Page 1 sur 1

Polémique en Tchéquie

Nouveau messagePosté: 12 Fév 2020, 11:31
de betacam
http://www.radio.cz/fr/rubrique/faits/p ... -en-russie

Je crois que les Vlasov , en changeant de camp, pensaient sauver leur peau

Re: Polémique en Tchéquie

Nouveau messagePosté: 12 Fév 2020, 11:42
de cloclo
Bonjour,

Il ne faut pas se voiler la face , Vlassov était un traître

A +

Re: Polémique en Tchéquie

Nouveau messagePosté: 12 Fév 2020, 12:14
de Dog Red
cloclo a écrit:Il ne faut pas se voiler la face , Vlassov était un traître


Sans doute.
Traître à un régime qui faisait régner par la terreur arbitraire une "curieuse forme de loyauté".

Re: Polémique en Tchéquie

Nouveau messagePosté: 12 Fév 2020, 12:27
de Prosper Vandenbroucke

Re: Polémique en Tchéquie

Nouveau messagePosté: 12 Fév 2020, 12:58
de pierma
Dog Red a écrit:
cloclo a écrit:Il ne faut pas se voiler la face , Vlassov était un traître


Sans doute.
Traître à un régime qui faisait régner par la terreur arbitraire une "curieuse forme de loyauté".

Je ne me souviens plus à quelle date il a été fait prisonnier par les Allemands. Si les Soviétiques sont restés loyaux envers la dictature stalinienne, c'est aussi parce qu'ils ont compris très vite que les Allemands "tuaient tout." Est-ce que Vlassov l'ignorait ?

Re: Polémique en Tchéquie

Nouveau messagePosté: 12 Fév 2020, 13:15
de betacam
https://www.google.com/search?q=vlasov+ ... IaLFQT0OIM

Monument Vlassov en république Thèque

Re: Polémique en Tchéquie

Nouveau messagePosté: 12 Fév 2020, 13:27
de Dog Red
pierma a écrit:Je ne me souviens plus à quelle date il a été fait prisonnier par les Allemands. Si les Soviétiques sont restés loyaux envers la dictature stalinienne, c'est aussi parce qu'ils ont compris très vite que les Allemands "tuaient tout." Est-ce que Vlassov l'ignorait ?


VLASSOV commandait la 2e Armée de choc chargée de desserrer l'étau autour de Léningrad quand lui et son armée sont capturés en 1942.
Il en voulait personnellement à STALINE de les avoir abandonnés.

Si j'ai bonne mémoire.

En 41, beaucoup qui lui étaient restés "loyaux" (par peur des purges avant tout !) ont fini devant le peloton ou après un passage plus ou moins long par la case goulag (parfois avec femme et enfants).
Pas facile de calculer sa loyauté en fonction d'un temps de survie impossible à estimer...

Re: Polémique en Tchéquie

Nouveau messagePosté: 16 Fév 2020, 22:37
de Léon Juno
Dog Red a écrit:Traître à un régime qui faisait régner par la terreur arbitraire une "curieuse forme de loyauté".


Traître à son pays en se joignant à un envahisseur qui y menait une guerre d'extermination. L'URSS ce n'était pas juste un régime communiste avec un tyran mais c'était aussi un pays avec une population de 180 millions d'habitants...

Maintenant imaginez un Vasslov français et le même comportement des nazis en France qu'ils ont eu en URSS. Ce n'est pas un Oradour mais des milliers, une politique d'extermination envers les civils, des milliers et des milliers de prisonniers de guerre abattus sur place , un million et demi laissés crever de faim dans des camps... etc. etc. et tout ça sous les yeux de la population. La France presque au complet n'étant plus qu'un champs de ruines. Paris semblable à Varsovie!
Vous croyez qu'il y aurait beaucoup de français d'accord à ce que l'on dresse un mémorial à ces hommes dans un autre pays et même si à l'époque ils avaient vécus sous la pire des dictatures ?

P.S. Je sais que les hommes de Vasslov avaient le choix entre la mort et trahir leur pays...

Re: Polémique en Tchéquie

Nouveau messagePosté: 17 Fév 2020, 13:24
de Loïc Charpentier
betacam a écrit:https://www.google.com/search?q=vlasov+%C3%A0+prague&rlz=1C9BKJA_enFR869FR870&hl=fr&prmd=inv&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwiu0f7Y_MvnAhXah1wKHagsAK0Q_AUoAXoECA4QAQ&biw=1024&bih=659#imgrc=E_r_IaLFQT0OIM

Monument Vlassov en république Thèque


Il s'agirait de lire correctement et jusqu'au bout ;) ... Ca, c'est le mausolée érigé, à Prague, durant l'existence de la République socialiste tchécoslovaque - grosso modo entre 1948 et 1989 -, satellite de l'Union Soviétique, en mémoire du Maréchal soviétique Konev, qui commandait les troupes russes lors de la libération de Prague en 1945.

Après, il y a une histoire de quelques "fous furieux", qui souhaiteraient, ainsi, de nos jours, contester la version "soviétique", après la "répression" du Printemps de Prague, en 1968, +/- 80 tués et quelques centaines de blessés, ce qui, dans le genre image mémorielle, çà ne va pas péter bien loin, comparer, par exemple, à la seule répression en Hongrie en 1956... 2 500 Hongrois et 700 Soviétiques tués.

Si vous cherchez bien, vous allez constater qu'il existe, depuis les années 90, une sorte de course à l'échalote, chez les "nationalistes" des anciens satellites de l'URSS - Pologne, ex-Tchécoslovaquie, Ukraine, etc. - pour essayer de s'ériger la plus belle image du martyr du pouvoir communiste russe.

En ce qui concerne Vlassov et ses troupes, l'intention du "gugusse", Pavel Novotný, maire d’un quartier périphérique de Prague et ancien journaliste de la presse à sensation, est de tenter de contester, au moins, l'histoire de la libération de Prague par l'Armée Rouge, en essayant de faire valoir une thèse très fumeuse, selon laquelle la résistance tchèque, avec l'aide de l'armée Vlassov (dans une situation désespérée!), aurait pu, seule, sans problème, libérer la capital... Sauf que les troupes de Vlassov, dans le meilleur des cas, 3 000 hommes (présents sur Prague), équipés à l'allemande, se faisaient tirer comme des lapins, par les "résistants" tchèques de la dernière heure, alors que les débris de la Wehrmacht - y compris ses recrues tchèques - qui en avaient ras la casquette, cherchaient, avant tout, à ne pas se faire tuer bêtement par des civils surexcités, vu qu'il n'y avait, de toute manière, plus rien pour s'opposer sérieusement au rouleau compresseur de l'Armée Rouge, et que la "libération" de Prague s'était déroulée entre le 6 et 12 mai 1945, sachant que, dès le 8, l'OKW et l'OKH avaient transmis, aux troupes allemandes, l'ordre de déposer les armes... Trouver l'erreur ! :D C'est ballot, côté tchèque, vu les dates, on ne pouvait même plus revendiquer une résistance locale digne de ce nom! ::elu boulet::

Si vous voulez mon avis - tant pis, le le donne! :rire: -, tout çà n'est que du pur pipeau, de la m... oubienne et il n'y aura, fort heureusement, jamais, aucun monument érigé à la supposée "gloire" de l'armée Vlassov. Même, si, en fonction de ses moyens et du peu de crédit que lui témoignait la Heer, il semble qu'elle s'était plutôt bien comporté militairement. A l'exception de quelques rares chanceux qui avaient pu trouver asile au Liechtenstein, les autres, capturés par les Soviétiques et par les Alliés, remis aux précédents, finiront exécuter par l'Armée Rouge (Vlassov sera pendu à Moscou, le 2 août 1946) ou, dans le "meilleurs des cas", iront crever (95% de 50 000 hommes fait prisonniers en 1945), dans l'indifférence totale, dans un Goulag sibérien !