Connexion  •  M’enregistrer

Le réchauffeur

Vous recherchez le parcours d'un vétéran, d'un prisonnier, d'un parent ou d'une unité, ou vous souhaitez faire identifier une photo, un document, c'est ici.
MODÉRATEUR: Marc_91, Dog Red

Le réchauffeur

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Beogles  Nouveau message 04 Fév 2019, 17:28

Bonjour,
J'en suis à la relecture finale, ou du moins je l'espère.
Je lis : "Le lendemain, il fallait aller regrouper la colonne. Je ne crois pas avoir eu aussi froid de ma vie. À 5 hommes, nous avions de la peine à faire tourner le tracteur. Nous n’aurions pu y arriver sans un réchauffeur que nous prêta le camp d’aviation. La bise soufflait. Voulant garnir le radiateur de nos tracteurs, nous en brisâmes 2 qui, au bout de 5 m de neige, éclatèrent à cause du gel. "

Le réchauffeur, selon la définition du Larousse, est un "appareil dans lequel on élève la température d'un fluide avant son utilisation."

Je ne sais pas quel fluide ils voulaient réchauffer : le diesel (je suppose que les tracteurs Latil fonctionnaient au diesel - qui gèle, apparemment à -20°, ou bien l'huile, ou bien l'eau pour le radiateur ?

Auriez-vous une idée ?
Merci, b.

Captain
Captain

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 180
Inscription: 20 Juin 2017, 11:11
Région: Bruxelles
Pays: Belgique

Voir le Blog de Beogles : cliquez ici


Re: Le réchauffeur

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 04 Fév 2019, 17:44

je suppose que pour les radiateurs, les mécanos avaient mis de l'antigel avant la période de froid.
C'était de l'entretien courant que les échelons mécaniques avaient à faire.
Quant à l'huile, c'est un problème de viscosité, il me semble que - 20 ne devait pas poser de problème.
Attendons l'avis des spécialistes.
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 4193
Inscription: 14 Mar 2006, 20:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: Le réchauffeur

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 04 Fév 2019, 17:48

Quel est le contexte ?

Dans l'aviation, ne s'agit-il pas aussi d'un dispositif de préchauffage des moteurs ?
Je ne sais plus où j'ai vu ça... camion US il me semble :?:
"Rends toi compte ! Ils m'ont donné 18 cartouches pour partir faire la guerre !"
Roger W. 2e Régiment de Chasseurs à pied
Evocation du 10 mai 1940

Hommage lui soit rendu, à lui et à ses pairs, jetés dans la fournaise avec inconséquence.

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12622
Inscription: 11 Mar 2014, 23:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Le réchauffeur

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 04 Fév 2019, 18:27

Bonjour,

Vu la mention du radiateur, il s'agit de l'eau du circuit de refroidissement. A l'époque, il n'existait pas de liquide de synthèse de refroidissement et je ne suis pas certain que l'armée française avait prévu de fournir des "additifs" antigels à ses troupes, équipés de camions et de tracteurs (d'artillerie) durant la Drôle de Guerre. En plus, ces "cochonneries" bouffaient, aimablement, le circuit de refroidissement (radiateur, tuyauteries, circuit moteur) et exigeaient un suivi régulier et fréquent - il suffit de se référer aux consignes d'emploi de la Glyzantine, avec les Panzer, sur le Front Est! ::mal-a-la-tete::

Souvent, quand il gelait " à pierre fendre" (en dessous de -10°C, en continu, dans la journée!) - situation assez exceptionnelle, même, dans le Nord-Est de la France -, on se contentait de faire démarrer, durant la nuit, les moteurs à intervalles réguliers, pour garantir une T° de fonctionnement correcte ou, au pire, on additionnait de l'alcool à la flotte, pour abaisser le point de congélation. On camouflait l'entrée d'air devant le radiateur - il s'est vendu, pendant longtemps, bien après la guerre, dans le commerce, des "habillage de calandre" - et, de plus, sur la plupart des moteurs, on pouvait, également, orienter l'entrée d'air du filtre, qui chapeautait le ou les carburateur(s), en position "été" ou "hiver" (dans ce dernier cas, on utilisait l'air préalablement réchauffé par la chaleur du bloc-moteur).

Par grand froid, on coupait, également, l'huile moteur avec un certain pourcentage d'essence ou de gasoil, pour la rendre plus fluide, l'essence, ou le gasoil, s'évaporant, naturellement, grâce à la chaleur du moteur. Pour le gasoil, afin de retarder le gel de la paraffine, qu'il contenait, on rajoutait 5 à 6% d'essence dans le réservoir! Je l'ai, moi -même, encore, pratiqué, en 1987, un hiver particulièrement rigoureux dans le Nord-Est, dont la conséquence directe avait été la décision nationale de traiter, à dater de là, le gasoil des stations-services, jusqu'à une température de -15° C; il existait, déjà, des additifs, commercialisés par Bardahl, Wynn's, etc.... mais personne, ou presque, n'en achetait! :D

Il faut bien partir d'un principe de base, en 1939-1940... les conducteurs de tracteurs et leurs chefs d'unité, dans l'armée française, n'étaient pas, sérieusement, formés à l'entretien d'un véhicule "zàmoteur"! Le chauffeur avait son permis militaire "PL", c'était, déjà du bol ... et les mécanos "poids lourds", dignes de ce nom, n'embouteillaient pas, non plus, les unités de première ligne. On avait une tâche ou une corvée à effectuer... point-barre! On ne laissait pas le moteur suffisamment chauffer - contingentement de carburant oblige! -... on lui tirait sur la tronche, à froid ou presque,... et, après, on "comptait" les points! :pleure:

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4661
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Le réchauffeur

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Beogles  Nouveau message 04 Fév 2019, 19:04

Merci beaucoup pour votre aide et vos lumières. Lorsque le livre sera enfin (enfin, enfin) terminé, je l'enverrai, mais...où et, à qui ?

Dog red me demande le contexte. Voici :

... le 16 janvier , l’ordre vint d’aller prendre position. Un autre déplacement en perspective, et déplacement plein d’histoires. C’était d’ailleurs un véritable cauchemar que de se déplacer. Les tracteurs étaient légers, incapables de traîner les 15 tonnes qu’on leur mettait au derrière. Dès le départ, la série des histoires commença. Panzani se trouvait chef de la colonne lourde. Évidemment, il embrouilla tout, cria, menaça, nous fit partir avec beaucoup de retard. Il voulait, d’autre part, que nous marchions en colonne, en ordre. Il ne soupçonnait pas que nous ne faisions pas ce que nous voulions. Résultat, il gêna considérablement l’avance et nous retarda encore davantage. Lentement, nous avancions tout de même, lorsque la neige nous surprit. C’était un comble. Les tracteurs se mirent à patiner. Il était impossible de mettre les chaînes, la couche n’étant pas assez épaisse. Je dus faire 13 mouflages pour grimper une côte de 500 m environ. La nuit nous surprit à cette manœuvre. Je faillis avoir un accident, une voiture sanitaire n’ayant pu s’arrêter à temps, à cause du verglas . Il était 10 h environ - et je n’avais pour ainsi dire pas mangé - lorsque j’eus fini le manège. Nous étions sur un plateau servant de camp d’aviation. Après nous être restaurés rapidement, il fut décidé que nous resterions là. Retour à Varennes pour coucher. Nous arrivons à avoir notre chambre.
Le lendemain, il fallait aller regrouper la colonne. Je ne crois pas avoir eu aussi froid de ma vie. À 5 hommes, nous avions de la peine à faire tourner le tracteur. Nous n’aurions pu y arriver sans un réchauffeur que nous prêta le camp d’aviation. La bise soufflait. Voulant garnir le radiateur de nos tracteurs, nous en brisâmes 2 qui, au bout de 5 m de neige, éclatèrent à cause du gel. Du beau travail. À la nuit nous avions enfin fini. C’est harassés, fourbus, gelés, que nous retournâmes enfin à Varennes. Là, nous eûmes recours au 'Grand Monarque' qui nous fit un petit repas fort apprécié dans l’hôtel.

Captain
Captain

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 180
Inscription: 20 Juin 2017, 11:11
Région: Bruxelles
Pays: Belgique

Voir le Blog de Beogles : cliquez ici


Re: Le réchauffeur

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 04 Fév 2019, 19:05

Le "réchauffeur" évoqué, dans l'extrait, était un un ventilateur-souffleur à air chaud (avec une grosse tuyauterie), utilisé par l'aviation et placé devant les entrées d'air.
Sauf que, un, les consignes et les temps de pré-chauffage et de montée en T° de l'aéronautique n'avaient rien à voir avec l'emploi sommaire, même, plein de bonne volonté, des Biffins et des Artilleurs - ici, c'est le cas!- . Deux, aucun aéronef ne décollait, déjà, à l'époque, avec plus de 10 cm de neige sur une piste, qui n'avait pas été, au préalable, déneigée et, dans le pire des cas, sur laquelle la neige avait été tassée.

Les Latil était d'excellents tracteurs tout-terrain, mais la neige, quand son épaisseur devient conséquente, est une superbe vacherie!... Elle s'accumule à l'avant (en l'absence d'une lame de déneigement) et se transforme en "glace" - réaction de la neige réchauffée, sous l'effet des "boudins", puis rapidement "regelée" sous celui de la température ambiante!

Alors, on additionne :
Un circuit de "refroidissement " - dans le cas, plus "réchauffeur" qu'autre chose - - insuffisamment amené à la bonne T° - Les Russes allumaient des feux de bois sous la culasse, pour chauffer l'huile, avant de démarrer! Les Allemands concevront, pour leurs chars, un système de transvasement de "l'eau chaude", en circuit fermé, à partir d'un véhicule "maitre", soigneusement maintenu à la T° de fonctionnement satisfaisante.
Un terrain, où l'avant du tracteur et sa calandre se plante, allègrement, dans la neige, au-delà de 5 m - il avait du tomber un sacré paquet de neige, avec une épaisseur moyenne supérieure à 50 cm!
Une méconnaissance crasse, mais non reprochable, des intervenants ... Imaginons, juste, un conducteur marseillais et un encadrement angevin! ::mortderire::
Etc.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4661
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Le réchauffeur

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 04 Fév 2019, 19:15

Beogles a écrit:Merci beaucoup pour votre aide et vos lumières. Lorsque le livre sera enfin (enfin, enfin) terminé, je l'enverrai, mais...où et, à qui ?

Dog red me demande le contexte. Voici :

... le 16 janvier , l’ordre vint d’aller prendre position...


Je présume que tu sais, depuis le temps que tu nous soumets des extraits pour éclaircissement, que la rétention involontaire ou volontaire d'informations utiles, est passible, ici, d'une fessée "cul nu"! :rire: ;)

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4661
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Le réchauffeur

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Marc_91  Nouveau message 04 Fév 2019, 19:24

::chapeau - salut:: Bonjour,

C'est l'hiver 1940, qui a été si froid (mon grand-père y est tombé malade), que se déroule ce récit ?

Non, je pense que les Latil TAR fonctionnaient à l'essence ( --> https://fr.wikipedia.org/wiki/Latil_(entreprise) ).

Par contre, je sais qu'il était courant, à l'époque, de vidanger les circuits de refroidissement l'hiver lorsque les véhicules étaient à l'arrêt, et de les remplir ensuite avec de l'eau chaude juste avant de démarrer.

Les réchauffeurs d'aviation étaient, je crois, des résistances électriques que l'on plaçait sur les moteurs pour les réchauffer.

Les moteurs Latil de la Grande Guerre n'avaient pas de pompe à eau. Ils fonctionnaient sur le principe du "thermosyphon", c'est-à-dire une circulation d'eau non forcée, par différence de densité, l'eau chaude étant un tout petit peu moins dense que l'eau froide ... Mais ce principe induit une circulation lente de l'eau ou du liquide refropidissement, qui à l'époque était moins performant qu'aujourd'hui.

    Image Thermosyphon de 1937 via Wikimedia

Je pense donc que le liquide refroidissement a gelé dans les radiateurs au bout de quelques mètres dans la neige, ce qui les a fait éclater, car la circulation de l'eau chauffée par le moteur n'était pas assez rapide ...
. . Image. . . . . .Image . . . Image
"Chacun est responsable de tous. Chacun est seul responsable. Chacun est seul responsable de tous." - Saint-Exupéry, "Pilote de Guerre", 1940-42

Animateur - Modérateur
Animateur - Modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8792
Inscription: 04 Déc 2006, 14:25
Localisation: Etrechy (91)
Région: Beauce
Pays: France

Voir le Blog de Marc_91 : cliquez ici


Re: Le réchauffeur

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 04 Fév 2019, 19:44

Et, ben, voila, d'utiles précisions! ::super::
J'avais un gros doute sur l'existence possible d'une pompe à eau mécanique.
Pour les systèmes de réchauffage aéronautiques, j'ai connu les deux - la soufflante d'air chaud - de mon temps, la plus courante - et les résistances électriques, qui bouffaient de la batterie - or, en hiver, la capacité de cette dernières se casse vite la "gueule", d'autant que les batteries de camion, sous 12 V, voire 6 Volt, à l'époque, n'avaient rien à voir avec celles de 24 volts qui équipaient les aéronefs. La technique de la résistance de préchauffage pouvait se concevoir avec l'emploi d'un groupe électrogène de piste, mais sur un malheureux tracteur d'artillerie...

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4661
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Le réchauffeur

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Jumbo  Nouveau message 04 Fév 2019, 19:48

Si on évoque les réchauffeur aviation, ce ne sont en fait que des soufflantes d'air chaud. On démarre l'engin au ralenti pour le faire monter en température. Quand celle ci est atteinte, on augmente le régime fortement pour avoir un débit d'air important. C'est pareil avec, par exemple des groupes de démarrage pneumatiques utilisés sur les avions civils. Mais s'il fait très froid et que l'on accélère immédiatement le régime de la soufflante, çà casse, comme tout moteur thermique. J'en ai utilisé quand j'étais mécano avion au Canada.... ;)
"Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus." (Jean Gabin) Mélodie en sous sol

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6426
Inscription: 01 Juin 2004, 20:12
Localisation: Salon de Provence
Région: PACA
Pays: France

Voir le Blog de Jumbo : cliquez ici


Suivante

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers VOS RECHERCHES




  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE SAUVETAGE EN MER DES AVIATEURS BRITANNIQUES 
Aujourd’hui, 01:00
par: Signal Corps 
    dans:  Identification de pièces de chars allemands ou d'artillerie suite 
Hier, 22:22
par: Yankee2fois 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 22 
Hier, 22:09
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Photos étonnantes (39-45 uniquement !) 
Hier, 21:46
par: Dog Red 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 19 
Hier, 21:35
par: François 
    dans:  Diana Rigg est décédée 
Hier, 20:50
par: pascal GUERIN 
    dans:  Anecdotes peu banales. 
Hier, 20:31
par: PHILIPPE77 
    dans:  Le meilleur pilote de la ww2? 
Hier, 20:04
par: Loïc Charpentier 
    dans:  Coronavirus-Covid 19 
Hier, 19:31
par: Aldebert 
    dans:  Bon site internet pour visualiser des archives vidéo? 
Hier, 17:56
par: François 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 31 invités


Scroll
cron