Connexion  •  M’enregistrer

Industriels allemands dans le IIIème Reich

Le traité de Versailles donne lieu à l'instauration de la République de Weimar puis à la montée du National Socialisme. Quelques années plus tard, l'annexion des Sudètes et de l'Autriche annonce les prémices de la seconde guerre mondiale.
MODÉRATEUR : gherla, alfa1965

Re: Industriels allemands dans le IIIème Reich

Nouveau message Post Numéro: 41  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 07 Avr 2017, 11:48

Comparaison n'est pas forcément raison mais les mises en perspective ont toujours leur intérêt.

Dans le même temps, l'URSS rencontre les mêmes difficultés de main d'œuvre que le Reich : 32 millions d'individus se retrouvent en territoire occupé par l'Allemagne et 11 millions sont enrôlés dans l'Armée rouge (1942).
Pour palier au manque de main d'œuvre il est fait appel au volontariat dès 1941 : 500.000 femmes et 300.000 écoliers (12 à 15 ans) vont y répondre durant le second semestre 1941 (venus principalement des campagnes, ils ont absolument tout à apprendre du travail d'ouvrier). En 1944, les adolescents (14/15 ans) seront 712.000 dans l'industrie soviétique.

Les conditions de travail sont spartiates : repos à même le sol, un unique mauvais repas chaud par jour, le froid en hiver et la chaleur en été, 55h de travail en 6 jours par semaine.

S'y ajoute, comme dans le Reich mais dès 1941, la main d'œuvre concentrationnaire du Goulag (déjà sollicitée depuis les années '30) avec sur la durée de la guerre :
. Armée rouge : 975.000 hommes ;
. chemins de fer : 448.000 ;
. industrie : 310.000 ;
. exploitation forestière : 320.000 ;
. mines et métallurgie : 171.000 ;
. construction d'aérodromes : 268.000 ;
. activités économiques propres du NKVD : 400.000 travailleurs qualifiés.

Soit près de 2,9 Mo de Soviétiques issus du Goulag et affectés à la capacités de production du pays.

Deux millions de détenus auraient péri au cours du conflit (Anne APPLEBAUM, "Goulag, une histoire", Grasset 2005).

Source : Nicolas BERNARD, "La Guerre germano-soviétique", Tallandier.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8555
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Industriels allemands dans le IIIème Reich

Nouveau message Post Numéro: 42  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 07 Avr 2017, 18:44

Dog Red a écrit:Quelques ordres de grandeur pour fixer les idées :

14 millions de travailleurs forcés en Allemagne de 1939 à 1945 se répartissant comme suit :
. 8,4 Mo de travailleurs civils étrangers (ausländischer Zivilarbeiter) parmi lesquels les STO ; leur statut n'est pas le plus à plaindre même si leurs conditions se dégradent certainement avec le temps et que le statut d'un Westarbeiter n'a rien de celui d'un Ostarbeiter. Quoi qu'il en soit, la finalité de cette grande majorité de travailleurs est "produire" et non "mourir" ;
. 4,6 Mo de prisonniers de guerre (Kriegsgefangene) (*) ;
. 1,7 Mo de concentrationnaires (soit 20% de KZ-Häftlinge) destinés à mourir par le travail, plus qu'à produire.

Plus de 3.000 camps de travailleurs rien que pour la région de Berlin.

(*) il semblerait que sur 3,35 Mo de prisonniers de guerre soviétiques, seuls 5% aient été en état de travailler.

2.500 firmes auraient usé du travail forcé. Autant dire toute l'industrie allemande... que l'on réduit souvent aux plus grandes IG Farben, Siemens, BMW, Thyssen, Daimler-Benz ou Krupp.

Mon commentaire général est que l'on ramène souvent le travail étranger dans l'industrie de guerre allemande aux déportés concentrationnaires du Vernichtung durch Arbeit (extermination par le travail) ce qui est antinomique. On ne tue pas la main d'œuvre dont on a besoin. Les chiffres ci-dessus relativisent les choses. La grande majorité du travail (80%) est presté par des déportés amenés pour ça et des prisonniers que l'on occupe faute de bras. La recette n'est pas neuve comme je l'ai rappelé précédemment. C'est l'échelle qui a changé. La spécificité raciale propre au génocide mené par les Nazis me semble être, sans la minimiser, l'arbre qui cache la forêt. Mais un aspect plus "porteur" qui mêle génocide et grandes sociétés allemandes d'aujourd'hui. Est-ce bien objectif comme méthodologie historique ?

Source : http://www.cercleshoah.org/spip.php?article483 (certains liens proposés ne fonctionnent pas ou plus).


Sur les prisonniers de guerre soviétiques:

Jusqu'à l'hiver 1941-1942, l'idée est d'en laisser crever (le terme est choisi à dessein) un maximum. Ce n'est que devant le ralentissement de l'avance en Russie que, peu à peu, l'idée se répand, dans les cercles du pouvoir allemand, tant ceux de l'armée que du Parti et de l'appareil civil, d'utiliser cette main d'oeuvre potentielle.

Mais ce revirement est trop progressif, trop tardif, trop hypocrite aussi, enrayer la famine et les maladies. Si bien qu'un fonctionnaire du Ministère de l'Est (l'une des administrations nazies des territoires soviétiques occupés) se lamentera le 19 février 1942: "Nous avions 3,9 millions de Russes à notre disposition, il ne nous en reste plus qu’1,1 million". De fait, deux millions de prisonniers de guerre soviétiques sur trois sont effectivement morts à cette date, depuis le 22 juin 1941.

Les conditions de vie des survivants restent déplorables. Au total, sur environ 5,7 millions Soviétiques faits prisonniers, près de 3,3 millions d’entre eux n’auraient pas survécu à leur détention.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Re: Industriels allemands dans le IIIème Reich

Nouveau message Post Numéro: 43  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 07 Avr 2017, 19:49

Bonsoir, selon l'historien allemand Ulbrich Herbert plus de 20 millions de personnes ont été contraintes de travailler en Allemagne durant la guerre.
En 1944, travailleurs civils étrangers et prisonniers étaient au nombre de 7,8 millions. Selon cet historien, l'ampleur des déportations de travailleurs ne procéda pas d'un plan préétabli. Dès le début de la guerre, il manquait 1,2 million de travailleurs dans le Reich. Les nazis entreprirent les réquisitions dans le désordre et les hésitations.
Extrait de l'article de Michel Bailly dans le quotidien belge "Le Soir" du 8 février 1993:
http://archives.lesoir.be/deux-cent-mil ... 06D5W.html
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 67868
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Précédente

Retourner vers 1919-1939 : LES ORIGINES DU MAL




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
il y a 2 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Coutances, film de GeorgeStevens 
il y a 9 minutes
par: Dog Red 
    dans:  Le nazisme : questions de méthode 
il y a 11 minutes
par: Dog Red 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
il y a 12 minutes
par: iffig 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 23 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le massacre d'Oradour sur Glane 
Hier, 22:58
par: JARDIN DAVID 
    dans:  Le Vol de la tapisserie de Bayeux: l'incroyable projet des nazis. 
Hier, 22:35
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  1e DB Polonaise 
Hier, 22:15
par: Hussard ailé 
    dans:  El Arabi Karim 
Hier, 21:29
par: jdl 
    dans:  Dunkerque nouveau blog 
Hier, 21:08
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: François Delpla, JARDIN DAVID, orpo57, Prosper Vandenbroucke et 11 invités


Scroll