Connexion  •  M’enregistrer

Ça s'est passé un 11 octobre

Entrez dans le bar du forum et parlez nous de ce qui vous irrite, vous révolte ou vous amuse au gré de l'actualité et de votre humeur.
Pour parler de tout et de rien mais toujours en respectant la charte, c'est dans le bar !

Ça s'est passé un 11 octobre

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 10 Oct 2013, 22:55

Le 11 octobre 1899 voit le début de la guerre des Boers en Afrique du Sud.
http://www.linternaute.com/histoire/jour/11/10/a/1/0/1/index.shtml

Le 11 octobre 1939, dans un discours méprisant, Edouard Daladier repousse les propositions de paix d’Hitler du 6 octobre.
A Vichy, dans un discours radiodiffusé le 11 octobre 1940, le Maréchal Pétain définit les grandes lignes du projet politique de l’état français : la Révolution nationale.
A Paris, Drieu La Rochelle dénonce Aragon et les revues ‘’littéraires et poétiques cousues de fil rouge’’ en date du 11 octobre 1941.
Le 11 octobre 1941 les T-34, puissants et très mobiles entrent en action sur le front de Moscou.
Source : Chronique de la Seconde Guerre mondiale.

Le 11 octobre 1942, seconde bataille de Savo.
La bataille de cap Espérance, également connue sous le nom de seconde bataille de Savo, est un des épisodes de la guerre du Pacifique, qui opposait les armées japonaises et américaines au large des côtes du Pacifique. Basée sur une audacieuse technique d'illumination des Américains, la bataille a été une victoire américaine.
http://www.linternaute.com/histoire/jour/11/10/a/1/0/1/index.shtml

Le groupe de chasse ‘’Normandie-Niemen’’ a remporté plus de 50 victoires en date du 11 octobre 1943.
Le 11 octobre 1943, 11 chefs de la milice, dont Joseph Darnand, s’engagent dans la Waffen SS.
Les SS fusillent 4 prisonniers français et 24 allemands, responsable de la Résistance intérieure du camp de Sachenshausen en date du 11 octobre 1944.
Source : Chronique de la Seconde Guerre mondiale.

Jean Cocteau meurt le 11 octobre 1963
http://www.jeancocteau.net/

Le siège de la délégation générale de France à Hanoï est bombardé par l’aviation U.S. le 11 octobre 1972
http://www.larousse.fr/archives/journaux_annee/1973/chrono/1972-10
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61482
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: Ça s'est passé un 11 octobre

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 11 Oct 2013, 18:31

11 octobre 1870. Pendaison de la nourrice Margaret Waters, qui assassinait ses bambins. Bof, des Anglais...
Sous l'ère victorienne, au lieu d'avorter, on se débarrassait des bébés indésirables chez des nounous tueuses. Le "baby farming" !

Image

Quand, le 11 octobre 1870, Margaret Waters monte sur l'échafaud pour être pendue, elle ne comprend toujours pas ce qu'on lui reproche. Officiellement, le tribunal l'a condamnée à mort pour l'assassinat du petit John Walter Cowen, qu'elle avait pris en pension. Elle est également soupçonnée de la disparition de 17 autres nourrissons. Elle crie à l'erreur judiciaire ! Il aurait fallu, au contraire, lui remettre une médaille. N'a-t-elle pas fait oeuvre d'utilité publique en recueillant les nourrissons non désirés de nombreuses filles-mères ? Si, par la suite, ils sont morts de malnutrition ou de maladie, ce n'est vraiment pas de sa faute. Mais plutôt celle de la malchance, de la maladie ou de l'insalubrité des logements. Aucun n'a été retrouvé dans son congélo... Apparemment, les juges n'ont pas été sensibles à son plaidoyer puisqu'en fin de journée elle se balance au bout d'une corde, à seulement 34 ans. Ses petits malheureux, elle peut maintenant les dorloter au ciel...

Margaret Waters est une des sept nourrices pendues durant l'ère victorienne pour "baby farming", ce que l'on pourrait traduire par "élevage de bébé". En fait, ces nounous se livreraient à un commerce ignoble : accepter d'adopter des nourrissons dont les mères veulent se débarrasser contre une jolie somme (entre cinq et dix livres), puis de les laisser mourir de faim ou de maladies. Tout le monde y trouve son compte. Les filles-mères évitent la déchéance sociale et la nourrice crée un petit commerce florissant. Quant aux pauvres gosses, ils sont heureux de ne pas traîner dans l'enfer de la société victorienne. Pour sauver les apparences, les nourrices font croire aux jeunes mamans qu'elles placent leurs bébés dans des familles d'accueil.

Pute ou bonne

Margaret Waters bascule dans ce sinistre commerce bien malgré elle, Pôle emploi ne lui ayant jamais dégotté le moindre emploi... Au début des années 1860, Margaret est une épouse respectable, habitant Brixton, un quartier de Londres. Mais son mari l'abandonne, l'obligeant à trouver un job pour gagner sa vie. Pas facile à l'époque. En ville, le choix pour une femme seule se borne entre pute ou bonne. Mais Margaret est une femme ambitieuse qui décide de monter un petit commerce de couture pour fabriquer des cols et autres accessoires d'habillement. Elle s'endette pour acquérir une maison et des machines à coudre. Seulement, elle se révèle vite aussi douée pour les affaires que Lady Gaga pour le chant. C'est la faillite. Pour s'en tirer, elle loue les chambres de sa maison, mais cela ne suffit pas à régler ses créanciers. Elle déménage donc dans un quartier plus miséreux, cherchant une autre activité pour gagner sa vie.

En lisant le journal, son attention est attirée par les nombreuses publicités de nourrices proposant leurs services. Cela lui donne une idée, qu'elle met aussitôt en application. Dans plusieurs gares londoniennes, elle placarde des annonces pour proposer d'adopter des enfants contre une raisonnable rémunération d'une dizaine de livres. Bientôt, plusieurs filles-mères lui vendent leur nourrisson. Après leur arrestation, Margaret et sa soeur Sarah Ellis, qui est dans la combine, expliqueront qu'elles refilaient les nourrissons à une vraie nourrice. Elles lui payaient d'avance quinze jours de pension avant de disparaître à jamais. "Aucune nourrice ne m'a jamais demandé mon adresse", déclarera-t-elle plus tard aux juges. La combine est astucieuse, mais les filles-mères ne se bousculent pas au portillon. Margaret ne parvient toujours pas à rembourser ses dettes. Choisit-elle, alors, délibérément de laisser mourir "ses bébés" adoptifs pour économiser le paiement de la pension aux nourrices ? La justice britannique le suppose et elle le conteste.

Diarrhées et convulsions

Margaret affirme qu'au moins cinq de ses petits anges sont morts "naturellement" de diarrhées ou encore de convulsions. Cela n'est pas totalement impossible à une époque où la mortalité infantile est très élevée. Faute de pouvoir leur payer un enterrement décent avec Elton John jouant du piano, elle enveloppait les mignons petits cadavres dans du papier d'emballage avant de les abandonner dans la rue. Cécile Bourgeon lui avait pourtant recommandé de les enterrer... Quand les juges lui reprochent d'avoir laissé mourir ses poupons, elle répond : "Les parents d'enfants illégitimes qui cherchent à s'en débarrasser sont plus coupables que les personnes comme moi, et s'il n'y avait pas de tels parents, il n'y aurait pas de baby farming."

Lors du procès, elle décrit une méthode plutôt astucieuse pour refiler ses poupons à d'autres. Dans la rue, Margaret accostait un jeune enfant d'une dizaine d'années en lui disant : "Oh, que je suis fatiguée ! Prends mon enfant et voici six pence pour toi pour aller t'acheter des bonbons." Pendant que l'enfant était dans la boutique avec le bébé, elle s'éclipsait discrètement. Elle supposait alors que l'enfant déposait son fardeau à l'hospice général.

Les juges ne croient pas à son innocence. Ils pensent qu'elle tuait délibérément ses jeunes pensionnaires. D'où son exécution pour le meurtre du petit John Walter Cowen, tandis que sa soeur écope seulement de dix-huit mois de travaux forcés. Ces deux femmes étaient-elles de réelles criminelles ou les victimes d'une société victorienne terrorisée par la sexualité, poussant les filles-mères et les nourrices au crime ? La question reste posée.

Par FRÉDÉRIC LEWINO ET GWENDOLINE DOS SANTOS - Le Point.fr
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12600
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici



Retourner vers LE BAR DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 12 
Hier, 23:00
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  lES ORGUES DE STALINE kATIOUCHA lANCES ROQUETTE 
Hier, 22:57
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Sfcp airborne en Normandie 
Hier, 21:53
par: P. Vian 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 13 
Hier, 19:54
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 17 
Hier, 19:52
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Un peu d'humour (morbide) 
Hier, 19:49
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Enigma - Help 
Hier, 18:08
par: medicairborne 
    dans:  Un mémoire de l'Empereur Hirohito vendu aux enchères 
Hier, 16:05
par: Shiro 
    dans:  Vacances 1946 
Hier, 13:31
par: Meteor14 
    dans:  Était-il possible de vaincre l’URSS ? 
Hier, 13:11
par: alias marduk 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Semantic Visions et 12 invités


Scroll