Connexion  •  M’enregistrer

Deportation des homosexuels

De l'opération T4 à la solution finale, la dictature nazie atteint un degré d'horreur jamais atteint dans l'histoire moderne. Juifs, homosexuels, communistes, dissidents, Tziganes, handicapés sont euthanasiés, déportés, soumis à des expériences médicales.
MODÉRATEUR : Gherla, Frontovik 14

Nouveau message Post Numéro: 21  Nouveau message de Cordial  Nouveau message 30 Avr 2007, 20:40

Bonsoir à Toutes et Tous,
J'apporte un complément à tout ce qui a été écrit.
Déjà la source: Fondation pour la Mémoire de la Déportation -
LIVRE-MEMORIAL des Déportes de France arrêtes par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945.

2.4.5. La déportation dans les camps de concentration nazis pour motif d’homosexualité (article 175 du code pénal allemand) à partir des départements français du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle, annexés au IIIe Reich.
Les études et les recherches entreprises pour rédiger le Livre- Mémorial permettent d’affirmer, qu’en l’état actuel des documents qui ont été consultés, au moins 210 personnes ont bien été déportées par les nazis, au titre du motif 175 du code pénal allemand, dans les camps de Schirmeck et de Natzweiler situés dans les trois départements annexes (Bas-Rhin, Haut-Rhin et Moselle) ; parmi ces personnes, il y avait des résidants en France avant 1940. Plus particulièrement trois d’entre elles ont été ensuite transférées de Schirmeck vers Gaggenau, une vers le KL Buchenwald, une autre vers le KL Dachau. L’une est décèdée a Allach et une autre a Natzweiler. Deux en n’ont eu le statut de déporté politique a leur retour.
Il n’a pas été possible de savoir si ce nombre de 210 était définitif, car les recherches faites, tant au Services des archives du monde combattant, qu’aux archives départementales des trois départements annexes, ne permettent pas d’avoir une vue exhaustive de cet aspect de la déportation.
Par contre, en conclusion des travaux effectues, il est possible d’affirmer que des déportations de France pour le motif d’homosexualité (article 175 du code pénal allemand) n’ont eu lieu qu’a partir des trois départements annexes de fait, et non a partir des zones occupées.
En effet, l’internement par les nazis de ressortissants du IIIe Reich pour ce motif a toujours été une pratique constante. Hitler, très rapidement après son arrivée au pouvoir, fait de la chasse aux homosexuels une des priorités de son action. L’article 175 du code pénal allemand lui procure un motif d’arrestation efficace dont il se servit dans tous les territoires du IIIe Reich, presque sans aucune réserve, des 1935, sous couvert de la loi « de la protection de la race dans le cadre des éléments nuisibles a la société». A ce titre, il s’agit d’une forme de déportation de persécution.
Claude Mercier
."

Voilà, vous savez presque tout; quelques homosexuels ont été arrêtés ailleurs que dans les départements annexés, MAIS leur arrestations est liée soit à des faits de Résistance, soit à l'occasion d'une rafle.
Bien amicalement, Patrice.


 

Voir le Blog de Cordial : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 22  Nouveau message de Colombe  Nouveau message 03 Mai 2007, 16:34

Bonjour Cordial, bonjour les zotres

Merci pour ce message qui confirme et précise en effet un certain nombres de choses évoquées plus haut. Ce "cadrage" était en effet important à faire.

Juste une petite précision : certains homosexuels ont pu être arrêtés au cas par cas en France en dehors des 3 départements que tu cites et ce pour une raison très précise... comment dire ça à la fois simplement et élégamment... disons pour cause de trop grande connivence avec un officier allemand (qui lui était fusillé ou envoyé sur le front de l'est). Disons en cas d'amitié particulière pour le formuler autrement...

Cécile
Dernière édition par Colombe le 08 Mai 2007, 12:44, édité 1 fois.


 

Voir le Blog de Colombe : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 23  Nouveau message de Cordial  Nouveau message 03 Mai 2007, 18:45

Bonsoir Cécile, bonsoir tout le monde,
Colombe a écrit:disons pour cause de trop grande connivence avec un officier allemand

"Qu'en termes galants ces choses la sont dîtes." ;)
Je ne vous contredirez pas . Ce(s) cas par cas est (sont) effectivement tout à fait possible(s).
Amicalement, Patrice.


 

Voir le Blog de Cordial : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 24  Nouveau message de Colombe  Nouveau message 15 Mai 2007, 02:31

Bonsoir

Une autre source :
http://pageperso.aol.fr/devoiretmemoire ... achau.html

La page en question possède des illustrations et un tableau récapitulant le nombre de détenus répertoriés comme homosexuels à Dachau entre 1934 et 1945... Ils étaient 30 dès 1935 et le maximum a été de 116 en 1942, nombre retombant à un peu plus de 80 personnes les années suivantes...

@ +

Cécile

********************************************************

La "vie" à DACHAU pour les triangles roses


A Dachau, les détenus homosexuels furent la cible des mauvais traitements, cruautés et sarcasmes des SS. Ils constituaient un groupe isolé, marginalisé aussi par leurs codétenus. Nombre d'entre eux furent castrés. Selon un tableau synoptique incomplet établi par Albert Knoll, archiviste au Mémorial de Dachau (Albert Knoll se fonde sur les listes nominatives établies sur la base des fichiers de détenus d'origine et sur le recensement des anciens détenus allemands qui ont déposé une demande d'indemnisation après la guerre), 583 homosexuels passèrent par le camp et cent d'entre eux y périrent.

En réalité, leur nombre fut plus élevé, et ceci non pas seulement à cause des documents qui sont incomplets, mais aussi parce que certains de ceux qui furent déportés à Dachau pour homosexualité furent incorporés dans d'autres catégories de détenus. C'est ainsi par exemple qu'un certain nombre des détenus qui avaient été poursuivis auparavant pénalement furent qualifiés "d'auteurs de délits contraires aux bonnes mœurs" mais furent cependant rangés dans la catégorie des détenus
criminels (droits communs, triangles verts). Le 24 avril 1945, juste avant la libération, on dénombrait ce jour-là à Dachau cent neuf détenus homosexuels (Dénombrement des détenus par catégories le 25 avril 1945. Copie in catalogue, op.cit., p. 214).

Comme dans tous les camps de concentration, une forme particulière d'homosexualité a également prospéré à Dachau. Il est absolument nécessaire de bien distinguer entre la présence, dans les camps, de détenus porteurs du triangle rose (internés pour homosexualité) et les pratiques homosexuelles qui se manifestèrent dans les camps...
Pour la masse des détenus, surtout ceux soumis à des tâches exténuantes et sous-alimentés au-delà de l'imaginable, la libido était loin d'être une préoccupation première.

Il n'en allait pas de même pour les détenus prééminents affectés à des activités d'encadrement. Bien nourris, du moins quantitativement, affectés à des tâches qui n'impliquaient pas une considérable dépense d'énergie, ils avaient d'autres préoccupations, notamment sexuelles, que les détenus du rang !

Pour un nombre tangible d'entre eux, les pulsions sexuelles s'accommodèrent des conditions existantes. De nombreux doyens de Blocks, doyens de chambrées et Kapos entretenaient comme "camarades de jeux" de jeunes détenus, pour la plupart de jeunes Polonais ou plus tard des Russes et ne s'en cachaient pas. Les plus hypocrites faisaient passer leur comportement pour de l'affection paternelle. Cette forme d'homosexualité fut une manifestation temporaire, conditionnée par le contexte absurde du camp.

On ne connaît aucun cas où cette orientation homosexuelle chez ces personnes se serait également poursuivie après leur retour des camps de concentration. Mais les conséquences à long terme pour leurs victimes qui furent exposées à l'homosexualité dans leur adolescence furent bien plus graves. Le docteur Frantisek Blaha qui s'est penché sur de tels cas par intérêt professionnel écrit que les jeunes gens concernés développèrent des attitudes féminines marquées dans leur mimique, leur comportement, leur langage et leur façon de penser. Sur le plan physique, ils développèrent certaines modifications pathologiques telles qu'un développement de la poitrine, une atrophie des testicules et un manque de résistance face à des processus inflammatoires (Frantisek Blaha, Médicina, op.cit., p. 185).

Et les triangles roses, à leur arrivée au camp, furent soumis par les SS à des brimades atroces auxquelles peu survécurent. Il semble donc absolument nécessaire de distinguer entre l'internement et le comportement des homosexuels d'une part et les pratiques homosexuelles dans les camps.


Source : C'Était Ça Dachau 1933-1945 de Stanislav Zámecník (Fondation Internationale De Dachau 2003)


 

Voir le Blog de Colombe : cliquez ici


Précédente

Retourner vers DEPORTATION ET SOLUTION FINALE




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 23:00
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  lES ORGUES DE STALINE kATIOUCHA lANCES ROQUETTE 
Hier, 22:57
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Hier, 21:53
par: P. Vian 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 19:54
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Hier, 19:52
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Un peu d'humour (morbide) 
Hier, 19:49
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Enigma - Help 
Hier, 18:08
par: medicairborne 
    dans:  Un mémoire de l'Empereur Hirohito vendu aux enchères 
Hier, 16:05
par: Shiro 
    dans:  Vacances 1946 
Hier, 13:31
par: Meteor14 
    dans:  Était-il possible de vaincre l’URSS ? 
Hier, 13:11
par: alias marduk 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Scroll