Connexion  •  M’enregistrer

Einsatzgruppen

De l'opération T4 à la solution finale, la dictature nazie atteint un degré d'horreur jamais atteint dans l'histoire moderne. Juifs, homosexuels, communistes, dissidents, Tziganes, handicapés sont euthanasiés, déportés, soumis à des expériences médicales.
MODÉRATEUR : Gherla, Frontovik 14

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de francoisT  Nouveau message 29 Juin 2008, 18:14

le bouqin de Ralph Ogorreck (les einsaztgruppen)donne pas mal d'informations sur les einsatzgruppen, il se base d'ailleurs pas mal sur les dépositions enregistrées lors des divers procès


 

Voir le Blog de francoisT : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 05 Sep 2008, 20:02

Brice a écrit:Bonjour et désolé pour les infos...

Voici se que j'ai trouvé:

FORMATION

Quatre Einsatzgruppen sont créés et chacun devra agir sur une zone délimitée :

Einsatzgruppe A
Einsatzgruppe B
Einsatzgruppe C
Einsatzgruppe D


> Prendre connaissance de la composition exacte de ces groupes.

Chaque Einsatzgruppe est composé d'environ un millier d'hommes (au total, les quatre groupes alignent 3.000 personnes).

Voici par exemple la composition de l'Einsatzgruppe A (990 hommes) : 340 Waffen SS, 172 chauffeurs, 18 employés de l'administration, 35 membres du SD (Sicherheitsdienst : Services de Sécurité de la SS), 41 membres de la police criminelle, 89 de la Gestapo, 87 de la police auxiliaire, 133 de l'Ordnungspolizei (Police d'Ordre, ou Orpo), 13 auxiliaires féminins, 51 interprètes, 3 télétypistes, 8 opérateurs radio.

Les dirigeants des Einsatzgruppen sont pour certains des juristes (Ohlendorf est Docteur en Jurisprudence, Nosske a travaillé pour un tribunal avant d'entrer au Ministère de l'Intérieur, Nebe est le chef de la Police Criminelle), ou issus d'autres professions libérales (Blobel était architecte, Weinmann médecin) voire religieuses (Bilberstein a été pasteur protestant) ou artitistiques (Klingelhöfer a été chanteur d'opéra). Loin d'être des sadiques (sauf certains comme Blobel ou Stahlecker), ce sont surtout des carriéristes pour qui la vie humaine n'a plus guère de sens, sensibles à l'obéissance, voire le zèle. Cela étant dit, si Heydrich a choisi ces hommes, c'est aussi par calcul politique, en vue d'éloigner des SS qui pouvaient porter atteinte à son autorité sur le RSHA. Ainsi Ohlendorf, et surtout Nebe, qu'il déteste.
Source: http://www.comlive.net/Vers-La-Victoire,25767.htm


En fait, la véritable source est celle-ci : http://www.1939-45.org/articles/einz1.htm ;)

Mon article date d'avril 2000, semble avoir bien vieilli, mais sur la question - compliquée - des instructions données aux Einsatzgruppen apparaît en revanche relativement daté. Le lecteur intéressé par le problème pourra se rendre ici.

Enfin, ça ne me rajeunit pas, tout ça... :cheers:
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Re:

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de carlo  Nouveau message 11 Jan 2010, 13:02

Thalysbar a écrit:Sonderkommando 1a was disbanded 15 Oct 1944.


Commanders
SS-Standartenführer Dr Martin Sandberger (1 Dec 1941 - 1 Aug 1943)
SS-Obersturmbannführer Bernhard Baatz (1 Aug 1943 - 15 Oct 1944)


Pour info Martin Sandberger est toujours parmi nous cf http://en.wikipedia.org/wiki/Martin_Sandberger
Отребью человечества
Сколотим крепкий гроб!

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2036
Inscription: 13 Oct 2007, 10:33
Localisation: Bruxelles

Voir le Blog de carlo : cliquez ici


Re: Einsatzgruppen

Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de G.Furst  Nouveau message 14 Jan 2010, 03:10

Bonjour,

dans la liste des cadres des Einsatzgruppen , pour la période concernant l'invasion de l'URSS, je ne vois pas le nom "d'Herman-le-beauf" dit Fegelein, je n'ai pas bien lu le post, je l'ai loupé?

cdlt

Mick


 

Voir le Blog de G.Furst : cliquez ici


Re: Einsatzgruppen

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de huck  Nouveau message 14 Jan 2010, 04:20

Comme autre source de renseignements, il y a un documentaire très bien fait, écrit et réalisé par Michaël Prazan et produit par Kuiv-Michel Rotman (Avec la participation de France 2, Planète et CNC). Il est certainement possible de le trouver dans les vidéothèques ou encore via les sites de Torrent (d'où j'ai pris la description qui suit) , ce qui est toujours pratique quand on ne peut pas enregistrer l'émission lors de sa diffusion à la TV. Le documentaire est en deux parties :

Les fosses - juin / décembre 1941 - Durée 1 h.32

Avec “Einsatzgruppen, les commandos de la mort”, France 2 met en lumière des pages dramatiques et peu connues de la deuxième guerre mondiale: l’extermination par fusillades de centaines de milliers de Juifs, de Tziganes et d’opposants politiques dans les pays de l’Est.

Ce documentaire, diffusé en deux parties, est écrit, réalisé et raconté par Michaël Prazan. C’est le résultat de deux ans de travail acharné pour réunir des témoignages d’historiens, de survivants, de bourreaux nazis retrouvés après enquête et des images d’archives inédites souvent insoutenables.

“On s’est avant tout préoccupé de l’extermination des Juifs de l’ouest de l’Europe. Les événements de l’Est sont méconnus pour des raisons géographiques et historiques. Jusqu’en 1989, la chute du mur de Berlin, on ne pouvait accéder aux archives”, souligne Michaël Prazan.

Les Einsatzgruppen (3000 hommes) sont chargés de traquer et d’exécuter les opposants au régime d’Hitler, à savoir les Juifs et les partisans communistes.

Chercheur au CNRS, Christian Ingrao explique que les chefs de ces commandos étaient pour la plupart des intellectuels, rompus à la rhétorique pour convaincre leurs hommes de main de pratiquer leurs atrocités.

Les premiers commandos sont créés dans la Pologne occupée par les nazis. Mais ils sont trop peu nombreux et dans certains pays comme la Lituanie et la Lettonie, les Allemands délèguent les massacres aux locaux. Les commandos tuent d’abord les hommes, puis à partir de l’été 1941, les femmes et les enfants.

Les bourreaux survivants sont filmés en caméra cachée. “La confiance est instaurée dès lors qu’ils ne voient pas de caméra et c’est ainsi que les Allemands déballent tout. Il n’y a aucune culpabilité sur ce qu’ils ont fait. Je n’ai pas rencontré des gens qui étaient dans la culpabilité”, note le réalisateur.


Les bûchers - Durée 1 h.28
La deuxième partie du documentaire, les Bûchers, montre comment dans les années 1942-1943, les Allemands s’inquiètent du tournant de la guerre et décident d’effacer les traces de leurs crimes. Ils emploient alors des esclaves juifs pour déterrer les corps des charniers et les brûler sur des bûchers. Là encore les images sont hallucinantes. Les témoins parlent d’«apocalypse», d’«enfer», cherchant des mots pour faire comprendre l’horreur de ce qui s’est passé. Mais il n’y a pas de mots.

Les Bûchers (1942-1945)

Qui étaient les hommes qui organisèrent et pratiquèrent l’assassinat de masse des Juifs, des Tziganes et des prisonniers soviétiques ? D’où venaient-ils ? Quelles étaient leurs motivations ? Quel fut leur destin après la destruction des Juifs d’Europe et la débâcle allemande ? A travers des témoignages recueillis dans les pays Baltes, en Ukraine, en Allemagne, mais aussi en Israël et aux Etats-Unis, les témoins du crime, les rares survivants et leurs bourreaux, révèlent la réalité terrible et méconnue de l’extermination par fusillades — près de 1,5 million de Juifs assassinés — dans les pays de l’Est.

Pour la première fois à l’écran, des films et des images d’archives inédites, des témoignages et des analyses des plus grands spécialistes internationaux, décrivent l’enfer qui, durant quatre ans, a établi son règne en Europe.
Témoins, historiens, bourreaux racontent, et le récit est aussi insoutenable que les nombreuses images. En Allemagne, Michaël Prazan a interrogé des nazis, en se faisant passer pour un petit-fils de SS. “Il n’y a aucune culpabilité sur ce qu’ils ont fait, raconte le réalisateur. Ils ont la nostalgie de leur jeunesse. Ils ont tout gardé : leurs albums photos, leurs écussons SS.”



Image
"Well, we made a promise we swore we'd always remember
No retreat, baby, no surrender
Like soldiers in the winter's night with a vow to defend
No retreat, baby, no surrender"
- The Boss

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1627
Inscription: 14 Avr 2009, 22:47
Localisation: Québec
Région: Québec
Pays: Canada

Voir le Blog de huck : cliquez ici


Précédente

Retourner vers DEPORTATION ET SOLUTION FINALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Médecin urgentiste 
Aujourd’hui, 08:20
par: Jumbo 
    dans:  SUR RMC DECOUVERTE LE 05 JANVIER 
Aujourd’hui, 08:13
par: Jumbo 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 07:19
par: Gaston 
    dans:  Testament de Hitler : Sur l'Espagne et Gibraltar 
Aujourd’hui, 01:24
par: Manu 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Aujourd’hui, 00:55
par: alain adam 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Aujourd’hui, 00:54
par: P. Vian 
    dans:  les sous-marins Français 
Aujourd’hui, 00:48
par: P. Vian 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la colonisation 
Aujourd’hui, 00:28
par: Manu 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la situation désespérée de l’Allemagne 
Aujourd’hui, 00:19
par: Manu 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 00:08
par: kfranc01 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Scroll