Connexion  •  M’enregistrer

Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Le traité de Versailles donne lieu à l'instauration de la République de Weimar puis à la montée du National Socialisme. Quelques années plus tard, l'annexion des Sudètes et de l'Autriche annonce les prémices de la seconde guerre mondiale.
MODÉRATEUR : gherla, alfa1965

Nouveau message Post Numéro: 41  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 05 Sep 2007, 18:50

Je suis certes d'accord avec vous, car à mon avis la France n'a plus aucun moyen de gagner une guerre depuis les accords de Munich, qui la privent de son puissant allié tchèque et consolident la puissance allemande, outre de discréditer la diplomatie occidentale.

Mais ce que François Delpla veut sans doute dire, c'est que la France n'est pas à ce point faible qu'elle ne dispose d'aucun moyen de pression à l'encontre de la Pologne. Toute la stratégie militaire polonaise repose sur un soutien apporté par l'armée française en cas de conflit avec l'Allemagne. Surtout, ladite armée française conserve un immense prestige lié à sa victoire de 1918. L'effondrement de l'été 1940 en surprendra plus d'un, de Staline à Roosevelt, de l'O.K.H. au Vatican.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 42  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 05 Sep 2007, 19:00

Nicolas Bernard a écrit:Je suis certes d'accord avec vous, car à mon avis la France n'a plus aucun moyen de gagner une guerre depuis les accords de Munich, qui la privent de son puissant allié tchèque et consolident la puissance allemande, outre de discréditer la diplomatie occidentale.

Mais ce que François Delpla veut sans doute dire, c'est que la France n'est pas à ce point faible qu'elle ne dispose d'aucun moyen de pression à l'encontre de la Pologne. Toute la stratégie militaire polonaise repose sur un soutien apporté par l'armée française en cas de conflit avec l'Allemagne. Surtout, ladite armée française conserve un immense prestige lié à sa victoire de 1918. L'effondrement de l'été 1940 en surprendra plus d'un, de Staline à Roosevelt, de l'O.K.H. au Vatican.


Le prestige de la France n'a pas empêché la Pologne de signer un traité avec l'allemagne, en 1934, à refuser tout droit de passage à l'armée rouge, en cas de guerre contre l'allemagne et participer au démantèlement de la Tchécoslovaquie après les accords de Munich ...
Alors je veux bien que les français aient manqué de vigueur, dans leur volonté de finaliser un accord avec l'URSS, et qu'ils n'aient pas pressionné grandement les polonais, pour arriver un accord général, mais cela procède de la quasi-abdication de toute diplomatie autonome, chez les français, qui se contentèrent de suivre servilement la politique extérieure britannique !
Apparemment, la France ne pouvait guère influencer une Pologne plus soviétophobe que germanophobe, sans l'aide de la Grande Bretagne.


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 43  Nouveau message de Nicolas Bernard  Nouveau message 05 Sep 2007, 22:32

Quand je causais de prestige, j'évoquais l'image extérieure de la France. Cette dernière a beau être discréditée depuis Munich, son armée est encore surestimée par beaucoup, y compris même un Roosevelt ou un Staline. Lorsque la guerre éclate en septembre 1939, l'espoir renaît chez les Tchèques, et perdurera jusqu'à l'été suivant dans les ghettos juifs d'ex-Pologne.

Mais cet optimisme n'est pas partagé par le Haut-Commandement, qui n'ignore rien des faiblesses de notre outil militaire. J'ai déjà rappelé qu'un Kriegspiel organisé à Vincennes en 1937 avait "démontré" qu'en cas de guerre européenne réunissant la France, l'U.R.S.S., l'Europe orientale et l'Angleterre contre l'Allemagne, cette dernière conservait de solides chances de remporter la victoire ! Le résultat était manifestement exagéré, l'allié tchèque étant particulièrement sous-estimé. Mais nos généraux n'y croyaient pas.

Pour ce qui concerne l'alignement français sur la politique extérieure britannique - encore qu'il faille le relativiser, car la diplomatie du Quai d'Orsay imposera ses vues en quelques occasions -, il résulte d'un facteur très simple : la France n'a tout simplement pas les moyens d'agir seule sur l'échiquier mondial. Les Etats-Unis, terrassés par la crise, restent isolationnistes. L'U.R.S.S. suscite la méfiance : peut-on parler de nouvelle Russie ou de "patrie de l'Internationale" ? La Petite Entente n'est pas prise au sérieux. La Pologne joue un jeu personnel, de même que la Belgique dès 1936. Seule la Tchécoslovaquie reste un allié aussi fiable que puissant, mais Paris a également besoin de contrer les ambitions de Mussolini en Afrique, celles du Japon en Asie. Bref, la "gouvernante anglaise" s'avère plus que nécessaire. Dès les années vingt, Paris a compris qu'elle n'avait pas les mains libres en matière étrangère, comme l'a démontré la lamentable affaire des réparations allemandes.
« Choisir la victime, préparer soigneusement le coup, assouvir une vengeance implacable, puis aller dormir… Il n'y a rien de plus doux au monde » (Staline).

vétéran
vétéran

 
Messages: 1215
Inscription: 22 Fév 2006, 14:15

Voir le Blog de Nicolas Bernard : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 44  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 06 Sep 2007, 06:09

Tenez, voilà un sujet de thèse pour la génération suivante : l'irruption du théâtre dans la politique internationale (1933-40).

A partir du rôle hitlérien (protestations de pacifisme, chanson du mal-aimé, montée progressive du hurlement dans le micro, gosse deployant ses chars et ses avions comme des jouets suffisant à sa jouissance, comique de répétition quand il voit le Juif partout), on analysera les compositions des anciens adversaires de l'Allemagne : faux détachement de Roosevelt assorti de remarques sentencieuses, airs sévères de Chamberlain, sermons de vieillard de Blum, intrigues de valet de Daladier, main tendue de Staline-Ubu, Trotsky singeant Lénine pour prêcher la transformation de la future guerre en grand soir planétaire, vraie scène de guerre en Espagne confortablement contemplée, suivie d'un lamentable accueil des vaincus en France pour prouver qu'on n' est pas des sauvages, le tout orchestré pas les vrais hommes de théâtre, Giraudoux, Claudel, Shaw, Céline à sa façon et même Agatha Christie avec ses dix petits nègres, le cinéma aussi bien sûr, son Malraux et ses grandes illusions, Charlot soldat en retard d'une guerre et en avance d'une parodie...

Ce que je veux dire, c'est que tout sonne faux, que les rapports de force réels comptent pour rien et les images pour tout.

A cet égard, belle préfiguration d'un monde où les médias tournent sept fois la plume dans leur encrier avant d'annoncer que la femme du président n'a pas voté pour lui ou que son fils passe en correctionnelle !

vétéran
vétéran

 
Messages: 6043
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 45  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 06 Sep 2007, 15:49

Une autre polémique qui avait agité le landernau des spécialistes de la seconde guerre mondiale, et auquel Pauwels fait référence.

Richard Overy, historien anglais, qui a publié une monumentale histoire de la seconde guerre mondiale :

Lien

s'était opposé à l'historien marxiste Timothy Mason, spécialiste de la classe ouvrière allemande sous le nazisme et qui soulignait dans Past and Present, que la guerre fut déclenchée par Hitler pour résoudre les difficultés économiques que connaissaient l'allemagne, alors que Overy, soutenait que le rôle d'Hitler fut fondamental dans le déclenchement de la guerre, même si le Reich connaissait des problèmes économiques.

A noter que Mason, même si il voyait dans le nazisme un sous-produit du capitalisme, précisait, aussi, que le nazisme possédait une autonomie politique qui n'était pas soumise aux intérêts capitalistes.


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 46  Nouveau message de Igor  Nouveau message 06 Sep 2007, 17:32

Concernant les projets contre l'URSS j'ai retrouvé cette vieille discussion:

http://www.debarquement-normandie.com/p ... php?t=4106

Je me permets de me citer:

(...) Avec l’attaque soviétique contre la Finlande, de nouvelles possibilités semblent s’ouvrir pour Paris et Londres. L’objectif est double : aider les Finlandais et contrer Moscou, mais aussi s’implanter dans une région jugée stratégique. Le but était aussi de nuire aux intérêts allemands. Selon Daladier, il y avait le risque que l’URSS mette la main sur les gisements de nickel de Petsamo, voire les gisements de minerai de fer de Suède. L’économie allemande dépendait en effet beaucoup de ces gisements. L’intervention aux côtés de la Finlande serait complétée par une garantie d’assistance à la Norvège et à la Suède, en cas de réaction allemande. Les Alliés prévoyaient de débarquer en Norvège pour rejoindre la Finlande (en passant par la Suède). A noter à ce sujet une divergence entre Français et Britanniques : les premiers voulaient avant tout aider les Finlandais (et donc combattre l’Armée rouge), tandis que le seconds étaient surtout préoccupés par la question du fer suédois. Par la suite un autre projet fut mis au point, celui d’une force au Levant afin d’attaquer les puits de pétrole de Bakou. En fait l’objectif de Paris est le suivant : s’attaquer à l’URSS, c’est s’en prendre indirectement à l’Allemagne, les deux pays étant liés par le pacte germano-soviétique.
Or les opérations de ce type aboutissaient surtout à disperser les forces alliés (et pas les forces allemandes). C’était aussi se créer un ennemi supplémentaire, alors que le rapport de forces n’était pas favorable aux Français et aux Britanniques. En fait c’est Paris qui souhaitait intervenir contre Moscou, plus que Londres. Chamberlain et ses généraux étaient extrêmement réticents, voire hostiles. Il y avait à ce moment-là un climat anti-soviétique en France, à droite mais aussi à gauche (avec notamment Blum et Herriot). C’était à se demander si le pays était en guerre avec l’Allemagne ou l’URSS. Un fait significatif : le 19 février, 116 parlementaires réclamaient la rupture immédiate des relations diplomatiques avec Moscou (suite à une proposition de résolution de Philippe Henriot).
Cependant le temps passe et le projet d’intervention n’aboutit pas, en grande partie à cause de l’opposition de Londres. De plus, le 4 mars, la Norvège et la Suède refusent que les troupes franco-britanniques passent sur leur territoire pour secourir la Finlande. Cette dernière , avant d’entamer des négociations secrètes avec Moscou, demanda à Londres combien d’hommes pourraient lui être envoyés. Elle en réclamait 50 000 pour le mois de mars. Or Londres répondit que tout au plus 12 000 soldats pouvaient rejoindre le front, et encore au mois d’avril. Finalement, le 12 mars Helsinki signe un accord mettant fin aux hostilités.
Cordialement

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2041
Inscription: 18 Juil 2003, 14:35

Voir le Blog de Igor : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 47  Nouveau message de tietie007  Nouveau message 06 Sep 2007, 18:02

Mais les plans d'intervention en URSS sont-ils antérieurs ou postérieurs à l'invasion de la Finlande par l'URSS ?
Que l'anti-communisme, après le pacte germano-soviétique, se soit exacerbé, c'est une évidence, il était regardé, en France, comme le parti de l'étranger ! D'ailleurs, tous ces plans visant à attaquer la Russie des soviets n'étaient pas très sérieux ...car logistiquement, quasi impossible !!


 

Voir le Blog de tietie007 : cliquez ici


Le Grand capital américain responsable de la guerre ?

Nouveau message Post Numéro: 48  Nouveau message de arturd  Nouveau message 10 Nov 2007, 17:14

bonjour colonel
Le Grand capital américain responsable de la guerre ?
oui
il y a un auteur économiste peut connue en France dont ses livres sont tout bonnement introuvables;
Antony C. Sutton est né à londres en 1925 mais passa la plus grande partie de sa vie aux ETATS UNIS, de formation universitaire (Economie Génie Civil) Antony Sutton exerça dans les industries minières et de l'acier. Diplômé des Universités de Londres, de Götittingen et de Californie ( Los Angeles) et pendants sept ans, chercheur à l'Université Stanford
( fondation Hoover).
Dans les années 70 il fit apparaître trois ouvrages très documentés sur les activités du grand capitalisme Américain.
Wall Street and Bolshevik revolution,
Wall Street and the Rise of hitler et
Wall Street and FDR( Franklin Delanoe Roosevelt).
Le contenue de ses livres, les preuves apporter, l'authenticité des documents soulève la boite de Pandore de la haute finance américaine .
l'ampleur des révélations, lui à écouter sa place de chercheur, par contre il y a jamais eu de procès en diffamation, tout à été fait pour que pèse sur lui une chape de plomb.
dans ces trois livres la preuves est établie que la haute finance à établie la mise en place de deux régimes Totalitaire URSS et le Nazisme, plus graves il prouve document en main la continuité du soutien de ses deux régimes jusqu'à leurs fin historique. les événements de la deuxième guerre mondiale n'a pas été un motif pour arrêter leurs actions.
A la lumière de ses révélations nous sonne en mesure de nous posez quelques questions sur l'intégrité Morales des USA pendants la dernière guerres?


 

Voir le Blog de arturd : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 49  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 10 Nov 2007, 18:20

Belle façon aussi pour la France de se dédouaner en omettant de dire qu'elle tenait à ce que les Allemands s'acquittent de réparations de guerre qu'ils n'avaient pas les moyens de payer. Plus facile de mettre tout sur le dos de la finance américaine...
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5735
Inscription: 22 Mar 2004, 13:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


genèse

Nouveau message Post Numéro: 50  Nouveau message de arturd  Nouveau message 11 Nov 2007, 01:31

la France est cor-responsable tu calamiteux traité de Versailles du 11 Novembre 1918.
le Maréchale Clemenceaux sous les prétexte des dommage de guerre et de rendre impossible le ramènent exprima la volonté de ruiner l'Allemagne.
le traité de Versailles n'est rien d'autre une bombe à retardement
Cette volonté qui c'est exprimer la, à plonger l'Allemagne au bord de la guerre civile, le ressentiment, la haine.
La république de Weimar mis aux banc des nations, à nouer des liens avec la jeune révolution Russe . Cela leur a permit de développer aux fils des années un réarmement discret. au nez et a la barbe des Allier.
le réarmement massif de 35 est due aux accort secret contracté entre l'URSS et la Werhmart dans une coopération réciproque.

Les différent soubresaut de la vie politique intérieurs de l'Allemagne, assassinat politique , misère économique, la résection de 28 , est devenue le lit du futur partie Nazie.
Un point qui n'est pas suffisamment débattue c'est l'apport calamiteux des 14 point de Woodrow Wilson ( le principe du << droit des peuples à disposer d'eux mêmes>> les conséquence funeste de ses 14 point vont se révéler après la prise de pouvoir d'Adolf Hitler en 1933.
Toute la politique de Hitler des années 33 à 39 se base sur la revendication territoriale et le plébiscite de population Germanophile en Europe Centrale.
la monté d'Adolf Hitler au pouvoir relève d'un complot contre le peuple Allemand : la haute finance Américaines, le Vatican, l'Église Protestantes, les anciens combattants ( les casques d'acier) ont œuvres pour faciliter son ascension aux pouvoir. par intérêt
Ce qui c'est passer en Allemagne montre le traumatise qui a secouer lEurope après La Grande guerre et la Révolution Russe.
Dans se cour exposer je voudrait dédouaner personne de leurs responsabiliser, la premier victime d'adolf Hilter c'est l'ensemble du peuple Allemand et les 20 millions de Morts de la guerre.

L'histoire est une fable convenue ( voltaire)
un général Allemand a dit le jour ou il c'est rendue, (l'histoire est écrit par les vainqueurs).


 

Voir le Blog de arturd : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers 1919-1939 : LES ORIGINES DU MAL




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Attentat à Strasbourg 
il y a 7 minutes
par: Dog Red 
    dans:  1944 - UN NOUVEAU PERIODIQUE DE PASSIONNES ! 
il y a 16 minutes
par: Shelburn 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Aujourd’hui, 09:06
par: coyote 
    dans:  Il y a aujourd'hui 74 ans que la "Bataille des Ardennes débutait. 
Aujourd’hui, 08:50
par: Dog Red 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 00:24
par: Shiro 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 23:29
par: iffig 
    dans:  Le voyage de Marcel Grob:juin 1944:un jeune Français de 17 ans est enrôlé dans la Waffen SS. 
Hier, 22:31
par: Paul G 
    dans:  chronique de la Moselle annexée : le retour des évacués 1940 
Hier, 22:05
par: orpo57 
    dans:  uniformes des Républicains 
Hier, 20:09
par: Cat 
    dans:  dragonne sur dague SS 1933 
Hier, 18:46
par: carlo 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Scroll