Connexion  •  M’enregistrer

Groupe Naval Assaut de Corse

Tout ce qui concerne la libération de l'Europe et qui n'est pas développé au sein des sections ci-dessus.
MODÉRATEUR: EQUIPE ADMINS/MODOS

Groupe Naval Assaut de Corse

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 11 Nov 2013, 00:22

Entre Théoule sur Mer et Agay j'ai photographié ce monument il y a longtemps, pas loin il y a une croix de Lorraine. Mafhoud doit connaitre ?
Fichiers joints
SUNP0020.JPG
SUNP0020.JPG (157.2 Kio) Vu 3220 fois
SUNP0019.JPG
SUNP0019.JPG (265.14 Kio) Vu 3220 fois
SUNP0018B (2).JPG
SUNP0018B (2).JPG (265.14 Kio) Vu 3220 fois
Siamo 30 d'una sorte, 31 con la morte. Tutti tornano o nessuno. Gabriele d'Annunzio, Canzone del Quarnaro.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7436
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: Groupe Naval Assaut de Corse

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Mahfoud06  Nouveau message 23 Nov 2013, 12:19

Effectivement je connais ce n'est pas très loin de chez moi .


Historique

Fusiliers du Groupe Naval d'Assaut, formé en Corse en 1943 (Capitaine de Frégate Seriot) Le groupe participe à diverses opérations de renseignement sur les côtes italiennes. Composé de 67 fusiliers Marins (soit la valeur d'un commando), il débarque le 15 août 1944 sur unes des ailes de l'opération (Anvil / Dragon). Il tombe sur un champ de mines non répertorié et subit de lourdes pertes. Après avoir été affectée à la garde des ports en Languedoc, l'unité sera dissoute en septembre 1944.

Voici l'histoire du groupe naval d'assaut, tiré du livre de Georges Fleury aux éditions copernic.

En Octobre 43 le contre-amiral Battet, qui dirige les unités marine de Corse, ordonne au capitaine de frégate Sériot d'organiser la partie navale des opérations amphibies qui doivent être lancées sur le littoral italien en partant des bases de la grande île.

Il s'agit de mettre à terre des troupes françaises entraînées aux coups de main : bataillon de choc et commandos d'Afrique. Deux chasseurs français, le 51 du lieutenant de vaisseau Putz et le 52 commandé par l'enseigne de vaisseau Devin transportent ces petits groupes de raiders jusqu'au dernier relais des rubbers-boats qui les poussent jusqu'aux endroits de débarquement à travers les champs de mines immergées. Ces petites embarcations, qui reçoivent le nom de "Groupe naval d'assaut de corse" sont placées sous le commandement de Sériot, secondé par l'enseigne de vaisseau Letonturier, l'ingénieur mécanicien Chaffiote, le capitaine de corvette de Lajudie, évadé de France et plus connu sous son nom de guerre de Vieux-Martin, et les O.R.I.C. Auboyneau et Montousse.

Lorsque, le 13 avril 1944, l'état-major général de marine déclare par décision 325 E.M.G./3 ce groupe d'assaut constitué en unité indépendante à compter du 1er janvier 1944, l'effectif total des volontaires ne dépasse pas les 40.

Le 18 novembre 1943, Vieux-Martin et Chaffiote, qui ont quitté Bastia sur une vedette britannique, doivent débarquer un agent secret britannique et deux radios du bataillon de choc à la pointe Della-Zucca. Leur vedette met en panne à moins de cinq cent mètres du but, les commandos sont transbordés sur un petit youyou qui chavire dans la houle assez forte. Les hommes du coup de main sont rapidement secourus par la vedette qui ne s'est heureusement pas encore trop éloignée mais le matériel radio est perdu. Chaffiote, seulement accompagné d'un matelot anglais, repart sur un rubber-boat pour débarquer l'agent secret de la couronne britannique.

Le 22 décembre, à 18h30,le capitaine de frégate Sériot, Vieux-Martin,Chaffiote et l'enseigne de vaisseau Letonturier embarquent avec une dizaine d'hommes du bataillon de choc commandés par le chef de bataillon Gambiez. Le but de l'opération commando est de débarquer à Talamone, reconnaitre le maquis, et faire sauter une ligne de chemin de fer. Les vedettes qui transportent les hommes tombent sur un patrouilleur allemand qui prend la fuite. Le temps est très mauvais, la mer forcit. Les rubber-boats qui ont pris en compte les commandos doivent faire demi-tour après une vaine tentative de débarquement. L'opération est annulée mais, reprise le 28 décembre, elle est couronnée de succès. Le commando a atteint son objectif et est ramené le 29 sans encombre à Bastia.

Dans la nuit du 16 au 17 mars 1944,le commandant Sériot et l'enseigne de vaisseau Letonturier effectuent une dangereuse reconnaissance sur Pianose où ils doivent pousser la nuit suivante un débarquement de cent vingt-sept hommes du commando français et un détachement de rangers
américains.


Le lendemain, les chasseurs 51 et 52,escortés par quatre vedettes alliées, appareillent de Bastia. A 22h05,ils mouillent à six cent mètres dans le sud de la baie de Cala-Ruta.Sériot, le lieutenant de vaisseau Laure, deux Oficiers-Mariniers et un quartier-maître débarquent les premiers pour signaler aux rangers et aux commandos le point de débarquement vers lequel convergent les rubber-boats. L'élément de plage est dirigé par le capitaine de corvette Marche, l'ingénieur mécanicien Chaffiote et l'enseigne de vaisseau Letonturier. un second-maître et un quartier-maître suivent le commando dans sa mission. Après l'assaut de l'objectif, les survivants du coup de main réembarquent sur les chasseurs embossés dans la baie et quittent rapidement les lieux à 7h00 en emmenant trente-huit prisonniers.

Quelques jours après ce coup de maître, le commandant Vieux-Martin embarque à Bastia avec le commandant de cavalerie Riotto sur une vedette italienne pour accompagner cinq hommes des commandos d'Afrique au cours d'une mission de destruction de voie ferrée dans un tunnel entre Savone et Gênes.Vieux-Martin disparaîtra avec tous ses compagnons de commando sans que personne ne réussisse jamais à savoir ce qui s'est réellement passé. Seuls les corps de deux commandos ont été retrouvés, celui de l'adjudant Verdier le 7 avril 1944 sur les sables d'Antibes et celui de l'adjudant-chef Seta, six jours plus tard, sur une plage près de Port-de-Bouc.

Après de nombreux coups de main sur les côtes italiennes, les hommes du groupe naval d'assaut de Corse reçoivent enfin la mission tant attendue de participer à la première phase du grand débarquement sur les côtes de Provence. Tout le groupe d'assaut embarqué sous les ordres de Sériot appareille le 14 août à 18 heures avec les soixante-sept hommes qu'ils doivent débarquer entre Le Trayas et Théoule afin d'effectuer des démolitions capitales sur les route Cannes-Fréjus et Cannes-St Raphael pour protéger le flanc droit du débarquement. La première mission, route de Fréjus-Cannes est commandée par le capitaine de corvette Marche, la seconde destructions sur l'axe Cannes-St Raphael, par le lieutenant de vaisseau Letonturier.


A 0h15 les bâtiments mettent en panne à environ mille cinq cent mètres de la pointe de l'Esquillon. Un avion qui lâche des fusées éclairantes les oblige à remettre les machines en marche et à faire semblant de piquer vers le sud à petite vitesse, mais la mise à l'eau des rubber-boats a lieu au point prévu à 1h15. Le capitaine de frégate Sériot qui a embarqué sur le
premier engin, atteint la terre à 1h40 et reconnaît les points d'accostage. Il ressort de la baie pour lancer les signaux lumineux prévus pour alerter les autres rubber-boats qui foncent vers le sol francais. A 2h00,une fusée rouge et une fusée blanche montent dans le ciel de l'intérieur des terres et une longue rafale de de mitrailleuse allemande déchire le silence de la nuit provençale. Heureusement,les fusées fonctionnent mal, les Allemands, qui semblent avertis de l'imminence d'une intrusion ennemie, n'aperçoivent pas les commandos.


Pendant que le lieutenant de vaisseau Letonturier débarque son matériel de démolition, le capitaine de corvette Marche,suivi de l'O.R.I.C. Auboyneau prend la tête de la colonne silencieuse. A 2h50,une mine explose sous les pas des commandos, Auboyneau est blessé en même temps que deux de ses matelots. Deux autres engins-pièges explosent quelques instants après et l'enseigne de vaisseau Servel, du groupe Letonturier, saute à son tour quelque minutes après cette deuxième explosion. Il est tué dans le même embrasement hurlant qui fauche un second-maître et deux quartiers-maîtres. C'est l'enfer; les commandos infiltrés sont en pleine zone minée. Cinq matelots sont encore blessés et, vers 4h30,c'est au tour de Letonturier de sauter. Il n'est que blessé; un matelot mortellement touché s'écroule non loin de lui. L'opération est désespérée, trois autres matelots tombent encore. Alertés par le vacarme des explosions, les Allemands barrent la route des survivants. Le capitaine de corvette Marche tente de s'échapper, il saute lui aussi sur une mine, son corps roule sur les pentes de la falaise infernale. Refusant de se rendre, risquant le tout pour le tout,les commandos de Chaffiote entraînent les blessés vers la mer. Letonturier saute une seconde fois sur une mine, il a la jambe fracturée. Les blessés ne peuvent pas être descendus sur les éboulis de la falaise. Vingt-cinq survivants seulement regagnent les rubber-boats. Deux avions piquent et repiquent sur eux, les hommes replongent dans la mer et regagnent à la nage le pied de la falaise où les attendent les soldats Allemands. Tandis que l'ingénieur mécanicien Chaffiote est conduit sans ménagements au PC du général Allemand qui commande les défenses du secteur, les blessés sont entassés dans une villa au-dessus des champs de mines. Une unité F.F.I.,alertée par deux civils, attaque l'escorte des prisonniers valides sur la route de Grasse et une dizaine de commandos réussissent a s'évader dans la confusion de l'embuscade pour rejoindre les unités américaines qui débarquent. Au cours de cette nuit dramatique, le groupe naval d'assaut a perdu deux officiers, deux Oficiers-Mariniers et six hommes d'équipage ainsi que dix-sept blessés. Vingt-huit hommes restent aux mains des Allemands. Après les jours meilleurs qui suivent le débarquement, les rescapés de l'opération regagnent la Corse où s'effectue la dissolution de cette magnifique unité.

Source :

http://musee.fusco.lorient.free.fr/hist ... tcorse.htm
Ma passion est pareille à leur engagement à tous . Tant inexplicable qu'extraordinaire .

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1867
Inscription: 26 Déc 2006, 11:19
Localisation: Cannes
Région: PACA
Pays: France

Voir le Blog de Mahfoud06 : cliquez ici


Re: Groupe Naval Assaut de Corse

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 23 Nov 2013, 14:03

merci, je savais qu'on pouvait compter sur le "régional de l'étape" ! :cheers:
Le cliché est de mauvaise qualité, la borne et la croix de Lorraine sont situés entre la Napoule et Agay.
Une autre plaque est située à la Napoule, au rond-point de Mandelieu, indiquant qu'un bombardier US a été abattu.
ALEX
Siamo 30 d'una sorte, 31 con la morte. Tutti tornano o nessuno. Gabriele d'Annunzio, Canzone del Quarnaro.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7436
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: Groupe Naval Assaut de Corse

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 23 Nov 2013, 14:04

PS, si j'ai le temps, je vais essayer de faire du contraste sur le cliché pour lire les inscriptions sur la borne.
Siamo 30 d'una sorte, 31 con la morte. Tutti tornano o nessuno. Gabriele d'Annunzio, Canzone del Quarnaro.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7436
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: Groupe Naval Assaut de Corse

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Mahfoud06  Nouveau message 24 Nov 2013, 18:31

En bon petit reporter amateur je m'y suis rendu toute à l'heure :

Image

Image

Image

Image

Image

En ce qui concerne le crash du bombardier voir mon topic :

viewtopic.php?f=90&t=31503

Le rond point où figure une stèle :

Image
Ma passion est pareille à leur engagement à tous . Tant inexplicable qu'extraordinaire .

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1867
Inscription: 26 Déc 2006, 11:19
Localisation: Cannes
Région: PACA
Pays: France

Voir le Blog de Mahfoud06 : cliquez ici


Re: Groupe Naval Assaut de Corse

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 25 Nov 2013, 10:11

MERCI
c'est bien d'avoir un régional présent sur place !
Alex
Siamo 30 d'una sorte, 31 con la morte. Tutti tornano o nessuno. Gabriele d'Annunzio, Canzone del Quarnaro.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7436
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: Groupe Naval Assaut de Corse

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Mahfoud06  Nouveau message 29 Nov 2013, 21:46

Avec plaisir ! :)
Ma passion est pareille à leur engagement à tous . Tant inexplicable qu'extraordinaire .

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1867
Inscription: 26 Déc 2006, 11:19
Localisation: Cannes
Région: PACA
Pays: France

Voir le Blog de Mahfoud06 : cliquez ici


Re: Groupe Naval Assaut de Corse

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 05 Aoû 2014, 20:20

A la Napoule, une plaque commémore la mort de ses fusiliers-marins commandés par le capitaine de frégate Gérard Marche, je l'ai photographiée :
Fichiers joints
WP_20140731_004[1].jpg
WP_20140731_004[1].jpg (1.21 Mio) Vu 1764 fois
Siamo 30 d'una sorte, 31 con la morte. Tutti tornano o nessuno. Gabriele d'Annunzio, Canzone del Quarnaro.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7436
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici


Re: Groupe Naval Assaut de Corse

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de alfa1965  Nouveau message 05 Aoû 2014, 20:21

d'autres infos complémentaires ici :
http://provence44.skyrock.com/
Fichiers joints
WP_20140731_005[1].jpg
WP_20140731_005[1].jpg (1.24 Mio) Vu 1762 fois
Siamo 30 d'una sorte, 31 con la morte. Tutti tornano o nessuno. Gabriele d'Annunzio, Canzone del Quarnaro.

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7436
Inscription: 29 Déc 2008, 21:15
Localisation: PONTAULT COMBAULT 77
Région: Ile de France
Pays: France

Voir le Blog de alfa1965 : cliquez ici



Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LA LIBERATION




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  l'aide américaine vers l'URSS par les routes du Pacifique 41-45 
Hier, 23:47
par: Alfred 
    dans:  Vous appréciez l'archéologie et l'antrhopologie funéraire...? 
Hier, 23:43
par: thucydide 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 17 
Hier, 23:27
par: Piriac 
    dans:  Quel char en mai 1940????? 
Hier, 23:07
par: thucydide 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 21 
Hier, 22:33
par: coyote 
    dans:  Que venez-vous de finir de lire ? 
Hier, 22:27
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Recherche informations Flamierge janvier 1945 
Hier, 22:14
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Recherches sur le 159ème régiment d'infanterie 
Hier, 22:06
par: alain adam 
    dans:  Shoah: une majorité de Français ignorent le nombre de Juifs tués. 
Hier, 21:48
par: frontovik 14 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 18 
Hier, 20:33
par: François 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 29 invités


Scroll