Connexion  •  M’enregistrer

Larguer un message du général Leclerc sur la préfecture

Tout ce qui concerne la libération de l'Europe et qui n'est pas développé au sein des sections ci-dessus.
MODÉRATEUR: EQUIPE ADMINS/MODOS

Larguer un message du général Leclerc sur la préfecture

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de lejusticier  Nouveau message 14 Fév 2015, 15:19

Bonjour,

"Attention, je pique!"

Par Leblond Renaud, publié le 25/08/1994

Commandant de l'escadrille d'observation de la 2e DB, le capitaine Jean Callet fut chargé, la veille de la Libération, de larguer sur la Préfecture de police un message d'encouragement de Leclerc aux insurgés. Aujourd'hui général de corps d'armée à la retraite, il a accepté, pour L'Express, de raconter cette mission dont il ne pensait jamais revenir.

C'est par un temps de chien, le 24 août, vers 13 heures, que je reçois l'ordre le plus inattendu de ma carrière. Je suis alors à Rambouillet, d'où, le matin même, les blindés de la 2e DB se sont ébranlés pour gagner au plus vite la capitale. Mes huit avions - des piper-cubs américains chargés de corriger les tirs d'artillerie - sont cloués au sol. Englués par cette pluie drue qui ne cesse de s'abattre. Comme moi, mon observateur, le lieutenant Etienne Mantoux, est profondément déçu: ce soir, ou demain au plus tard, les chars de Leclerc pénétreront dans Paris en héros, alors que l'escadrille, elle, embourbée par la tempête, apprendra la victoire sans y avoir participé. Nous sommes vraiment envieux... Quand soudain une Jeep ruisselante s'arrête devant le PC de l'escadrille. Un officier de liaison de l'artillerie, le capitaine Righini, en descend, puis se dirige vers nous. Sa voix est pressante: "La capitale s'est soulevée, dit-il. C'est la Préfecture de police qui dirige les opérations et qui subit le choc principal des forces allemandes. Les agents tiennent héroïquement, mais ignorent l'avancée fulgurante de nos blindés. Des émissaires ont atteint le PC de Leclerc. Ils ont dépeint la situation dramatique de ceux qui combattent dans Paris et qu'il faut, à tout prix, rassurer..." Je comprends aussitôt la mission: survoler Paris et lâcher sur la Préfecture un message lesté de plomb. Quatre petits mots: "Tenez bon, nous arrivons." Mantoux et moi sommes gonflés à bloc. Malgré le mauvais temps. Malgré, surtout, les risques insensés qui se profilent: comme tous les pipers, mon avion n'est pas blindé; il est lent et ne dispose pas de moyen de riposte. D'ailleurs, le règlement est formel: un piper ne doit jamais traverser des lignes ennemies.

Sauf dans l'urgence. Sauf dans l'euphorie d'une libération qui s'annonce, mais tient encore à un fil. Vers 15 heures, une éclaircie s'offre à nous. A la hâte, nous revêtons nos parachutes et bouclons nos ceintures. Pour une première escale à Arpajon. Cette fois, je prie le Seigneur. Intensément. Et, tandis que le moteur de l'avion se met à vrombir, me revient cette phrase du "Chant des Francs": "Les heures de la vie s'écoulent... Nous sourirons quand il faudra mourir." Sur la piste, les équipages sont rassemblés. Ils nous disent adieu. Notre avion bondit sur la bande de la prairie. Les pouces se lèvent. Nous filons vers l'inconnu...

Le ciel s'est dégagé. Au sol, nos chars, bien visibles avec leurs panneaux roses, jalonnent la ligne avancée des combats. Ils sont désormais derrière nous. Etienne et moi sommes étonnamment calmes. Pour me cacher des Allemands, mais aussi pour m'orienter, je joue avec les nuages. Dans une sorte d'extase, je répète au micro cette phrase de Montherlant: "Savoir enfin ce qui compte et ce qui ne compte pas. Et nous en tenir à ces clartés que nous avons délimitées sous le soleil de la mort." Mais Etienne me corrige: "Oui mon capitaine, mais nous en tenir à ces clartés que nous ?allons? délimiter sous le soleil de la mort!"

Quand? Là maintenant, alors que, les premiers, nous découvrons Paris et oublions tous les dangers. Je reconnais le Panthéon, puis la Préfecture. Etienne me confirme l'objectif. Que faire? Je hurle: "Attention, je vais piquer!" L'avion bascule, vire et plonge. Je veux tromper l'ennemi. Simuler une chute. L'altimètre décroît. Rien, pas un coup de feu. Nous sommes bientôt à quelques mètres au-dessus des flèches de Notre-Dame. Je redresse brutalement l'appareil en amorçant un virage circulaire autour de la Préfecture. Etienne explose: "Message lancé!" Et je vois alors la banderole couleur d'or qui le signale se dérouler comme dans un rêve...

Enfin presque. De la rive gauche, des mitrailleuses se mettent en action. Tels des frelons, les traceuses passent devant notre avion, qui tente, lentement, de reprendre de l'altitude. Si je poursuis ma montée, les Allemands corrigeront leur tir. Ma décision est prise: je rentre les épaules et pique à mort sur les toits pour les raser au plus près. L'accalmie ne durera pas. Au Kremlin-Bicêtre, nous sommes touchés de plein fouet. Un choc violent s'est produit au niveau du train d'atterrissage. Nous avançons en zigzag dans une course éperdue. A Villejuif, à Arcueil, à Cachan, les mitrailleuses crachent sans relâche. Le retour est interminable. Jusqu'à la délivrance: les vergers, la banlieue, Montlhéry et nos chars qui foncent vers Paris. Nous crions de joie. Nous sommes bien vivants. Et c'est sur une aile, sans train d'atterrissage, que nous nous couchons dans une prairie.

Le général Leclerc nous félicite. Il nous apprend que le message a été reçu, compris et exécuté. Je ris d'un rire nerveux. Comme si j'avais perdu la raison.


Source: http://www.lexpress.fr/informations/att ... 99216.html

En savoir plus: http://www.unaalat.fr/01_PAGES/10_Liber ... -1944.html
Il vaut mieux se taire et passer pour un con plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute à ce sujet . (Pierre Desproges)

Colonel
Colonel

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 255
Inscription: 29 Aoû 2013, 13:14
Région: AQUITAINE
Pays: FRANCE

Voir le Blog de lejusticier : cliquez ici


Re: Larguer un message du général Leclerc sur la préfecture

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 14 Fév 2015, 15:35

Bonjour et grand merci à toi Yves.
Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 76440
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici



Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA LIBERATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  l'aide américaine vers l'URSS par les routes du Pacifique 41-45 
il y a moins d’une minute
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 21 
il y a 15 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Shoah: une majorité de Français ignorent le nombre de Juifs tués. 
il y a 17 minutes
par: François 
    dans:  (Les Milles ) Le train de la liberté 
Aujourd’hui, 09:39
par: Dog Red 
    dans:  Recherches sur le 159ème régiment d'infanterie 
Aujourd’hui, 07:34
par: Vaurias 
    dans:  Vous appréciez l'archéologie et l'antrhopologie funéraire...? 
Hier, 23:43
par: thucydide 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 17 
Hier, 23:27
par: Piriac 
    dans:  Quel char en mai 1940????? 
Hier, 23:07
par: thucydide 
    dans:  Que venez-vous de finir de lire ? 
Hier, 22:27
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Recherche informations Flamierge janvier 1945 
Hier, 22:14
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 32 invités


Scroll