Connexion  •  M’enregistrer

Le 2ème régiment de Dragons

Dans cet espace, sont rassemblés sous forme de fiches l'ensemble des biographies, résumés de bataille, thèmes importants concernant la seconde guerre mondiale.
MODÉRATEUR: Vincent Dupont

Le 2ème régiment de Dragons

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de hilarion  Nouveau message 21 Avr 2009, 22:23

redacteur le Pitaine
Unités auxquelles à appartenu le 2e RD depuis la Provence.

PROVENCE.
30 août 1944 : débarquement sur les plages de Beauvallon.
31.08.1944 : Le régiment se regroupe à Eguilles.
Nuit du 1er au 02.09.1944 : franchit le Rhône à Vallabrègue.

LANGUEDOC.
02.09.1944 : Création du groupement tactique Desazars (2e RD, éléments du RICM, groupe naval d’assaut corse). Passe à Nîmes puis entre dans Montpellier (3e et 4e escadron), se dirige sur Sète, Béziers, Narbonne (objectif : le Roussillon, atteint par l’escadron de reconnaissance).
04.09.1944 : Le régiment est redirigé vers la vallée du Rhône, rive droite du fleuve, afin de rejoindre l’axe Autun-Dijon. Etape Celleneuve-Remoulins (85 kms).

VALLEE DU RÔNE.
04.09.1944 : Bivouac à Remoulins.
05.09.1944 : atteint la Voulte-sur-Rhône. Etape Remoulins-la Voulte-sur-Rhône (110 kms).
06.09.1944 : se dirige sur Anse. Est dérouté et bivouac à Lentilly, puis il est placé à 21h30 à la disposition du 2e CA pour couvrir son flanc gauche. Le groupement tactique Desazars est dissout. Etape la Voulte-sur-Rhône-Lentilly (140 kms).
07.09.1944 : Dans l’après midi le régiment se dirige sur Paray-le-Monial, suivant l’axe Dijon-Autun-Saulieu-Montbard-Chatillon sur Seine. Etape Lentilly- Paray-le-Monial (130 kms).

AUTUN.
07.09.1944 : Atteint Paray-le-Monial et prend contact avec le 8e R.D. F.F.I. Le groupement Demetz est créé (2e R.D., 8e R.D. F.F.I. (de Corrèze), 2e bataillon F.F.I. « Charollais ». Le 3e escadron, les pelotons hors rang des 1er, 2e et 4e escadrons ainsi que l’E.H.R. sont laissés en réserve. Le 3e escadron donne sont essence qui fait défaut au régiment, dût à sa rapide progression.
08.09.1944 : le régiment est renforcé du 1er bataillon de légion étrangère, 2e escadron du 1er R.F.M., 2e compagnie F.F.I. du Corps Franc Pommiès (C.F.P., futur 59e R.I.) originaire d’Auch, d’une batterie de 105 mm. Il atteint Autun le matin et la bataille commence dès 7h.
09.09.1944 : le gros du régiment se regroupe à Lucenay-l’Evêque.
10.09.1944 : Autun est libéré à 14 h. Le régiment progresse vers le Nord-ouest, toujours en protection du flanc droit du 2e C.A. Etape Lucenay-l’Evêque-Autun (18 kms). Combats autour d’Autun, reddition de la colonne Bauer.
11.09.1944 : l’E.M., les 1er et 4e escadrons font mouvement d’Autun à Saulieu. Le 3e escadron fait mouvement de Paray-le-Monial à Saulieu. Le 2e escadron reste à Autun.
12.09.1944 : Entre Saulieu et Clamecy, à Auxonne une patrouille d’A.M. de l’escadron de reconnaissance entre en contact avec une patrouille du 106e groupe de cavalerie U.S. (IIIe armée Patton), débarquées en Normandie, puis rejoint Dijon. Le 2e escadron prend contact à Autun avec les américains.
13.09.1944 : Atteint Dijon et participe aux opérations engagées par le 2e C.A.
14.09.1944 : défile avec la 1ère D.B. dans Dijon libéré. Etape Dijon-Mirebeau (25 kms).
15.09.1944 : Prise d’arme et défilé dans Dijon, à l’occasion de la venue du général de Gaulle.

VOSGES/ FRANCHE-COMTE.
A la disposition du 2e C.A. (2e D.I.M., 9e D.I.C., 3e D.I.A).
18.09.1944 : Le régiment passe en réserve d’armée sous le commandemant du 6e groupe d’armée US et se dirige à Vielley à 10 km de Besançon. Etape Mirebeau-Vielley (107 kms).
23.09.1944 : Prise d’arme à Besançon et revue passée par le général de Gaulle
25.09.1944 : Prise d’arme et remise de décorations par le général de Gaulle.
29.09.1944 : départ pour la région de Villersexel occupée par la 2e D.I.M. Etape Vieilley-Villers la Ville (50 kms).
30.09.1944 : il est rejoint par le 8e régiment de Dragons F.F.I.
1er.10.1944 : Missions de tirs indirects au profit de la 2e D.I.M.
07.10.1944 : Il est placé avec le 8e R.D. F.F.I. à la disposition de la 3e D.I.A., où il relève le 7e R.C.A. Les 1er et 2e escadrons font parti du groupement blindé Demetz avec le peloton de chars légers du 3e R.A.S.A.R. et progressent sur Esboz-Froideconche-la Bruyère, région de Luxeuil). Est dérouté en cours de route sur Fourgeroules-Val d’Ajol. Etape Villers la Ville- Val d’Ajol (60 kms).
08.10.1944 : Le régiment quitte la réserve d’armée et reprend sa progression en direction de la croix des Moinats, atteint en fin de journée. Le 3e escadron avance jusqu’au col de Cornimont. Le 4e escadron est en reconnaissance dans la région de Gerbamont. Puis le régiment libère Saulxures sur Masselottes aidé du 3e RTA et du 3e G.T.M.
09.10.1944 : Conquête de Blamont et du Haut du Faing. Mission : atteindre la Bresse, par Vagney. Le régiment moins un escadron de T.D. fait parti du groupement Bonjour et poursuit sa progression sur deux axes : A) Vagney-Planois-la Bresse et B) Vagney-Saulxures-Cornimont-la Bresse.
10.10.1944 : le 2e Dragons réussit à s’enfoncer dans les lignes allemandes à mi-chemin entre la Bresse et Planois.
11.10.1944 : le groupement Bonjour est fractionné en deux détachements et a pour mission de se porter sur Presles et la Croix-des-Moinats.
12.10.1944 : progression vers la Croix-des-Moinats.
14.10.1944 : le 3e escadron et un demi-peloton du 4e, associé aux 1er R.C.P. 3e R.A.S.A.R. et au 3e R.T.A., défendent les points d’appuis de Cornimont.
16.10.1944 : un détachement constitué par le lieutenant-colonel Demetz, atteint la rivière Bresse.
17.10.1944 : le détachement blindé Hennion occupe le col de la Croix des Moinats en liaison avec le 7e R.T.A. Le 3e peloton du 3e escadron participe à la défense de Cornimont et le 4e aide à maintenir la position de Rochesson. Puis, face aux pertes subites par la 1ère armée et les conditions météo désastreuses, le général de Lattre stoppe la progression.
18.10.1944 : déminage de la route de Planois en direction de Saulxures.
19.10.1944 : le 3e peloton du 3e escadron appuie la progression de l’infanterie à droite de Xoulces.
20.10.1944 : groupement blindé Hennion renforcé d’un demi-peloton de T.D., reçoit à la Tête de Cerfs, la mission de tirer sur tout objectif qui se présente à sa portée.
21.10.1944 : le 3e escadron neutralise deux pièces de D.C.A., sur les hauteurs du Haut-Bois près de Xoulces.
23.10.1944 : face aux violents bombardements, le 2e peloton du 3e escadron rentre à Bamont.
24.10.1944 : le régiment passe en réserve d’armée, à l’exception du 3e escadron et du 2e peloton du 4e escadron.
Du 26 au 29 octobre : deux pelotons du 3e escadron et un peloton du 4e sont placés à la disposition de l’artillerie divisionnaire de la 3e D.I.A. dans la région de Portefontaine et de Thiefosse, en soutiens des forces engagées pour la conquête des hauteurs de Rochesson. Les T.D. du régiment sont rechenillés, peloton par peloton.
29.10.1944 : le 3e peloton du 3e escadron participe à la défense de la compagnie Berenguen du 7e R.T.A.
31.10.1944 : le 3e peloton du 3e escadron subit des tirs très violents d’artillerie allemande. Les 3e et 4e escadrons encore en ligne, conservent leur P.C. à Bamont et Pubas. Placé au repos, les 1er, 2e escadrons, l’E.M. et l’E.H.R. sont relevés du front de la Masselotte et de la Bresse, par les chasseurs d’Afrique et se regroupe au Nord-ouest de Luxeuil (Haute-Saône) à Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône). Puis le régiment en entier au repos est placé en réserve générale.
02.11.1944 : messe en la mémoire des morts du régiment à Saint-Loup-sur-Semouse.
25.09.1944 : Prise d’arme et remise de décorations par le général de Gaulle.
29.09.1944 : départ pour la région de Villersexel occupée par la 2e D.I.M. Etape Vieilley-Villers la Ville (50 kms).
30.09.1944 : il est rejoint par le 8e régiment de Dragons F.F.I.
1er.10.1944 : Missions de tirs indirects au profit de la 2e D.I.M.
07.10.1944 : Il est placé avec le 8e R.D. F.F.I. à la disposition de la 3e D.I.A., où il relève le 7e R.C.A. Les 1er et 2e escadrons font parti du groupement blindé Demetz avec le peloton de chars légers du 3e R.A.S.A.R. et progressent sur Esboz-Froideconche-la Bruyère, région de Luxeuil). Est dérouté en cours de route sur Fourgeroules-Val d’Ajol. Etape Villers la Ville- Val d’Ajol (60 kms).
08.10.1944 : Le régiment quitte la réserve d’armée et reprend sa progression en direction de la croix des Moinats, atteint en fin de journée. Le 3e escadron avance jusqu’au col de Cornimont. Le 4e escadron est en reconnaissance dans la région de Gerbamont. Puis le régiment libère Saulxures sur Masselottes aidé du 3e RTA et du 3e G.T.M.
09.10.1944 : Conquête de Blamont et du Haut du Faing. Mission : atteindre la Bresse, par Vagney. Le régiment moins un escadron de T.D. fait parti du groupement Bonjour et poursuit sa progression sur deux axes : A) Vagney-Planois-la Bresse et B) Vagney-Saulxures-Cornimont-la Bresse.
10.10.1944 : le 2e Dragons réussit à s’enfoncer dans les lignes allemandes à mi-chemin entre la Bresse et Planois.
11.10.1944 : le groupement Bonjour est fractionné en deux détachements et a pour mission de se porter sur Presles et la Croix-des-Moinats.
12.10.1944 : progression vers la Croix-des-Moinats.
14.10.1944 : le 3e escadron et un demi-peloton du 4e, associé aux 1er R.C.P. 3e R.A.S.A.R. et au 3e R.T.A., défendent les points d’appuis de Cornimont.
16.10.1944 : un détachement constitué par le lieutenant-colonel Demetz, atteint la rivière Bresse.
17.10.1944 : le détachement blindé Hennion occupe le col de la Croix des Moinats en liaison avec le 7e R.T.A. Le 3e peloton du 3e escadron participe à la défense de Cornimont et le 4e aide à maintenir la position de Rochesson. Puis, face aux pertes subites par la 1ère armée et les conditions météo désastreuses, le général de Lattre stoppe la progression.
18.10.1944 : déminage de la route de Planois en direction de Saulxures.
19.10.1944 : le 3e peloton du 3e escadron appuie la progression de l’infanterie à droite de Xoulces.
20.10.1944 : groupement blindé Hennion renforcé d’un demi-peloton de T.D., reçoit à la Tête de Cerfs, la mission de tirer sur tout objectif qui se présente à sa portée.
21.10.1944 : le 3e escadron neutralise deux pièces de D.C.A., sur les hauteurs du Haut-Bois près de Xoulces.
23.10.1944 : face aux violents bombardements, le 2e peloton du 3e escadron rentre à Bamont.
24.10.1944 : le régiment passe en réserve d’armée, à l’exception du 3e escadron et du 2e peloton du 4e escadron.
Du 26 au 29 octobre : deux pelotons du 3e escadron et un peloton du 4e sont placés à la disposition de l’artillerie divisionnaire de la 3e D.I.A. dans la région de Portefontaine et de Thiefosse, en soutiens des forces engagées pour la conquête des hauteurs de Rochesson. Les T.D. du régiment sont rechenillés, peloton par peloton.
29.10.1944 : le 3e peloton du 3e escadron participe à la défense de la compagnie Berenguen du 7e R.T.A.
31.10.1944 : le 3e peloton du 3e escadron subit des tirs très violents d’artillerie allemande. Les 3e et 4e escadrons encore en ligne, conservent leur P.C. à Bamont et Pubas. Placé au repos, les 1er, 2e escadrons, l’E.M. et l’E.H.R. sont relevés du front de la Masselotte et de la Bresse, par les chasseurs d’Afrique et se regroupe au Nord-ouest de Luxeuil (Haute-Saône) à Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône). Puis le régiment en entier au repos est placé en réserve générale.
02.11.1944 : messe en la mémoire des morts du régiment à Saint-Loup-sur-Semouse.

25.09.1944 : Prise d’arme et remise de décorations par le général de Gaulle.
29.09.1944 : départ pour la région de Villersexel occupée par la 2e D.I.M. Etape Vieilley-Villers la Ville (50 kms).
30.09.1944 : il est rejoint par le 8e régiment de Dragons F.F.I.
1er.10.1944 : Missions de tirs indirects au profit de la 2e D.I.M.
07.10.1944 : Il est placé avec le 8e R.D. F.F.I. à la disposition de la 3e D.I.A., où il relève le 7e R.C.A. Les 1er et 2e escadrons font parti du groupement blindé Demetz avec le peloton de chars légers du 3e R.A.S.A.R. et progressent sur Esboz-Froideconche-la Bruyère, région de Luxeuil). Est dérouté en cours de route sur Fourgeroules-Val d’Ajol. Etape Villers la Ville- Val d’Ajol (60 kms).
08.10.1944 : Le régiment quitte la réserve d’armée et reprend sa progression en direction de la croix des Moinats, atteint en fin de journée. Le 3e escadron avance jusqu’au col de Cornimont. Le 4e escadron est en reconnaissance dans la région de Gerbamont. Puis le régiment libère Saulxures sur Masselottes aidé du 3e RTA et du 3e G.T.M.
09.10.1944 : Conquête de Blamont et du Haut du Faing. Mission : atteindre la Bresse, par Vagney. Le régiment moins un escadron de T.D. fait parti du groupement Bonjour et poursuit sa progression sur deux axes : A) Vagney-Planois-la Bresse et B) Vagney-Saulxures-Cornimont-la Bresse.
10.10.1944 : le 2e Dragons réussit à s’enfoncer dans les lignes allemandes à mi-chemin entre la Bresse et Planois.
11.10.1944 : le groupement Bonjour est fractionné en deux détachements et a pour mission de se porter sur Presles et la Croix-des-Moinats.
12.10.1944 : progression vers la Croix-des-Moinats.
14.10.1944 : le 3e escadron et un demi-peloton du 4e, associé aux 1er R.C.P. 3e R.A.S.A.R. et au 3e R.T.A., défendent les points d’appuis de Cornimont.
16.10.1944 : un détachement constitué par le lieutenant-colonel Demetz, atteint la rivière Bresse.
17.10.1944 : le détachement blindé Hennion occupe le col de la Croix des Moinats en liaison avec le 7e R.T.A. Le 3e peloton du 3e escadron participe à la défense de Cornimont et le 4e aide à maintenir la position de Rochesson. Puis, face aux pertes subites par la 1ère armée et les conditions météo désastreuses, le général de Lattre stoppe la progression.
18.10.1944 : déminage de la route de Planois en direction de Saulxures.
19.10.1944 : le 3e peloton du 3e escadron appuie la progression de l’infanterie à droite de Xoulces.
20.10.1944 : groupement blindé Hennion renforcé d’un demi-peloton de T.D., reçoit à la Tête de Cerfs, la mission de tirer sur tout objectif qui se présente à sa portée.
21.10.1944 : le 3e escadron neutralise deux pièces de D.C.A., sur les hauteurs du Haut-Bois près de Xoulces.
23.10.1944 : face aux violents bombardements, le 2e peloton du 3e escadron rentre à Bamont.
24.10.1944 : le régiment passe en réserve d’armée, à l’exception du 3e escadron et du 2e peloton du 4e escadron.
Du 26 au 29 octobre : deux pelotons du 3e escadron et un peloton du 4e sont placés à la disposition de l’artillerie divisionnaire de la 3e D.I.A. dans la région de Portefontaine et de Thiefosse, en soutiens des forces engagées pour la conquête des hauteurs de Rochesson. Les T.D. du régiment sont rechenillés, peloton par peloton.
29.10.1944 : le 3e peloton du 3e escadron participe à la défense de la compagnie Berenguen du 7e R.T.A.
31.10.1944 : le 3e peloton du 3e escadron subit des tirs très violents d’artillerie allemande. Les 3e et 4e escadrons encore en ligne, conservent leur P.C. à Bamont et Pubas. Placé au repos, les 1er, 2e escadrons, l’E.M. et l’E.H.R. sont relevés du front de la Masselotte et de la Bresse, par les chasseurs d’Afrique et se regroupe au Nord-ouest de Luxeuil (Haute-Saône) à Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône). Puis le régiment en entier au repos est placé en réserve générale.
02.11.1944 : messe en la mémoire des morts du régiment à Saint-Loup-sur-Semouse.

suite:

05.11.1944 : prise d’arme et remise de décorations par le lieutenant-colonel Demetz à Saint-Loup-sur-Semouse.
11.11.1944 : placé à la disposition du 1er C.A. (C.C.4, C.C.5, 5e D.B., R.C.C., 3e D.I.C.), Il gagne la zone occupé par le corps d’armé pour participer à l’offensive sur Belfort, en soutient des éléments de la 2e D.I.M. et 9e D.I.A. L’E.M. et le 3e escadron stationnent à Villargent, le 1er et 2e escadron à Beveuge, le 4e escadron à Melecey et l’E.H.R. à Valleroy le Bois.
12.11.1944 : le régiment sans son 2e escadron est placé à la disposition de la 2e D.I.M.
13.11.1944 : le 3e escadron occupe de part et d’autre, les positions du Bois-Dessus et le 4e les positions au Nord-ouest de Courchaton, en préparation de l’attaque du 14 novembre.
14.11.1944 : tirs de préparation et appui de l’attaque du groupement Chappuis par les 3e et 4e escadrons. L’E.M. stationne à Beveuge.
15.11.1944 : tirs sur Crevans et la Chapelle et appui du 3e R.S.M. sur Gemonval par le 3e escadron. Le 4e reprend les tirs du 14 novembre te pousse un escadron sur Courbenans.
16.11.1944 : tirs sur les lisières Sud du bois du Triage par le 3e escadron.
17.11.1944 : tirs de harcèlement et d’appui de l’attaque d’un groupement sur Crevans-Segens, par le 3e escadron.
19.11.1944 : le régiment est placé à la disposition du 2e C.A. Il est placé au sud de Lure (Haute-Saône), l’E.M. et l’E.H.R. stationnent à : Vy-les-Lures (2,5 km de les Aynans), le 2e escadron à : Frotey-les-Lures (8,4 km de les Aynans), le 3e à : les Aynans et le 4e escadron à : Gouhenans (2,2 km de les Aynans).

ALSACE.
23.11.1944 : effectue au sein d’un détachement du corps d’armée, une opération partant de Mulhouse en direction des vallées des Vosges.
24.11.1944 : Le régiment est placé à la disposition du 1er C.A., aux ordres de la 9e D.I.C. et fait mouvement dans la région de Grandvillars.
25.11.1944 : le 3e escadron est placé à Courtelevant, rejoint dans l’après-midi par le 4e. Le 2e escadron est poussé à Boron en appui du 21e R.I.C.
26.11.1944 : tirs indirects par le 3e escadron sur les bois de l’Oberwald, fortement attaqués par l’ennemi.
29.11.1944 : il est placé à la disposition du C.C.1 de la 1ère D.B. après la percée sur Mulhouse et se positionne en réserve, dans le bois d’Altkirch.
1er.12.1944 : le 3e escadron est placé à la disposition du C.C.2, en vue d’une action sur Grunhutte.
02.12.1944 : le 2e R.D. est chargé de maintenir le contact offensif sur la Doller et d’en interdire les points de passage, entre Lutterbach et le pont d’Aspach.
03.12.1944 : le 3e escadron replacé à la disposition du régiment se positionne à Galfingue.
10.12.1944 : tirs de l’artillerie allemande sur le cantonnement du 3e escadron à Galfingue et sur celui du 4e à Heimsbrunn et Morschwiller.
14.12.1944 : mission terminée pour le 2e régiment de Dragons, ses escadrons sont répartis sur l’ensemble de la zone afin de renforcer les différentes unités d’artillerie divisionnaire du 1er CA et apporter son soutien aux unités d’infanterie ou de blindés en difficultés.
Il est relevé par les 21 et 23 R.I.C.
23.12.1944 : Il est placé en réserve du 1er C.A. Le régiment participe aux offensives sur le flanc sud de la poche de Colmar. Le 3e peloton du 3e escadron fait mouvement vers Lembach sur Thann et l’escadron à Spechbach-le-Bas, il appuie la 9e D.I.C. de ses tirs.
Avec le 2e escadron, il participe aux attaques des lisières Nord-ouest des cités ouvrières des mines de potasse à l’Ouest de Mulhouse (Graessergeste encerclée, Reiningue et Wittelsheim). Le 4e escadron est utilisé à la conquête des faubourgs de Belfort
24.12.1944 : le régiment passe aux ordres du 5e RCA. Le 3e escadron participe aux attaques de la cité Else (mines de potasse) le matin et aux contre-attaques l’après-midi. La nuit il reçoit des missions de défense rapprochée. Les 3e et 4e escadrons restent à la disposition de la 1er D.B. et 9e D.I.C., en appui-feux. Ils effectuent des tirs de harcèlements et de représailles sur les positions allemandes au Nord de la Doller du 24 décembre 1944 au 02 février 1945.
25.12.1944 : tirs de harcèlement sur la rive droite du Rhin par le 2e escadron.
26.12.1944 : le 2e escadron du 8e R.D. est placé à la disposition du 3e escadron du 2e R.D. 30.12.1944 : le 3e peloton du 2e escadron effectue des tirs directs à Huningue sur la rive droite du Rhin. Les allemands répondent par des tirs de mortiers.
1er.01.1945 : le 1er peloton du 3e escadron effectue des tirs directs au profit de la 2e D.I.M. à Aspach-le-Haut.
04.01.1945 : un peloton du 4e escadron effectue des tirs directs au profit de la 2e D.I.M. à Aspach-le-Bas. Le 3e escadron moins deux pelotons, occupe le cantonnement de Soppe-le-Haut.
05.01.1945 : les 3e et 4e escadrons exécutent des tirs de harcèlement et de neutralisation en appui de l’artillerie de la 2e D.I.M., jusqu’au 16 janvier.
06.01.1945 : le 1er peloton du 3e escadron est déplacé d’Aspach-le-Bas sur Michelbach.
17.01.1945 : le régiment sans son 2e escadron est déplacé dans la région d’Anjoutey, toujours à la disposition du 1er C.A.
18.01.1945 : le 3e escadron moins un de ses peloton se positionne à Guewenheim.
20.01.1945 : les 3e et 4e escadrons exécutent chacun avec deux pelotons des tirs de préparation d’attaque de 7h15 à 7h55 et de 9h à 13h30.
21.01.1945 : le 3e peloton du 3e escadron fait mouvement de Lembach sur Thann. Deux chars sautent sur des mines. Le reste du 3e escadron assure la défense rapprochée d’Aspach-le-Bas.
22.01.1945 : le 3e escadron est regroupé à Pont d’Aspach et effectue des tirs directs et de défense antichars.
23.01.1945 : le 3e escadron passe aux ordres du 5e R.C.A. et se déplace à Heimsbrunn.
24.01.1945 : le 3e escadron fait mouvement sur Reiningue, il participe dans la matinée aux attaques de la cité Else et aux contre-attaques de l’après-midi. Il reçoit pour la nuit des missions de défense rapprochées dans la cité Else où il s’est positionné. Toute la nuit il subit des tirs de harcèlement allemands.
25.01.1945 : le 2e peloton est envoyé à la cité Langenzug et pert le T.D. « Sainte-Chapelle ». Le 3e escadron subit des tirs d’artillerie ennemie dans la matinée, lors de l’attaque de la cité Grassgerste. Le 3e peloton appui l’attaque de l’infanterie sur la cité, pendant qu’un groupe de chars flanc-garde celle de l’infanterie, à l’Ouest. En fin de journée le 3e peloton reste en défense antichars, tandis que le reste du 3e escadron est regroupé à la cité Else.
26.01.1945 : Le 3e peloton subit des tirs de harcèlement allemands dans la cité Else et Grassgerste. Le T.D. « Saint-Gervais », du 3e peloton est perforé et flambe, le personnel est sain et sauf.
27.01.1945 : le 3e escadron pratiquement encerclé, est difficilement ravitaillé sous les tirs serrés et à courte distance de l’artillerie ennemie. Un des pelotons attaqués par des grenadiers allemands est dégagé par les Sherman du 5e R.C.A. et les Zouaves.
28.01.1945 : le 3e escadron appuie l’attaque de la cité Langenzug et subit au cours de la journée une contre attaque et de violents tirs de mortiers et d’artillerie.
29.01.1945 : le 2e escadron assure la relève peloton par peloton du 3e escadron dans la cité Else, qui se termine le 30.01. Les deux 2e pelotons des 3e et 4e escadrons, reprennent l’attaque de la cité Langenzug qui subissent de violentes contre-attaques et des tirs d’artillerie.
30.01.1945 : le 3e escadron qui cantonne à Michelbach, à la disposition du groupement du Rhin, ne dispose plus que de cinq T.D. sur douze. Il détache un groupe de T.D. sur Kembs.
02.02.1945 : le 3e escadron effectue des tirs directs et indirects sur des objectifs de la rive droite du Rhin.
04.02.1945 : le 1er peloton du 3e escadron est mis à la disposition du 3e R.S.A.R. et se déplace à Bollwiller.
05.02.1945 : Le régiment délivre les villes de Cernay et Wittelsheim, dégageant ainsi les citées d’Else, Graessergeste et Langenzug. Le 3e escadron effectue des tirs directs et indirects sur des objectifs de la rive droite du Rhin.
10.02.1945 : Le régiment participe à la prise d’arme à Mulhouse, célébrant la libération de l’Alsace.
16.02.1945 : Il est placé en réserve d’armée, le régiment se regroupe accompagné du 8e Dragons FFI, au sud de Mulhouse.
18.02.1945 : Il rejoint Masevaux, sans le 1er escadron qui cantonne à Sickert.
21.02.1945 : l’étendard reçoit à Masevaux la médaille des évadés, des mains du général de Lattre.
1er.03.1945 : le lieutenant-colonel Jean de Clerck prend le commandemant du régiment.
28.03.1945 : Le régiment qui cantonne vers Brumath, est placé à la disposition du 2e C.A. l’E.M. dirige vers Mittelhausen, les 2e et 3e escadrons sur Wingersheim et le 4e sur Donnenheim, avec pour objectif le Rhin. Il est envoyé en direction de Spire et est chargé avec le soutien du C.C.4 (5e DB) du général Schlesser, de l’effort principal pour forcer le Rhin dans la région de Germersheim.
29.03.1945 : Le 1er escadron se dirige vers Mittelhausen.
30.03.1945 : l’E.H.R. fait mouvement sur Mittelhausen.

RHIN.
31.03.1945 : l’E.M., les 2e et 3e escadrons stationnent à Hoschstett, le 1er escadron et l’E.H.R. à Hersgheim. Deux pelotons du 4e escadron (1er et 2e) sont respectivement placés à la disposition du 4e R.T.M. et 151e R.I., pour appuyer le débarquement des troupes amies sur la rive droite du Rhin à hauteur de Germersheim. Le 2e peloton du 4e escadron prenant vivement à partie les casemates de la ligne Siegfried, dont plusieurs sont détruite, permet aux éléments qu’il était chargé d’appuyer et qui n’avaient pas réussi dans la matinée, à franchir le fleuve par surprise. Le 2e R.D. est placé à la disposition du 1er C.A., avec les 14e D.I., 8e R.C.A., 8e R.D. F.F.I.

A Germersheim : intégré au groupement Chappuis (2e R.D. au sud, 151e R.I. au nord du bras de l’Altrheim (affluent du Rhin) et Groupement Navarre (1er escadron du 2e R.D., 3e R.S.M. et 20e B.C.A.), il occupe le secteur de la plage A. (Plage B : 4e R.T.M.).
1er.04.1945 : La zone de Germersheim est libérée. Le 4e escadron passe le fleuve en premier, sur des portières du Génie. A midi, les éléments à pieds ont fini leur traversée le 1er peloton mis à la disposition du 2e bataillon du 4e R.T.M., appuie l’infanterie en direction de Graben et détruit la résistance ennemie installée dans les casemates situées à 1 km de Graben. Les 2e et 3e pelotons sont placés à Rheinsheim et à Neudorf (Graben).
02.04.1945 : le régiment placé en état d’alerte à midi, reçoit l’ordre de franchir le fleuve à 16h. Une fois la traversée achevée, le régiment se regroupe à Rheinsheim et poursuit sa progression sur Huttensheim. En fin de journée, l’E.M., les 1er, 2e, 3e et 4e escadrons cantonnent à Huttensheim et l’E.H.R. à Wiesental.
ALLEMAGNE.
02.04.1945 : Partie intégrante du 2e CA, le régiment est placé à la disposition du C.C.4 de la 5e D.B. (groupement Schlesser C.C.4, 2e R.D., 4e R.T.M., IIe/62, IIe /63, IIIe/66 groupe d’artillerie), pour l’offensive sur Karlsruhe. Au cours de la journée, à Hochstetten, le régiment est divisé en deux groupes : groupement Larroque et Navarre. Un détachement de reconnaissance sous les ordres du commandant du IIIe/4e R.T.M. aidé des 1er et 3e pelotons du 4e escadron et des commandos, est engagé pour la prise de Graben. Les casemates à 1 km de la ville, détruites par les tirs des T.D. sont prisent par l’infanterie, puis les chars permettent de dégager les fantassins fortement contre-attaqués, dans la ville. Au cours de cette action, le T.D. « Pont-d’Austerlitz » est touché par un canon antichars et flambe. Le 2e peloton et deux pelotons du 3e R.A.S.A.R. agissent sur Hochstetten.
PROVENCE. 30 août 1944 : débarquement sur les plages de Beauvallon du 2e RD.


 

Voir le Blog de hilarion : cliquez ici


Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers CENTRE DE DOCUMENTATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 20 
Aujourd’hui, 01:00
par: Belchasse 
    dans:  Décès d'Henriette Cohen, la doyenne française des rescapés d'Auschwitz-Birkenau 
Aujourd’hui, 00:25
par: thucydide 
    dans:  La bourde écossaise! 
Aujourd’hui, 00:13
par: thucydide 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 16 
Hier, 23:21
par: Richelieu 
    dans:  [DU 31 août 2019 au 31 octobre 2019]:Chemin de fer allemands pendant la SGM 
Hier, 23:13
par: Signal Corps 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 17 
Hier, 22:21
par: iffig 
    dans:  CNRD 2019-2020. 
Hier, 22:12
par: frontovik 14 
    dans:  Yolande Theule (Département de l'Hérault) 
Hier, 22:02
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Un homme découvre dans sa cave un reportage terrifiant du D-Day 
Hier, 20:31
par: Didier 
    dans:  Uniformes des Forces armée britanniques 
Hier, 19:29
par: iffig 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 14 invités


Scroll