Page 1 sur 1

Friedrich PAULUS [maréchal allemand - front de l'Est]

Nouveau messagePosté: 01 Fév 2004, 18:38
de Origfild
Larry a écrit:Devant l histoire, Friedrich Paulus reste a jamais le vaincu de la bataille de Stalingrad.
Contrairement a d autres chefs de guerre comme le marechal Model, il prefere la captivite au suicide, et le personnage ne sort pas grandi de sa confrontation avec le destin impitoyable. D autant que les sovietiques allaient obtenir de lui qu il prenne position publiquement en aout 1944 contre ses compatriotes qui s obstinaient a continuer un combat, meme sans espoir, pour leur patrie.
Pourtant, Paulus n est jamais apparu comme un opposant a la politique de conquete d Adolf Hitler, n ayant jamais cesse d etre, jusqu a Stalingrad, un subordonne obeissant et respectueux.

Ne a Breitenau, dans la Hesse, en 1890, il songe d abord a faire une carriere d officier de marine, puis se lance dans des etudes de droit avant de se decider finalement a entre dans l armee de terre.
En 1910, a vingt ans, il est aspirant dans un regiment d infanterie badois a Rastatt. Sous-lieutenant l annee suivante, il epouse une comtesse roumaine et semble destine a mener une vie de garnison sans histoires.
La guerre eclate. L e sous-leutenant tombe malade. Gueri, il est affecte aux chasseurs de montagne. Il se bat alors a Verdun et en Roumanie, gagne ses deux croix de fer et termine la guerre comme capitaine. Il servira alors a l Ouest dans un etat major puis a l Est apres l armistice.
Paulus reste dans la Reichswehr et sera detache au ministere pour y suivre differents cours, car cet officier est sans nul doute un intellectuel.
Professeur de tactique et d histoire militaire, c est un esprit brillant, mais un peu schematique, sans grand contact avec la troupe. Cela n empeche pas un avencemant assez rapide : major en 1931, lieutenant-colonel en 1933 et colonel en 1935.
Il se passionne pour la motorisation, ce qui correspond bien aux vues militaires du nouveau regime.
Friedrich Paulus est promu general le 1er janvier 1939 et se distingue comme chef d etat major dans un corps d armee, puis dans une armee que commande le general von Reichenau.
Il met au point les plans d invasion de la Pologne, puis travaille aux projets d attaque sur le front de l Ouest.
A la fin du mois de mai 1940, il est le premier quartier-maitre-general a l Oberkommando des Wehrmacht avec le grade de general de division. Il reste un homme d etat major, froid, efficace, methodique.
Paulus joue indeniablement un grand role lors de l elaboration du plan Barbarossa, celui de l attaque contre l Union Sovietique.
A cette epoque, il ne songe pas a se monter antinazi. En revanche, il est de ceux qui suggerent qu Adolf Hitler prenne le commandant des forces armees et celui de l armee de terre.
Nomme general de corps d armee, Paulus recoit le commandement de la 6e armee.
Son sort est scelle.
Il va se battre dans le cadre du groupe d armees Sud et se retrouvera sur la Volga, en avant -garde des troupes allemandes et alliees.
Le 17 juillet 1942 commence la bataille pour Stalingrad.
La ville tombe presque entierement aux mains des troupes du Reich, mais les sovietiques resistent avec acharnement. La mauvaise saison arrive.
A la mi-novembre, alors que la Volga charrie des glaces, l Armee rouge prend l offensive. Les allies roumains sont bouscules. Avant la fin du mois la 6e armee est pratiquement encerclee. Le corps d armee expeditionnaire italien est lui aussi disloque.
Les tentatives allemandes pour briser l encerclement echouent les unes apres les autres. D impitoyables combats de rues se deroulent dans les ruines de Stalingrad. Von Manstein, qui commande le groupe d armee du Don, ne peut plus rien faire.
Le 26 decembre, les troupes placees sous les ordres de Paulus sont coupees en deux. Cest la commencement de la fin.
Le 30 janvier, Paulus est nomme marechal, mais ce geste honorifique n est sans doute qu une invitation a emporter son baton de commandement dans sa tombe.
Le lendemain, le commandement de la 6e armee decide de se rendre.
150 000 de ses hommes ont ete tues au combat, pres de 100 000 ont ete faits prisoniers, dont 24 generaux. Bien peu reviendront de captivite.
Paulus ne sera libere qu en 1954, dix ans apres une proclamation au peuple allemand ou il rejetait sur Hitler toute la responsabilite du desastre de Stalingrad.
Il mourra en 1957, a Dresde.