Page 3 sur 3

Re: Art et mémoire, les passeurs des Vosges

Nouveau messagePosté: 22 Mar 2011, 01:28
de Signal
Excellent !

La mémoire meurt tout simplement avec leurs détenteurs, qu'on le veuille ou pas c'est un fait. Pour la Première Guerre par exemple, il n'y a plus que de l'Histoire. Cela dit, le travail des historiens est de recueillir le maximum de cette mémoire tant qu'elle est vivante, afin de l'exploiter au même titre que tout autre document.
Juste un point : attention à ne pas parler d'"histoire officielle", ça n'existe tout simplement pas, sauf dans les dictatures. C'est un lieu commun de traiter les universitaires d'historiens "officiels", c'est une erreur dangereuse. Mais comme dit entièrement d'accord sur tout le reste !

D'où ma remarque sur le désintérêt des dépôts de gerbe, qui sont à l'histoire des conflits ce que l'eucharistie est à l'histoire du Christ : une simple commémoration, pas une œuvre pédagogique.

Quant au pathos, c'est le meilleur moyen pour que personne ne comprenne rien à rien... J'ai dernièrement revisité le mémorial du Struthof, avec explications des responsables sur le but recherché : c'est du pathos du début à la fin, la pédagogie est absente. Pas étonnant que les scolaires s'en désintéressent et n'y comprennent rien !

Revenons à notre sentier des passeurs : en soi c'est un sentier. Le faire vivre par des actions diverses et variées est une bonne chose, même si l'art contemporain n'apporte absolument rien à la compréhension des événements qui s'y sont passés. Des actions pédagogiques autour sont le but à atteindre pour qu'il ne sombre pas dans l'oubli des promeneurs, perdu au milieu des autres chemins des Vosges, et Dieu sait si ils sont nombreux !