse forcément elliptique, à une question simple, qui à le mérite de faire découvrir ce mélange fascinant de planification, d'improvisation, et d'adaptation des autorités de l'Etat Nazi, mais aussi sa constance dans les comportements criminels et inhumains. J'espère que ces explications t'éclaireront, et si tu veux en savoir plus, je te suggère le livre de Rob. Steegman: "Struthof", véritable traité de l'univers concentrationnaire, et que j'y ai acheté il y a quelques mois. Je le mettrai en ligne demain.

Amicalement,

Alain.


 

Voir le Blog de tagnon : cliquez ici


Re: Choix de la destination

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de alberto  Nouveau message 03 Avr 2012, 19:33

Salut Tagnon,

Bravo et merci pour cet exposé qui décrit de façon assez claire ce que j’imaginais de manière plus confuse.

En somme peut-on conclure que pour les juifs, malheureusement, la finalité de leur destination (leur destin...) était mortellement inscrite dans le plan, tandis que pour les autres, cela relevait un peu de la roulette (russe ?) et des circonstances du moment ?

Bien à toi.
"Mépriser l'art de la guerre c'est faire le premier pas vers la ruine." (Machiavel)

vétéran
vétéran

 
Messages: 1078
Inscription: 28 Mar 2011, 12:35
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alberto : cliquez ici


Re: Choix de la destination

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de tagnon  Nouveau message 03 Avr 2012, 20:55

alberto a écrit:...En somme peut-on conclure que pour les juifs, malheureusement, la finalité de leur destination (leur destin...) était mortellement inscrite dans le plan, tandis que pour les autres, cela relevait un peu de la roulette (russe ?) et des circonstances du moment ?


Oui c'est à peu près celà, en sachant tout de même que la décision prise peu à peu de tuer tous les Juifs (l'extermination) n'a pas été prise d'emblée, mais s'est "imposée" lorsque les autres méthodes de déjudéisation du Reich (émigration, expulsion, décimation) se sont révélées inopérantes. Mais ici on s'éloigne du sujet principal qui est la destination des déportés. Par contre je te recommande très modestement la lecture du HM44, le HS N° 4, où je détaille ce processus.

Amitiés,

Alain.


 

Voir le Blog de tagnon : cliquez ici


Re: Choix de la destination

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 04 Avr 2012, 06:02

Alain a très bien résumé la situation.
Je me permets d'insister sur le très bon bouquin de BRAYARD qui explique bien la différence de traitement (et de communication) apporté aux Juifs de l'Est par rapport aux Juifs Allemands. Une transgression qui ne semblait pas sans risque et qui a été gérée, il faut bien le dire, de façon magistrale par l'état nazi.
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7299
Inscription: 22 Aoû 2009, 20:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: Choix de la destination

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de recherche_B59  Nouveau message 04 Avr 2012, 14:10

Quelques autres questions qui me viennent à l'esprit, peut être pour mieux comprendre ce qui a pu se passer pour certaines personnes que je connais ...

Les principes de direction que vous exposez (Alain, David...) vers un camp ou un autre, ou vers les forteresses sont donc les mêmes pour tous les territoires occupés et l'Allemagne ?
Pour la France, il n'y pas de différence par exemple entre la région Nord-Pas de Calais gérée par Bruxelles, l'Alsace ou le reste du territoire, que ce soit pour les déportés juifs ou les résistants condannés à des peines de travaux forcés ou les NN ? Est-ce qu'il peut par exemple y avoir la prise en compte d'une notion de "dureté" des camps ?

Ces mêmes principes s'appliquent au sein d'un camp de travail, entre ses différents kommandos ?

Amicalement

Private
Private

 
Messages: 21
Inscription: 21 Oct 2007, 10:39
Localisation: Région Lilloise

Voir le Blog de recherche_B59 : cliquez ici


Précédente

Retourner vers DEPORTATION ET SOLUTION FINALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 09:14
par: iffig 
    dans:  Groupe de résistance VIRA Raymond Viadieu Toulouse ; membres 
Aujourd’hui, 09:14
par: Powerhouse 
    dans:  FCM2C Capturés par les Allemands. 
Aujourd’hui, 08:49
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Aujourd’hui, 08:33
par: Didier 
    dans:  GMC gazogène ? 
Aujourd’hui, 08:17
par: Patrick.Fleuridas 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 01:26
par: Alfred 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 22:50
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 22:17
par: kfranc01 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Hier, 20:26
par: alain adam 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Hier, 19:21
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Scroll