Connexion  •  M’enregistrer

les travailleurs indochinois, immigrés de force

Entrez dans le bar du forum et parlez nous de ce qui vous irrite, vous révolte ou vous amuse au gré de l'actualité et de votre humeur.
Pour parler de tout et de rien mais toujours en respectant la charte, c'est dans le bar !

les travailleurs indochinois, immigrés de force

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de dominord  Nouveau message 31 Mar 2014, 15:57

bonjour

20.000. C'est le nombre de paysans vietnamiens que la France fit venir de force en 1939 afin de les faire travailler dans les usines d'armement.
Bloqués en métropole pendant toute la Seconde Guerre mondiale, ils seront par la suite employés dans tous les secteurs de l'économie, sans contrepartie.
On leur doit notamment la naissance de la culture du riz en Camargue.
Après 10 années d'exil, ils seront renvoyés chez eux vers 1950.

Cette page de notre histoire est encore méconnue. L'exposition réalisée par Pierre Daum (2), grand reporter, auteur du livre Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952) (3), fait ressurgir ce passé

Dans le cadre de l'année culturelle France-Vietnam et à l'occasion du quarantième anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays, l une nouvelle exposition dédiée aux travailleurs indochinois de la Seconde Guerre mondiale créée par l'Association Histoires vietnamiennes de Montpellier (1). À découvrir aux Archives départementales de Loire Atlantique à Nantes du 2 au 29 avril (PDF1).

source :

http://www.agencebretagnepresse.com/fet ... 29%20avril

amitié
Domi :sweet:
"Goddam it, you'll never get the Purple Heart hiding in a foxhole! Follow me!

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4266
Inscription: 10 Aoû 2011, 19:56
Région: languedoc Roussillon
Pays: France

Voir le Blog de dominord : cliquez ici


Re: les travailleurs indochinois, immigrés de force

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 31 Mar 2014, 17:40

Oui en effet Domi et il en est question ici:
http://www.histoire-immigration.fr/des- ... rre-mondia
et également ici:
viewtopic.php?f=21&t=23086&p=253434&hilit=camps+indochinois#p253434
Bien amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61618
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: les travailleurs indochinois, immigrés de force

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de dominord  Nouveau message 31 Mar 2014, 18:05

flute de zut, j'ai mal cherché, j'aurais dû entrer le titre en entier. avec toutes mes excuses pour ce doublon
Domi :sweet:
"Goddam it, you'll never get the Purple Heart hiding in a foxhole! Follow me!

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4266
Inscription: 10 Aoû 2011, 19:56
Région: languedoc Roussillon
Pays: France

Voir le Blog de dominord : cliquez ici


Re: les travailleurs indochinois, immigrés de force

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 31 Mar 2014, 18:33

Bonjour Domi, il n'y a pas de mal.
Un rappel fait souvent du bien
Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61618
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: les travailleurs indochinois, immigrés de force

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de lejusticier  Nouveau message 31 Mar 2014, 19:20

Bonjour,

Une page de notre Histoire assez méconnue de nos citoyens français.


En images 07/12/2009 à 15h59
20 000 travailleurs forcés d'Indochine oubliés par la France
Pierre Daum | Journaliste


Image


Pahm Van Nhân prise à Phuc Yên (Tonkin), le 12 novembre 1939, au moment de son engagement. Crédit : Pham Van Nhân.


C’est une première en France : jeudi 10 décembre, le maire d’Arles va rendre hommage aux travailleurs indochinois envoyés pendant la Seconde guerre mondiale en Camargue pour y travailler le sel et le riz. C’est grâce à eux, d’ailleurs, qu’il existe aujourd’hui du riz camarguais - ce que tout le monde ignore. Jeudi, en prononçant son discours en présence des dix derniers acteurs encore vivants de cette épisode historique, Hervé Schiavetti (PCF) deviendra le premier élu de la République à reconnaître officiellement cette page sombre du passé colonial de la France.

La patrie ou la prison


Septembre 1939, la France entre en guerre. Pour le gouvernement de la IIIe République, il est naturel de piocher sans compter dans les réserves humaines des peuples colonisés afin de soutenir la patrie en difficulté. Ordre est donné à l’administration de l’Indochine de recruter dans chaque village un nombre déterminé d’hommes. Quelques volontaires se présentent, mais trop peu.

La règle devient alors la suivante : chaque famille qui compte au moins deux hommes en âge de partir (entre 18 et 45 ans) doit en fournir un à la France, sinon leur père sera envoyé en prison. 20 000 paysans sont ainsi recrutés, puis expédiés en fond de cale vers la métropole afin de servir non pas de soldats, mais d’ouvriers dans les usines d’armement.

Débarqués à Marseille, ces hommes passent leur première nuit sur le sol de la mère patrie... à la prison des Baumettes, qui vient d’être construite. Organisés en 73 compagnies de 250 hommes chacune, ils sont ensuite envoyés à travers l’Hexagone dans des établissements appartenant à la Défense nationale.

Location de main d’œuvre à bas prix


La défaite, en juin 1940, surprend tout le monde. Quelques milliers de ces travailleurs indochinois (appelés aussi ONS, pour « ouvriers non spécialisés ») sont rapatriés. Mais dès l’été 1941, la route maritime vers l’Extrême-Orient est coupée par la flotte britannique. 14 000 ONS indochinois se retrouvent bloqués en France pour toute la durée de la Seconde guerre mondiale, et même au-delà.

Le service de la main-d’œuvre indigène (M.O.I.1), qui gère ces hommes au sein du ministère du Travail, décide alors de louer cette main d’œuvre à des entreprises privées (usines de textiles, industries métallurgiques, scieries, exploitations agricoles...) qui le désirent, ou à des collectivités locales pour des travaux de voiries, d’assèchement de marais, de coupe de bois, etc...

L’employeur passe un contrat avec la M.O.I. et lui verse une somme correspondante au nombre d’ouvriers et de journées travaillées. Le prix est avantageux, puisque exempté de charges sociales. Pendant toutes ces années, la M.O.I. encaisse l’argent sans jamais le redistribuer aux travailleurs indochinois qui, mal nourris, mal logés et souvent mal traités, reçoivent des indemnités journalières équivalentes au dixième du salaire de l’ouvrier français de l’époque.

Un morceau d’histoire qui s’est volatilisé


Cette situation concerne toute la moitié sud de la France. De très grands camps de travailleurs indochinois voient en effet le jour à Marseille, Sorgues (Vaucluse), Agde (Hérault), Toulouse, Bergerac (Dordogne), Bordeaux et Vénissieux (Rhône). La Libération ne change pas grand-chose au système, et ce n’est qu’à partir de 1948 que les premiers rapatriements sont organisés. Les derniers ONS ne revoient leur pays qu’en 1952, après 12 années d’exil forcé. Un millier d’entre eux décident de rester en France.

Et après ? Plus rien. Du jour au lendemain, l’histoire de ces 20 000 hommes s’est volatilisée dans la mémoire des Français. En 1986, une étudiante de Nanterre rédige un mémoire de maîtrise sur ce sujet. Dix ans plus tard, Lê Huu Tho, interprète de la 35e compagnie, publie ses souvenirs sous le titre « Itinéraire d’un petit mandarin » (éditions L’Harmattan).

Moi-même, lorsque j’ai par hasard entendu parler de cette histoire, mon premier objectif a été de retrouver les derniers de ces hommes encore vivants, et de recueillir leur témoignage avant que cette mémoire orale ne disparaisse à jamais. J’ai parcouru la France et suis parti au Vietnam.

Après quatre années de recherche, j’avais recueilli 25 témoignages, 11 en France et 14 au Vietnam, que j’ai complété par de solides recherches archivistiques. Paru en mai dernier aux éditions Actes Sud, mon ouvrage, « Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952) », lève enfin le voile sur cette page sombre de l’histoire coloniale.

Poussé par Lê Huu Tho, j’ai alors suggéré au maire d’Arles d’organiser un hommage à ces hommes. Entre 1941 et 1945, en effet, 1500 d’entre eux ont été envoyés en Camargue, les uns utilisés par Péchiney dans les salines autour de Salin de Giraud, les autres employés dans une vingtaine de mas, avec pour mission d’essayer de faire pousser du riz. Ils y sont parvenus, au-delà de toute espérance. Et ont apporté à cette région une fortune et une culture dont les Arlésiens profitent encore aujourd’hui.

Image


Camp Bao Dai à La Ferté (Saône et Loire).


Photo 1 : photo de Pahm Van Nhân prise à Phuc Yên (Tonkin), le 12 novembre 1939, au moment de son engagement. Crédit : Pham Van Nhân

Photo 2 : Camp Bao Dai à La Ferté (Saône et Loire). Le camp a été construit pour héberger les travailleurs envoyés couper le bois. Dans une baraque logeaient une soixantaine de travailleurs. Construites en bois, il y faisait froid, mais les hommes pouvaient se chauffer grâce à des poêles à bois. Crédit : Pham Van Nhân


Image

Travailleurs indochinois dans le camp de Mazargue à Marseille. Crédit : Pierre Daum



Image



Vénissieux, 1er avril 1941. Salut aux couleurs


Vénissieux, 1er avril 1941. Le capitaine Guérin vient de renverser Valent Falendry, il prend le commandement. Tous les matins, vers 7h30 ou 8h, après le petit déjeuner, salut aux couleurs. À droite, c’était la cuisine et le réfectoire. Derrière se trouve la vingtaine de baraquements dans lesquels les ONS dormaient. Crédit : Pham Van Nhân.



Image


Le capitaine Crouvezier face à sa compagnie, la 58ème


Le capitaine Crouvezier face à sa compagnie, la 58ème, dans le camp de Vénissieux, vers 1943. Ce jour-là, les ONS faisaient grève pour protester contre la mauvaise nourriture. Les hommes du devant sont des interprètes. Crédit : Pham Van Nhân


Image


Repiquage du riz en Camargue, 1942. Crédit Vu Quoc Phan




Image

Culture du riz en Camargue. Crédit : Pham Van Nhân




Image


Archives Dang Van Long


Départ de manifestation au camp de Mazargues, à Marseille. Peut-être vers la gare Saint Charles, afin d’accueillir le leader vietnamien, de passage dans la capitale phocéenne le 17 septembre 1946. Sur la banderole, on peut lire : « Vive Ho Chi Minh » (littéralement : Ho Chi Minh 1000 vies). Crédit : archives Dan Van Long



Image

Chu Van Ngan, ancien ONS, en 2007 au Vietnam. Crédit : Pierre Daum


Image

Lê Huu Tho, ancien interprète de la 35ème compagnie, et sa femme Madeleine, Grenoble, 2007. Crédit : Pierre Daum



Source : http://www.rue89.com/2009/12/07/20-000- ... hine-oubli
Il vaut mieux se taire et passer pour un con plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute à ce sujet . (Pierre Desproges)

Colonel
Colonel

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 257
Inscription: 29 Aoû 2013, 13:14
Région: AQUITAINE
Pays: FRANCE

Voir le Blog de lejusticier : cliquez ici


Re: les travailleurs indochinois, immigrés de force

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de dynamo  Nouveau message 31 Mar 2014, 21:52

Je découvre ce sujet et j'ai un sentiment de honte face à cette traite des jaunes.
Pas glorieux tout cela...
La dictature c'est "ferme ta gueule", et la démocratie c'est "cause toujours".
Woody Allen.

Administrateur
Administrateur

 
Messages: 3330
Inscription: 14 Mar 2006, 19:36
Localisation: sur la plage abandonnée
Région: Nord/Pas de Calais
Pays: France

Voir le Blog de dynamo : cliquez ici


Re: les travailleurs indochinois, immigrés de force

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Hippocampe  Nouveau message 01 Avr 2014, 04:10

(Je me permets une digression vers la 1GM : on a fait la même chose. Les houillères du Nord et de Nord-Est étaient derrière le front, la principale houillère disponible était celle de Saint-Étienne et elle a été surexploitée. Les hommes manquaient car ils étaient soldats donc on en a fait venir d'Indochine.)

Warrant Officer Junior Grade
Warrant Officer Junior Grade

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 90
Inscription: 26 Juil 2013, 16:24
Région: Lutèce
Pays: France

Voir le Blog de Hippocampe : cliquez ici


Re: les travailleurs indochinois, immigrés de force

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de lejusticier  Nouveau message 01 Avr 2014, 15:33

Bonjour,

Voici un livre sur le sujet.

Image
Il vaut mieux se taire et passer pour un con plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute à ce sujet . (Pierre Desproges)

Colonel
Colonel

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 257
Inscription: 29 Aoû 2013, 13:14
Région: AQUITAINE
Pays: FRANCE

Voir le Blog de lejusticier : cliquez ici


Re: les travailleurs indochinois, immigrés de force

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Tri martolod  Nouveau message 01 Avr 2014, 16:11

dynamo a écrit:Je découvre ce sujet et j'ai un sentiment de honte face à cette traite des jaunes.
Pas glorieux tout cela...


Un moindre mal, ils avaient plus de chance de s'en sortir que les milliers d'africains envoyés directement au casse-pipe en 14 ou en 39. Mais, effectivement c'est honteux, comme toute démarche colonialiste. Difficile de trouver des" bienfaits" dans tout cela: http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_fran%C ... tri%C3%A9s
"Aux jeunes, je veux dire: ne vous portez jamais volontaire pour la guerre" Tony Vaccaro. GI photographe

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3992
Inscription: 10 Mar 2012, 16:12
Région: Bretagne
Pays: Bretagne

Voir le Blog de Tri martolod : cliquez ici


Re: les travailleurs indochinois, immigrés de force

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Tri martolod  Nouveau message 01 Avr 2014, 16:18

Hippocampe a écrit:(Je me permets une digression vers la 1GM : on a fait la même chose. Les houillères du Nord et de Nord-Est étaient derrière le front, la principale houillère disponible était celle de Saint-Étienne et elle a été surexploitée. Les hommes manquaient car ils étaient soldats donc on en a fait venir d'Indochine.)



Pas que les houillères:

http://www.amisdecazaux.fr/article-le-c ... 01936.html

http://www.e-monumen.net/index.php?opti ... &Itemid=19

Et les Britanniques avaient leurs chinois:

http://www.tao-yin.com/wai-jia/cimetiere_noyelles.htm
"Aux jeunes, je veux dire: ne vous portez jamais volontaire pour la guerre" Tony Vaccaro. GI photographe

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3992
Inscription: 10 Mar 2012, 16:12
Région: Bretagne
Pays: Bretagne

Voir le Blog de Tri martolod : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LE BAR DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
il y a 3 minutes
par: iffig 
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
il y a 8 minutes
par: Didier 
    dans:  Joyeuses fêtes à vous toutes et tous 
il y a 51 minutes
par: Alfred 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Aujourd’hui, 12:39
par: Marc_91 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la situation désespérée de l’Allemagne 
Aujourd’hui, 12:18
par: Aldebert 
    dans:  Il y a aujourd'hui 73 ans............ 
Aujourd’hui, 11:49
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  GMC gazogène ? 
Aujourd’hui, 11:46
par: iffig 
    dans:  Testament de Hitler : Sur la France 
Aujourd’hui, 11:32
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Médecin urgentiste 
Aujourd’hui, 11:17
par: Dog Red 
    dans:  Groupe de résistance VIRA Raymond Viadieu Toulouse ; membres 
Aujourd’hui, 10:30
par: Andrée Balagué 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aldebert, Bing Premium, Marc_91, Patrick.Fleuridas, Shyraku, th.reynaud et 23 invités


Scroll