Connexion  •  M’enregistrer

La Disperata, l'escouade de combat de Florence

Le traité de Versailles donne lieu à l'instauration de la République de Weimar puis à la montée du National Socialisme. Quelques années plus tard, l'annexion des Sudètes et de l'Autriche annonce les prémices de la seconde guerre mondiale.
MODÉRATEUR : gherla, alfa1965

La Disperata, l'escouade de combat de Florence

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 18 Fév 2018, 15:51

Tiré d'un article paru dans la revue italienne Uniformi

LA SQUADRA D'AZIONE 'DISPERATA'
DE LA PRISE DE FLORENCE A LA MARCHE SUR ROME

Alexandre SANGUEDOLCE



Pour commémorer et assurer la continuité de la Florence antique,
rien ne vaut un bon fasciste de la 'Disperata'...
que les habituels académiciens, conférenciers bavards de Dante et Giotto...
Les magnifiques 'squadre' du faisceau de Florence apparaissent
comme les antiques formations populaires du parti guelfe,
le même esprit, la même rapidité de combat, les mêmes violences...

Curzio Malaparte, Figures et aspects du fascisme florentin. La Nazione. 18 mai 1923



Les associations de combattants, l'antichambre du fascisme.
L'euphorie de la victoire de Vittorio Veneto suivi de l'armistice signé à Villa Giusti avec l'Autriche-Hongrie le 4 novembre 1918 est de courte durée. Le bilan humain pour l'Italie est très lourd : 651 000 morts, un million de blessés et 300 000 civils victimes de la grippe espagnole. Le soldat démobilisé ne trouve pas de travail, l'industrie de guerre tarde à se reconvertir à l'économie de marché, les usines sont en grève occupées par les militants socialistes qui veulent une répétition de la Révolution d'octobre en Italie. Beaucoup de combattants retournant dans l'Italietta libérale se sentent trahis, refusent la « victoire mutilée » que le poète et héros de guerre Gabriele d'Annunzio ne cesse de fustiger et dont Benito Mussolini, ex-socialiste révolutionnaire et interventionniste se fait leur porte-parole dans son journal « Il Popolo d'Italia » fondé le 15 novembre 1914 après son éviction de son poste de directeur de « l'Avanti ! », l'organe du Parti Socialiste Italien .
Ces anciens combattants se réunissent dans des associations comme l'Associazione Nazionale Arditi d'Italia (ANAI) regroupant les membres du corps des Arditi ou des fasci (faisceau) comme le fascio politico futurista. Ces Arditi sont l'élite de l'armée italienne et se considèrent comme la nouvelle aristocratie issue des tranchées  (trinceocrazia).
Ces mouvements patriotiques, nationalistes et futuristes, passent avec armes et bagages dans les rangs des faisceaux de combats (fasci di combattimento), créés par Mussolini à Milan le 23 mars 1919.
Lorsque l'aventure fiumaine du poète-condottiere Gabriele d'Annunzio s'achève le 29 décembre 1920 au lendemain du « Noël sanglant », de nombreux légionnaires désœuvrés rejoignent à leur tour les rangs des faisceaux de combat. Ils apportent leur style 'légionnaire' avec la chemise et le fez noirs, poignard au ceinturon, fanions à tête de mort, cris de guerre... Regroupés dans des escouades de combat (squadre d'azione) ils partent à bord de camions Fiat 18 BL en chantant « Giovinezza » mener des expéditions punitives s'achevant par l'incendie de locaux socialistes, catharsis visant à châtier « les subversifs ».
Ces squadre d'azione sont les troupes de choc de Mussolini. La première démonstration de force à lieu à Milan le 15 avril 1919 : sur fond de grève générale, alors qu'une manifestation socialiste au cri de « il faut mettre le feu au Popolo et pendre Mussolini !» se dirige vers le Duomo, un cortège composé d'arditi, de nationalistes et de fascistes converge également au même endroit. Les forces de l'ordre s'interposent entre les deux groupes adverses afin d'éviter les affrontements, un groupe de squadristi conduit par Ferruccio Vecchi et Filippo Tommaso Marinelli, chantre des futuristes, met à sac le siège de l'Avanti ! Mussolini qui n'a pas commandité le saccage, approuve, il tient sa revanche contre ses anciens camarades socialistes qui l'ont rejeté.
La squadra de Trieste que dirige Francesco Giunta est la première à adopter la chemise noire le 13 juillet 1920 lors de l'incendie de l'hôtel Balkan, en représailles de l'assassinat par des Croates de deux marins italiens à Split.
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6346
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: La Disperata, l'escouade de combat de Florence

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 18 Fév 2018, 15:53

Le fascisme florentin
Dans les villes du nord de l'Italie des faisceaux voient le jour, dirigés par des ras qui deviennent rapidement des potentats locaux échappant au contrôle de Mussolini comme Roberto Farinacci à Crémone, Italo Balbo à Ferrare, Leandro Arpinati et Dino Grandi à Bologne.
A Florence, les membres des diverses associations d'anciens combattants ou des ligues d'étudiants adhèrent au fascio di combattimento inauguré le 26 avril 1919. Le premier congrès fasciste se tient dans la capitale de la Toscane du 9 au 10 octobre 1919, organisé par le secrétaire-général Umberto Pasella, lui-même toscan. Le contexte est particulier, un mois auparavant, Gabriele d'Annunzio à la tête de ses légionnaires a fait son entrée dans Fiume et annexé la ville pour le compte du royaume d'Italie. L'objet du congrès est de préparer les élections du 16 novembre 1919. Elles se soldent par un fiasco pour les fascistes qui n'obtiennent aucun siège au parlement. Les adhésions chutent, le nombre de fasci passe de 56 à 37, les inscrits de 17 000 à 800, celui de Florence ne compte que cent soixante adhérents.
Au début de 1920, Pasella reproche la passivité du fascio de Florence, son responsable Gastone Gorrieri est contraint de démissionner. Un nouveau comité exécutif est élu en avril, il compte parmi ses membres Amerigo Dumini. C'est un singulier personnage, né à Saint-Louis aux États-Unis, il retourne avec sa famille en Italie et participe à la 1ere guerre mondiale. Ami de l'écrivain Curzio Malaparte, il débute sa carrière d'homme de main en menant imprudemment une expédition punitive à Montespertoli avec quatre comparses qui pour éviter le lynchage trouvent refuge dans la caserne des carabiniers. Ainsi débute la carrière du sicaire qui aime à se présenter « Dumini, onze homicides ».
La nomination à la tête du fascio de Florence du marquis Dino Perroni Compagni en janvier 1921 met fin à une période de crises et de scissions .
Fichiers joints
Dino Perroni Compagni.gif
Dino Perroni Compagni, le "grand-duc" de Toscane
Dino Perroni Compagni.gif (24.07 Kio) Vu 341 fois
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6346
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: La Disperata, l'escouade de combat de Florence

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 18 Fév 2018, 15:55

La Toscane à feu et à sang.
Le 27 février 1921, à Florence, un cortège mené par des membres du parti libéral se dirige vers le monument aux morts place de l'Unita pour y déposer une gerbe. Sur le parcours, un groupe d'anarchistes lance une bombe place Antinori, faisant deux morts et une vingtaine de blessés. Cet attentat met le feu aux poudres et déclenche l'escalade de la violence, Perroni Compagni lance ses squadre dans les rues de Florence. L'une d'elle se présente devant le siège du Parti Communiste Italien et du syndicat des chemins de fer et y assassine son secrétaire-général Spartaco Lavagnini avant d'incendier les locaux. Aussitôt les syndicats ferroviaires déclenchent une grève générale qui s'étend dans toute la Toscane. Le lendemain, des barricades sont levées dans les quartiers populaires florentins, les fascistes qui se risquent aux alentours sont assaillis à coup de pierre, la police doit envoyer une automitrailleuse leur porter secours. Les communistes ouvrent le feu contre la troupe.
Un jeune fasciste, Giovanni Berta tente de rejoindre à bicyclette ses camarades en empruntant le pont suspendu sur l'Arno. Il est agressé par un groupe de communistes qui le frappent à coup de bâtons et le jetnt par-dessus le parapet. Il tente de s'agripper désespérément à une poutre du pont mais ses mains sont piétinées à coup de talon pour le faire lâcher prise, il tombe dans le fleuve et se noie. Il deviendra un « martyr » du fascisme. Le 1er mars, la grève s'étend à tous les domaines de la vie économique : les transports sont paralysés, pas d’électricité, de gaz, usines en grèves, négoces fermés … Des barricades sont dressées dans les rues, les carabiniers sont la cible des communistes, pour en venir à bout, on fait appel à la troupe, les automitrailleuses et canons sont employés pour mettre fin à l'état d'insurrection, au grand soulagement des Florentins. Pour faire rouler les trains, 46 mécaniciens de bord de la marine marchande sont recrutés à Livourne le 1er mars. Habillés en civil, à bord de deux camions en route pour Florence, escortés par 18 carabiniers, ils sont confondus pour des fascistes en route pour une expédition punitive. Ils sont accueillis à Empoli à coup de fusils et de grenades. Une chasse à l'homme est menée dans la ville. Trois carabiniers et six marins sont assassinés, lynchés à coups de bâton et horriblement mutilés.
En avril-mai 1921 se déroule la campagne électorale pour le renouvellement de la Chambre, les expéditions punitives ne connaissent aucune trêve. Dans toute la Toscane les fascistes saccagent chambres du travail, maisons du peuple, coopératives, sièges de journaux et brûlent les portraits de Marx et Lénine. Les socialistes ripostent avec la grève générale, occupations d'usines où flotte le drapeau rouge. Les fascistes obtiennent 35 sièges, Mussolini peut occuper un fauteuil de député au palais Montecitorio.

La création de la « Disperata »
Le 14 mars 1921, quelques squadristes décident de se regrouper pour former une escouade avec les éléments fiables et spécialistes de l'action violente, les fascistes les plus déterminés. Ils sont au départ une douzaine, commandés par un ex-lieutenant, Onorio Onori, décoré de la médaille d'argent de la valeur militaire. Il y a des anciens combattants, des vétérans de l'aventure fiumaine et trois étudiants. L'un d'entre eux ,Mario Piazzesi, décrit au jour-le-jour les expéditions outre-Arno dans son journal personnel. L'escouade reprend le nom de la garde prétorienne de d'Annunzio à Fiume : la « Disperata » (la Désespérée). Ses membres appelés disperati ont pour point de ralliement le célèbre café Paszkowski de Florence. Des dizaines d'autres squadre prendront le nom de Disperata, mais celle de Florence est la plus célèbre et la plus redoutée.
Le baptême du feu de la Disperata a lieu le 23 mars lors d'un raid sur Pérouse, Compagni dirige en personne l'expédition punitive. A bord de trois camions, casquée et armée de mousquetons M. 91, de grenades Sipe et d'une mitrailleuse Schwarzlose baptisée « Gaetana », la bande à Onori incendie la Chambre du Travail, le siège du journal local et quelques librairies « subversives », fait ôter le drapeau rouge de la mairie pour le remplacer par le tricolore italien puis oblige les grévistes à reprendre le travail. Sur le chemin du retour, coopératives, cercles et associations socialistes subissent un sort identique.
Après avoir rétabli « l'ordre » à Arezzo le 12 avril, la Disperata part pour une nouvelle expédition punitive afin de venger la mort de trois camarades tombés dans un guet-apens, lynchés et mutilés à Foiana della Chiana, le 18 avril suivant. Quatre cents fascistes sont décidés de laver l'affront. Une « chasse aux subversifs » est lancée avec le modus operandi désormais habituel : représailles et incendie de tous les sièges politiques, coopératives agricoles, chambres du travail ...
Fichiers joints
788px-Squadra_d'azione_Disperata_di_Firenze.jpg
788px-Squadra_d'azione_Disperata_di_Firenze.jpg (237.57 Kio) Vu 340 fois
Gianni_Berta2.jpg
Gianni_Berta2.jpg (160.96 Kio) Vu 340 fois
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6346
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: La Disperata, l'escouade de combat de Florence

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 18 Fév 2018, 15:59

Les faits de Sarzana.
Sarzana est une ville de Ligurie, proche de la Spezia. C'est une place-forte socialiste, imperméable au fascisme. Renato Ricci, le ras de Carrare décide de défier la municipalité socialiste et lance sa squadra d'azione sur Sarzana le 12 juillet. Les carabinieri parviennent à éviter l'affrontement entre les squadristes et la population. Après avoir assisté aux obsèques d'un fasciste assassiné d'un village proche le 17 juillet, Renato Ricci et dix de ses hommes décident d'aller perturber une réunion communistequi se tient à Santo Stefano Magra. Les carabinieri, alertés, vont à la rencontre de Ricci et de ses hommes et procèdent à leur arrestation. Ils sont emprisonnés à Sarzana.
Dans la nuit du 20 au 21 juillet, des colonnes de fascistes provenant des quatre coins de la Toscane convergent sur Sarzana. A leur tête, Amerigo Dumini n'est pas capable de coordonner ses troupes, 500 hommes en tout. Arrivé à 05h30 du matin à la station ferroviaire, il demande à parlementer avec le chef des carabinieri, le capitaine Jurgens et exige la libération de Renato Ricci. Un coup de feu part, les militaires ripostent tuant trois fascistes. Les chemises noires sont mis en fuite, ils errent par petits groupes dans la campagne environnante. Quatorze squadristes esseulés sont lynchés par les Arditi del Popolo dont deux disperati : Gastone Bartolini et Giuseppe Montemaggi.
Mussolini, après les faits de Sarzana demande aux responsables provinciaux de cesser les violences et de n'agir qu'en cas de légitime défense. En effet, il entreprend de faire ratifier avec les socialistes un pacte de pacification afin d'empêcher l'Italie de sombrer dans une guerre civile. Cet acte sera signé le 3 août 1921. Cependant, il est rejeté par beaucoup de faisceaux de province et notamment par Compagni. Les expéditions punitives se poursuivent, la Disperata ne respecte pas la trêve et participe au « nettoyage » de Grossetto le 30 juillet. La mort d'un fasciste, Rino Daus, tué dans une embuscade entraîne les représailles coutumières : trois communistes sont abattus, les journaux, chambres du travail, coopératives incendiés …
Fichiers joints
nuova-foto-della-squadra-d_azione-la-disperata-di-firenze.jpg
nuova-foto-della-squadra-d_azione-la-disperata-di-firenze.jpg (59.13 Kio) Vu 339 fois
foto-della-squadra-d_azione-la-disperata-di-firenze-davanti-a-palazzo-vecchio.jpg
foto-della-squadra-d_azione-la-disperata-di-firenze-davanti-a-palazzo-vecchio.jpg (52.07 Kio) Vu 339 fois
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6346
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: La Disperata, l'escouade de combat de Florence

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 18 Fév 2018, 16:08

Merci pour le partage Alex
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 65432
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: La Disperata, l'escouade de combat de Florence

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 18 Fév 2018, 16:23

Le IIIe congrès fasciste de Rome. 7-10 novembre 1921.
Ce troisième et dernier congrès national des faisceaux de combat se tient à Rome du 7 au 10 novembre 1921 au mausolée d'Auguste1. Il se déroule juste après l'inhumation de la dépouille du soldat inconnu à l'Autel de la Patrie du monument à Victor-Emmanuel II. Mussolini doit affronter Dino Grandi et les ras opposés au pacte de pacification et dont leurs squadre échappent à tout contrôle. En transformant le mouvement en parti-milice, Mussolini en habile politicien parvient à mettre fin à la contestation et se posant comme le chef incontesté du nouveau parti, le PNF ( Parti National Fasciste) créé le 9 novembre 1921 . Les squadre sont réorganisées en manipules, centuries, cohortes, légions et zones. Les Chemises Noires sont réparties en triarii formant la réserve et principii pour les troupes actives.
Cette réorganisation est contestée par les membres de la Disperata dont le renom a franchi les limites de la Toscane. Pour se distinguer des autres Chemises Noires, les disperati portent un lys rouge, emblème de Florence brodé sur la poitrine et deux flammes blanches cousues les pattes de collet. Leur fanion noir est orné d'une tête de mort blanche reposant sur deux tibias entrecroisés.
Avant la fin du congrès, les disperati tiennent à «rendre visite » aux rouges du quartier de San Lorenzo, bastion communiste de Rome. Les troubles qu'ils provoquent irritent Mussolini soucieux de se présenter comme le champion de l'ordre.
Fichiers joints
Disperata1.jpg
Disperata1.jpg (37.36 Kio) Vu 319 fois
Giglio DIsperata.jpg
Giglio DIsperata.jpg (46.26 Kio) Vu 319 fois
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6346
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: La Disperata, l'escouade de combat de Florence

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 18 Fév 2018, 16:25

Les blancs et les noirs.
L'ascension de Tullio Tamburini au sein du turbulent faisceau de Florence entraîne à nouveau de graves tensions : tout sépare le distingué marquis Dino Perrone Compagni de Tamburini, ancien typographe appelé il grande bastonatore (le grand cogneur). Le premier, surnommé le grand-duc de Toscane rassemble la frange la plus aristocratique et élitiste du fascisme toscan dont fait partie Alessandro Pavolini. L'autre est à la tête de squadre plébéiennes, rustres et violentes réputées pour leur indiscipline. La crise couve, Compagni opposé à l'action sur Sarzana, rejette la responsabilité de l'échec sur ses ennemis jurés : Dumini et Tamburini qui traînent une réputation sulfureuse. Tamburini est finalement exclu du PNF le 21 mars 1922 et crée un faisceau autonome à Florence, le 1er avril suivant. Sur 3500 inscrits, 2800 rejoignent le faisceau dissident mais la Disperata demeure fidèle au faisceau légal. Les factions rivales en viennent aux mains dans les rues de Florence comme lors des luttes intestines que se livrèrent guelfes blancs et guelfes noirs au début du XIVe siècle.

Rome ou la mort.
Le 20 octobre 1922 se déroule à Florence une réunion secrète entre les quadrumvirs Italo Balbo, Cesare de Vecchi, Michele Bianchi, Emilio de Bono et les responsables des faisceaux de Florence, réunion à laquelle prend part Dino Perrone Compagni, nommé inspecteur de la VIIe zone toscane. Florence dispose de trois légions: la Ia legione commandée par Tullio Tamburini (qui est rentré finalement les rangs), la IIa legione commandée par Onorio Onori et la IIIa legione. La Disperata, devenue un manipule, demeure autonome, toujours aux ordres de Onori. Les fascistes florentins doivent se tenir prêts pour marcher sur Rome, ils vont former le plus gros contingent. Le 29 octobre 1922, ils montent à bord de trains spéciaux. La IIa legione rassemble 3695 hommes armés et dispose de trois mitrailleuses. La Disperata s'est jointe avec la troupe de son ancien chef Onori. A Orte, la ligne de chemin de fer est interrompue, sabotée par les cheminots communistes. Après avoir détourné un train, c'est à pied que les Chemises Noires continuent leur route sous une pluie battante. Ils font leur entrée dans Rome le 30 octobre où Mussolini est reçu par le roi pour former un nouveau gouvernement. La révolution fasciste s'est déroulée sans faire couler le sang. La Disperata s'est rappelée au bon souvenir des rouges de San Lorenzo en menant une dernière expédition à coup de gourdins. La Disperata participe au défilé victorieux dans Rome, fanion noire à tête de mort précédant le cortège de disperati accompagnés de la « Gaetana »
.
Les fascistes florentins seront intégrés dans la 92a legione CCNN « Francesco Ferrucci » et la 93a legione CCNN « Giglio Rosso » (lys rouge) commandées respectivement par Tullio Tamburini et Onorio Onori.
Le 27 octobre 1934, les dépouilles de 37 squadristi toscans tombés pour la cause fasciste sont transférées dans la crypte de la basilique Santa Croce de Florence transformée en sanctuaire pour le culte des « martyrs » fascistes. Les noms des morts sont gravés sur les parois, parmi lesquels figurent ceux de Giovanni Berta, Gastone Bartolini et Giuseppe Montemaggi.





Bibliographie :

André Brissaud : Mussolini. La montée du fascisme. Perrin. 1983.
Giordano Bruno Guerri : Fascisti, Gli Italiani di Mussolini, il regime degli Italiani. Mondadori. 1995
Silvio Bertoldi : Camicia Nera. Fatti e misfatti di un Ventennio italiano. BUR. 1998.
Roberto Cantagalli : Storia del fascismo fiorentino. 1919/1925. Vallechi Editore. 1972.
Emilio Gentile : Qu'est-ce que le fascisme ? Histoire et interprétation. Folio.2004.
Françoise Liffran : Margherita Sarfatti, l'égérie du Duce. Le Seuil. 2009
Curzio Malaparte : Technique du coup d'état. Grasset. 1931.
Pierre Milza, Serge Bernstein : Le fascisme italien. 1919-1945. Éditions du Seuil. 1980.
Indro Montanelli: l'Italia in camicia nera. 1919-3 settembre 1925. Storia d'Italia. BUR. 2011.
Arrigo Petacco : Il superfascista. Vita e morte di Alessandro Pavolini. Le Scie. Mondadori. 1998.
Mario Piazzesi : Journal d'un jeune squadriste. 1919-1922. Éditions du Paillon.
Maurizio Serra : Malaparte, vies et légendes. Grasset. 2011.
Frank Snowden :The Fascist Revolution in Tuscany, 1919-22
Fichiers joints
Disperata2.jpg
Disperata2.jpg (116.2 Kio) Vu 318 fois
DISPERATA.jpg
DISPERATA.jpg (22.9 Kio) Vu 318 fois
Squadra 006.jpg
Squadra 006.jpg (89.58 Kio) Vu 318 fois
92 legione ferrucci.jpg
92 legione ferrucci.jpg (8.58 Kio) Vu 318 fois
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum.htm
La Hongrie, du traité de Trianon au siège de Budapest, son histoire, ses forces armées.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6346
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici



Retourner vers 1919-1939 : LES ORIGINES DU MAL




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Comment 75% des Juifs de France ont échappé à la mort. 
Aujourd’hui, 00:39
par: Octogone 
    dans:  La Wehrmacht de Fall Gelb 
Aujourd’hui, 00:32
par: Eric Denis 
    dans:  Yoyo fait son show dans le Finistère. 
Hier, 23:46
par: pili 
    dans:  SONDAGE 
Hier, 23:12
par: alfa1965 
    dans:  Jakiw Palij, l'ex-gardien de camp nazi de 95 ans expulsé de New York vers l'Allemagne 
Hier, 23:10
par: alfa1965 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 22:46
par: kfranc01 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
Hier, 22:27
par: kfranc01 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 22:17
par: kfranc01 
    dans:  Une bombe de la SGM à l'aéroport de Bruxelles 
Hier, 22:10
par: brehon 
    dans:  Quoi de neuf dans les kiosques ? 
Hier, 20:07
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités


Scroll