Connexion  •  M’enregistrer

Attentat du 20/7/1944

Tout ce qui concerne la libération de l'Europe et qui n'est pas développé au sein des sections ci-dessus.
MODÉRATEUR: EQUIPE ADMINS/MODOS

Destruction

Nouveau message Post Numéro: 71  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 14 Fév 2006, 22:36

en matière de destruction massive, faut il interpréter l'inaction de Speer comme l'éxécution d'un ordre secret d'Hitler, pronant en apparence le nihilisme face à la chute annoncée du Reich ou tout autre chose ? Je penche pour la seconde solution.

En effet, nous avons des exemples de destructions souhaitées par Hitler et effectuées selon sa volonté et au contraire en certains cas ses ordres n'ont pas été éxécutés, bien que l'intérêt de l'Allemagne ne soit pas flagrant. C'est cas de Paris, ou von Choltitz a sciemment désobei à Hitler tout simplement parce qu'il savait la guerre perdue. Pourtant, Paris n'était pas la capitale du Reich et à ce titre n'avait aucune valeur aux yeux d'Hitler, qui au contraire voulait transformer la ville des lumières en second Stalingrad sans hécatombe Allemande. Hormis qu'il n'avait plus la luftwaffe pour y commettre des dégats semblables.

Nous pouvons analyser ces faits en deux époques bien distinctes (encore qu'il faut établir une distinction entre ce qui a été programmé et ce qui s'est fait de manière "anarchique" ou improvisée.

1 - l'époque ou rien n'est perdu
2 - l'époque ou rien ne va plus

1 - Les premiers massacres et destructions massives ont lieu sur le front de l'est grace aux groupes d'intervention créés par Reinhardt Heydrich. Les morts se comptent par dizaines de milliers dès 1941. L'année suivante , Litice est rayée de la carte après l'éxécution d'heydrich. En 1943, l'insurrection de Varsovie est noyée dans le sang, sur ordre d'Hitler, le ghetto est entièrement détruit (précisons d'ailleurs que les scènes les plus édifiantes sont à mettre au crédit de la Brigade SS Russe Rona et la brigade Dirlewanger, officier SS sordide commandant des droits communs. En 1944, les exactions programmées continuent de plus belle, elles gagnent même la FRance et Oradour sur Glane, Tulle, Argenton sur Creuse. Là encore, il s'agit de réprimer durement la resistance qui empêche par ses sabotages l'arrivée de troupes fraiches vers le front en semant la terreur dans la population civile. Collaborer ou périr.

2 - Depuis qu'il est acquis qu'en Normandie les alliés n'ont plus aucune chance d'être rejetés à la mer et qu'un second débarquement vient d'avoir lieu en provence, la guerre est perdue pour beaucoup de généraux allemands qui n'espèrent plus le moindre retournement de situation en raison de l'incapacité définitive d'Hitler à rétablir la situation. L'industrie de production, très amoindrie par les bombardement ne peut plus compenser les pertes du front par des matériels neufs.. De fait, les ordres d'Hitler commencent à être discutés voire non éxécutés. La libération de Paris entre totalement dans cette logique. Un autre exemple marquant : celui du commandant de la 116eme Pz Division refusant purement et simplement de jeter son unité dans la bataille alors qu'elle se trouve positionnée au nord est de Mortain, le 8 aout 1944. Mentionnons que dans les deux cas, il ne s'agit pas de troupes de la Waffen SS mais de la Heer. La fin de la bataille de Normandie marque un scission nette entre les "deux armées" d'ailleurs.

On pourra arguer que durant la bataille des Ardennes, les massacres de Malmédy et Stavelot tendraient à prouver le contraire de ce que j'avance, mais il s'agit là d'actions isolées et en tout état de cause jamais ordonnées par Hitler.

en fait, en transformant Berlin en champ de ruines, Hitler n'a aucun autre dessein que de mourir à la tête de son Reich agonisant, le peuple n'étant que l'instrument de réalisation du destin Aryen. Le peuple a failli, il disparaitra donc en attendant qu'une génération plus pure ne reprenne le flambeau. Je pense qu'on ne peut faire l'impasse sur le testament d'Hitler, qui retrace fidèlement ce que nous savons tous aujourd'hui. Et surtout, avec quoi reprendre la lutte et rétablir le Reich ?..

Cela dit, il est sûr que Himmler a "trahi", au sens où il a pris contact avec les Américains. Mais depuis 1943, sinon avant ! Et on voudrait que ce soit à l'insu de Hitler ?


Himmler n'a jamais rien fait d'autre que ce qu'Hitler lui a demandé ou ordonné , il fut son collaborateur le plus zelé, son goût du travail n'eut d'équivalent que sa médiocrité intellectuelle. Himmler capable d'initiative en dehors de ligne directrice de son fuhrer ? impossible.


Plusieurs tentatives de négociation ont été tentées, la première en date fut celle avortée de Rudolf Hess. Hitler avait compris qu'il lui serait difficile de tenir deux fronts à la fois et ne pouvait faire autrement que d'amadouer les alliés s'il voulait faire chuter Staline. N'oublions pas que les ennemis jurés d'hitler sont dans l'ordre de priorité les Juifs, les communistes et les francs maçons. Autre avantage d'une paix séparée : la solution finale peut se dérouler jusqu'à son aboutissement sans que l'opinion mondiale en soit informée.

Pourquoi himmler s'est il risqué à tenter de joindre les alliés ? était ce un suicide sachant ce qui l'attendait au regard de ses responsabilités vis à vis du génocide ? c'est ce que notre logique pourrait nous amener à croire, mais pas celle d'himmler qui fut persuadé jusqu'au dernier instant de l'utilité de sa "tâche" et pour qui les millions d'être humains dont la mort peut lui imputée ne sont rien d'autre que la matérialisation du destin Aryen . tache terrible certes, mais à ses yeux d'illuminé necessaire au développement d'une race régnant sur le monde. La démarche d'Himmler était à ce point ancrée dans sa logique qu'il était persuadé de convaincre les alliés du bien fondé des suites de Wansee.

De qui himmler fut il l'instrument et pourquoi ? cette question mérite d'être éludée, mais ne manquons nous pas encore aujourd'hui d'éléments de réponse ? tout le secret n'a pas encore été levé sur certains documents, qui un jour peut être nous aideront à une meilleure compréhension. Himmler n'aurait jamais pris le nouveau Reich à son compte, car Hitler lui même savait qu'il ne serait jamais rien d'autre qu'un adjoint zelé. Alors, Hitler s'étant donné la mort, qui devait se trouver devant Himmler ? La est la vraie question , François.

Et si les réponses à nos questions se trouvaient au cimetière de Collevillle sur Mer, consignées dans le fameux écrit d'Eisenhower qui sera divulgué le 6 juin 2044 ? . himmler avait-il dans ce cas de figure assez de cartes en mains pour négocier une paix séparée ? J'ai la désagréable intuition que cela pourrait concerner les connivences entres les groupes industriels Us et l'allemagne nazie avant décembre 1941, et pourquoi pas après d'ailleurs. L'attitude des services secrets américains après guerre laisse planer un sentiment de malaise lors de la fuite d'anciens nazis, la CIA ne s'en est jamais trouvée très loin. Les principaux criminels nazis étaient ils à Nuremberg ? non, les plus impliqués d'entre eux étaient morts ou en fuite. A quelques exceptions près, tel Rudolf Hoess par exemple.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 72  Nouveau message de Audie Murphy  Nouveau message 15 Fév 2006, 00:13

La dernière partie du testament de Hitler ne serait-elle pas simplement une sorte de voeux pieu ? Je m'explique, il voit que tout est terminé, mais dans un espoir un peu fou de voir quelqu'un renverser la situation, il désire lui dicter la conduite qu'il devra alors adopter: continuer le combat contre la juiverie internationale...
You'd better run for cover before I start to smile...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5741
Inscription: 22 Mar 2004, 13:09
Localisation: Beauce, Québec, Canada

Voir le Blog de Audie Murphy : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 73  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 15 Fév 2006, 09:19

Bonjour !


Je vais essayer d'être bref car je travaille actuellement sur la guerre d'Algérie et si le grand écart est un exercice utile, le temps, lui, n'est pas extensible !

Effectivement, le document du site occultiste a tout d'une histoire marseillaise plutôt que belge : très peu de couleur locale (vague le plus complet sur l'organigramme des services britanniques notamment), concentré de notations qui s'articulent à merveille avec ce qu'on veut prouver...

J'apprécie que Stéphane mette en exergue la faible capacité d'initiative du sieur Himmler, mais alors, quid de la trahison ?

Quant au lien entre l'affaire Hess et Himmler, attention ! En tant qu'historien, je me méfie de toute théorie du complot... sauf s'il y a dans le paysage un maître comploteur, et là j'en connais un et un seul, prénommé Adolf (non, il ne s'agit pas d'Eichmann !). Il n'y a pas une cellule du complot animée par Hess et Himmler, mais une pléiade d'officines bien tenues en main par Hitler, et assez étanches entre elles. Sinon que Schellenberg, "ministre des Affaires étrangères" du mouvement SS, en liaison étroite avec Himmler, prend un ascendant croissant sur tout un tas d'affaires de 1942 (environ) à la fin de la guerre.

Sur Hess, Allen a produit un livre globalement crédible même si je ne suis pas d'accord avec toutes ses conclusions, car je n'ai pas la même vision ni de Hitler, ni de Churchill. Il dit après beaucoup, mais avec infiniment plus de précision, que le vol de Hess ne s'explique pas sans une très forte implication des services secrets britanniques. Alors de deux choses l'une : ou Churchill est à la barre, ou on lui fait un petit dans le dos. Dans le second cas, suivant l'expression courante, nous parlerions tous allemand ! Il est en effet difficilement concevable que Churchill ait mené la barque alliée à bon port en 1945 si son gouvernement avait été à ce point gangrené, au premier trimestre de 1941, par des partisans du dialogue avec l'Allemagne, agissant à son insu contre sa politique.

Donc Churchill dirige la manoeuvre (ce que prouvent, outre la logique, un bon nombre de documents exhumés par Allen qui peuvent difficilement être tous des faux). Sa motivation est à rechercher dans le fait que, malgré les préparatifs de mieux en mieux repérés d'une offensive allemande contre l'URSS, celle-ci peut être décommandée à tout moment au profit d'une saisie-éclair du pétrole irakien sur fond de nouveau pacte germano-soviétique : une manoeuvre dont Hitler laisse planer la menace très concrète et qu'il commence même à faire mine d'exécuter début mai avec le coup d'Etat de Rachid Ali en Irak. Ce serait probablement la fin de Churchill, la catastrophe de trop. En revanche, une attaque allemande contre l'URSS offrirait un sursis bienvenu, même si PERSONNE sur la planète, en dehors des communistes, n'imagine à ce moment que le régime soviétique tiendrait plus de quelques mois. Encore un instant, M. le bourreau... Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir... Voilà à quoi est réduit Churchill en ce premier anniversaire de son pouvoir après des catastrophes quasi-continues trouées de rares embellies (bataille d'Angleterre, réélection de Roosevelt, victoires sur les Italiens).

Ce noir tableau permet d'expliquer que, pour gagner du temps, Churchill en vient à essayer d'intoxiquer Hitler en lui faisant croire à l'existence, en Angleterre, d'un puissant parti de la paix prêt à le renverser. De premiers jalons ont été posés, semble-t-il, en novembre 1940. L'ambassadeur anglais à Madrid, Samuel Hoare, sert de plaque tournante. L'arrivée d'un négociateur allemand sur l'aérodrome privé du duc de Hamilton est organisée. Mais personne n'imagine qu'il puisse s'agir du n° 3 du régime nazi ! C'est le nom d'un des lieutenants de Hess, Ernst Bohle, qui est donné aux Britanniques... alors qu'il reste sur le plancher des vaches tandis que Hess s'entraîne au pilotage avec acharnement !

Si Hitler envoie Hess, c'est qu'il se méfie, a besoin de savoir si vraiment il y a une conspiration contre Churchill et veut assurer dans toute la mesure du possible ses arrières à l'ouest avant de se lancer vers l'est : c'est comme ça qu'on risque son bras gauche (si on admet que Göring est encore à cette époque le droit)... et qu'on le perd.

Mais on le perd pour des raisons techniques plus que politiques : l'aviateur devait repartir et s'il ne le fait pas c'est parce qu'il a manqué le terrain, sauté en parachute et perdu son avion : les Anglais pouvaient difficilement lui en fournir un autre ! Mais c'est Hitler qui tranche la question en annonçant très vite la disparition de Hess, ce qui oblige les Anglais à révéler qu'ils l'ont arrêté.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6043
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 74  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 15 Fév 2006, 12:52

Bonjour,
Francois Delpla nous lance la les premices du "complot" Rudolf Hess.
Contrairement a ses theories concernants la complicite jusqu'au bout et sans trahisons de Himmler et Goering avec Hitler, celle concernant les dessous de l'affaire Rudol Hess restent encoe a prouver, selon mon avis d'humble historien du dimanche.

Mais, quand meme, les elements avances sont perturbants et il y en a d'autres. Je vous encourage a faire une petite recherche Google et trouver le site ou le fils de Rudolf Hess explique, avec quelques photos non recommandees aux ames sensibles, pourquoi il pense que son pere ne s'est pas suicide a Spandau mais a ete assassine par les services secrets Britanniques qui craignaient qu'il ne soit libere.

Ou alors voyez
http://www.sharkhunters.com/tapeh131.htm
Cordialement
Daniel


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 75  Nouveau message de St Ex  Nouveau message 15 Fév 2006, 13:04

Ci après note compte rendu par une journaleuse du book d'Allen.

St Ex

http://www.poesie-amour.com/article548.html


 

Voir le Blog de St Ex : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 76  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 15 Fév 2006, 15:19

St Ex a écrit:Ci après note compte rendu par une journaleuse du book d'Allen.

Bonjour St Ex,
Eh, eh, mon confrere et neanmoins ami sur ce forum dans la serie "fouillons les poubelles de l'histoire"....

La these d'Allen me parait interessante et plausible mais il a un gros handicap : Les plus importants documents qu'il a trouve aux archives Britanniques de seraient en fait des faux... et le pauvre historien dupe se retrouve au milieu d'une polemique brulante.
http://www.telegraph.co.uk/news/main.jh ... himm11.xml

Mais, quoiqu'il en soit, sa theorie est interessante et demande a etre plus fouillee, verifiee quand la totalite des archives britanniques, y compris celles du MI5, seront, enfin, ouvertes aux historiens.

Cordialement
Daniel

PS: Mes sources quant aux faux datent un peu, je serais curieux de savoir ou cela en est reelement maintenant


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Les "faux" de Kew Gardens

Nouveau message Post Numéro: 77  Nouveau message de François Delpla  Nouveau message 15 Fév 2006, 15:56

Votre serviteur est, à sa propre colère, un des rares historiens ou internautes français qui protestent contre le silence, tant du gouvernement britannique que de la direction des National Archives, après qu'on eut taxé expéditivement de faux les documents du dernier livre d'Allen (sur Himmler) et plus expéditivement encore ceux du second (sur Hess).

Même bonnet d'âne pour le Daily Telegraph, qui a joué au grand inquisiteur de juillet à septembre et laisse ses lecteurs sur leur faim depuis le 17/9.

vétéran
vétéran

 
Messages: 6043
Inscription: 22 Mai 2005, 18:07
Localisation: France 95
Région: Région du 95
Pays: FRANCE

Voir le Blog de François Delpla : cliquez ici


Re: Les "faux" de Kew Gardens

Nouveau message Post Numéro: 78  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 15 Fév 2006, 16:17

François Delpla a écrit:Votre serviteur est, à sa propre colère, un des rares historiens ou internautes français qui protestent contre le silence, tant du gouvernement britannique que de la direction des National Archives, après qu'on eut taxé expéditivement de faux les documents du dernier livre d'Allen (sur Himmler) et plus expéditivement encore ceux du second (sur Hess).
Même bonnet d'âne pour le Daily Telegraph, qui a joué au grand inquisiteur de juillet à septembre et laisse ses lecteurs sur leur faim depuis le 17/9.


Oh, oh, mes "sources qui datent" au sujet des "faux" seraient donc legerement remises en questions ?
Voila un sujet passionnant...

J'avais bien remarque, M. Delpla, que, alors que la meute se jetait sur Allen avec moultes vociferations et rapports d'"experts", vous me sembliez plutot diplomatique quant aux commentaires sur ce sujet sur votre site.

Est ce a dire que ces documents ne sont pas si faux que certains journaleux ont bien voulu le dire ?

Cela ne m'etonnerais pas mais les lecteurs de ce forum, qui sont par tradition sceptiques quant aux nouvelles theses et, pour certains, fermes aux nouveaux developpements par auto-certitude, vont demander des preuves et des faits que moi, modeste amateur, ne peux pas leur fournir, mon intime conviction etant ici un argument non recevable.

Cordialement
Daniel


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


bonjour

Nouveau message Post Numéro: 79  Nouveau message de juin1944  Nouveau message 15 Fév 2006, 16:37

qui sont par tradition sceptiques quant aux nouvelles theses et, pour certains, fermes aux nouveaux developpements par auto-certitude

Daniel il serait de bon ton de cesser ce genre de remarques, car a la longue cela devient vraiment très désagréable, je ne sais pas véritablement à sont elles destinées, mais en tout ca c'est lassant.


 

Voir le Blog de juin1944 : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 80  Nouveau message de St Ex  Nouveau message 15 Fév 2006, 17:01

Votre analyse, Mr Delpla, sur le fait qu'il était difficile de renvoyer Hess dans un Spitfire en Allemagne suite au crash en Ecosse de son Me est plus que recevable (et même tt-à-fait rationnelle).

Toutefois, s'il y avait "entente" entre les services secrets allemands et anglais au sujet de l'arrivée de Rudolf Hess, pourquoi n'aurait-il pas regagné l'Allemagne en sous marin anglais une fois sa mission remplie (ni vu, ni connu).

Et si la réponse (médiane à votre thèse et à celle d'Allen) était tout simplement qu'"on avait fait un enfant dans le dos" à Churchill (pour reprendre votre expression), mais que celui-ci, l'apprenant (du fait de l' arrivée mouvementée de Hess), prît tout de suite les devants en stoppant immédiatement toute négo entre le dauphin préféré d'AH et "le parti de la paix" anglais?.

Il serait intéressant de savoir quand AH révélat l'affaire dans son pays.

St Ex

PS: attendez avant de répondre que je vous soumette les dires du fils Hess que je vais faire à la suite de ce post.


 

Voir le Blog de St Ex : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers LA LIBERATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le nazisme : questions de méthode 
il y a 7 minutes
par: JARDIN DAVID 
    dans:  LA SAGA DU SHERMAN 
Aujourd’hui, 07:04
par: Benoît Rondeau 
    dans:  HEITAI (le soldat japonais) 
Aujourd’hui, 07:02
par: Benoît Rondeau 
    dans:  Coutances, film de GeorgeStevens 
Aujourd’hui, 02:55
par: Margont 
    dans:  Attentat à Strasbourg 
Aujourd’hui, 02:39
par: carcajou 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Aujourd’hui, 00:11
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 23:43
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 22:37
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le massacre d'Oradour sur Glane 
Hier, 22:11
par: dynamo 
    dans:  Les éclaireurs de la Shoah.La Waffen-SS,le Kommandostab Reichsfuhrer-SS et l'extermination des Juifs 
Hier, 20:36
par: carcajou 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Scroll