Page 1 sur 2

La "Suffisance" de la France et de ses diplomates dans les années 30

Nouveau messagePosté: 09 Fév 2013, 11:30
de Marc_91
:? Dans le sujet sur la recherche d'un éclairage différent de la défaite de Mai-Juin 1940, le thème de la "suffisance" française a été abordé par Prosper et développé par moi dans le domaine des forces en présence et de la diplomatie :

Dans le fil viewtopic.php?f=126&t=33367 , Page 23, Marc_91 a écrit:
Prosper Vandenbroucke a écrit:Seulement, et si, la défaite (française) de 1940 ne résultait que du fait de l’insouciance, ou plutôt de la suffisance?

:roll: Les soldats avaient gardé à l'esprit la victoire de 1918, oui ...

Oui Mais !!! ... En 1918, c'était une alliance, qui avait gagné ;

L'armée de Française de 1940 était un peu plus réduite que celle de 1914 (les fameuses "classes creuses"). Mais l'armée Allemande était plus réduite elle aussi : il avait quand même fallu laisser quelques unités à la frontière avec l'oncle Jo, et l'Autriche de 1939 était plus réduite que l'empire austro-hongrois de 1914 ...
Elle était renforcée de 100-150.000 volontaires polonais et tchèquoslovaques, dont la moitié avait pu intégrer des unités constituées.
Par rapport à l'armée de 1918, elle ne comptait que 200.000 hommes des colonnies, contre 350-400.000 en 1918.

L'armée Belge avait, en 1939/40, eu le temps de mobiliser ; 600.000 hommes étaient sous les drapeaux, soit 200.000 de plus qu'en 1914, quand le plat pays avait été envahie par surprise. Mais elle était officiellement neutre, et le commandement était loin d'être unifié.

Par contre, les Britanniques, qui avaient plus de 2 millions d'hommes sur le Continent en 1918, n'en alignaient plus que 300.000 environ en 40.

Les Italiens, cette fois, n'étaient plus nos alliés. Il fallait même garder des troupes dans les Alpes.

Quand aux américains, ils étaient, cette fois, restés chez eux ...

Bref, on avait ré-armé avec du retard et une industrie à la traine, on a été surpris lors de la mobilisation, nos généraux et leurs doctrines étaient agés, et aussi on était moins nombreux qu'en 1918 !!!

Alors, de la suffisance ... :idea: Et si on envisageait le fait que, si on a perdu, c'était la faute à notre diplomatie ???

Il faut remonter au début du siècle, mais l'entente cordiale, c'est la France qui l'avait impulsée, pour se venger de l'Allemagne ;
Puis y avait inclus la Russie, puis ensuite fait entrer les Etats-Unis et l'Italie ...
::dubitatif:: Par contre, en 1936-37-38-39 ... Ils n'ont pas vraiment brillé, nos diplomates ... :mrgreen: Non ???

Mercredi dernier, j'en ai discuté avec l'ami Pierre Grasser qui prépare son mémoire de Master et m'a confié les photos de certains documents qu'il a trouvés au Service Histrique de la Défense à Vincennes. En particulier, cette "Lettre de l'Ambassadeur de France à Moscou adressée au Ministre des Affaires Etrangères sur la coopération franco-soviétique en matière d'aviation" du 27 Avril 1938 - Carton SHD 7 N 3182 :

Image

Elle est longue, mais en voici quelques extraits :

Je me félicite de voir le Ministre de l'Air adopter enfin les métodes réalistes qui seules conviennent avec des interlocuteurs sovètiques. Le Maréchal VOROCHILOV disait, il y a deux jours, à notre Attaché Militaire qui lui parlait d''une extension de notre collaboration technique : "Très volontiers, mais donnant donnant ;" (l'expression russe est encore plus précise : cinq kopeks pour cinq kopeks). Or, nous avons fait exactement le contraire jusqu'ici ...

... Nous avons été plus loin et avons plus ou moins promis un certain canon pour aéroplane qui n'est même pas sorti, en sorte qu'aujourd'hui, lorsque nous présentons une demande quelconque, on nous répond en nous priant de tenir tout d'abord nos promesses.

Pour d'autres armes également nous leur avons ouvert des espoirs qui n'ont finalement pas pu être réalisés ...

Cette attitude de promesses non tenues dans le domaine militaire, puis l'abandon par la France de la Tchequoslovaquie (peuplée aux 2/3 par des slaves et alliés traditionnels de la Russie) mènera l'URSS à dédaigner la France et préférer une alliance que Staline savait temporaire avec Hitler ...

Qu'en pensez-vous ?

Re: La "Suffisance" de la France et de ses diplomates dans les années 30

Nouveau messagePosté: 09 Fév 2013, 11:46
de fbonnus
:surprise2: :surprise2: :surprise2:

Voilà des éléments surprenants. Je reprends mes esprits et je viendrai participer.
Merci à toi cher Marc !

Re: La "Suffisance" de la France et de ses diplomates dans les années 30

Nouveau messagePosté: 09 Fév 2013, 12:09
de Prosper Vandenbroucke
Bonjour Marc,
C'est très, très intéressant.
Je pense qu'en partant de ce document il y matière à débat.
Amicalement
Prosper ;)

Re: La "Suffisance" de la France et de ses diplomates dans les années 30

Nouveau messagePosté: 09 Fév 2013, 13:53
de jmh
Le principe n'était il pas de se méfier de tout ce qui touchait au communisme ? Cela pourrait peut être expliquer cette suffisance...

Re: La "Suffisance" de la France et de ses diplomates dans les années 30

Nouveau messagePosté: 09 Fév 2013, 14:08
de Marc_91
:? Ce sont surtout nos promesses non suivies d'effet et nos "reculades" qui ont détruit notre réputation ;

Les alllemands, eux, tenaient globalement leurs engagements à l'Est !!!

Re: La "Suffisance" de la France et de ses diplomates dans les années 30

Nouveau messagePosté: 09 Fév 2013, 15:53
de Bruno Roy-Henry
Marc_91 a écrit:Pour d'autres armes également nous leur avons ouvert des espoirs qui n'ont finalement pas pu être réalisés ...
Cette attitude de promesses non tenues dans le domaine militaire, puis l'abandon par la France de la Tchequoslovaquie (peuplée aux 2/3 par des slaves et alliés traditionnels de la Russie) mènera l'URSS à dédaigner la France et préférer une alliance que Staline savait temporaire avec Hitler ...


Non. La Tchécoslovaquie a été vendue d'abord et avant tout par l'Angleterre. Dès novembre 1937, Chamberlain écrivait à sa soeur qu'il comprenait le projet d'Hitler de rassembler tous les Allemands sur une même terre. Dans ces conditions, le rattachement des Sudètes au IIIème Reich était programmé. En tout cas, l'Angleterre était bien décidée à ne pas faire de guerre pour ce motif. Et sans l'Angleterre, Hitler savait pertinamment que nous n'oserions pas lui barrer la route.

Re: La "Suffisance" de la France et de ses diplomates dans les années 30

Nouveau messagePosté: 09 Fév 2013, 16:29
de Marc_91
:D Lors des accords de Munich de 1938.

Mais, lors de ces accords, l'Angleterre garantira, avec la France, les nouvelles frontières de la seconde république tchèque, puisque les fortifications (construites par les français) qui protégeaient le pays se trouvaient maintenant rattachées à l'allemagne.
En Mars 1939, lors de l'annexion définitive de la Tchéquoslovaquie, personne ne bougera ...

Re: La "Suffisance" de la France et de ses diplomates dans les années 30

Nouveau messagePosté: 10 Fév 2013, 00:30
de Bruno Roy-Henry
Personne n'a bougé parce que la "Tchéquie" n'était plus en mesure de se battre. Et que Hacha a cédé au chantage d'Hitler : accepter le protectorat ou subir une invasion dévastatrice. Chamberlain s'est enfin rendu compte que Sir Hitler n'était pas un gentleman... Et qu'on ne lui ferait pas le coup une seconde fois. D'où l'offre de garanties précipitée à la Pologne, sans même attendre de consulter la France. Comme d'hab ! Mais la corbeille de la mariée était vide : ni la Royal Navy, ni la RAF ne pouvait grand chose pour la Pologne...

Re: La "Suffisance" de la France et de ses diplomates dans les années 30

Nouveau messagePosté: 10 Fév 2013, 02:23
de fanavman
Encore un sujet qui me fait penser à la thèse de Thierry Vivier sur la politique aéro de la France.....Si Pierre Grasser ne l'a pas lu, je le lui consseille.

Il faut surtout dire que l'Etat-major était plutôt à la limite "sovietophobe", tout comme le député Henri de Kérillis, si l'on peut utiliser l'expression....Il s'est opposé de manière virulente à la vente du canon Hispano-Suiza que Pierre Cot avait proposé comme garantie. Or, c'était le principal élément technologique proposé par la France, qui n'a pas tenu ses promesses, les opposants à l'alliance ayant fait capoter le projet.
Ajoutez à cela les purges de 1936-1937 qui ont renforcé chez ces opposants l'idée que l'URSS n'est pas un allié fiable...

Re: La "Suffisance" de la France et de ses diplomates dans les années 30

Nouveau messagePosté: 10 Fév 2013, 12:22
de Bruno Roy-Henry
Oui, mais Kérillis n'avait pas le pouvoir de bloquer à lui tout seul la politique du gouvernement ! On s'en serait aperçu sinon contre Hitler ! Kérillis était anti-nazi tout en étant anti-bolchevik... Enfin, il ne faut pas sous-estimer la question des emprunts russes à l'époque, même si Laval (par exemple) ne voulait pas en entendre parler ! Une large part de l'opinion publique était opposée à tout compromis avec les Soviets tant que la question des emprunts russes ne serait pas réglée. On l'a oublié aujourd'hui, mais les associations de porteurs étaient très virulentes. La spoliation était récente et beaucoup d'anciens rentiers, ruinés, conservaient l'espoir de récupérer une partie de leur capital...