Connexion  •  M’enregistrer

DCA Francaise 1939-1940 et entre-deux-guerres.

Une question sur un blindé, une arme, du matériel, un canon, un véhicule, une locomotive de la seconde guerre mondiale?
C'est ici.
MODERATEUR: Marc_91

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de _Sn@ke-  Nouveau message 21 Juil 2006, 15:54

Bonjour,

Vous trouverez des renseignements sur la DCA française ici : http://www.secondeguerre.net/articles/a ... index.html


 

Voir le Blog de _Sn@ke- : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Lee Enfield  Nouveau message 26 Juil 2006, 10:36

La France avait une carence sérieuse au niveau de sa DCA, début 40 il était question d'un échange de DCA Britannique (des 94 mm et des 40mm Bofor) contre des chars B 1 bis (l'Angleterre n'ayant pas de chars lourd), il était également prévue d'envoyer des H 39 en Australie.
Le projet a avorté pour les raisons que l'on sait...

Lee Enfield
Qui sauve une vie, sauve l'Humanité

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 444
Inscription: 07 Fév 2005, 12:53
Localisation: Lavaur
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de Lee Enfield : cliquez ici


Re: La DCA Francaise 39-40

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Lee Enfield  Nouveau message 20 Aoû 2006, 12:20

gaselen a écrit:Très intéressant ce projet d'échange canons-blindés que je decouvre. Je relis Gamelin et il n'en parle pas.
Avez-vous les références qui me permettraient de retrouver ce projet et ses détails?


Lu dans "L'aventure des Chars de la Seconde Guerre mondiale", HACHETTE Collection

Lee Enfield
Qui sauve une vie, sauve l'Humanité

Brigadier General
Brigadier General

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 444
Inscription: 07 Fév 2005, 12:53
Localisation: Lavaur
Région: Midi Pyrénées
Pays: France

Voir le Blog de Lee Enfield : cliquez ici


Re: La DCA Francaise 39-40

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de webmastersignal  Nouveau message 20 Aoû 2006, 14:00

gaselen a écrit:Pour rester avec les Anglais, je ne suis pas sur qu’avant 1939 le formidable 40m/m Bofor soit déjà en dotation. Longtemps après la guerre, en France, j’ai eu l’occasion de servir cette pièce (US ou anglais) ce canon reste un classique toujours en utilisation.


Le 40 mm Bofors était en dotation en Suède, Belgique (fabriqué sous licence FN Herstal), en Pologne (fabriqué sous licence depuis 1935 à l'arsenal de Starachowice) en Grande Bretagne (acheté en Pologne) et en France (42 recus directement de Suède) la licence de production acheté (le constructeur étant incapable de satisfaire aux demades) devait permettre une production de 100 ex/mois à partir de 1941.
Ce canon fut ensuite produit sous licence aux USA et au Canada.


 

Voir le Blog de webmastersignal : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de webmastersignal  Nouveau message 20 Aoû 2006, 14:08

Lee Enfield a écrit:La France avait une carence sérieuse au niveau de sa DCA, début 40 il était question d'un échange de DCA Britannique (des 94 mm et des 40mm Bofor) contre des chars B 1 bis (l'Angleterre n'ayant pas de chars lourd), il était également prévue d'envoyer des H 39 en Australie.
Le projet a avorté pour les raisons que l'on sait...

Lee Enfield


Les 94 mm britaniques n'ont pas été échangés mais commandés en tout 20 exemplaires soit 5 batteries.
Les 40 mm Bofors faisaient l'objet d'un échange non pas avec les anglais mais avec les Polonais qui voulaient recevoir des chars D2 mais la même proposition ayant été faite aux anglais par les polonais, qui eux furent plus prompt à accepter ce sont alors eux qui recurent le matériel avant l'invasion de septembre 39.


 

Voir le Blog de webmastersignal : cliquez ici


Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Grand Slam  Nouveau message 30 Aoû 2006, 19:12

Heu Bonjour... :D

Sinon il reste le musée de l'artillerie, où un canon de 75mm CA est exposé, donc les contacter pour avoir les caractéristiques reste le mieux...quoique le SHD ne soit pas mal non plus.


 

Voir le Blog de Grand Slam : cliquez ici


Re: DCA Francaise 1939-1940 et entre-deux-guerres.

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 05 Avr 2016, 16:46

Ci-dessous un article intéressant sur la DCA française en 1940:

Source: http://blog-espion.fr/probleme-de-larme ... de-la-dca/

La DCA française de 1940 : un matériel ancien mais efficace

Faisant d’abord un état des lieux du matériel et des unités servant à la défense antiaérienne dans l’armée Française. Le premier constat est que l’on trouve un très grand nombre de matériels fort différents, ce qui déjà dénote un manque d’organisation dans la standardisation des équipements (un problème commun à toute l’armée en 1940 d’ailleurs), qui complique d’autant la tâche du ravitaillement avec un grand nombre de munitions différentes.

On trouvait ainsi pèle-mêle :
◾de la mitrailleuse de petit calibre MAC 7.5 mm,
◾des canons de gros calibre à faible cadence de tir mais permettant une saturation de zone avec des obus à fusée explosifs : 90, 94, 100 et 105 mm sur affûts AA tous azimuts,
◾des canons plus légers (calibre 20, 25, 37 et 40mm) mais plus adaptées à défense antiaérienne grâce à une cadence de tir plus élevée et à des montages en coaxial ou en quadruple : on retiendra notamment l’excellent 25mm Hotchkiss CAM mle 39 avec une bonne cadence de tir et une munition adaptée à sa mission, ou l’excellent 40mm Bofors « pom-pom » en quadruple particulièrement efficace dans sa mission antiaérienne, sans oublier le 20 mm Oerlikon de très bonne facture.
◾des canons de moyen calibre en la personne des vénérables canons de 75mm, datant de 1897 pour certains, et montés sur plateforme fixe tous azimuts 1939. Une modernisation du parc avait été apportée dès 1932 et 1936 pour doter ce canon d’un tube plus long, pour une plus grande vitesse initiale (700 m/s) et une plus grande portée (plafond théorique de 8000 m). Malgré son âge, avec les modifications apportées, ce canon de 75mm remplissait parfaitement son rôle anti-aérien, étant capable de tirer à 25 coups par minute tout en étant facilement transportables.

canon 75 mm AA mle 1936

Les choses n’étaient pas parfaites, mais au vu des très maigres crédits consacrés à la DCA par les autorités, le parc de matériels permettait tout de même d’avoir des performances honorables. Les canons de 75 mm remplissaient leur rôle pour la DCA à moyenne altitude, par contre on manquait de matériels plus légers pour la DCA de basse altitude (avec un nombre très faible de 25mm hotchkiss et de 40 mm Bofors).

Ainsi, la DCA française aurait du pouvoir faire quelques choses, et apporter un minimum de protection aux unités terrestres face aux chasseurs adverses, et pourtant il n’en fut rien. Les bombardiers tactiques et les chasseurs allemands purent tranquillement apporter leur appui aux panzerdivision pour créer le Schwerpunkt (à Sedan notamment).

Le réel problème : une coordination déplorable et un état d’indigence complet

Le premier problème, on l’a vu précédemment, repose un parc de matériels un peu constitué de « bric et de broc » par l’armée.

La faute à des crédits très insuffisants pendant tout la période des années 20. En effet malgré des résultats très intéressants obtenus lors de la première guerre mondiale, la DCA a été tout bonnement sacrifié au profit d’autres secteurs de la défense nationale. Sans crédits, pas de recherche de nouveaux matériels, et encore moins de réflexions opérationnels sur un cadre d’utilisation commun.

Pourquoi ? Tout simplement parce que les décideurs de la défense de l’époque ont clairement sous-estimé le rôle futur de l’aviation dans la décision des batailles terrestres, aux travers de missions de bombardement opérationnel, logistique et de missions d’appui au sol et d’appui feu. Pour les généraux de l’époque, l’avion restait un moyen d’observation et de combat aérien, limité à une dimension aérienne, sans interaction avec la dimension terrestre (même de Gaulle qui prônait une plus grande combinaison de l’infanterie, de l’artillerie et du char, avait clairement fait abstraction de la puissance aérienne, contrairement à Guderian en Allemagne). Sans avoir à se défendre de l’avion, à quoi bon investir dans la défense antiaérienne ?

Ce n’est qu’au sortir de la guerre d’Espagne de 1396 que les généraux comprirent leur retard, mais il était déjà trop tard. Ne serait ce que pour le développement et l’achat de nouveaux matériels, mais surtout pour développer une stratégie cohérente d’utilisation.

Ainsi, au début de la guerre, la France pouvait aligner 4300 pièces antiaériennes, tous calibres confondus, contre près de 20000 canons AA pour l’Allemagne. Et encore, sur ces 4300 pièces :
◾2300 pièces, allant d’un calibre de 7.5 mm à 40 mm, permettaient une défense à basse altitude,
◾1850 pièces, d’un calibre de 75 mm, pour une défense à moyenne altitude (6000 m),
◾et seulement 150 pièces d’un calibre supérieur à 75mm, seul efficace au dessus de 6500 mètres. Aucune capacité donc pour atteindre des appareils à haute altitude.

Avec une absence totale de stratégie et sans véritable doctrine d’emploi, la DCA française ne pouvait être qu’inopérante. Cela se ressentit également dans son organisation. Contrairement à la DCA allemande confiée à la Luftwaffe (armée de l’air), la DCA française fut confiée à l’armée terrestre, avec une organisation qui ne fut jamais clairement définie.

Les forces de la DCA appelées « forces terrestres antiaériennes » en France (FTA) vont être réorganisés tout au long de la Drôle de guerre (1939-1940) sans jamais permettre de dégager un cadre clair. En mai 1940, ces forces étaient commandées par un général, qui était le conseiller de ses homologues commandants en chef des Forces terrestres et aériennes (Armée de l’Air). Il fallait en effet distingué parmi ces forces:
◾la DCA des armées de Terre, regroupé autour de sept régiments d’ « artillerie de défense contre avions » (RADCA), et comprenant chacun un état-major et plusieurs groupes de deux à cinq batteries (401ème RADCA, 402ème RADCA, 403ème RADCA, 404ème RADCA, 405ème RADCA, 406ème RADCA, 407ème RADCA), auquel s’ajoute une centaine de batteries autonomes (canons légers de 25 à 40mm), 89 compagnies de mitrailleuses, quelques sections spécialisées de 20mm Oerlikon, et 63 compagnies de guet,
◾et les formations de DAT (défense aérienne des territoires), dépendant elles de l’Armée de l’Air, équipées en canons de 25 mm et en mitrailleuses de 7.5mm, auquel s’ajoute des unités de ballons de protection, quelques unités de radar GM britanniques et une compagnie de détection électromagnétique,
◾sans oublier les zones littorales, où la DCA était géré par les Forces de Marine, avec des batteries terrestres de mitrailleuses, de canons légers, et de cinq batteries semi-mobiles de canons de marine de 90mm CA mle 32, sans oublier de nombreux projecteurs, quelques ballons d’observation, des postes de guet et d’écoutes, et des barrages électromagnétiques sur Brest, Cherbourg, Toulon et Bizerte.

On obtenait donc une hydre à trois têtes, bien difficile à gérer et à commander.

Autre incohérence, depuis 1938, l’inspecteur de la chasse était également inspecteur de la défense aérienne, mais si la chasse dépendait du ministère de l’air dépendait du ministère de la Guerre et de la défense passive. Ceci, histoire de complexifier un peu plus la situation…

Et pour compléter ce tableau déplorable, il fallait savoir que les transmissions de la DCA ne passait par celui de l’armée de terre mais par celui civil des PTT.

Enfin, les servants de ces pièces de DCA étaient en grande majorité des réservistes, avec très peu d’entrainement sur des cibles en vol. Un défaut rédhibitoire quand on connait le degré de précision demandé aux servants des batteries de DCA.

Au final, ce ne fut pas le courage des artilleurs de la DCA qui fit défaut mais bien un manquement total de stratégie et de clairvoyance des décideurs qui avaient mésestimé la force et le poids de l’avion dans la décision de la bataille terrestre. Une erreur tragique qui couta très cher à l’armée Française lors de l’offensive allemande de 1940.

vétéran
vétéran

 
Messages: 751
Inscription: 16 Avr 2015, 14:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: DCA Francaise 1939-1940 et entre-deux-guerres.

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de fanavman  Nouveau message 05 Avr 2016, 22:18

Bonsoir,

2 éléments pour compléter ce tableau :

-il n'était pas rare (bien au contraire!!) que les servants de pièces de D.C.A., pensant que "tout avion est ennemi", fassent du tir ami, au point d'en descendre....

-en comparaison, toutes les divisions allemandes (au moins la majorité) étaient équipées de D.C.A. performante. Lorsque les avions d'assaut ou les chasseurs français les attaquaient dans l'axe, assez bas (selon les ordres), c'était le carnage, d'autant plus que les appareils devaient souvent faire plusieurs passages.

Chief Warrant Officer
Chief Warrant Officer

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 129
Inscription: 12 Juil 2010, 10:52
Localisation: Rennes
Région: Bretagne
Pays: France

Voir le Blog de fanavman : cliquez ici


Re: DCA Francaise 1939-1940 et entre-deux-guerres.

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 06 Avr 2016, 09:53

fanavman a écrit:-en comparaison, toutes les divisions allemandes (au moins la majorité) étaient équipées de D.C.A. performante. Lorsque les avions d'assaut ou les chasseurs français les attaquaient dans l'axe, assez bas (selon les ordres), c'était le carnage, d'autant plus que les appareils devaient souvent faire plusieurs passages.


C'est exact, cela est du encore à une lacune française, cette fois ci concernant les avions d'appuis au sol, pas de bombardier en piqué et une tactique de bombardement à faible altitude dans l'axe, qui bien qu'assez efficace rendait les avions français extrêmement vulnérables à la flak d'autant plus que leurs vitesses étaient assez faible d'où une véritable hécatombe...
Une autre tactique possible aurait été le semi-piqué ou léger piqué qui est réalisable même avec un avion non prévu pour le piqué (équipé de frein aérodynamique spéciaux), ou/et l'attaque en premier lieu des batteries de flak pour laisser le champ libre aux autres avions de s'attaquer à la cible principale mais l'efficacité de la flak allemande a été clairement sous estimée.

vétéran
vétéran

 
Messages: 751
Inscription: 16 Avr 2015, 14:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: DCA Francaise 1939-1940 et entre-deux-guerres.

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 06 Avr 2016, 10:01

Une des conséquences majeures du manque de DCA française fut la neutralisation d'un nombre important de batteries d'artillerie française par l'aviation tactique allemande alors même que cette artillerie était l'un des meilleur atout de l'armée française, celle-ci fit beaucoup de dégâts aux allemands mais dès qu'elle se découvrait pour tirer, elle fut systématiquement attaqué par l'aviation allemande.

vétéran
vétéran

 
Messages: 751
Inscription: 16 Avr 2015, 14:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LES ARMES, VEHICULES ET MATERIELS TERRESTRES




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Le quiz matériels et véhicules - suite - 14 
il y a 19 minutes
par: iffig 
    dans:  Recherche d'un avion abattu le 7 juillet 1944 
il y a 26 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
il y a 44 minutes
par: iffig 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 23:06
par: coyote 
    dans:  Un canon volé à saint-Lambert-sur-Dive 
Hier, 22:55
par: kfranc01 
    dans:  Aide pour une orientation professionnelle en histoire 
Hier, 22:11
par: kfranc01 
    dans:  Latin America @ War serie 
Hier, 20:37
par: Dog Red 
    dans:  Abandon de la base-sous marine à Brest. 
Hier, 18:38
par: gernika 
    dans:  d'autres nids de mitrailleuses 
Hier, 18:36
par: gernika 
    dans:  Bonnes fêtes de fin d'année.................. 
Hier, 18:34
par: gernika 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 32 invités


Scroll