Connexion  •  M’enregistrer

La France des Années 20 : une reconstruction difficile !

Le traité de Versailles donne lieu à l'instauration de la République de Weimar puis à la montée du National Socialisme. Quelques années plus tard, l'annexion des Sudètes et de l'Autriche annonce les prémices de la seconde guerre mondiale.
MODÉRATEUR : gherla, alfa1965

La France des Années 20 : une reconstruction difficile !

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 03 Juil 2011, 20:35

La France des Années 20 : une reconstruction difficile
Une des explications de la violence de la crise de 1929 en France, amenant 10 ans plus tard au pire conflit armé du XX° Siècle
L’euphorie de la victoire et de la paix retrouvée, masque la gravité des problèmes issus de la guerre et auxquels les gouvernements successifs devront faire face : déclin démographique, bouleversement économique et financier, transformation des mentalités.


La grande guerre a saigné la nation française. Et c’est un lourd bilan que dresse, au lendemain de sa victoire, le pays épuisé. Environ 1,5 million d’hommes sont morts , on compte 3,5 millions de blessés. Cette hécatombe (sur 8 millions de mobilisés) va priver la France de la main-d’œuvre et des cadres actifs dont elle a besoin pour se redresser. C’est dans l’ombre portée de la question démographique que s’engage la reconstruction. Le recensement de 1921 fait état de 39 210 000 habitants, soit, en dépit de la récupération de l’Alsace-Lorraine, 400 000 de moins qu’en 1911. Au début des années 1920, la natalité, gonflée un temps par la démobilisation, baisse à nouveau. En raison de la part importante des ruraux, la France s’affiche comme un pays de faible performance économique. La production en témoigne, avec , notamment, à peine 2 millions de tonnes d’acier en 1920. Un protectionnisme douanier puissant défend, en les asphyxiant, les entreprises françaises. A l’évidence, la France n’a pas les moyens de ses ambitions. Mais il ne se trouve personne pour faire cette analyse. Politiciens et écrivains font assaut d’ignorance devant les réalités mondiales ; tous semblent vivre dans un provincialisme chauvin.

Image
La vie en France - Années 1920


Panser la plaie que constituent les régions dévastées se présente comme une tâche immense. On a certes gonflé l’évaluation des dommages afin de grossir la note des réparations. Il reste que la remise en état de dix départements ravagés nécessite une vitalité qui fait défaut. Il est nécessaire de combler quelque 230 millions de mètres cube de tranchées et procéder au désobuage de 3 800 000 hectares. Le chantier est prioritaire, et l’essentiel sera accompli en 1921. Mais la reconstruction des immeubles est beaucoup plus lente et se noie dans l’océan de la bureaucratie. Concernant les usines, le tableau est aussi sombre : 9300 entreprises ont été détruites ou endommagées.
Luttes politiques et idéologiques sont vite ranimées par l’inégalité sociale. La hausse des prix et la spéculation sur la rareté des produits a accéléré le déplacement des richesses. La bourgeoisie petite et moyenne d’avant-guerre, celle des rentiers, des petits propriétaires, des professions libérales héréditaires disparaît, décimée plus que les autres classes. Les ouvriers, travaillés par la propagande communiste, se dressent contre le gouvernement issu des élections de novembre 1919 : celles-ci ont été un triomphe pour les modérés et les conservateurs. Comme en 1870, le pays a envoyé nombre d’anciens combattants à peine démobilisés qui composent cette « Chambre bleu horizon ».
L’agitation sociale se double de sérieuses difficultés économiques. La mauvaise volonté des Allemands à s’acquitter des dettes de guerre et la réduction progressive des réparations consenties à la France, jointes à la chute rapide des cours mondiaux dans le courant de l’année 1920, conduisent à une dépréciation du Franc. Entre la gauche, qui réclame la taxation du capital et la diminution des contributions indirectes, et la droite hostile aux impôts directs, le ministre de l’Economie, Marsal, adopte la solution de facilité : l’emprunt à court-terme, bons de la défense nationale, une inflation déguisée, plus dangereuse que celle du papier monnaie, car exigible.
L’occupation de la Ruhr en janvier 1923 fait renaître de vifs espoirs. Charles Benoist écrit dans son « Journal » : « L’Allemagne se décompose. Nous y sommes pour rien. Si notre intervention a pour conséquences d’accélérer sa décomposition, c’est qu’elle portait en elle la cause de sa ruine »
Loin de précipiter le délitement de l’Allemagne, l’occupation de la Ruhr a pour effet de ressouder un peuple divisé. L’Allemagne fait taire ses querelles pour opposer un front uni.

Image
Occupation de la Ruhr - 1923


Contrastant avec les difficultés gouvernementales du « Cartel des gauches », arrivé au pouvoir en 1924, l’économie est en voie de stabilisation. Vers 1925 , la reconstruction est à peu près achevée. Les départements envahis ont retrouvé leur population de 1913, les terres arables, sont, sauf exception, quasi reconstituées. L’extraction de la houille est en progrès constant, passant de 45 millions de tonnes en 1913 à 46 millions en 1925. On observe le même rétablissement dans les autres branches de la production : acier, textile, notamment. Le commerce extérieur reflète cette embellie et, à l’inverse de l’avant-guerre, la balance commerciale est bénéficiaire. La vie artistique, la vie littéraire, la vie sportive brillent d’un vif éclat. Montparnasse supplante Montmartre comme foyer des arts. Les Jeux Olympiques de Paris se déroulent dans le nouveau stade de Colombes. L’exposition de 1925 dite « des Arts décoratifs », déploie ses fastes sur l’esplanade des Invalides. Le pays est prospère, mais son équilibre financier reste précaire et la démagogie du « Cartel des gauches » -- pour régler la dette publique, on avait au cours de la campagne électorale, lancé des slogans clientélistes : « Prendre l’argent où il est » -- prépare son gouvernement à des lendemains difficiles. Si la prospérité est patente, d’autres indices sont inquiétants : la lente progression de la population, la faible productivité et la lenteur des progrès techniques, le caractère arriéré de l’outillage, qui diminue les marges bénéficiaires et empêche le renouvellement, l’étroitesse du marché intérieur et les faibles ressources en matières premières, l’accroissement de la dette publique font peser sur la vie économique du pays une menace qu’amplifiera la crise de 1929.

Image
Carte Postale de l'expo de Paris - 1925
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12287
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: La France des Années 20 : une reconstruction difficile !

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 03 Juil 2011, 21:00

J'aime bien la citation "la démagogie du Cartel des Gauches" .... :Omega.067 anti alcoolique: :mrgreen:
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7753
Inscription: 22 Aoû 2009, 20:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: La France des Années 20 : une reconstruction difficile !

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Barbu  Nouveau message 26 Juil 2011, 21:51

Bonsoir. Vous faites, dans votre analyse, des raccourcis pour le moins scabreux:
fbonnus a écrit:Une des explications de la violence de la crise de 1929 en France
Vous laissez entendre que la crise est spécifique à la France. Il me semblait que tout avait commencé un certain jeudi, à Wall Street; que cette crise était mondiale, et que la France était un des pays qui, justement, avait le mieux tiré son épingle du jeu.
fbonnus a écrit:Et c’est un lourd bilan que dresse, au lendemain de sa victoire, le pays épuisé. Environ 1,5 million d’hommes sont morts , on compte 3,5 millions de blessés. Cette hécatombe (sur 8 millions de mobilisés) va priver la France de la main-d’œuvre et des cadres actifs dont elle a besoin pour se redresser.
Si la démographie a un peu pesé sur la reconstruction, les dettes de guerre contractée envers les USA, et le non remboursement des domages ont beaucoup plus pesé: bon nombre de blessés (comme mon grand-père paternel, et mon arrière grand-père maternel, ont pu reprendre une activité: il le fallait bien: il n'y avait pas d'indemnité pour eux :twisted: )
fbonnus a écrit:la France s’affiche comme un pays de faible performance économique
Là est peut-être le mal principal: une très grande partie des usines fonctionnent sur un mode artisanal, malgré le grand nombre d'ouvriers employé: j'en veux pour preuve l'industrie aéronautique qui ne passera doucement au stade industriel que grace aux nationalisations du Front Populaire. Et tout ou presque et du même acabit.
fbonnus a écrit:Un protectionnisme douanier puissant défend, en les asphyxiant, les entreprises françaises

Nous sommes loin de la Communauté Européenne: le protectionnisme était en vigueur dans tous les pays, à commencer par le paragon du capitalisme: les USA. Par contre que des sociétés, comme Gnome-Rhone par exemple, se débrouillent pour avoir, sous pretexte de protectionnisme, un quasi monopole de production leur permet de ne pas faire (ou si peu) de recherche qui pourrait permettre un développement des produits, résultat: on arrive à la guerre avec des produit pratiquements obsolètes est une réalité plus difficile à avouer.
fbonnus a écrit:Il reste que la remise en état de dix départements ravagés nécessite une vitalité qui fait défaut.
. Pas de la part des citoyens lambda: ils se sont retroussés les manches et remis au travail, vous parraissez dire que les gens de cette époque étaient des parresseux amorphes, c'est faux: à la suite de chaque guerre les français se sont remis au travail pour reconstruire avec une vitalité qui étonne chaque fois le monde
fbonnus a écrit:Il est nécessaire de combler quelque 230 millions de mètres cube de tranchées et procéder au désobuage de 3 800 000 hectares
Cà n'est toujours pas fini,pour deux raisons me semble-t-il: tout d'abord une partie des terre étaient stériles suite aux excavations des obus, donc aucune culture possible, pour le déminage, on avait pas les moyens techniques pour le permettre donc on a fait de façon empirique, et on continuait encore il n'y a pas longtemps.
fbonnus a écrit:La bourgeoisie petite et moyenne d’avant-guerre, celle des rentiers, des petits propriétaires, des professions libérales héréditaires disparaît, décimée plus que les autres classes.
Pas par les combats, mais par la dépréciation de la monnaie entre-autre.
fbonnus a écrit:Les ouvriers, travaillés par la propagande communiste, se dressent contre le gouvernement issu des élections de novembre 1919 :
Celle-là, je ne peux pas la laisser passer: le PCF ne fut créé qu'en 1921. Plus que la propagande "communiste", ce qui révolte les ouvriers est le peu de considération que marque envers eux les dirigeants, alors que ce sont eux qui ont souffert dans les tranchées; c'est sur ce terreau fertile que les idées de "gauche" pourront avoir le plus de prise; ajoutez à ceci une certaine prise de conscience de leur état par l'échange d'expérience dans les tranchées, et vous arrivez à un mélange qui peu être détonnant, et dont vont se servir les extrèmes de droite (6 février 34 par exemple) comme de gauche
fbonnus a écrit:la démagogie du « Cartel des gauches
Qu'appelez-vous démagogie? Le fait de vouloir faire profiter aux plus démunis de la mâne de la richesse nationale? Ce n'est pourtant que justice me semble-t-il, et on est loin du programme du CNR: la semaine de travail dépasse les 50 heures, il n'y a pas de repos annuel, pas de protection sociale, le XIX° en quelque sorte.
fbonnus a écrit:la faible productivité et la lenteur des progrès techniques, le caractère arriéré de l’outillage,
Et oui: il vaudrait peu-être mieux que les patrons investissent dans de nouvelles machines plutôt que d'encaisser au jour le jour leurs bénéfices qui se réduisent!
fbonnus a écrit:les faibles ressources en matières premières,
Je croyais qu'en plus des production métropolitaine, nous avions des colonies... A suivre. Amitiés. Bernard


 

Voir le Blog de Barbu : cliquez ici


Re: La France des Années 20 : une reconstruction difficile !

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 26 Juil 2011, 22:17

Bonjour Bernard,
Fred Bonnus va certainement venir te répondre.
Cependant, il faudra patienter quelques jours, car pour le moment il est encore sous la tristesse et l'émotion du décès d'un être proche.
Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 67946
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: La France des Années 20 : une reconstruction difficile !

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 27 Juil 2011, 06:38

Tout d'abord une petite pensée pour Fred ! :(

Et puis devons nous entrer dans une analyse macroéconomique complète ? Pourquoi pas, mais va falloir trier et procéder par étapes.
Allez, je trie (au hasard) ceci):
Barbu a écrit:fbonnus a écrit:
Les ouvriers, travaillés par la propagande communiste, se dressent contre le gouvernement issu des élections de novembre 1919 :
Celle-là, je ne peux pas la laisser passer: le PCF ne fut créé qu'en 1921. Plus que la propagande "communiste", ce qui révolte les ouvriers est le peu de considération que marque envers eux les dirigeants, alors que ce sont eux qui ont souffert dans les tranchées; c'est sur ce terreau fertile que les idées de "gauche" pourront avoir le plus de prise; ajoutez à ceci une certaine prise de conscience de leur état par l'échange d'expérience dans les tranchées, et vous arrivez à un mélange qui peu être détonnant, et dont vont se servir les extrèmes de droite (6 février 34 par exemple) comme de gauche
Mais, il y a aussi des communistes avant et hors du PCF ! Je ne donne pas de noms bien entendu.
Par contre je ne suis pas certain que le monde ouvrier (je ne parle pas du monde agricole) ait souffert plus que celui de la petite bourgeoisie ou du petit patronat. Nombreux furent les fils de "patrons", officiers de réserve, à tomber à la tête de leur section durant l'été 14. Rien à voir avec le grand patronat apatride. PAr contre, il faudrait des chiffres.
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7753
Inscription: 22 Aoû 2009, 20:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: La France des Années 20 : une reconstruction difficile !

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Barbu  Nouveau message 27 Juil 2011, 20:10

Bonsoir. Je tiens assurer Fred de toute ma sympathie dans ces moments difficiles, je sais que dans ces instants les mots sont creux par rapport à la souffrance ressentie, mais c'est tout ce que je peux lui donner, avec mes pensées les plus sincères.
JARDIN DAVID a écrit:Allez, je trie (au hasard) ceci):

Le hasard ferait-il bien les choses? ::pipo:: La SFIO, avant le congrés de Tours ne savait pas très bien sur quel pied danser: certains étaient partisans de rallier la nouvelle internationale, d'autre freinaient des deux pieds, c'est ce qui me fait dire qu'il n'y avait pas de communistes avant 1921 et la scission de Tours. En outre il ne faut pas confondre la petite bourgeoisie, qui dans son ensemble pensait à droite, voire à l'extrème droite active (je ne pense pas me tromper en disant que c'est dans cette frange sociale que les mouvements d'extrème droite ont le plus trouvé de militants actifs) et le petit patronat, essentiellement constitué d'artisans dont les conditions de vie sont proches de celles de leurs, et des ouvriers (j'ai connu ça au début de ma carrière professionnelle [ça vous pose un homme de telle expressions lol ]: nous mangions à midi à la table du patron, et il était avec nous toute la journée sur le chantier, et tous les vendredis soirs[ c'était depuis peu la semaine à 45 h]nous avions la paye et le pastis, cerise sur le gateau il pensait plus révolutionnaire que nous ::alatienne:: )
Dernier détail: j'ai toujours entendu dire que la catégorie socio-professionnelle la plus emputée de la guerre de 14 fut celle des instituteurs: en effet, au moment de leur incorporation pour le service militaire, ils étaient systématiquement versés dans le cadre des officiers de réserve, et c'est en tant que lieutenants ou sous-lieutenants qu'ils sont montés au front. Chefs de section, ils mettaient un point d'honneur à partir à l'assaut à la tête de leurs troupes, pour l'exemple qu'ils pensaient devoir montrer, comme à l'école: la vertu n'était pas un vain mot à cette époque là. Voilà, d'après les témoignages que j'ai pu entendre (hélas je n'ai rien noté à l'époque, et ces gens là ne sont plus) et quelques lectures ce que j'ai pu en retirer. Amitiés. Bernard


 

Voir le Blog de Barbu : cliquez ici


Re: La France des Années 20 : une reconstruction difficile !

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de tagnon  Nouveau message 27 Juil 2011, 21:22

Bonjour Fred, Bernard, et les autres intervenants y compris ceux à venir,

Ce fil s'annonce passionnant, et il est à développer. C'est le thème de "La Victoire Perdue" et "Les Années d'Illusion". Ce thème ne se limite pas aux prémisses de l'offensive à l'ouest, mais sous-tend l'ensemble, mondial, de l'évolution sociale du début de siècle. Mais ces phénomènes macroéconomiques, politiques, démographiques, sociaux, sont complexes, et difficiles à analyser, même avec le rétrospectroscope historique qui est le nôtre. Le grand danger est l'écueil des visions réductrices, et du biais des idéologies diverses, en particulier dans leur prolongements modernes, voire contemporains.

Bernard, Fred, avez vous lu "Dossiers de la France Contemporaine", de Cl. Paillat, tomes I-III, et "La Grande Histoire des Français Sous l'Occupation", de H. Amouroux, tome I ? Superbes éclairage de cette période. Les autres tomes tout aussi intéressants, mais c'est la suite des évènements. Demain dans la bibliothèque du Portail.

Je plaide pour que l'on veille à rester dans l'objectif documenté, dans l'interprétation critique, strictement dans l'actualité de l'époque, et que l'on évite comme la peste les prises de position inspirées par les sensibilités politiques d'aujourd'hui.

Fil passionnant, mais que seule une couche verglacée sépare du HS...


Bien amicalement,

Alain.


 

Voir le Blog de tagnon : cliquez ici


Re: La France des Années 20 : une reconstruction difficile !

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 28 Juil 2011, 06:27

Suivont le chemin difficile proposé par Alain ! Pas de faux-pas entre le verglas et le vert-degris ! OK, même si l'humour doit rester de mise, je :arrow:
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7753
Inscription: 22 Aoû 2009, 20:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: La France des Années 20 : une reconstruction difficile !

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 03 Aoû 2011, 20:31

Bonjour à toutes et à tous.

Tout d'abord Grand Merci pour vos réactions , toutes parfaitement intéressantes faisant naitre une discussions instructive.

Je m'excuse de n'avoir pas répondu avant, mais un événement familial m'a obligé à une indisponibilité temporaire. Et Grand Merci pour vos bons mots .

Pour répondre à vous tous en général :

Dans mon post, je parle effectivement de la France car c'est sur ce pays que je me suis focalisé, mais il est évident que la crise de 1929 a été mondiale.

Concernant la démographie, il apparaît suivant de nombreuses analyses qu'elle a été un des points négatifs principaux à la difficulté de reconstruction de la France après la PGM, même si bien évidemment elle n'a pas été le seul facteur. Mais le manque de main d'oeuvre a été un frein important.

Quant au terme employé "La démagogie des gauches", il l'a été écrit volontairement pour provoquer des réactions et discussions, mais il est bon de savoir toutefois, que déjà à cette époque la Gauche avait des prétentions démagogiques. On ne peux distribuer que ce que l'on a déjà en caisse et non distribuer de l'argent public à crédit, c'est là que le bas-blesse car conduit inévitablement à augmenter démesurément les impots et donc mécaniquement réduire les capacités d'investissements des citoyens et des entreprises. Or, à cette époque, le grand besoin était l'investissement dans les usines pour améliorer la productivité qui faisait cruellement défaut. Le serpent qui se mord la queue en quelque sorte ... surtout qu'outre Rhin se préparait déjà en douce une révolution économique vert-de-gris ...

Au plaisir de vous lire.
Amicalement
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12287
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: La France des Années 20 : une reconstruction difficile !

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Alfred  Nouveau message 01 Nov 2011, 23:28

Pour la main d'oeuvre l'on a importé massivement de Pologne,au sens le plus large y compris des confins ukrainiens ainsi que des Arméniens,des Russes,des travailleurs coloniaux aussi mais en nombre réduit.....L'année la plus prospère pour le revenu national sera 1929 ...La crise ne touchera douloureusement la France financièrement qu'en 1932.,pour boucler le budget l'on imagine des rappels d'impôts sur les bénéfices de guerre réalisés 14 ans plus tôt ;pas mal d'industriels le comprennent très mal et ne veulent plus investir dans des machines aptes principalement à la production de matériels militaires comme pour les moteurs de grosses cylindrées par exemple.

vétéran
vétéran

 
Messages: 1559
Inscription: 21 Aoû 2011, 13:41
Région: Litus saxonicum
Pays: Grande Bourgogne

Voir le Blog de Alfred : cliquez ici


Suivante

Retourner vers 1919-1939 : LES ORIGINES DU MAL




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 23:32
par: Richelieu 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 23:05
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 22:33
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Recherche d"un vétéran anglais 
Hier, 21:57
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Pearl Harbor 70 ans 
Hier, 21:56
par: alain adam 
    dans:  PUB : Editions JARDIN DAVID, toute la vérité ! 
Hier, 21:47
par: alain adam 
    dans:  Uniformes et insignes : la Suède 
Hier, 21:45
par: iffig 
    dans:  Attentat à Strasbourg 
Hier, 20:44
par: kfranc01 
    dans:  U-196, record de la plus longue mission 
Hier, 19:56
par: alfa1965 
    dans:  chroniques de la Moselle annexée : l'évacuation de 1939 
Hier, 18:34
par: Loïc Charpentier 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Scroll