Page 1 sur 1

Procès anglais de Ravensbruck

Nouveau messagePosté: 16 Aoû 2019, 17:59
de DominiqueCamusso
Bonjour à toutes et à tous
Je prépare une éventuelle visite aux archives nationales anglaises pour consulter les documents relatifs au procès de Ravensbruck qui s'est tenu à Hambourg de décembre 46 à février 47.
Quelqu'un aurait inventorié ce que l'on trouve dans les différents cartons de cet inventaire
https://discovery.nationalarchives.gov.uk/browse/r/h/C4407705
Peu familier de la procédure judiciaire anglo saxonne, les titres des dossiers ne m'eclairent pas vraiment

Procès anglais de Ravensbrück

Nouveau messagePosté: 16 Aoû 2019, 23:01
de AGAG
Bonjour,

Les archives de Germaine Tillon sont déposées au Centre de ressources du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, « bibliothèque et centre d’archives au service de publics scolaires, enseignants, chercheurs et d’institutions variées (associations, instituts de recherche européens) ». Peut être pourriez-vous leur adresser votre question par mail

Adrien PAUTARD, Assistant de conservation
03 81 87 83 15 / Fax : 03 81 87 83 34
adrien.pautard@citadelle.besancon.fr


D’autre part, dans ce texte de la chercheuse Cécile Vast, à partir de la page 4, l’organisation du procès est mise en relief :
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01178291/document

Bonne recherche,

AGAG

Re: Procès anglais de Ravensbruck

Nouveau messagePosté: 16 Aoû 2019, 23:08
de DominiqueCamusso
Bonsoir,
Merci pour votre réponse. Je connais ces documents et c'est justement pour sourcer ce que dit Germaine Tillon quand, dans son compte rendu du procès, elle dit "untel a d'ailleurs reconnu les faits et sa culpabilité". Mais qu'a-t-il dit exactement?
Je vais prendre contact avec la citadelle de Besancon.

Procès anglais de Ravensbruck

Nouveau messagePosté: 17 Aoû 2019, 13:01
de AGAG
Bonjour,

Il y a aussi Heather Stracey pour éventuellement vous guider dans le classement des archives des procès de Ravensbrück, grâce à son récent travail sur ce sujet « Ravensbrück-Hamburg Trials (RHTs) » dans le cadre d’un master.

«  ‘Enfer Des Femmes’: Britain and the Ravensbruck-Hamburg Trials.
2018 Canterbury Christ Church University

Abstract: Between December 1946 and June 1948 a series of seven Trials were conducted by a British Military Court. Known as the Ravensbrück-Hamburg Trials (RHTs), the defendants were former guards, doctors, nurses and prisoner functionaries (Kapos) from Ravensbrück Concentration Camp. These Trials are part of a number of forgotten trials concerning Nazi war crimes. Ravenbrück’s status as the largest women’s Camp during the Second World War means that evidence from the Trials sheds an important light on the experiences of women in concentration camps, as prisoners and perpetrators.

This thesis has two aims; firstly to produce a history of the RHTs, unveiling political decisions made by Britain and the Allied powers leading up to and during the Trials. These include decisions that were influenced by the growing Cold War, such as Britain’s refusal to hand Ravesbrück defendant’s to Warsaw in 1946, and the reasons behind the Trials fading from public memory. The second aim is to utilize evidence from the Trials to evaluate the role of Ravensbrück within the wider history of concentration camps, exposing the atrocities that took place therein and sharing the experiences of female prisoners. « « 

Sa page LinkedIn indique qu’elle travaille maintenant à : Collections, Archives & Local Studies. Tunbridge Wells Borough Council
https://uk.linkedin.com/in/heather-stracey-984b78160

AGAG

Re: Procès anglais de Ravensbruck

Nouveau messagePosté: 12 Sep 2019, 11:55
de DominiqueCamusso
Bonjour à tous
Pour info, M Pautard de la citadelle de Besançon vient de me faire parvenir des copies des documents que je cherchais.
Merci tout le monde

Re: Procès anglais de Ravensbruck

Nouveau messagePosté: 12 Sep 2019, 14:53
de Loïc Charpentier
Bonjour,
Au départ votre demande d'infos était sensée me passer largement au-dessus du pompon, mais votre formulation...

... elle dit "untel a d'ailleurs reconnu les faits et sa culpabilité". Mais qu'a-t-il dit exactement?


... m'a interpellée! :?: Qu'entendez-vous par "exactement" et, surtout, quel serait la motivation qui vous amène à souhaiter plus d'informations précises, 75 ans plus tard, émanant de tortionnaires du camp de Ravensbrück ?... Sachant que les responsables, 38, au total, ont, tous - y compris des femmes -, été jugés et condamnés, soit à la peine capitale, soit à de lourdes peines d'emprisonnement, seuls, 4, ayant fait l'objet d'un non-lieu ou été acquittés, que pouvez-vous espérer (de plus) des minutes du tribunal ? ::dubitatif::

Il s'est écoulé plus de 75 ans, depuis les faits, et 71, depuis le dernier jugement, en juillet 1948 ! Il serait, peut-être, temps de jeter un voile pudique sur ces abominations, mais, surtout, leurs victimes... Mais ce n'est que mon opinion de profane en la matière.

Re: Procès anglais de Ravensbruck

Nouveau messagePosté: 14 Sep 2019, 17:15
de DominiqueCamusso
Pour Loïc Charpentier

Bonjour Monsieur,
Je me permets de répondre à vos interrogations dont le fond et la forme me déplaisent.
Qu'est-ce que je cherche? Je cherche, dans le cadre de la rédaction d'une biographie, à accéder à une pièce que les historiens qualifieraient de "primaire" en lieu et place d'une pièce "secondaire" (c'est à dire rapportée par un tiers). Les deux types de pièces ont leur importance mais confondre l'une et l'autre relève d'une erreur d'étudiant en première année d'histoire.
Soyons plus précis. Germaine Tillon dans un article et dans plusieurs de ses livres indique que Johann Schwarzhüber a reconnu devant le tribunal de Hambourg avoir assassiné ou fait assassiner la personne dont je rédige la biographie. Cette source "secondaire" (mais pas annecdotique) me conduit donc à rechercher la déposition de Schwarzhüber devant le tribunal, source "primaire". C'est ceka que l'on trouve dans les minutes d'un jugement.
Derrière la phrase "quel(le) serait la motivation qui vous amène à..." je crois percevoir à mon encontre un soupçon de révisionnisme. Je ne ne vous connais pas, je suppose que la réciproque est vraie et donc une telle assertion relève soit d'un pur procès d'intention soit d'une maladresse crasse.
Sachez que je me moque éperdument du sort de Schwarzhüber, il a été arrêté, jugé, condamné et la sanction a été exécutée. Cela ne me pose aucun état d'âme. Si vous cherchez un révisionniste vous êtes bien mal tombé.
Mais, si vous chassez le révisionnisme, il me semble que l'une des armes utilisable est bien l'histoire avec ses méthodes qui mettent en lumière les faits et certainement pas de "tirer un voile pudique sur ces abominations et leurs victimes". La mémoire des victimes, enfin de celles qui me préoccupent, mérite au contraire que l'on ôte le voile d'oubli qui peu à peu les recouvre, laissant ainsi place aux discours les plus nauséabonds.

Re: Procès anglais de Ravensbruck

Nouveau messagePosté: 14 Sep 2019, 17:21
de Prosper Vandenbroucke
Attention j'ai mis un article de la charte dans une autre contribution:
viewtopic.php?f=59&p=715566#p715566
Voir mon post n° 12
Amicalement
Prosper :roll: :roll:

Re: Procès anglais de Ravensbruck

Nouveau messagePosté: 14 Sep 2019, 18:09
de Loïc Charpentier
DominiqueCamusso a écrit:Pour Loïc Charpentier

Bonjour Monsieur,
Je me permets de répondre à vos interrogations dont le fond et la forme me déplaisent.
Qu'est-ce que je cherche? Je cherche, dans le cadre de la rédaction d'une biographie, à accéder à une pièce que les historiens qualifieraient de "primaire" en lieu et place d'une pièce "secondaire" (c'est à dire rapportée par un tiers). Les deux types de pièces ont leur importance mais confondre l'une et l'autre relève d'une erreur d'étudiant en première année d'histoire.
Soyons plus précis. Germaine Tillon dans un article et dans plusieurs de ses livres indique que Johann Schwarzhüber a reconnu devant le tribunal de Hambourg avoir assassiné ou fait assassiner la personne dont je rédige la biographie. Cette source "secondaire" (mais pas annecdotique) me conduit donc à rechercher la déposition de Schwarzhüber devant le tribunal, source "primaire". C'est ceka que l'on trouve dans les minutes d'un jugement.
Derrière la phrase "quel(le) serait la motivation qui vous amène à..." je crois percevoir à mon encontre un soupçon de révisionnisme. Je ne ne vous connais pas, je suppose que la réciproque est vraie et donc une telle assertion relève soit d'un pur procès d'intention soit d'une maladresse crasse.
Sachez que je me moque éperdument du sort de Schwarzhüber, il a été arrêté, jugé, condamné et la sanction a été exécutée. Cela ne me pose aucun état d'âme. Si vous cherchez un révisionniste vous êtes bien mal tombé.
Mais, si vous chassez le révisionnisme, il me semble que l'une des armes utilisable est bien l'histoire avec ses méthodes qui mettent en lumière les faits et certainement pas de "tirer un voile pudique sur ces abominations et leurs victimes". La mémoire des victimes, enfin de celles qui me préoccupent, mérite au contraire que l'on ôte le voile d'oubli qui peu à peu les recouvre, laissant ainsi place aux discours les plus nauséabonds.


Bonjour,

::Merci:: pour votre développement circonstancié et justifié; ::super::
C'était, juste, même si mon approche du temps, sur les faits, n'est pas la même, ce que je "souhaitais" entendre.