Connexion  •  M’enregistrer

besoin d'aide svp

Cet espace est consacré à l'uniformologie des belligérants et des pays neutres entre 1939 et 1945
MODÉRATEUR: iffig

Nouveau message Post Numéro: 11  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 31 Mai 2006, 14:54

RAC a écrit:Bonjour Daniel,
Les 2 photos datent du mois d'Aout 1943 (d'aprés la legende au dos)
et ont été prises dans un village du nom de Egletons en Corrèze.
Ces photos m'on étaient données par mon grand pere qui figure sur les 2 photos (1er photo rang du bas, l'homme avec les lunettes ),il appartenait
a une section de l'A.S.


Bah que veux-tu savoir de plus ?


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 12  Nouveau message de Daniel Laurent  Nouveau message 31 Mai 2006, 14:56

Bonjours RAC,
RAC a écrit:Les 2 photos datent du mois d'Aout 1943 (d'aprés la legende au dos) et ont été prises dans un village du nom de Egletons en Corrèze.
Ces photos m'on éte données par mon grand pere qui figure sur les 2 photos (1er photo rang du bas, l'homme avec les lunettes ), il appartenait
a une section de l'A.S.

Ouaouh !
Plusieurs remarques :
1 - Si ton grand pere est toujours parmi nous, tu lui presente mes hommages et mes respects. Je, tu, nous tous ici lui devons beaucoup. Fais-lui savoir. S'il n'est plus parmi nous, fais lui savoir quand meme.
2 - Aout 1943 ! Presque des precurseurs. Ils sont beaux leurs "uniformes", ils n'avaient rien a l'epoque, de bric et de broc comme je l'ai deja dis, mais ils avaient de l'allure. Et la volonte, quasi desperee, d'etre l'Armee Francaise. D'etre la France. Ils l'etaient, fait passer.
3 - La Correze.... qui, a ce que je sais, c'est liberee pratiquement seule. Il a du en voir des vertes et des pas mures, ton grand-pere, durant l'ete 44. Tu as des details ? Racontes nous. Il est bon, et bien, que les memoires de ces humbles combattants de base ne soient pas perdues.

Tes efforts, RAC, d'en savoir plus quant a cet homme qui, avec ses lunettes, a risque sa peau pour nous, pour toi, sont louables. Je sais que j'ai l'air un peu romantique sur ce poste, mais c'est ma conviction intime et de nombreux membres ici seront d'accord avec moi.

Note pour Laurent Pepe: Je nai pas compris tes interventions. Precise ??


 

Voir le Blog de Daniel Laurent : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 13  Nouveau message de RAC  Nouveau message 31 Mai 2006, 19:29

Bonjour,
Je suis tout à fait d'accord avec vous Daniel sur le fait que nous devons
beaucoup à ces heros qui nous ont libérés.
Mon grand pere est encore vivant et m'a raconté quelques souvenirs de ces années de guerre.Il m'a dit qu'il avait "pris le maquis"en Mars 1943(à l'age de 17 ans )aprés avoir vus son frere,prisonnier de guerre,revenir des camps de prisonniers allemand dans un mauvaise état.Il m'a dit que lui et ses compagnons "campaient" dans les bois a proximité d'une riviere et dormaient à la belle étoile dans les environs de St Augustin.Il avait comme surnom "Vercingetorix".Il m'a dit aussi qu'un jour il avait reçu l'ordre de tuer un lieutenant SS (il a meme recuperer son pistolet aprés) car celui ci avait fournit de faux renseignements.Mais je vais lui poser plus de questions ce soir pour avoir plus de renseignements et j'écrirais ses dires dés que je pourrais.
a +


 

Voir le Blog de RAC : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 14  Nouveau message de RAC  Nouveau message 31 Mai 2006, 22:17

Bonjour ,
pour ceux que ça interesse, aprés avoir fait le maquis ,mon grand pere ( l'homme à lunettes ci-dessus )s'est engagé dans le 126 regiment d'infanterie (je n'ai pas de date ) puis à la liberation ( aout 1944 )il a été incorporé dans la compagnie canon d'infanterie du 23eme regiment d'infanterie coloniale et a participé aux combat dans le doubs (octobre et novembre 1944 ),à la bataille de Mulhouse ou sa compagnie contribua efficacement au succés du regiment devant cité Anna (23-24 et 25 Janvier 1945 ).Sa compagnie effectue le passage du rhin en Janvier 45 et se retrouve en Allemagne ou elle se bat prés de Spessart ,au chateau de l'Elberg ou les allemands se sont retranchés (9 Avril 1945 ) et à Kuppenhbim le 11 Avril.Pour ces faits ,sa compagnie a reçu une citation avec l'attribution de la croix de guerre 1939/45 avec étoile de vermeil.Je vais essayer de mettre des photos ci-dessous.
[url][URL=http://www.photomania.com/]Image[/url][/url]


 

Voir le Blog de RAC : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 15  Nouveau message de RAC  Nouveau message 31 Mai 2006, 22:23

voici le reste des photos :

[url][URL=http://www.photomania.com/]Image[/url]



PS:Petite rectification, mon grand pere n'a pas tuer l'officier SS sur ordre
mais durant la bataille de Mulhouse.Il n'est pas rentré dans la resistance
en Mars mais en été (courant juin-aout).
A+[/url]


 

Voir le Blog de RAC : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 16  Nouveau message de Narduccio  Nouveau message 31 Mai 2006, 23:09

Daniel Laurent a écrit:Bonjours RAC,
RAC a écrit:Les 2 photos datent du mois d'Aout 1943 (d'aprés la legende au dos) et ont été prises dans un village du nom de Egletons en Corrèze.
Ces photos m'on éte données par mon grand pere qui figure sur les 2 photos (1er photo rang du bas, l'homme avec les lunettes ), il appartenait
a une section de l'A.S.

Ouaouh !
Plusieurs remarques :
1 - Si ton grand pere est toujours parmi nous, tu lui presente mes hommages et mes respects. Je, tu, nous tous ici lui devons beaucoup. Fais-lui savoir. S'il n'est plus parmi nous, fais lui savoir quand meme.
2 - Aout 1943 ! Presque des precurseurs. Ils sont beaux leurs "uniformes", ils n'avaient rien a l'epoque, de bric et de broc comme je l'ai deja dis, mais ils avaient de l'allure. Et la volonte, quasi desperee, d'etre l'Armee Francaise. D'etre la France. Ils l'etaient, fait passer.
3 - La Correze.... qui, a ce que je sais, c'est liberee pratiquement seule. Il a du en voir des vertes et des pas mures, ton grand-pere, durant l'ete 44. Tu as des details ? Racontes nous. Il est bon, et bien, que les memoires de ces humbles combattants de base ne soient pas perdues.

Tes efforts, RAC, d'en savoir plus quant a cet homme qui, avec ses lunettes, a risque sa peau pour nous, pour toi, sont louables. Je sais que j'ai l'air un peu romantique sur ce poste, mais c'est ma conviction intime et de nombreux membres ici seront d'accord avec moi.


Je n'aurais pas dit mieux, alors transmet lui nos remerciements, nos hommages et qu'il sache que nous éprouvons un grand respect pour lui.
Mais, j'ai un petit plus :
RAC a écrit:à la bataille de Mulhouse ou sa compagnie contribua efficacement au succés du regiment devant cité Anna (23-24 et 25 Janvier 1945 ).

Présente-lui le merci d'un Mulhousien.
Un petit détail : cité Anna, c'est plutôt à Wittenheim. Sur le site de Wittenheim, il y a le souvenirs de ces jours ou la peine et la joie se sont mélangées. La peine pour ceux qui sont tombés, la joie de la Libération.

Jeudi le 25 janvier.

Tandis que les événements précités se déroulèrent au centre de la bourgade, le 230 R.I.C. et le 6° R.I.C. s'étaient acquittés d'une bonne partie de leur tâche. Après avoir nettoyé Lutterbach le 21 janvier, le 23 e R.I.C. s'empare de Richwiller-Grossacker, et, passant le 21 janvier par la Fabrique, fonce le 23 au matin sur le Meyer-Hof. Ce dernier liquidé, après une lutte acharnée dans la soirée du 24 janvier, le prochain objectif sera la cité Fernand-Anna. Mais laissons ici la parole au 23e R.I.C. lui-même.

...Dépassant les éléments du 1er Bataillon, le 2e Bataillon doit attaquer Cité Anna après une préparation d'artillerie de 40,minutes et avec l'appui d'un peloton de chars.

Coiffant littéralement dans un premier temps la Cité Anna proprement dite, le Bataillon se rabattra ensuite sur sa gauche pour s'emparer du Puits Anna.

La manœuvre se déroule bien ainsi, la relation suivante en a été faite par l'attaquant de tête

« La compagnie a pour mission de s'emparer de la moitié Est de la Cité Anna. Elle s'installera aux lisières Nord.

Les ordres arrivent tard dans la nuit et il faudra attaquer à l'aube. Au jour, ce serait un suicide. Ce n'est même pas une plaine pour y aller, c'est un billard.

Le réveil a lieu à 0h.30.

Il a neigé dans la nuit.

A 4h., réunion des Chefs de section. Rien de précis n'a pu leur être dit plus tôt. Ils savent seulement que l'on va attaquer et que ce sera la Cité Anna. Un dur morceau. On va encore essayer la tactique qui nous a si bien réussie cinq jours plus tôt, lors de la prise de la Teinturerie de Pfastatt. Il s'agit d'aller plus vite que l'ennemi ne le peut supposer, se saisir de l'objectif alors qu'il croit pour le mieux, encore aux lisières et le nettoyer ensuite, tranquillement, avec un élément du 2e échelon. Nos hommes sont au point pour le faire. Ils viennent de le montrer et le succès n'a pu que les rendre encore plus ardents. Ils ont cette « furia française » que leurs aînés ont illustré.

Les délais de surprise pour atteindre les lisières seront courts. L'ennemi sera alerté par la préparation massive qui lui est offerte. Juste le temps de se rendre compte que c'est bien le dernier obus tombé et de relever la tête. Combien de temps ! Trois minutes ! Deux minutes ! Moins encore ! Heureusement que l'artillerie française est leur terreur ; en tous cas, il faudra serrer au plus prés des éclatements et bondir aussitôt, car l'échelonnement nécessaire de la compagnie fait poser le problème, non pas pour les premiers éléments, mais pour les derniers.

Il est 5h.45, la nuit est claire, les sections se rassemblent tranquillement et sans bruit. On dirait un départ pour l'exercice si ce n'était-les grenades accrochées par la cuillère dans les boutonnières des blousons. Les jambes sont libres, la démarche aisée, le regard droit. Des soldats ! Ils sont dignes de la légende que l'on créera sur eux plus tard.

6h.40, la Compagnie quitte la grand'route pour s'engager dans le chemin parallèle aux lisières du village à un kilomètre au sud. La préparation commence. Les lueurs des explosifs et les gerbes des obus au phosphore détachent les premières maisons en ombre chinoise. Une chance heureuse pour nous guider dans la bonne direction. Encore un quart d'heure, et tout est prêt. La Compagnie piquète sur la neige une vague figure rectangulaire d'environ 200 mètres de front sur 400 de profondeur.

7 heures. Le dispositif s'ébranle. II faut être sûr d'avoir le temps de serrer suffisamment près, et pourtant il faudrait bien pouvoir rester le moins possible là-bas. Le séjour risque d'y être malsain..

7h.15. Les éléments de tête sont à moins de 150 mètres des lisières. Une minute après, un matraquage sévère de mortiers allemands nous arrivent dessus. Tout le monde est étendu à plat dans la neige, immobile. Par endroit, les obus ont l'air de se toucher. Et tout autour, presque dessous, des hommes ; jamais un seul ne s'en relèvera. Là-bas, sur les lisières, le tir continue. L'œil est rivé à la montre ; les minutes sont longues. Vont-ils finir, enfin, que l'on puisse avancer et quitter ce maudit coin.

7h.21. Une salve de fumigène placée comme à la main, juste devant, à nous toucher. En avant ! Allez, le 5e debout ! Les Allemands continuent à tirer. Ça ne fait rien. Les gars se lèvent, bondissent sans souci de rien, ne voyant que ces lisières que l'on doit, que l'on veut avoir, qu'on aura ! Le Sergent J... se penche un instant sur A..., blessé. « Laisse-moi, en avant, les maisons sont là tout prés ! » Allez-y gars ! On y est ! On les a ! De la gauche, une mitrailleuse commence à tirer, hésitante, puis s'affermit. Maintenant c'est par bandes. Elle veut nous arrêter. Sur la droite une autre, deux autres lui font écho. Trop tard, nous sommes dans le village. Les éléments désignés serrent sur O. 1. La préparation d'artillerie qui se continue sur O.2. tombe un peu court. Le nettoyage de la partie Sud se fait comme prévu. Il commence à faire jour. On se regroupe. La première section n'a pas pu passer. Sans doute cette maudite carrière a dû l'obliger à faire un crochet et ils sont arrivés trop tard sur les lisières. On se

recompte. Dans les sections, il manque des gars laissés sur le terrain par le bombardement.

Attention, la préparation sur O. 2.va se terminer.

7h.53. De nouveau la charge à travers les jardinets, sautant les barrières, enfonçant les portes charmantes et dérisoires qui les ferment. Une figure timide à un volet qui s'entrebâille avec précaution : « Les Français ! Bonjour ! Bonjour ! En avant ! »

8 heures, les lisières nord ; l'objectif final est atteint. Un boche est encore assis dans une camionnette, en train de réchauffer son moteur. « Vous permettez ? Elle est à nous !... » Un autre charge dans sa voiture une Norvégienne de café chaud. Il nous l'offre. On ne peut être plus courtois. I1 nous offrirait d'ailleurs sa chemise si on la lui demandait.

Il faut nous organiser, vite, pour le cas où, remis de leur stupeur, les Allemands viendraient nous tâter, pour que notre faible effectif puisse leur faire illusion. Les patrouilles de liaison n'ont en effet rien donné. Nous sommes tout seul dans la Cité Anna. Pas de liaison radio. A se demander si nous avons bien attaqué le bon village ou si nous ne nous sommes pas trompés de jour. Les gens commencent à nous entourer, heureux. On leur conseille doucement, mais fermement, de retourner dans leurs caves. Certes, nous n'avons pas l'intention de repartir ; mais il est dans le domaine des choses possibles que ça barde quand-même encore un peu, un peu trop même si les blindés s'en mêlent. La D.C.B. du dispositif se résume en effet en trois lance-grenades et une douzaine de grenades à fusil. On a bien un Rockett, mais les obus n'ont pas suivi !

Le Sergent-Chef P... et le Soldat D... aperçoivent un groupe d'une vingtaine d'Allemands qui s'avance au nord du « Crassier ». Ils ouvrent le feu avec leurs mitraillettes. Le groupe B..., « Toto » en tête, se porte à leur renfort. Sept boches en moins. Les autres n'insistent pas. Nous sommes toujours sans liaison.

Vers 9 h. 30, venant de l'Ouest, une auto-mitrailleuse allemande s'avance précautionneuse, le long de notre rue. La mitrailleuse légère de C... est là, un peu en retrait. Encore cinquante mètres, trente mètres, vingt mètres ; de C... épaule sa mitraillette et lâche deux rafales. Les deux occupants accoudés sur le blindage, en observation, s'écroulent ensemble. A la pièce, Ch.., ouvre le feu et lâche presque toute une bande. L'A.M. fait demi-tour et s'enfuit sans résister.

En prévision d'une contre-attaque suivant cette reconnaissance, le dispositif est resserré. Le vaste bâtiment du P.C,. se transforme en réduit d'où l'on pourra facilement s'expliquer. Nos gars semblent enchantés de cette perspective et même paraissent la trouver très drôle.

La compagnie n'a-t-elle pas un « pot de feu de Dieu ! » alors, pourquoi sen faire !

Deux chars, deux Jagdpanthers apparaissent sur la route de Pulversheim à 500 mètres de nous. Ils s'arrêtent quelques instants.

Vont-ils se rabattre ? Non ! Ils continuent vers le Nord et derrière-eux, bientôt huit blindés plus petits, autos-mitrailleuses et autos-canons, suivent sagement à la queue leu leu. Peut-être après tout, est-ce cette réaction peu normale d'une petite mitrailleuse contre un blindé qui leur a fait supposer l'épaulement d'une D.C.B. puissante !

Nous sommes toujours sans liaison, sans un renseignement d'aucune sorte. Les agents de transmissions envoyés à l'arrière ne sont pas encore revenus. La situation est certainement sportive, mais elle commence à risquer de devenir désagréable. pour peu qu'elle se prolonge encore longtemps !

10 heures moins 5. Un bruit de chars venant du Sud. Cinq minutes après débouche la première section et les éléments qui s'étaient amalgamés, juste à temps pour permettre à P... de descendre avec sa mitrailleuse lourde les deux occupants d'une voiture légère allemande courant rejoindre ses blindés. Jamais les Sherman ne m'ont paru si beaux ! En même temps qu'eux, arrive le capitaine N..., leur observateur d'artillerie d'appui direct.

La situation devient nettement plus facile.

C'est l'heure du déjeuner ; comme d'habitude, personne. n'y pense... jusqu'au moment où un peu de détente vous fait découvrir une faim canine. De la détente, il en est assez peu question. Venant de Wittenheim, cinq blindés légers avec environ une section d'Infanterie, s'avancent sur le billard. Les tuniques blanches, analogues à celles des camarades d'autres unités, cette avance tactiquement bizarre en dehors des couverts très perméables et proches, font hésiter sur l'identification. Ce sont pourtant bien des boches. Ils ouvrent le feu sur notre bâtiment â moins de 800 mètres Mais déjà la concentration d'artillerie est partie, et tout le monde est en alerte. Le Capitaine N... la règle soigneusement au milieu des arrivées, sans même l'interrompre pour apprécier le, passage à travers le plancher, à moins de deux mètres de lui, d'un obus qui ricoche de l'étage en-dessous. I1 n'éclate pas ; un beau petit trou bien rond de 50 cm. de diamètre au milieu d'un nuage de plâtres. La suite de la journée nous permis de constater que ce calme effarant, ce sang-froid imperturbable et ce parfait mépris du danger semblent son habituelle manière d'être.

Dés l'arrivée du tir demandé, l'Infanterie se dispersé et les blindés cessent de progresser. Les Sherman et les T.D. se mettent en action. Deux boches semblent touchés, les autres se replient. Ils ont manqué une belle occasion en ne venant pas trois heures plus tôt. La chose aurait été moins facile pour nous.

C'en est fini maintenant avec l'infanterie. Les Allemands ne semblent plus craindre que le débouché de nos blindés. Ils font une démonstration avec deux Jagdpanthers et trois autres plus petits en s'avançant, venant du Nord, jusqu'à un millier de mètres du village.

Encore des blessés chez nous. Le Médecin Sous-Lieutenant D..., venu nous dépanner vers midi, se dépense sans compter. Il navigue entre nous et la 6e Compagnie. L'itinéraire est pris en enfilade par une mitrailleuse légère allemande tirant de la droite, difficile à localiser, et encore plus difficile à faire taire. Il ne s'en soucie pas. Il soignera et évacuera sans arrêt jusqu'à deux heures du matin, ne consentant à prendre un peu de repos que lorsque tout est fini. J'ai rarement vu la fatigue comme sur son visage.

La nuit arrive. Petit à petit, le silence. Seuls dans le lointain, quelques tirs de harcèlement. Les guetteurs, doubles, veillent. Nos gars avaient raison en déclarant orgueilleusement aux habitants, leur disant et leur joie et leur crainte de les voir repartir : « Craignez-rien, 1a Coloniale ne fout jamais le camp... »


http://wittenheim68.free.fr/gu1.htm
http://pfastatt.typepad.com/unjour/2005/01/les_archives_de.html
http://www.troupesdemarine.org/traditions/histoire/hist013.htm


 

Voir le Blog de Narduccio : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 17  Nouveau message de Narduccio  Nouveau message 31 Mai 2006, 23:15

Il y a même un plan des opérations, mais on ne peut pas le copier. Voici le lien : http://wittenheim68.free.fr/plan45.htm

Image


 

Voir le Blog de Narduccio : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 18  Nouveau message de Narduccio  Nouveau message 31 Mai 2006, 23:20

D'après les témoignages, les combats furent rudes. Pour avancer de 40 mètres, il fallu une journée de combats :
Au soir de ce samedi 27 janvier , la cité Kullmann est nettoyée à fond, est libérée. Les diverses unités du 6e R.I.C. et ceux du 23 R.I.C. font la jonction dans la rue des Mines, aux abords du cimetière.

Cependant, la cité Kullmann n'ayant pas été désignée par le OKW comme devant constituer le centre de résistance (voir l'emplacement des Panzersperren) par excellence, la corvée la plus pénible restera à exécuter. Du cimetière à la sortie Nord du village, séparé l'un de l'autre de 1 km. environ, il fallait quatre jours de lutte sanglante, lutte où la vaillance de nos soldats fut mise à rude épreuve. C'est durant ces jours que fut imposé à Wittenheim l'ineffaçable sceau de Gueule cassée, inimaginable, atroce. A partir du cimetière, chaque maison a connu sa tragédie.

Dimanche matin, le 28 janvier, à 8 h. 30 , une véritable nuée de Jagdpanzer, appuyée à l'arrière par des Tiger, fait apparition du côté de Jungholtz-Théodore, en direction du cimetière - Rue des Mines. Ce sentant forts de cet appui, les S.S. barricadés dans et derrière chaque maison, sauvages par nature, deviennent enragés. Ce n'est plus une lutte, ce n'est plus un combat : c'est un massacre, un carnage, une tuerie horrible et sans pareille. Toutes les armes sont en jeu : du canon au mortier, de la mitrailleuse au pistolet, de la baïonnette à la crosse, de la grenade à mains et de la Panzerfaust au lance-flammes. A ne pas parler des centaines de mille de mines posées venant à éclater. Commençant par la maison Heck, rue des Mines, traversant le cimetière, où dans leur suprême refuge les morts eux-mêmes se redressent au milieu des trous d'obus, où plus d'une croix s'érige mutilée, accusatrice, maison par maison, avant d'être prise, s'écroule, s'embrase. La vaillance de nos soldats, maîtres d'abord, repoussés ensuite, reprenant pied, devant lâcher d'un côté, attaquant de l'autre, ne connaît pas de bornes. Au dessus d'eux-mêmes, connaissant leur devoir, sachant qu'il y va de la Liberté, ils finiront quand-même par avoir raison de ces bêtes féroces.

On est lundi matin 29 janvier . Les Français ont atteint Steiner, dépôt de tabac, à une quarantaine de mètres du cimetière ; leurs adversaires se cramponnent à la pharmacie Haas. Plus vers le centre, le village est toujours pilonné. Les grenades incendiaires et les obus à phosphore mettent en feu la Boulangerie Kuntz et la propriété Baumgartner Paul. Dans le courant de la journée, l'Ecole des filles devait être évacuée. La Municipalité s'y oppose fermement.


Certains soldats Allemands luttèrent jusqu'au bout :
Je cite un fait: un soldat allemand, grièvement blessé, s'était fait un garot avec une bretelle. Il s'était planqué dans un trou d'obus armé d'une mitrailleuse lourde et des bandes de balles qui lui ont permis, pendant des heures, de décimer tout ce qui bougeait et devant les nôtres, impuissants.


 

Voir le Blog de Narduccio : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 19  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 01 Juin 2006, 08:39

Daniel Laurent a écrit:
Note pour Laurent Pepe: Je nai pas compris tes interventions. Precise ??


je m'explique :


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 20  Nouveau message de Laurent Pépé  Nouveau message 01 Juin 2006, 08:41

Laurent Pépé a écrit:
RAC a écrit:Bonjour Daniel,
Les 2 photos datent du mois d'Aout 1943 (d'aprés la legende au dos)
et ont été prises dans un village du nom de Egletons en Corrèze.
Ces photos m'on étaient données par mon grand pere qui figure sur les 2 photos (1er photo rang du bas, l'homme avec les lunettes ),il appartenait
a une section de l'A.S.


Bah que veux-tu savoir de plus ?


RAC demande des renseignements sur l'uniforme de la photo, mais il saiT déjà presque tout , et il a la chance d'avoir son grand-pere vivant.
Comment peut-on l'aider mieux ?

:wink:


 

Voir le Blog de Laurent Pépé : cliquez ici


PrécédenteSuivante

Retourner vers UNIFORMES DECORATIONS GRADES




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  La femme au temps du National-Socialisme 
Hier, 23:07
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 23:04
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Ligne Maginot vs mur de l'Atlantique 
Hier, 22:38
par: Dog Red 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
Hier, 21:48
par: iffig 
    dans:  antenne du consulat américain à Lyon 1942-1944 
Hier, 21:47
par: pierma 
    dans:  Hitler 
Hier, 21:28
par: frontovik 14 
    dans:  12ème régiment de chasseurs à cheval en 1945-1946 
Hier, 19:53
par: pigeon38 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 19:40
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  266 Infanterie Division 
Hier, 18:55
par: yannig du 22 
    dans:  Organisation du Gross-Paris 
Hier, 15:46
par: tistou48 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: carlo et 19 invités


Scroll