Connexion  •  M’enregistrer

Heydrich un avant-goût de la sol. finale avec les Tchèques

De l'opération T4 à la solution finale, la dictature nazie atteint un degré d'horreur jamais atteint dans l'histoire moderne. Juifs, homosexuels, communistes, dissidents, Tziganes, handicapés sont euthanasiés, déportés, soumis à des expériences médicales.
MODÉRATEUR : Gherla, Frontovik 14

Heydrich un avant-goût de la sol. finale avec les Tchèques

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de cgiguere  Nouveau message 15 Aoû 2007, 15:02

En Tchécoslovaquie, Heydrich nous offre un avant-goût de sa solution finale en regard à la population tchèque, voici quelle en était sa grille de lecture:

"Les hommes sont ainsi : les un sont de bonne race et ils ont le bon esprit, pas de problème nous pouvons les germaniser. Et puis nous avons les autres, qui sont à l'opposé : mauvaise race et mauvais esprit. Ces êtres-là je dois les évacuer. Il y a beaucoup de place à l'Est. Reste alors au milieu une catégorie intermédiaire que je dois sonder avec précision. Il y a dans cette catégorie ceux qui ont un bon esprit mais qui sont de mauvaise race, et ceux qui sont de bonne race mais avec un mauvais esprit. Pour ceux qui sont de mauvaise race avec un bon esprit, on devra probablement procéder à leur...installation quelque part dans le Reich et veiller simplement à ce qu'ils n'aient plus d'enfants. Restent alors ceux qui sont de bonne race avec un mauvais esprit. Ce sont les plus dangereux, car la bonne race est celle des élites dirigeantes. Pour une partie de ces mauvais esprits de bonne race, je ne vois qu'une solution : nous devons essayer de les transférer dans le Reich dans un environnement purement allemand, de les germaniser et d'éduquer leur façon de penser; et si ça ne marche pas, de les coller finalement au mur. Car je ne peux pas me permettre de les transférer à l'Est, où ils formeront une couche dirigeante appelée à se tourner contre nous."

Source : biographie de Heydrich par Mario R. Dederichs.


 

Voir le Blog de cgiguere : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 16 Aoû 2007, 00:36

Si tant est que Heydrich fût sérieux, le projet de remodelage de la Bohême-Moravie n'avait toutefois pas la priorité, et s'effectuerait sitôt d'autres opérations achevées, à savoir les Juifs déportés et exterminés.

D'autre part, les projets de déportation et de famine concernaient essentiellement la Pologne et l'U.R.S.S., selon le Generalplan Ost. Le Reichskommissariat fur die Festigung des deutschen Volkstums (R.K.F. : Commissariat du Reich pour le renforcement de la nation allemande), organisme contrôlé par Himmler et regroupant des experts démographiques ainsi que des spécialistes en transferts de population, avait envisagé la mise à mort de plusieurs dizaines de millions de personnes, en vue de préparer le terrain à la colonisation de l'espace vital par les Allemands.

Les débats au sein de cet organisme portèrent essentiellement sur le nombre de Juifs et de Slaves à expulser ou, mieux, liquider : 31 millions selon Konrad Meyer, chef du bureau de planification du R.K.F. ; entre 46 et 51 millions, selon Erhard Wetzel, en charge des problèmes raciaux au sein de l'Ostministerium, l'administration nazie des territoires soviétiques occupés dirigée par Alfred Rosenberg.

Finalement, ce gigantesque projet ne vit jamais le jour, faute pour l'Allemagne de s'emparer du Caucase et de Stalingrad. Certains experts avaient été jusqu'à fantasmer un transfert des populations hollandaise et flammande à l'Est, en guise de colons du Reich. Toutefois, l'envoi de colons allemands au sein du Gouvernement général de Pologne fut effectué, de manière assez limitée.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de orpo57  Nouveau message 18 Aoû 2007, 20:23

un "ghettolager" avait été créé à Theresienstadt près de Prague. Il avait un statut de camp de concentration spécial dépendant du WVHA à partir de novembre 1941
Il servit de camp modèle pour montrer à des délégations de la Croix Rouge le système concentrationnaire allemand.
Au delà de son rôle dans la déportation de la communauté juive du Protektorat, il servait de camp de transit accueillant des juifs déportés d'allemagne et d'autres pays d'Europe avant d'être redirigés vers d'autres camps en Pologne.
140 000 personnes ont été déportés à Theriesenstadt dont 88 000 redirigés vers d'autres camps dont Auschwitz pour y être exterminés.
Le bilan officiel du camp est de 35 000 morts.
Le Protektorat jouissait d'un statut particulier : l'industrie tchèque était au service des besoins du Reich en matière industrielle : fabrication d'armes, de munitions et de blindés pour l'armée allemande avec la main d'oeuvre qualifiée tchèque.
Georges

Une information non partagée est une information perdue

vétéran
vétéran

 
Messages: 538
Inscription: 06 Avr 2007, 18:35
Région: lorraine
Pays: france

Voir le Blog de orpo57 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 18 Aoû 2007, 21:04

Mais à l'automne 1941, il fallait ramener l'ordre en Bohême, pour doper la production industrielle et agricole. Il s'agissait moins de lutter contre une opposition qui n'avait nul moyen d'expulser l'occupant nazi que de lancer cette région sur les rails de la guerre totale, en vue d'un conflit qui se révèlerait plus long que prévu. Preuve qu'en septembre 1941 Hitler savait que la victoire pouvait lui échapper, sauf à modifier sa stratégie - une question très importante dans le débat actuel des historiens du génocide juif, dont certains rattachent la décision de l'extermination à l'anticipation d'une défaite militaire par le Führer face à l'Armée rouge (voir notamment Philippe Burrin, Hitler et les Juifs. Genèse d'un génocide, Seuil, 1989, ainsi que les travaux d'Edouard Husson et de Christopher Browning, entre autres).

Toujours est-il que l'envoi de Heydrich à Prague témoigne bel et bien d'une percée carriériste. Toutefois, Himmler avait réussi à réduire la marge de manoeuvre de ce dernier dans le cadre de la politique des camps, mettant en avant l'administration économique S.S. dirigée par Oswald Pohl. Une nouvelle administration sera ainsi mise sur pied le 1er février 1942, le Wirtschafts- und Verwaltungshauptamt (W.V.H.A.), consacrant l'avancée de Pohl.

Ce dernier possédait en effet la haute main sur l'administration des camps, qui échappait ainsi à Heydrich. Sous le commandement du SS-Brigadeführer Richard Glücks, l'Inspection des Camps gérait l'organisation de l'empire concentrationnaire.

La création du W.V.H.A. et le rattachement de l'Inspection des Camps à ce dernier, au printemps 1942, s'expliquait également par des considérations pseudo-économiques. Himmler, le 26 janvier 1942, avait averti Glücks, qu'il ne fallait plus attendre de prisonniers de guerre soviétiques dans un futur proche. Aussi compenserait-on ce manque par l'utilisation de déportés juifs. "Dans les quatre prochaines semaines, écrivait Himmler, préparez-vous à recevoir 100.000 juifs et plus de 50.000 juives dans les camps de concentration. Dans les prochaines semaines, les camps de concentration auront à faire face à des tâches économiques importantes." (Peter Padfield, Himmler, op. cit., p. 362 ; Richard Breitman, The architect of genocide, Brandeis University Press, 1992, p. 234)

La conférence de Wannsee avait prévu l'extermination des Juifs d'Europe, mais il était requis que "formés en colonnes de travail, les juifs valides, hommes d'un côté, femmes de l'autre, seront amenés dans ces territoires pour construire des routes ; il va sans dire qu'une grande partie d'entre eux s'éliminera tout naturellement par son état de déficience physique" (procès-verbal de la conférence, 20 janvier 1942). Le travail forcé devait, prioritairement, tuer les Juifs "valides" - les autres étant immédiatement gazés. Mais cette mise à mort était rationalisée, elle s'intégrait dans une logique de rendement économique. Même mort, un Juif conservait son utilité, puisque Glücks avait prévu d'utiliser les cheveux des déportés pour confectionner des chaussons destinés aux équipages des U-Boote (instruction du 6 août 1942).

Comme l'indiquait Pohl le 30 avril 1942, dans une recommandation adressée à Himmler et Glücks prévoyant notamment qu'il n'y aurait aucune limite à la durée du travail des déportés, le temps était venu de transformer la finalité des camps. De politique, elle devait devenir économique :

La guerre a amené un changement marqué dans la structure des camps de concentration, et a considérablement changé leur rôle en ce qui concerne l'emploi des prisonniers. L'internement des prisonniers pour les seules raisons de sécurité, d'éducation ou de prévention, n'est plus la condition essentielle ; l'accent est à porter désormais sur le côté économique. Ce qui est maintenant au premier plan, et le devient de plus en plus, c'est la mobilisation de tous les prisonniers capables de travailler, d'une part pour la guerre actuelle, d'autre part pour les tâches de la paix future. (cité in Olga Wormser-Migot, Le système concentrationnaire nazi, P.U.F., 1968, p. 327)


Heydrich perdait ainsi du terrain, et un terrain riche en potentialités économiques, puisque le pillage des déportés et la récupération des éléments "utiles" de chaque cadavre (cheveux, dents en or) lui échappait. Utile manière pour Himmler, avec l'appui (provisoire ?) de Hitler, de le cantonner dans un rôle de premier flic national-socialiste d'Europe.

Mais la réalité, assumée par les S.S. sera autre que celle espérée par Pohl. En vérité, le travail forcé des Juifs sera d'une utilité militaire plus que réduite : il s'agissait surtout, pour les nazis, de tourmenter et de tuer, de manière plus lente que par le gaz certes, mais tout ausi radicale (voir l'un des seuls apports fiables du livre de Daniel J. Goldhagen, Les Bourreaux volontaire de Hitler. Les Allemands ordinaires et l'Holocauste, Seuil, 1996, p. 285-325).
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici



Retourner vers DEPORTATION ET SOLUTION FINALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Un peu d'humour (morbide) 
il y a 23 minutes
par: Alcide NITRYK 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
il y a 26 minutes
par: iffig 
    dans:  lES ORGUES DE STALINE kATIOUCHA lANCES ROQUETTE 
il y a 44 minutes
par: Andrée Balagué 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Aujourd’hui, 07:47
par: dominord 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 23:00
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Hier, 21:53
par: P. Vian 
    dans:  Enigma - Help 
Hier, 18:08
par: medicairborne 
    dans:  Un mémoire de l'Empereur Hirohito vendu aux enchères 
Hier, 16:05
par: Shiro 
    dans:  Vacances 1946 
Hier, 13:31
par: Meteor14 
    dans:  Était-il possible de vaincre l’URSS ? 
Hier, 13:11
par: alias marduk 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 8 invités


Scroll