Connexion  •  M’enregistrer

Comte Claus Schenk von Stauffenberg

Dans cet espace, sont rassemblés sous forme de fiches l'ensemble des biographies, résumés de bataille, thèmes importants concernant la seconde guerre mondiale.
MODÉRATEUR: Vincent Dupont

Comte Claus Schenk von Stauffenberg

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de HistoQuiz  Nouveau message 03 Fév 2004, 16:54

Au début de 1944, il apparaissait clairement que l'Abwehr ("Amt Ausland Nachrichten und Abwehr" - Service de Renseignements extérieur et de Défense) prêtait son concours aux conjurés* et opposants antinazis réfugiés en Suisse.
Himmler avait ainsi un bon prétexte pour se débarasser de l'amiral Canaris.
Himmler obtint enfin d'Hitler une mesure qu'il réclamait depuis longtemps. Le 14 février 1944, un décret prononçait la dissolution de l'Abwehr.
Ainsi, l'Abwehr, service concurrent du RSHA à l'étranger disparaissait.
Les conjurés et opposants se trouvaient privés de refuge. La source qui leur avait fourni faux papiers ou explosifs se retrouvait tarie.
Ce coup porté aux conjurés aurait pu être fatal si une recrue n'y avait fait son apparition peu de temps avant la dissolution de l'Abwehr :
le lieutenant-colonel comte Claus Schenk von Stauffenberg**.
Officier d'état-major, puis chef de l'armée de réserve (il perdit un oeil et la main droite en Tunisie).
Nazi convaincu dans les premières heures, il comprit rapidement que la guerre était perdue et que Hitler entraînait l'Allemagne à sa perte. Il rejoignit alors la conspiration menée par le général Beck et le docteur Goerdeler (l'ex-maire de Leipzig).
Trois policiers importants, nazis repentis rejoignirent cette conjuration : Nebe, chef de la Kripo, qui avait commandé un Einsatzgruppe en Russie, le comte Helldorf, préfet de police à Berlin ainsi que le comte von der Schulenburg son adjoint.
Plusieurs chefs militaires apportèrent également leur soutien. von Stülpnagel, gouverneur militaire de la France, von Falkenhausen, gouverneur militaire de la Belgique, le maréchal Rommel ainsi que son adjoint, le général Speidel.

La conspiration reposait toutefois sur un malentendu.
Les conjurés étaient convaincus que la mort de Hitler leur permettrait de traiter avec les Occidentaux.
Les conjurés souhaitaient un armistice immédiat mais refusaient une reddition inconditionnelle.
Cette paix séparée ne s'accompagnerait pas d'un arrêt des combats à l'Est. Les conjurés pensaient que les Anglais et les Américains s'uniraient à eux pour vaincre les Russes.
Hélas, les conjurés ignoraient les accords de Casablanca ou les Alliés se mirent d'accord sur le fait que l'Allemagne, le Japon et l'Italie devraient signer une capitulation inconditionnelle.
Si la conjuration avait été un succès, il est probable que le nouveau grouvernement aux mains des militaires aurait été contraint de poursuivre la guerre.

C'est sur ces bases que Stauffenberg mit au point le plan "Walkyrie".
Dès la mort d'Hitler, un gouvernement militaire devait s'installer à Berlin qui devait neutraliser les SS, la Gestapo et le SD..

Stauffenberg, promu colonel fin juin fut nommé chef-d'état-major de l'armée de l'intérieur.
Ce poste lui donnait accès aux conférences d'Hitler.
Une conférence importante avait été fixée à Rastenburg le 20 juillet 1944 pour conférer de la constitution de l'armée de l'intérieur (qui devint le volksturm). Mussolini, réfugié en Allemagne devait y retrouver Hitler à 14h30.
Ce fut la date choisie pour commettre l'attentat.
Stauffenberg et Keitel pénétrèrent A 12h30 dans un baraquement du "Wolfsschanze" ("Tanière du loup") de Rastenburg qui servait de salle de conférence.
La conférence avait débuté et l'explosion de la bombe à exogène dissimulée dans sa serviette devait se produire à 12h40.
A 12h36, Stauffenberg posa sa serviette avec la bombe contre l'un des pieds de la table.
La bombe se trouvait à moins de deux mètres d'Hitler.
Prétextant un appel urgent à donner, Stauffenberg s'éclipsa de la salle.
A cette distance, Hitler ne pouvait pas survivre à l'explosion.
Un événemement bénin allait tout changer : le colonel Brandt, faisant un exposé fut gêné par la serviette de Stauffenberg et la déplaça de l'autre côté du pied de la table qui se trouva ainsi entre la bombe et Hitler.
Ce simple déplacement de la serviette sauva probablement Hitler.
A 12h45, la bombe explosa. La toiture se souleva, des flammes et des débris jaillissaient des fenêtres.
Stauffenberg n'eut aucun doute : Hitler était mort !
Il se rua vers le terrain d'aviation et s'envola pour Berlin.
A l'arrivée, il apprit que les conjurés attendaient la confirmation de la mort d'Hitler pour passer à l'action.
Ils n'avaient pas proclamé la disparition d'Hitler et la constitution d'un nouveau gouvernement : le général Beck devenant chef de l'Etat et le Feld-maréchal von Witzleben chef de la Wehrmacht.
Stauffenberg les rassura et décida les conspirateurs à passer enfin à l'action.
Ce retard fatal, plus que l'échec de l'attentat, allait empêcher la réussite du putsch.

A Varsovie, Paris, Prague ou Vienne, les membres du complot apprirent à 16h que l'attentat avait eu lieu.
A 19h30, le général Beck appela le général von Stülpnagel pour lui confirmer les ordres.
Le maréchal von Kluge, nommé par Hitler, pour remplacer von Rundstedt au commandement des forces de l'Ouest, promis son aide en cas de succès de l'opération.
A la même heure, le Feld-maréchal von Witzleben intervint à la radio et demanda aux militaires d'assurer partout les pouvoirs.
C'était beaucoup trop tard !
Les premiers ordres partaient vers les garnisons lorsque les nouvelles de l'échec de l'attentat parvinrent à l'oreille des conjurés.
La panique s'empara des moins courageux qui refusèrent de jouer le rôle qu'ils avaient accepté. A 20h15, l'OKW confirma à von Kluge l'échec de l'attentat .

Les partisans du complot tentèrent de fuir les conjurés ou prirent part à la répression - le général Herfurth, par exemple, fit volte face et participa à la répression du complot...et fut pendu quelques temps plus tard.
Le général Fromm prit également peur et tenta d'arrêter les conjurés

En France, les conjurés étaient décidés à mener leur action jusqu'au bout, quitte à se déclarer en dissidence avec le gouvernement du Führer.
A Paris vers 21h, sur ordre du général von Boineburg, des détachements de la Wehrmacht arrêtèrent tous les membres du SD ou de la Gestapo présents à Paris.
Alors que les dispositions étaient prises par les conjurés pour fusiller les chefs de la Gestapo et du SD, von Kluge***, achevant sa volte face, alerta Berlin, signalant lla trahison de von Stülpnagel.
Les conjurés commirent une ultime erreur en ne tenant pas compte des forces de la Kriegsmarine stationnées à Paris.
Lorsque l'amiral Krancke, commandant en chef du groupe Ouest de la Kriegsmarine reçut l'ordre d'intervenir, il alerta toutes ses forces et lança un ultimatum aux conjurés, leur demandant de libérer dans l'heure les membres du SD et de la Gestapo.
Les militaires durent relâcher leurs prisonniers.

Durant ces événements, Himmler, nommé commandant en chef de l'armée de l'intérieur se dirigeait vers Berlin pour diriger la répression avec l'aide de Skorzeny et de Schellenberg.

A une heure du matin, Hitler parlait à la radio : le putsch était un échec. une terrible répression allait s'abattre sur les conjurés.
Les principaux chefs de la conspiration étaient assassinés dans la nuit du 20 au 21 juilllet.
Le général Fromm, impliqué dans la conspiration pensait pouvoir sauver sa vie en faisant arrêter et fusiller Stauffenberg, Berg, Olbricht... (en fait tout l'état-major du putsch).
Sa lâcheté ne sauva par Fromm car celui-ci fut fusillé en mars 1945. Quelques instants plus tard, Skorzeny intervint au ministère et entreprit une vague d'arrestations.
A l'heure où Hitler parlait à la radio, tous les conspirateurs encore vivants étaient entre les mains de la Gestapo.

En quelques heures, les SS venaient de triompher de l'armée. Les SS prenaient le contôle absolu et allaient, en fouillant les coffres, régler tous ses vieux comptes.

A Paris, les conspirateurs étaient arrêtés. Quant à Stülpnagel, il était convoqué d'urgence à Berlin. Lors de son voyage, il tenta de se suicider. La balle qui lui traversa la tête le rendit aveugle.
Il passa malgré tout en jugement avec les autres conjurés le 29 août devant le "tribunal du peuple" de Friesler.
Ils furent tous pendus - par un raffinement suprême, ils furenr pendus lentement à des crochets de bouchers -

La répression fut terrible et s'étendit aux familles et amis des conspirateurs.
Himmler et Kaltenbrunner se livrèrent à une débauche de cruauté. Environ 7 000 personnes furent arrêtées et environ 5 000 personnes furent exécutées.
Canaris, bien qu'il n'ai pris aucune part dans cette conspiration fut arrêté et pendu le 9 avril 1945.
Falkenhaussen, quant à lui, fut sauvé par les troupes américaines et fut par la suite condamné comme criminel de guerre.
Beaucoup d'officiers compromis préférent se suicider plutôt que d'être jugés. Rommel fut ainsi contraint au suicide.

La conséquence de l'échec de cet attentat fut assez étrange : le peuple se souda derrière son Führer et le drapeau pâlissant du nazisme reprit des couleurs.
De jeunes garçons des Hitler-jugend furent promus officiers.
Placés dans les unités de combat, ces "commissaires politiques" s'assuraient de la fidélité des officiers et des soldats envers Hitler.
Himmler était devenu l'homme le plus puissant du Reich. Il était ministre de la santé, chef suprême de toutes les polices, des services de renseignements, des services secrets et d'espionnage, civils et militaires. Chef suprême des SS, il disposait d'une armée, forte au printemps 1945, de 38 divisions, 4 brigades, 10 bataillons, 10 kommandos d'état-major et 35 corps de troupes.
Himmler atteignit le sommet de sa carrière avec sa nomination à la tête du corps d'armée de la vistule en février 1945. La perte de la Poméranie en mars, ses incompérences militaires puis l'échec de ses divisons en Hongrie en mars 1945 entrainèrent sa disgrâce. La fin était proche...


* Le général von Tresckow (il suicida le 21 juillet sur le front Est en apprenant l'échec de l'attenat), chef d'état-major du groupe d'armées centre sur le front russe, et le général Olbricht; chef du Bureau général de l'armée, avaient mis au point l'opération "Flash". Celle opération consistait à faire exxploser en vol l'avion d'Hitler. Le 13 mars 1943, alors que Hitler quittait Smolensk pour rentrer à Berlin, un officier de l'état-major du général von Treschow, Fabian von Schlabrendorff, confia à l'un des passagers de l'avion un paquet contenant deux bouteilles de Cognac et lui demanda de les remettre à un ami à Berlin. Ce paquet contenait une bombe...qui n'explosa pas. Les conjurés purent récupérer le paquet et le complot ne fut pas découvert. D'autre plans furent étudiés par la suite mais aucun n'aboutit.

** Stauffenberg avait déjà tenté de mettre fin aux jours d'Hitler le 26 décembre 1943. Ce jour là, convoqué au quartier général du Führer à Rastenburg, il avait emporté une bombe dans sa serviette, mais, Hitler annula la réunion au dernier moment et Stauffenberg repartit à Berlin avec sa bombe.

*** Destitué pour ne pas avoir révélé plus tôt le complot, von Kluge se suicida le 19 août lors de son déplacement vers Berlin car il craignait d'être jugé et pendu




von Stauffenberg
Image

von Tresckow
Image


 

Voir le Blog de HistoQuiz : cliquez ici


additif

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de HistoQuiz  Nouveau message 04 Fév 2004, 11:19

Sur les 18 personnes présentent dans la salle de conférence, 11 furent blessées plus ou moins grièvement, le sténographe, le Dr Heinrich Berger, exposé de plein fouet, eut les deux jambes arrachées et mourut dans l'après-midi. Le colonel Heinz Brandt perdit une jambe et mourut le 21 juillet ainsi que le général Günther Korten, touché par un éclat de bois qui le poignarda. L'aide de camp de Hitler, le général Schmundt, perdit un oeil et fut gravement brûlé au visage et devait succcomber à ses blessures quelques semaines plus tard. Keitel et Hitler furent les seuls à ne pas avoir été commotionnés ; et Keitel fut le seul a ne pas avoir les tympans déchirés.


 

Voir le Blog de HistoQuiz : cliquez ici



Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers CENTRE DE DOCUMENTATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 20 
il y a 25 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  [DU 31 août 2019 au 31 octobre 2019]:Chemin de fer allemands pendant la SGM 
il y a 30 minutes
par: Signal Corps 
    dans:  Rions un peu!!!!!!!! 
il y a 41 minutes
par: kfranc01 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 16 
Aujourd’hui, 19:59
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  La Tondue de Chartres - Contre-Enquête 
Aujourd’hui, 18:56
par: Alfred 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 17 
Aujourd’hui, 18:42
par: kfranc01 
    dans:  Barbarossa : 1941 - La guerre absolue 
Aujourd’hui, 17:48
par: Tomcat 
    dans:  Rommel 
Aujourd’hui, 17:08
par: Dog Red 
    dans:  VAINS ESPOIRS POLONAIS ENVERS LA FRANCE ET LE ROYAUME-UNI ? 
Aujourd’hui, 14:31
par: Alfred 
    dans:  La Tondue de Chartres, par Robert Capa 
Aujourd’hui, 14:00
par: MAG98 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 21 invités


Scroll