Connexion  •  M’enregistrer

Camp Nazi a Aurigny.

De l'opération T4 à la solution finale, la dictature nazie atteint un degré d'horreur jamais atteint dans l'histoire moderne. Juifs, homosexuels, communistes, dissidents, Tziganes, handicapés sont euthanasiés, déportés, soumis à des expériences médicales.
MODÉRATEUR : Gherla, Frontovik 14

Camp Nazi a Aurigny.

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Donald King  Nouveau message 16 Juin 2007, 12:01

Voici un document que j'ai trouver sur un camp de concentration dans un lieu improbable, a Aurigny (minuscule ile Anglo-Normandes).

Les îles anglo-normandes ont été occupées par les armées allemandes à partir de 1940.Dès l’invasion allemande, l’entière population d’Aurigny fut évacuée, à l’exception d’un seul paysan qui préféra rester sur place.

En 1943, deux membres du parti nazi, numérotés 6 et 8 dans la hiérarchie, Adam Adler et Heinrich Evers furent désignés pour commander le camp ; les ordres leur étaient transmis par celui de Neuengamme.

Ainsi, c’est un commando lointain d’un des premiers camps nazi, créé en 1938 en Allemagne, qui était établi dans l’île. Il était composé de plusieurs milliers de Russes, de Français (dont plusieurs centaines de juifs, maris d’ "aryennes "), de Républicains espagnols, d’Allemands, de Nord-Africains venant de Marseille (dénommés ZKZ), de trois Chinois, d’un Italien, …
La présence de civils russes dans l’île (la plupart jeunes), semble trouver une explication dans le besoin de main-d’œuvre civile transférée à Aurigny après les conquêtes territoriales de la Wehrmacht jusqu’en 1942.

Les Allemands condamnés de droit commun ou "associables " portaient tous des pyjamas ; les Républicains espagnols le brassard R.S. (Rott Spanien = Rouge espagnol), les autres, en particulier les Français, une bande de peinture blanche sur les coutures du pantalon, signe qui se révéla, par la suite, lourd de conséquences ("à abattre systématiquement en cas d’insoumission ")

687 Russes moururent dans des conditions atroces : dépaysement, humiliation continuelle, nutrition à peu près inexistante, coups, travaux forcés ; ils furent enterrés sur place. D’autres, Espagnols, Arabes, Français, subirent des sorts analogues. Il faut signaler que, par manque d’eau potable, beaucoup de déportés ont été atteints de fortes fièvres ; pour les Russes, notés par les Allemands comme atteints de typhus, la maladie n’était qu’un prétexte à de très mauvais traitements.

Tour à tour, le cheptel humain était "loué ", par une importante firme de Coblence, aux services de l’organisation Todt, à la Deutschestrasse…, d’où la diversité de commandos de travail.

N’ayant ni chambre à gaz, ni crématoire, ils transformèrent un tunnel où les déportés du camp seraient "murés " en cas de rébellion ou de débarquement des armées alliées.Celui-ci existait avant la création du camp puisqu’il permettait l’accès à la mer. Un matin, tout au début d’avril 1944, une équipe fut contrainte, par les SS, de murer l’une des extrémités (côté mer) et d’obstruer les bouches d’aération qui s’y trouvaient afin de laisser sur le devant (côté camp), une ouverture permettant le passage d’un ou deux hommes à la fois. A l’intérieur de ce "tunnel ", des ballots de paille avaient été entreposés.

Deux essais sous forme d’alerte, ont été expérimentés pour estimer le temps de remplissage avec tous les détenus du camp. Par ailleurs, des socles en ciment armé, pour nid de mitrailleuses, avaient été placés à l’entrée, non pas contre un éventuel agresseur mais dirigés vers l’intérieur du tunnel. C’était le lieu de leur extermination !

Heureusement pour tous, un ordre d’évacuation précipité survint le 7 mai 1944.Il s’agissait de transférer les déportés en Allemagne, sans doute à Neuengamme, via la France.

Entre Cherbourg, Lille et Hazebrouck, un grand nombre de déportés s’évadèrent du train, grâce aux cheminots français (certains repris ont été fusillés) : tous les autres furent internés dans le Nord de la France, à Boulogne-sur-Mer et aux environs, puis libérés à Dixmude grâce à la Résistance belge. Ce transfert avait duré 13 jours, en wagons à bestiaux et plombés.

Ce n’est que dans la nuit du 26 au 27 juin 1944, immédiatement après la libération de Cherbourg, que les derniers déportés quittèrent l’île d’Aurigny (sauf environ vingt déportés Républicains espagnols, affectés à des travaux spécialisés). Ce n’est que vers le 10 août 1944 que les 20 Républicains espagnols furent transférés à Jersey au Fort Régent, où ils prirent très vite une part active dans toutes les actions de sabotage contre les nazis. La libération ne vint pour eux que le 9 mai 1945.


Source: http://www.matisson-consultants.com/aff ... urigny.htm

De plus pour ce que ca interesserait il y un livre qui se nomme "Histoire D'un camp nazi: L'ile D'Aurigny".

Major
Major

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 231
Inscription: 31 Mar 2007, 21:05
Localisation: Le plessis-Robinson(Région Parisienne)
Région: Ile de France
Pays: L'hexagone

Voir le Blog de Donald King : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Skelton  Nouveau message 17 Juin 2007, 17:36

Merci pour ces infos sur le camp d'Aurigny,

Amitiés,

Skelton

Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel

 
Messages: 248
Inscription: 17 Déc 2006, 19:04
Localisation: Cotentin, Manche, Normandie!

Voir le Blog de Skelton : cliquez ici


Re: Camp Nazi a Aurigny.

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Skelton  Nouveau message 07 Jan 2008, 13:34

RonaldKing a écrit:
...687 Russes moururent dans des conditions atroces : dépaysement, humiliation continuelle, nutrition à peu près inexistante, coups, travaux forcés ; ils furent enterrés sur place. D’autres, Espagnols, Arabes, Français, subirent des sorts analogues. Il faut signaler que, par manque d’eau potable, beaucoup de déportés ont été atteints de fortes fièvres ; pour les Russes, notés par les Allemands comme atteints de typhus, la maladie n’était qu’un prétexte à de très mauvais traitements....


En reprenant et complétant le texte plus haut.

Quatre camps au total furent installés dans l’île. Au moment ou les français y furent internés à leur tour, Aurigny comptait environ 850 déportés. Celui des camps de l’île, qui était situé le plus au nord, et ou furent détenus les français, avait reçu des allemands l’appellation de Norderney.
Durant le séjour des Français, 687 Russes moururent à Aurigny, dans des conditions atroces, et furent ensevelis dans des fosses communes. On estima entre 1200 et 1500 le nombre total des Russes qui trouvèrent la mort à Aurigny.
Comme cité plus haut, à l’exception de vingt déportés espagnols, affectés à des travaux spécialisés, les derniers prisonniers d’Aurigny quittèrent l’île dans la nuit du 26 au 27 juin 1944, alors que les Alliés libéraient Cherbourg. Embarqués par les allemands pour Guernesey, puis Jersey, ils gagnèrent finalement Saint Malo aux premiers jours de juillet. L’un des navires de transport, le Minotaure, devait d’ailleurs être coulé par les Alliés ; un certain nombre de déportés périrent dans le naufrage...
Comme cité plus haut : vers le 10 août 1944, les vingt républicains espagnols demeurant à Aurigny étaient à leur tour évacués de nuit. Transférés à Jersey, ils furent détenus au Fort Régent, ou en compagnie d’autres déportés, ils reçurent des ordres pour la destruction éventuelle du port de Saint-Hélier, en cas d’attaque allié. Parvenant à entrer en contact avec la Résistance locale, ils prirent une part active aux actions de sabotage visant l’occupant. Mais ils durent attendre la libération de Jersey, le 9 mai 1945, pour trouver la liberté.


Extrait du livre « Et la liberté vint de Cherbourg » de Robert Lerouvillois.
Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi. Bouddhiste tibétain [ Dalaï Lama ]

Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel

 
Messages: 248
Inscription: 17 Déc 2006, 19:04
Localisation: Cotentin, Manche, Normandie!

Voir le Blog de Skelton : cliquez ici


Re: Camp Nazi a Aurigny.

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Benoit  Nouveau message 15 Sep 2010, 20:39

:bienvenue:

Bonjour,

Je voulais vous prévenir que j'ai écrit sur la question de la déportation sur Aurigny.
C'était mon sujet de première année de Master qui a été publié début mai 2010.
Voici un site avec le résumé.

Bien à vous

Benoît LUC

http://www.librairie-memorialdelashoah. ... 2308759304


 

Voir le Blog de Benoit : cliquez ici



Retourner vers DEPORTATION ET SOLUTION FINALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Coup de force japonais de Langson, 22 septembre 1940 
il y a 58 minutes
par: alfa1965 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 23:24
par: iffig 
    dans:  Médecin urgentiste 
Hier, 23:16
par: kfranc01 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Hier, 22:42
par: iffig 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Hier, 22:31
par: Manu 
    dans:  Testament de Hitler : Sur le problème juif et le racisme 
Hier, 22:08
par: Manu 
    dans:  Meutes Eisbär 1 et Eisbär 2 
Hier, 21:46
par: alfa1965 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Hier, 21:35
par: alain adam 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 21:10
par: kfranc01 
    dans:  recherches sur le parcours de mon arrière grand père 
Hier, 21:09
par: brehon 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités


Scroll