Connexion  •  M’enregistrer

« Hitler s'est métamorphosé en 1919 »

Le traité de Versailles donne lieu à l'instauration de la République de Weimar puis à la montée du National Socialisme. Quelques années plus tard, l'annexion des Sudètes et de l'Autriche annonce les prémices de la seconde guerre mondiale.
MODÉRATEUR : gherla, alfa1965

« Hitler s'est métamorphosé en 1919 »

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 04 Mai 2015, 18:32

INTERVIEW - L'historien Thomas Weber analyse la radicalisation et l'ascension du Führer, qui se suicida le 30 avril 1945.

Soixante-dix ans après sa mort, Adolf Hitler continue de fasciner le monde et les historiens, tel l'Allemand Thomas Weber, chercheur à Harvard et auteur d'un livre sur Hitler soldat de 1914-1918 (1), qui va être adapté à l'écran. Weber cherche à percer l'énigme du jeune homme, solitaire et mal-aimé, devenu presque du jour au lendemain fougueux tribun d'extrême droite.

Vous postulez que l'existence d'Adolf Hitler bascule juste après la Première Guerre mondiale. Que lui est-il arrivé?
Thomas WEBER. - En étudiant ceux qui ont joué un rôle discret mais réel dans son entourage, je veux parvenir à expliquer ce qui lui est arrivé au sortir de quatre ans de guerre sur le front de l'Ouest. Il y a notamment Karl Mayr, qui fut son supérieur direct durant l'été 1919 à Munich et aussi une figure quasi paternelle. C'est lui qui envoie Hitler assister aux premières réunions du DAP (Deutsche Arbeitspartei), le parti ouvrier allemand. La question est la suivante: comment ce simple gefreiter (soldat de première classe), médiocre et guère aimé de ses camarades de régiment (contrairement à ce qu'il a pu écrire dans Mein Kampf) est-il devenu si rapidement un tribun charismatique? Il y a là une radicalisation brutale tant dans la maturation de ses idées politiques que dans sa personnalité.

Comment expliquez-vous cette mue?
Cette radicalisation ne s'est pas jouée à Vienne avant guerre ou dans les tranchées. Elle se produit plus tard. En 1919, ce vétéran de 29 ans aux idées encore fluctuantes se cherche une nouvelle famille, le régiment «List», le 16e de réserve bavarois, ayant joué ce rôle par substitution durant les hostilités. Il est comme un chien errant, étrange et solitaire, quoique apprécié de ses supérieurs, qui lui demandent d'espionner les soldats démobilisés qui pourraient se découvrir la fibre révolutionnaire. Ceux qu'il exècre ne sont encore ni les Juifs, ni les bolcheviques. Ce sont plutôt la famille des Habsbourg et son empire multiethnique, cette Allemagne ouverte à l'internationalisme, catholique.

Que s'est-il passé?
Tout s'est joué en quatre années charnière, de 1919 à 1923, de la fin de la guerre jusqu'à l'écriture de Mein Kampfen prison, après l'échec du «putsch de la brasserie» à Munich. Premièrement, Hitler va apprendre à parler. Lui qui n'a jamais été caporal, que ses camarades traitent de «cochon de l'arrière» (car, en sa qualité d'estafette, il ne dormait pas dans les tranchées), organise ses idées: réalisant tardivement que l'Allemagne a vraiment perdu la guerre, il veut qu'elle ne soit plus jamais vaincue. Il le dit et il apprend à ne pas se répéter quinze fois. Deux, cela suffit. Deuxièmement, il va trouver un auditoire. Karl Mayr le fait entrer au DAP en septembre 1919. Admonestant un professeur qui juge l'Allemagne perdue et préconise la sécession de la Bavière, il se taille un franc succès et se rend compte qu'on l'écoute - pour la première fois de sa vie.

Que nous enseigne cette métamorphose?
Hitler était un pragmatique, mû par la seule volonté de conquérir le pouvoir, et non un idéologue. Il commence à s'affirmer lorsqu'il comprend l'influence qu'il exerce sur ses contemporains. Les idées suivent, canalisées grâce à son nouveau mentor, Dietrich Eckart: un libre-penseur antisémite, qui va lui servir sur un plateau son Weltanschauung, lui expliquer comment «fonctionne le monde». Il lui désigne les responsables de la défaite de 1918, les «traîtres de novembre»: les Juifs. Et il croit au mythe du «génie», convaincu qu'un messie va apparaître pour sauver l'Allemagne à genoux. Hitler lui-même finit par se convaincre qu'il pourrait bien être l'élu.

D'où viennent les revendications géopolitiques de Hitler, sa quête du «Lebensraum» (espace vital)?
Hitler se désole que de nombreux Allemands émigrent après la fin de la guerre. Il lui vient l'idée que la nation a besoin de plus grands territoires pour son peuple. Cette réflexion sous-tend sa volonté de rendre à l'Allemagne son statut de puissance mondiale. Sur le plan intérieur, il s'interroge sur la façon de bâtir une économie collectiviste intégrée. Ses vues anticapitalistes précèdent ses vues antibolcheviques.

Comment expliquer la fascination pour Hitler jusqu'à ce jour?
La Seconde Guerre mondiale et ses conséquences continuent de s'imposer à nous, trois quarts de siècle plus tard. Et puis il y a cette interrogation: comment un des pays les plus brillants et les plus cultivés au monde a-t-il pu accoucher d'une telle monstruosité? Sur un plan abstrait, Hitler est passionnant, puisqu'il représente la forme la plus extrême de l'expérience humaine. Il est probable que son aura maléfique va s'accroître avec le temps. Dans l'histoire, sa figure pourrait résumer le XXe siècle à elle seule.

La propagande a-t-elle pérennisé l'image de Hitler?
Les médias contemporains usent trop des images de propagande nazie, qui formatent notre vision de cette époque. Par exemple, avez-vous jamais entendu parler Hitler normalement? À une exception près - un enregistrement audio clandestin réalisé par les services secrets finlandais au Berghof -, nous n'avons de lui qu'une vision caricaturale, vociférante. On finit par penser que c'est la quintessence du personnage.

Quel est l'héritage géopolitique de Hitler?
Il y a indéniablement la multiplication des mouvements néofascistes, comme le NPD en Allemagne ou Aube dorée en Grèce. Mais peut-être nous trompons-nous de «cible»: en réduisant Hitler à cette incarnation du mal absolu, antisémite et raciste, nous omettons de voir où se trouve le vrai danger. Si nous prenons l'«autre» Hitler, celui qui est farouchement antilibéral et anticapitaliste, alors c'est encore plus inquiétant pour l'Europe, car ces idées pullulent de nouveau, sous la forme des mouvements de contestation populistes, d'extrême droite comme d'extrême gauche. Les dirigeants de ces partis affichent un pragmatisme teinté d'antilibéralisme, comparable à celui de Hitler lors de son ascension initiale.
(1) «La Première Guerre d'Hitler», Perrin, 2012

Interview réalisée par Maurin Picard
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12286
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: « Hitler s'est métamorphosé en 1919 »

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 04 Mai 2015, 20:43

Curieusement, Weber ne souffle mot de la fin 1918 et de la cure de Hitler à Pasewalk, dont il dit tout de même deux mots dans son livre.
Il rompt avec Kershaw mais va trop loin, un peu comme Lionel Richard : Hitler devrait tout à Mayr et Eckart, il n'aurait pas de cerveau personnel.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6043
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: « Hitler s'est métamorphosé en 1919 »

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 05 Mai 2015, 06:37

Cela dit, il est très important, et cela restera un grand mérite de Weber (après Binion, Hamann et peu d'autres) de rompre avec la vision anciennement très répandue d'un Hitler qui ne pouvait qu'avoir absorbé comme une éponge l'antisémitisme viennois dès 1910 et avoir acquis dès avant 1914 une grande part de ses obsessions.

Enfin une lecture critique, sur ce point, de Mein Kampf par un jeune chercheur plein d'avenir (s'il ne s'encroûte pas) !

L'idée d'une métamorphose en 1919 (même si on omet de la faire commencer en novembre 1918) est encore assez neuve, et propre à agir comme un levier pour remettre en cause toutes sortes d'affirmations sur le nazisme, de ses premiers pas jusqu'à ses derniers.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6043
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: « Hitler s'est métamorphosé en 1919 »

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 05 Mai 2015, 08:52

fbonnus a écrit:Quel est l'héritage géopolitique de Hitler?
Il y a indéniablement la multiplication des mouvements néofascistes, comme le NPD en Allemagne ou Aube dorée en Grèce. Mais peut-être nous trompons-nous de «cible»: en réduisant Hitler à cette incarnation du mal absolu, antisémite et raciste, nous omettons de voir où se trouve le vrai danger. Si nous prenons l'«autre» Hitler, celui qui est farouchement antilibéral et anticapitaliste, alors c'est encore plus inquiétant pour l'Europe, car ces idées pullulent de nouveau, sous la forme des mouvements de contestation populistes, d'extrême droite comme d'extrême gauche. Les dirigeants de ces partis affichent un pragmatisme teinté d'antilibéralisme, comparable à celui de Hitler lors de son ascension initiale.
(1) «La Première Guerre d'Hitler», Perrin, 2012

Interview réalisée par Maurin Picard


Thomas WEBER fait bien de préciser cet aspect de l'héritage politique d'HITLER souvent passé à la moulinette des médias de masse (cf. également ces mêmes médias qui ne font aucune distinction en nazisme et fascisme viewtopic.php?f=58&t=41696)
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8565
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici



Retourner vers 1919-1939 : LES ORIGINES DU MAL




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Coutances, film de GeorgeStevens 
il y a 6 minutes
par: thucydide 
    dans:  Le massacre d'Oradour sur Glane 
il y a 22 minutes
par: thucydide 
    dans:  Attentat à Strasbourg 
il y a 34 minutes
par: thucydide 
    dans:  Les éclaireurs de la Shoah.La Waffen-SS,le Kommandostab Reichsfuhrer-SS et l'extermination des Juifs 
Aujourd’hui, 20:36
par: carcajou 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 20:28
par: kfranc01 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Aujourd’hui, 20:24
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Aujourd’hui, 19:56
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  7 décembre; il y a 77 ans Pearl Harbour 
Aujourd’hui, 17:40
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  1e DB Polonaise 
Aujourd’hui, 15:42
par: Hussard ailé 
    dans:  Le nazisme : questions de méthode 
Aujourd’hui, 14:54
par: Dog Red 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: François Delpla et 14 invités


Scroll