Connexion  •  M’enregistrer

Premier et second degré dans la parole hitlérienne

Le traité de Versailles donne lieu à l'instauration de la République de Weimar puis à la montée du National Socialisme. Quelques années plus tard, l'annexion des Sudètes et de l'Autriche annonce les prémices de la seconde guerre mondiale.
MODÉRATEUR : gherla, alfa1965

Premier et second degré dans la parole hitlérienne

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 05 Sep 2010, 16:14

Bonjour

Le fil très lourd (mais très instructif, notamment sur les questions de méthode) sur les accords de Munich viewtopic.php?f=42&t=19842 pourrait être, du moins je l'espère, déchargé par celui-ci, qui porte sur une question à la fois plus large et plus étroite : comment savoir si Hitler, quand il s'exprime, est au premier ou au second degré... voire pire encore ?

Je commencerai par un texte célèbre : la "prophétie" du 30 janvier 1939 sur l'"anéantissement" des Juifs d'Europe en cas de guerre. Extrait :

Aujourd'hui, je serai une nouvelle fois prophète : si la finance juive internationale en Europe et hors d'Europe devait parvenir encore une fois à précipiter les peuples dans une guerre mondiale, alors le résultat ne serait pas une bolchévisation du monde et la victoire de la juiverie, mais l'anéantissement (Vernichtung) de la race juive en Europe.


L'orateur sait très bien que c'est lui qui va jeter le monde dans une nouvelle guerre, et j'incline même fort à penser que la date, pour son début, du 1er septembre, est déjà arrêtée dans son esprit. Il y a donc une évidente (à mes yeux du moins) tromperie sur la marchandise.

Et cependant... Nous avons bien là une obsession, très ancrée dans son esprit. S'il sait parfaitement que ce ne sont pas les Juifs qui vont, ce coup-ci, craquer l'allumette, à tout le moins pense-t-il qu'ils ont accumulé la poudre. Son entreprise entière repose sur le postulat, encore rappelé dans ces quelques lignes, d'une lutte à mort entre "la Juiverie" -qui, évidemment, a commencé- et les forces saines de la race supérieure.

Le premier et le second degré cohabitent donc.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6045
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Premier et second degré dans la parole hitlérienne

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 05 Sep 2010, 16:31

Reste à savoir ce qu'il pense réellement : Est il convaincu de ce qu'il dit, à savoir que l'allemagne a perdu la grande guerre à cause d'un complot orchestré par les juifs ? . Je suis persuadé qu'il y croit dur comme fer à tel point qu'une véritable névrose s'est installée dans les années 20 dans son esprit. En 1939, il en est totalement imprégné. De plus, son concept du Lebensraum le conduit inexorablement à la guerre. Munich a fonctionné une fois, mais pas deux, il sait très bien qu'une nouvelle tentative d'expansion conduira l'Europe à la guerre. Il a ce qu'il veut (mais pas comme il le veut, car il ne souhaite pas véritablement d'une guerre contre la France et l'Angleterre qu'il craint au fond de lui même) et le reste de son programme n'a plus qu'à se dérouler comme il l'a prévu : par l'extermination des juifs. Reste à trouver les moyens de le faire, ce qui explique qu'il s'écoula un certain temps entre le souhait et l'accomplissement.

Hitler, dans ses discours est on ne peut plus clair : il ne pratique pas le second degré, tout comme en écrivant son torchon. Un chat est un chat et l'ennemi juif est très clairement identifié et son sort scellé. Hitler n'est pas certain d'un succès contre la France en 1939, mais il possède un allié involontaire en la personne des politiciens français et de leurs faiblesses. Le véritable tour de force d'Hitler, et là nous parlons effectivement d'un discours au second degré, c'est d'avoir amadoué Staline et de l'avoir tenu à l'écart d'une guerre. tout au moins jusqu'au 22 juin 1941 à un moment où c'est lui qui distribue le jeu.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Re: Premier et second degré dans la parole hitlérienne

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 05 Sep 2010, 16:51

Je me risque à une question qui me taraude depuis un certain temps. François, comment analysez vous la publication de Mein Kampf ? Quel degré ? Ce torchon était-il nécessaire (et sous cette forme) pour faciliter l'accès au pouvoir ? N'est-ce pas l'un des actes les plus irréfléchis de ce grand et brillant calculateur ?
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7750
Inscription: 22 Aoû 2009, 20:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: Premier et second degré dans la parole hitlérienne

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 05 Sep 2010, 16:58

pour le 1er septembre, il va verrouiller toutes les issues permettant à la France et à l'Angleterre de se défiler : il y a donc bien une part de second degré. Il y a même plus : comme on sait qu'il sait que c'est lui qui va déclencher la guerre, nous avons là la preuve d'une froide préméditation du génocide.

Mein Kampf ? Oui, une part de premier degré, d'élan verbeux non maîtrisé. En même temps, déjà beaucoup de calcul, surtout dans le tome 2. Je l'ai affirmé il y a déjà un moment, au sujet des massacres de handicapés. Dans le tome 1, il accuse le christianisme de favoriser la "culture du déchet humain" -donc, si on ne veut pas se conduire comme ces minables, euthanasie obligatoire et systématique. Dans le tome 2 il est question seulement de stérilisation, moyennant quoi la solution du pb prendra 5 siècles !

vétéran
vétéran

 
Messages: 6045
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Premier et second degré dans la parole hitlérienne

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de JARDIN DAVID  Nouveau message 05 Sep 2010, 17:04

Ok François, mais franchement, tout ce fatras était-il indispensable ? Je sais bien qu'un nouvel "évangile" semble necessaire à la nouvelle religion. Un format plus compact (type petit livre rouge, le Manifeste ...) n'aurait-il pas été plus adapté et surtout moins gênant vis à vis de l'étranger ? D'où l'interdiction d'éditer en France. Vous pourriez m'objecter que personne n'y a rien vu.
"Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi" (Le Cid)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7750
Inscription: 22 Aoû 2009, 20:49
Région: Principauté de Salm
Pays: FRANCE

Voir le Blog de JARDIN DAVID : cliquez ici


Re: Premier et second degré dans la parole hitlérienne

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 05 Sep 2010, 17:07

Je crois qu'on commet souvent l'erreur de replacer les évènement de septembre 39 avec à l'esprit le désastre de juin 40. Or, Hitler en ignore tout et même lui, convaincu de la supériorité de son armée ne se risquerait à imaginer un scénario aussi parfait. Il méprise la France, mais craint son armée.

La seule question que je me pose est la suivante : même s'il sait que les risque de guerre sont très élevées, Hitler ne pense t'il pas qu'il existe une chance pour que personne ne bouge lorsqu'il envahit la Pologne ?

Hypothèse n°02 : il envahit la pologne en sachant bien que la France suivra. Mais, dans ce cas là, ce n'est pas Hitler qui prend l'initiative de la guerre, mais la France, finement joué.

Quant à savoir si Hitler pratique le second dégré, je ne crois pas tout au moins dans ses apparitions publiques : c'est du brut de décoffrage. Les autres dignitaires nazis ( par exemple Streicher ou Goebbels) adoptent le même type de discours agressif et apocalyptique pour ceux qui se dressent devant eux. Je ne vois pas le second degré dans ces délires gutturaux.

Le second dégré existe pourtant, mais dans le protocole de Wannsee ou pas un seul instant ce dont il s'agit n'est nommé. On se limite le plus souvent au terme de transport ou d'évacuation.
un autre exemple de second degré de ce protocole concernant les juifs du gouvernement général de Pologne : Sur les 2 millions et demi de Juifs concernés, la majorité étaient par ailleurs inaptes au travail. ... Ils l'étaient forcément puisqu'il était prévu des les exterminer.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Re: Premier et second degré dans la parole hitlérienne

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 05 Sep 2010, 18:33

JARDIN DAVID a écrit:Ok François, mais franchement, tout ce fatras était-il indispensable ? Je sais bien qu'un nouvel "évangile" semble necessaire à la nouvelle religion. Un format plus compact (type petit livre rouge, le Manifeste ...) n'aurait-il pas été plus adapté et surtout moins gênant vis à vis de l'étranger ? D'où l'interdiction d'éditer en France. Vous pourriez m'objecter que personne n'y a rien vu.


effectivement, ce statut de "Bible" est important. En même temps, Hitler se rend compte qu'il en a trop dit, au plus tard vers 1929 quand il décide de ne pas publier le "Second livre". C'est aussi le moment où son accession au pouvoir devient une perspective plus concrète. Il va dès lors, tout en continuant de diffuser la "Bible", lui donner un statut vague d'oeuvre de jeunesse à ne pas prendre au pied de la lettre.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6045
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Premier et second degré dans la parole hitlérienne

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 05 Sep 2010, 18:40

juin1944 a écrit:Je crois qu'on commet souvent l'erreur de replacer les évènement de septembre 39 avec à l'esprit le désastre de juin 40. Or, Hitler en ignore tout et même lui, convaincu de la supériorité de son armée ne se risquerait à imaginer un scénario aussi parfait. Il méprise la France, mais craint son armée.



Pas d'accord du tout !
Cela m'apparaît comme un plan bien ficelé. Une sorte même de petit chef-d'oeuvre.

En janvier 34, son pacte de non-agression avec la Pologne de Pilsudski fait croire à l'univers qu'il renonce à Dantzig. En fait il a mis cette crise au congélateur, la gardant pour la fin, et commence à l'en sortir dès le lendemain de Munich, en réclamant confidentiellement Dantzig aux Polonais qu'il vient d'achever de compromettre avec le pourboire de Teschen. Tout cela n'a aucune logique sinon la plus simple : il s'agit bel et bien de se faire déclarer la guerre par l'Angleterre et la France, afin d'abattre celle-ci d'un coup sec et de proposer à l'Angleterre de Chamberlain un deal difficilement refusable, puisqu'elle n'aurait plus d'armée sur le continent.

Seule l'arrivée, véritablement providentielle, de Churchill au 10 DS fait échouer le plan, d'un cheveu.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6045
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Premier et second degré dans la parole hitlérienne

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de gibraltar114  Nouveau message 05 Sep 2010, 18:53

je ne vois pas de second degré chez hitler, je vois plutot un double langage, rien que de tres ordinaire chez les hommes politiques.

vétéran
vétéran

 
Messages: 568
Inscription: 21 Juil 2010, 10:11
Région: rhone
Pays: france

Voir le Blog de gibraltar114 : cliquez ici


Re: Premier et second degré dans la parole hitlérienne

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Signal  Nouveau message 05 Sep 2010, 19:24

Intéressante analyse, mais fausse sur un détail important : Hitler ne parle pas de simple guerre, celle-là il l'a prévue, et l'a annoncée depuis longtemps. D'ailleurs il proclame depuis longtemps qu'il veut déchirer le traité de Versailles, il sait que tout le monde sait que ça passera par une guerre.
L'important dans l'ensemble de sa citation est qu'il parle de guerre mondiale, et de la finance juive en Europe et hors d'Europe. Notez qu'il dit "et", et non "ou".
Autrement dit, si les Etats-Unis entrent en guerre, ça ne sera pas ma faute, ça sera celle de la juiverie internationale, y compris celle d'Outre-Atlantique. Tant qu'on reste sur le continent européen, la guerre est limitée, nous réglerons le problème entre nous et nous nous débarrasserons d'une manière ou d'une autre de nos Juifs. Pas obligatoirement d'ailleurs en les exterminant tous, rappelons que Hitler lui-même ne prend la décision de totale extermination que relativement tard, une fois la guerre avancée d'une bonne année et les problèmes militaires majeurs réglés.

Techniquement, la guerre n'est pas encore mondiale tant que les Etats-Unis ne sont pas officiellement en guerre. C'est le cas pour la première comme pour la seconde guerre mondiale. Et c'est bien comme ça que l'entend Hitler, qui dit très sincèrement ce qu'il pense, et d'ailleurs espère pour le futur. Dans son système de pensée basé sur la lutte ancestrale, qui atteint son point culminant et final, entre les deux races supérieures qui forment l'Humanité, avec d'un côté les gentils Aryens et d'un autre les méchants Juifs, la guerre ne peut qu'atteindre un niveau mondial à un moment ou un autre, mais il ne veut pas être responsable aux yeux de l'Histoire de cet embrasement généralisé. Donc il se couvre dès le départ, en expliquant que 1) il va provoquer une guerre mais 2) si elle dépasse le continent européen ça ne sera pas sa faute mais celui des Juifs fauteurs de guerre. Il ajoute que bien entendu le camp Aryen gagnera la guerre, et le camp Juif sera annihilé, la guerre ne pouvant qu'être totale.

Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures avec Hitler : il y a les gentils d'un côté, les méchants de l'autre, les gentils gagnent à la fin en tuant tous les méchants qui ne peuvent que perdre. Il va de soi que les méchants ont de toute façon tous les torts et sont responsables de tous les malheurs. Et il le dit clairement, sans jamais penser à autre chose.


 

Voir le Blog de Signal : cliquez ici


Suivante

Retourner vers 1919-1939 : LES ORIGINES DU MAL




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  U-196, record de la plus longue mission 
il y a 7 minutes
par: brehon 
    dans:  Attentat à Strasbourg 
il y a 10 minutes
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Service secret allemand avant 1940 
il y a 26 minutes
par: Gerard LAIB 
    dans:  luger mauser 1940 police 
Aujourd’hui, 17:43
par: Loïc Charpentier 
    dans:  PUB : Editions JARDIN DAVID, toute la vérité ! 
Aujourd’hui, 16:45
par: Loïc Charpentier 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Aujourd’hui, 16:33
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Metz ville ouverte juin 1940 
Aujourd’hui, 15:55
par: pierma 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Aujourd’hui, 14:51
par: iffig 
    dans:  Le nazisme : questions de méthode 
Aujourd’hui, 14:19
par: François Delpla 
    dans:  presse internationale 
Aujourd’hui, 13:58
par: gernika 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: carlo, François Delpla et 15 invités


Scroll