Connexion  •  M’enregistrer

Identification de pièces de chars allemands ou d'artillerie suite

Une question sur un blindé, une arme, du matériel, un canon, un véhicule, une locomotive de la seconde guerre mondiale?
C'est ici.
MODERATEUR:

Re: Identification de pièces de chars allemands ou d'artillerie suite

Nouveau message Post Numéro: 21  Nouveau message de brehon  Nouveau message 05 Nov 2020, 00:37

Re,
Königstiger a écrit: extrême limite de la portée de certaines pièces dont la portée effective s'échelonne entre 22 km et 47,5 km...

Ça m'intéresserait de savoir quelles pièces de marine alliées avaient 47,5 km de portée.
Cordialement.
Yvonnick

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Inscription: 14 Déc 2009, 16:45
Région: Bretagne
Pays: France

Re: Identification de pièces de chars allemands ou d'artillerie suite

Nouveau message Post Numéro: 22  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 05 Nov 2020, 10:51

brehon a écrit:Re,
Königstiger a écrit: extrême limite de la portée de certaines pièces dont la portée effective s'échelonne entre 22 km et 47,5 km...

Ça m'intéresserait de savoir quelles pièces de marine alliées avaient 47,5 km de portée.


Bonjour,
Le 16'' (408 mm)/45 calibres Mk. II britannique avait une portée "pratique" maximale, qui, selon les sources, variait de 37 361 à 40 000 m - l'écart semble excessif, mais admettons -.
Le 16"/ 50 calibres Mk. 7 américain, entre 38 728 m et 39 502 m.
Pour mémoire, les 380 mm/45 calibres Modèle 1935, qui armaient le Richelieu, pouvaient tirer à 41 700 m.
Les portées maximales des pièces navales d'un calibre inférieur n'excédaient jamais ces valeurs, au mieux, pour certaines d'entre elles, elles en étaient proches.
Évidemment, la portée dépend du type de munitions employées et des gargousses qui leur sont associées.
Si on oublie, dans le cadre d'un pilonnage mer-terre, la précision requise pour des tirs mer/mer - sachant que, à de telles distances, la précision n'était, déjà, plus de mise -, on peut envisager, dans certaines conditions, à élévation maximale, un allongement de la portée, de l'ordre (selon moi) de +/-1500 m, mais 7000 à 10 000 m de plus, çà me parait difficilement envisageable.
Il est probable que les bâtiments avaient raccourci la portée en s'approchant au plus près (possible) du rivage et de leur "cible", tout en exploitant les mouvements de la houle, la météo, etc..

Cela dit, un pélot, par exemple, de 408 mm, ne va pas s’arrêter, pour autant, à 40 000 m, parce que c'est marqué sur les tables! ::mortderire:: -, mais, même si ses performances de vitesse ne sont, dès lors, plus dans le "cadre", dans le contexte d'un pilonnage - où le volume de feu est essentiel -, çà peut encore le faire. :D

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Re: Identification de pièces de chars allemands ou d'artillerie suite

Nouveau message Post Numéro: 23  Nouveau message de brehon  Nouveau message 05 Nov 2020, 13:17

Bonjour,
Loïc Charpentier a écrit:Pour mémoire, les 380 mm/45 calibres Modèle 1935, qui armaient le Richelieu, pouvaient tirer à 41 700 m.

37,8 km selon les sources que je possède.

À ma connaissance, les seuls canons de marine dont la portée maxi dépassait les 40 km étaient les 460 mm des Yamato/Musashi.
Cordialement.
Yvonnick

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Inscription: 14 Déc 2009, 16:45
Région: Bretagne
Pays: France

Re: Identification de pièces de chars allemands ou d'artillerie suite

Nouveau message Post Numéro: 24  Nouveau message de Alfred  Nouveau message 05 Nov 2020, 15:48

Je pense que tout dépend des types de poudres, d'obus utilisés,de la pression atmosphérique,de la direction des vents,de la vitesse du navire ,de l'orientation du tir par rapport à la rotation de la terre.......L'artillerie était une arme savante ::tank:: ::tank:: ::tank::

vétéran
vétéran

 
Inscription: 21 Aoû 2011, 14:41
Région: Litus saxonicum
Pays: Grande Bourgogne

Re: Identification de pièces de chars allemands ou d'artillerie suite

Nouveau message Post Numéro: 25  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 05 Nov 2020, 15:58

brehon a écrit:Bonjour,
Loïc Charpentier a écrit:Pour mémoire, les 380 mm/45 calibres Modèle 1935, qui armaient le Richelieu, pouvaient tirer à 41 700 m.

37,8 km selon les sources que je possède.

À ma connaissance, les seuls canons de marine dont la portée maxi dépassait les 40 km étaient les 460 mm des Yamato/Musashi.


Pour le 16"/45 calibres Mk. II brit, j'ai, aussi, sous le coude, d'autres sources, qui indiquent des portées maximales légèrement différentes à quelques centaines de mètres près. ::mal-a-la-tete::

J'avais relevé la portée maximale du 38 cm/45 calibres Mle 35 français, dans une étude, assez "confidentielle", mais, selon moi, bien foutue ," Identification of the Parameters of Naval Artillery" - auteurs : K.R. Crawford & N.W. Mitioukov, publiée à Prague en 2013. Les auteurs, au demeurant bien secondés par des pointures (à la retraite! :D ) de l'artillerie navale, y avaient passé en revue toute l'histoire de la "relative" brève carrière - comparée à celle du boulet plein sphérique! - des canons de marine chargés par la culasse.

En France, dès les années 1850, les experts de l'artillerie navale avaient pu bénéficier du splendide, très exceptionnel et vaste pas de tir de Gâvre, dans la presqu'ile de Quiberon, et, par voie de conséquence, de la mise en place de "sa" Commission" (le département R&D de l'époque!). Par contre, les Anglais, en 1914, lors de la déclaration de guerre, eux, ne disposaient d'aucun "plan d'eau" (y compris à Scapa Flow!) qui leur aurait permis d'effectuer des mesures fiables, au-delà de 10 000 m. Le premier plan d'eau local "au-delà de 10 000 yards" n'avait été mis en service que tout début 1916, mais il avait servi, en priorité, à entrainer les canonniers et télémétreurs - la télémétrie est encore un problème supplémentaire!- aux tirs à longue distance, entre 15000 et 20 000 m, à la louche et en gros, à la limite des performances "visuelles" de la télémétrie à coïncidence (par beau temps!)... il y aurait, d'ailleurs, une discussion "interminable" à développer sur ce seul sujet. ;)

La plupart des abaques de tir de l'artillerie navale, y compris jusqu'en 1945, ne prenaient en compte que les portées maximales où le pélot disposait, encore, de la vitesse suffisante pour infliger des dégâts à une cible, également, navale. L'augmentation de l'élévation des pièces, qui, entre 1918 et 1930, était passée de +/-12° (tirs tendus à 15000/16 000 m) à + 30/+35°, autorisant les tirs à 30 000 m, était destinée à permettre à l'artillerie navale de tirer sur de possibles cibles terrestres, selon des trajectoires semi-paraboliques, mais avec une précision relativement "merdique" (comparée aux critères navals). La précision à longue distance n'était réellement apparue qu'après la WW2, avec la mise en service des premiers projectiles "intelligents" - qui coutaient la peau des murges ! -, puis celles des missiles.

Comme je l'ai évoqué, très succinctement, plus haut, un pélot, par exemple, de 406 ou 380 mm, pouvait, très probablement, finir sa course bien au-delà de 40 bornes, avec une précision "calculée" proche de zéro, mais çà sortait, systématiquement, des abaques existants . Les officiers-canonniers étaient, alors, priés de dégainer le compas, le rapporteur, la règle à calcul et se souvenir de leurs cours d'instruction. :D En plus, dans le cadre d'un pilonnage "mer-terre", ce qui compte, avant tout, est la concentration des pélots dans une surface plus ou moins définie. Un pélot de 38 cm, de près de 460 kg, même en "fin de course", peut infliger de très sérieux dégâts sur une troupe faiblement retranchée ou supposée telle.

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Précédente

Connexion  •  M’enregistrer

Retourner vers LES ARMES, VEHICULES ET MATERIELS TERRESTRES




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  à quoi ressemble un Maquis? 
il y a 2 minutes
par: Dog Red 
    dans:  L'horreur d'Oradour sur Glane 
il y a 30 minutes
par: landevenneg 
    dans:  Recherche Unité allemande 
il y a 31 minutes
par: alain adam 
    dans:  La figure du traitre dans la Résistance 
Aujourd’hui, 14:01
par: landevenneg 
    dans:  À la recherche d'un navigateur canadien : mon récit 
Aujourd’hui, 13:48
par: Serge006 
    dans:  80ème Anniversaire, Le premier V1 tombe sur le Kent 
Aujourd’hui, 13:07
par: Loïc Charpentier 
    dans:  1/72. MESSERSCHMITT 262 A.1 kit Airfix 
Aujourd’hui, 13:00
par: tribal 
    dans:  je n'ai jamais entendu parler du débarquement 
Aujourd’hui, 12:58
par: Serge006 
    dans:  Quiz suite - 8 
Aujourd’hui, 11:54
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Les Feux de la rampe 2.0 : Épaves de guerre (1936-1945) 
Aujourd’hui, 11:00
par: coyote 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 37 invités


Scroll