Connexion  •  M’enregistrer

Une dernière ignominie des nazis !

De l'opération T4 à la solution finale, la dictature nazie atteint un degré d'horreur jamais atteint dans l'histoire moderne. Juifs, homosexuels, communistes, dissidents, Tziganes, handicapés sont euthanasiés, déportés, soumis à des expériences médicales.
MODÉRATEUR : Gherla, Frontovik 14

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de Hit917  Nouveau message 25 Déc 2003, 20:31

Je suis bien conscient que mes propos sont ,pour le moins, en partie exagérés.

Je ne m'explique toujours pas la servilité d'un certain nombre de polonais vis-à-vis des allemands.

Il serait plus que temps ,pour moi, de me ressourcer sur ce sujet.


 

Voir le Blog de Hit917 : cliquez ici


antisémitisme en pologne

Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 25 Déc 2003, 21:32

bonjour Lille, je crois qu'effectivement il y eu un certain antisémitisme en Pologne du XVIeme siècle à la fin de la seconde guerre mondiale. Avant guerre, la communauté juive de Pologne comptait 3.250.000 personnes. Seulement 245.000 survivront en 1945....... Aujourdh'ui les juifs de pologne sont à peine 6000..... Les exemples d'antisémitisme en pologne sont hélas nombreux...


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Re: Histoire de la Pologne

Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de _Sn@ke-  Nouveau message 25 Déc 2003, 23:58

Lille a écrit:Excuse moi Hit 97 mais il ya des phrases que je ne peux laisser passer. Dire que les Polonais étaient aussi antisémites que les allemands est déplacé. Je t'invite à revoir cette période de l'histoire de la Pologne.
Lille


Malheureusement, la Pologne était un des pays d'Europe ou l'antisémitisme était le plus fort :(
Certes les Polonais n'ont pas tué les Juifs, mais leur massacre par les Allemands ne les dérangeaient pas trop... (enfin, en majorité, ils n'étaient pas tous antisémites).
Je sais que c'est horrible de dire cela, mais c'est malheureusement la vérité : la Pologne était un pays très antisémite.


 

Voir le Blog de _Sn@ke- : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de Igor  Nouveau message 26 Déc 2003, 10:12

Bonjour à tous

Dans leur entreprise d'extermination des Juifs, ils faut reconnaître que les Nazis ont disposé de complices dans toute l'Europe. Ainsi, les Roumains ont de leur propre chef assassiné 100 000 Juifs. En France, le gouvernement de Vichy a aussi prêté main forte aux Allemands: mise en place d'une législation anti-Juive, rôle des forces de l'ordre ( regardez les photos de rafle, on y voit souvent des képis), sans parler des milliers de lettres anonymes qui ont envoyé des Juifs français dans les camps.
Les Polonais ne sont donc pas les seuls à blâmer.
Cordialement.

Igor

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2048
Inscription: 18 Juil 2003, 14:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


lettres anonymes

Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 26 Déc 2003, 11:02

tu es loin du compte Igor. 40 millions de lettres de dénonciation ont été envoyées au total sous l'occupation...


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de tagnon  Nouveau message 28 Déc 2003, 17:46

Bonjour,

Voici quelques précisions et un complément de rectificatif.

Les sites d'extermination étaient au nombre de 4, tous dans l'Est de la Pologne: Chelmno, Belzec, Sobibor, et Treblinka. Il ne s'agissait pas de "camps", car ils étaient voués à la tuerie immédiate des déportés - juifs - qui y arrivaient quotidiennement. Rien n’était prévu pour les héberger, et seuls les y attendaient les chambres à gaz (sauf à Chelmno: camions à gaz) et les fours crématoires, très efficaces: de la descente du train (ou l'embarquement dans les camions) au déversement des cendres: 4-6 heures, parfois plus selon l'encombrement et la météo... C'était les usines de la mort, et n'y séjournaient que des gardes, des officiers, et les manutentionnaires eux-mêmes le plus souvent des déportés en sursis. Il ne reste rien des installations, que les nazis ont détruites après leurs 1ers revers à l'Est, vers 1942-3. Aujourd'hui, les sites, parcimonieusement signalisés, ne sont marqués que par un monument. La vision de ces lieux, au bout du monde (actuelle frontière Pologne-Ukraine et Belarus), désertiques et quasi à l'abandon, fréquentés par de rares pèlerins, porteurs de bougies commémoratives, muets et souvent en larmes, est insoutenable.

Auschwitz et Majdanek étaient des camps "mixtes", voués à l'extermination des Juifs, mais en les tuant par le travail, ou plutôt l'esclavage, par les mauvais traitements, et par les privations plutôt que par la liquidation d’emblée. Dés leur arrivée, les déportés étaient triés selon qu'ils étaient aptes au travail, qui séjournaient dans le camp jusqu'à ce que mort s'ensuive, ou inaptes (la grande majorité), qui étaient gazés et brûlés aussitôt. On connaît les images. Aujourd’hui les 2 sont devenus de gigantesques et atroces musées de l'Holocauste, à vocation - louable et nécessaire - d'éducation de masse, au prix d'une ertaine "aseptisation", si l'on veut bien me pardonner ce terme combien impropre mais qui se veut tout sauf irrespectueux.

S'agissant de Auschwitz, cette dénomination recouvre en fait un complexe de plusieurs dizaines de sites de déportation, regroupés autour de 3 installations principales à proximité de la petite ville industrielle de Oswiecim. Le 1er était Auschwitz I, construit dés mai 1940, à vocation carcérale et d'expérimentation pseudo-médicale. Ensuite (oct 1941) vint Auschwitz II ou Auschwitz-Birkenau, voué au travail forcé des déportés tant qu'ils pouvaient être utiles à l'effort de guerre du Reich, et à leur extermination ensuite. C'était le plus vaste des 3. Enfin, l'exigence de main d’œuvre de l'industrie allemande fit installer Auschwitz III, aussi appelé Buna, ou Monowitz, site de fabrication de carburant et caoutchouc synthétiques. Ces 3 sites n'étaient distants que de 4-10 km.

Enfin, les camps de concentration (Dachau, Buchenwald etc…) étaient destinés à rassembler les déportés politiques ou qualifiés de dangereux pour le Reich, ou simplement indésirables. Ils ont vu le jour dés les années 30, avaient une vocation carcérale et donnaient lieu à mauvais traitements, atrocités et tueries, mais ne faisaient pas directement partie de l'instrument d'extermination à grande échelle.

À côté de ces lieux tristement célèbres, il y avait les innombrables camps de prisonniers de guerre, dispersés dans la Grande-Allemagne. Pour les captifs Français, Anglo-Américains et d'Europe de l'Ouest, les conditions y étaient à moitié (par comparaison, et une toute petite moitié) vivables, tout en comportant cruauté, sévices et privations, surtout à la fin de la guerre. Par contre, le traitement réservé aux prisonniers Russes et sur le front de l'Est était abominable, et a constitué une forme d'extermination déguisée.

Je reviens à la question délicate de l’antisémitisme en Pologne occupée. Ce sujet mérite à lui seul un forum. Il est certain que cette forme de pensée est très ancienne, et qu'elle était très banale en début de siècle, particulièrement là où la population Juive était nombreuse (Europe Centrale mais aussi USA) et là où elle formait - ostracisme oblige - des communautés plus fermées et plus isolées. Le développement agressif - éliminationniste - de l'antisémitisme en Allemagne nazie, et son aboutissement à ce que nous appelons maintenant l'Holocauste reste unique et incompréhensible. Néanmoins, ce qui s'est passé dans d'autres pays ne peut être passé sous silence, et en Pologne, à côté d'actions charitables nombreuses mais isolées, il y a eu bien des complaisances vis-à-vis de l'entreprise nazie contre les Juifs. De plus, en détruisant les usines de la mort, les nazis ont non seulement voulu faire disparaître les preuves de leurs crimes, mais surtout effacer jusqu'à la trace des populations exterminées. Ils y ont bien réussi: il ne reste en Pologne que 5000 Juifs, et guère de témoins, architecturaux ou culturels, de leur présence passée. En 1945, la population, délivrée de l’occupant, a accepté sans sourciller et sans poser de questions – il y a eu de nombreuses exceptions individuelles, mais je parle du gros de la population et des autorités – que leurs concitoyens juifs avaient disparu à tout jamais. Après la libération du pays, l'antisémitisme y a connu une sorte de libre-cours quand des déportés ont tenté de regagner ou de reconstituer leurs communautés détruites, et de récupérer leurs biens, appropriés par leurs anciens voisins. Ces faits, honteux et inadmissibles, ont été passés sous silence pendant les années du communisme. La Pologne n’a rien fait, ou si peu, pour réhabiliter ni même dénoncer la destruction d'une communauté de 3.5 millions de personnes d’avant guerre, du moins jusqu'aux toutes dernières années, EC oblige. En même temps il faut se rappeler que l'occupation de la Pologne démembrée en 1939 a été des plus dures, et qu'après les Juifs, ce sont les Polonais qui ont le plus souffert du nazisme. A chacun donc de mettre en balance, avec objectivité et avec modestie, l'antisémitisme et les souffrances de la Pologne.

Pour ma part, je terminerai en citant – traduction libre – le commentaire d’une ancienne détenue, dans le registre des visiteurs (on n’oserait pas dire le livre d’or) d’Auschwitz: «Il y a tout de même une chose que j’ai en commun avec les nazis: eux comme moi faisons partie de la race humaine». Elle voulait dire que ce sont des hommes, et non des bêtes ou des machines, qui ont commis ces crimes innommables, et que rien ne permet de croire que d’autres hommes, ailleurs, dans d’autres circonstances, ne pourraient pas un jour faire la même chose. L’histoire récente, tout près de nous en Europe, et aussi dans d’autres continents, montre combien cette prophétie est tristement fondée, et combien le devoir de mémoire est un devoir concret.

Amicalement et en espérant des réactions

Alain


 

Voir le Blog de tagnon : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de honey  Nouveau message 06 Jan 2004, 23:18

Voici un premier message bien instructif et de qualité, bien que le sujet soit plus que douloureux. Une intervention à la "Pierre Chaput", si j'ose dire.
Merci et bienvenue à toi, Tagnon !


 

Voir le Blog de honey : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de JM29  Nouveau message 07 Jan 2004, 13:03

Salut Tagnon!

Pour une première intervention, bravo! Très intéressante et complète.

Tu es "spécialiste" sur le sujet de la déportation ou des camps?
Personnellement, je viens de dénicher un exemplaire d'un Hors Série de la revue "HISTORAMA", datant de 1977, sur les "Médecins Nazis et les Cobayes Humains". Je viens juste de commencer mais il m'a l'air pas mal fait.

A plus!


 

Voir le Blog de JM29 : cliquez ici


40 millions de lettres

Nouveau message Post Numéro: 19  Nouveau message de Lille  Nouveau message 07 Jan 2004, 17:33

Lille à Stéphane
Je viens de lire votre chiffre de 40 millions de lettres de dénonciation sous l'occupation. Vous faites référence à la France ou à toute l'europe ? Pour la France cela ferait 1 lettre par habitant. Qu'en est-il ?
Merci
Lille

First Lieutenant
First Lieutenant

 
Messages: 178
Inscription: 09 Sep 2003, 23:19
Localisation: lille
Région: Nord
Pays: France

Voir le Blog de Lille : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de Petit_Pas  Nouveau message 06 Mar 2007, 17:16

Salut,
après avoir hésité je mets quand même cette info à la suite de ce thread car je ne sais pas où le placer ailleurs et je n'ai pas envie de créer un nouveau topic donc voilà... si quelqu'un trouve une meilleure place à cette info, qu'il change mon message de place.
Lu dans l'Express du 08/02/2007 :
L'Organsation internationale pour les migrations (OIM) a dédommagé au total 80 000 personnes soumises au travail obligatoire par l'Allemagne nazie, 1 766 victimes d'expériences médicales et 15 500 personnes spoliées sous le régime hitlérien. Cofinancé par l'industrie et le gouvernement allemands (2,56 milliards d'euros chacun), ce programme d'indemnisation, achevé au printemps 2006 et dont l'OIM est le principal maître d'oeuvre, a permis de retrouver des victimes "éligibles", ainsi que, en cas de décès, leurs héritiers, dans 80 pays. La plupart des "travailleurs forcés" étaient des Slaves qui ont trouvé refuge en Australie, au Canada, dans l'ex-Yougoslavie, en Roumanie ou aux Etats-Unis. Le rapport final de l'OIM sera publié à la fin de juin 2007.
3 sites en français pour en savoir plus : http://www.iom.int/jahia/Jahia/newsArticleEU/cache/offonce/lang/fr?entryId=12864, http://www.compensation-for-forced-labour.org/index_french.html, http://www.swissbankclaims.iom.int/French/index_f.html


 

Voir le Blog de Petit_Pas : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers DEPORTATION ET SOLUTION FINALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 6 minutes
par: Marc_91 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 20 minutes
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 38 minutes
par: kfranc01 
    dans:  FCM2C Capturés par les Allemands. 
Aujourd’hui, 20:50
par: alain adam 
    dans:  Le sous-marin Le Héros 
Aujourd’hui, 20:39
par: brehon 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 19:43
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  la marine Française en 1939-1945 
Aujourd’hui, 18:51
par: P. Vian 
    dans:  uniformes marine française 1939-1940 
Aujourd’hui, 18:31
par: P. Vian 
    dans:  Maurice Juncker 
Aujourd’hui, 18:26
par: virlo-junk 
    dans:  On annonce un livre sur les uniformes de la marine française 
Aujourd’hui, 18:20
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google Master, Trendiction Bot DE et 3 invités


Scroll