Page 4 sur 5

Re: SCHÜRZEN (THOMA) ET AUTRES "JUPES" DE PROTECTION

Nouveau messagePosté: 10 Aoû 2018, 00:19
de Margont
Sans oublier le béton !

Image
Image
Image
Image

Images en provenance, entre autre, d'ici : viewtopic.php?f=26&t=45554&start=80 ;)

Re: SCHÜRZEN (THOMA) ET AUTRES "JUPES" DE PROTECTION

Nouveau messagePosté: 10 Aoû 2018, 11:05
de frontovik 14
Merci pour les photos.
Sur la dernière il s'agit en fait de tissu, un filet de camouflage peut-être...

Re: SCHÜRZEN (THOMA) ET AUTRES "JUPES" DE PROTECTION

Nouveau messagePosté: 10 Aoû 2018, 11:35
de Dog Red
kfranc01 a écrit:Pour revenir au "Schürzen", selon Walter J. Spielberger - Sturmgeschutz & Its Variants (Spielberger German Armor & Military Vehicles Series, Vol II), page 92 et 93:


Merci Bernard ::Merci:: ::super::

Re: SCHÜRZEN (THOMA) ET AUTRES "JUPES" DE PROTECTION

Nouveau messagePosté: 10 Aoû 2018, 11:42
de Tomcat
Concernant les pertes américaines par panzerfaust / panzerschreck:

Source: http://www.dupuyinstitute.org/blog/2016 ... ld-war-ii/

"In his 1990 book Attrition: Forecasting Battle Casualties and Equipment Losses in Modern War, Trevor Dupuy took a look at the relationship between tank losses and crew casualties in the U.S. 1st Army between June 1944 and May 1945 (pp. 80-81). The data sampled included 797 medium (averaging 5 crewmen) and 101 light (averaging 4 crewmen) tanks. For each tank loss, an average of one crewman was killed or wounded. Interestingly, although gunfire accounted for the most tank and crew casualties, infantry anti-tank rockets (such as the Panzerfaust) inflicted 13% of the tank losses, but caused 21% of the crew losses."


Dans son livre Attrition: Trevor Dupuy s'est penché sur la relation entre les pertes de chars et les pertes en équipage dans la 1ère armée américaine entre juin 1944 et mai 1945 (pp. 80-81).
Les données échantillonnées comprenaient 797 chars moyens (5 membres d'équipage en moyenne) et 101 chars légers (4 membres d'équipage en moyenne).
Pour chaque perte de char, un membre d'équipage en moyenne a été tué ou blessé.
Fait intéressant, bien que les tirs de canons aient représenté le plus grand nombre de victimes dans les chars et les équipages, les roquettes antichars (telles que les Panzerfaust) ont causé 13% des pertes des chars, mais ont causé 21% des pertes.

13% des pertes des chars, mais surtout 21% des pertes d'équipage ce n'est pas négligeable, on comprend tous les bricolages de protections qui ont été effectués par les équipages et ateliers de campagne pour essayer de se protéger...

Re: SCHÜRZEN (THOMA) ET AUTRES "JUPES" DE PROTECTION

Nouveau messagePosté: 10 Aoû 2018, 11:43
de Dog Red
Les sacs de sable et le béton horripilaient PATTON qui les avait interdit à la 3rd Army.
Le spécialiste qu'il était estimait que la première protection du Sherman était sa mobilité... largement mise à mal par le surpoids !

Image
Sur cette photo connue de la campagne de Lorraine, il vient de faire passer le message grossecolere

Re: SCHÜRZEN (THOMA) ET AUTRES "JUPES" DE PROTECTION

Nouveau messagePosté: 10 Aoû 2018, 11:49
de Dog Red
Tomcat a écrit:13% des pertes des chars, mais surtout 21% des pertes d'équipage ce n'est pas négligeable, on comprend tous les bricolages de protections qui ont été effectués par les équipages et ateliers de campagne pour essayer de se protéger...


L'impact moral de la charge creuse sur les personnels des armes blindées est énorme.
J'avais rendu malades quelques collègues tankistes durant le service militaire... qui ne connaissaient rien à tout cela :?

J'invite la lecture du livre "Kilomètre 101" (Guerre du Kippour) dont la lecture m'avait dissuadé de jamais poser mes f..... dans un blindé.
Ames sensibles, s'abstenir. :|

https://www.amazon.fr/Kilometre-101-Kip ... B000L6KOF4

Re: SCHÜRZEN (THOMA) ET AUTRES "JUPES" DE PROTECTION

Nouveau messagePosté: 10 Aoû 2018, 12:56
de Margont
frontovik 14 a écrit:Merci pour les photos.
Sur la dernière il s'agit en fait de tissu, un filet de camouflage peut-être...

Je cite le commentaire du chef :mrgreen: à propos de cette photo sur un autre post (celui que je donne comme source, entres autres) :
Dog Red a écrit:Du béton aussi Bertrand. Ces couches de béton (armées d'un grillage pour une meilleure tenue d'où cette forme "glace fondue") pouvaient atteindre 8 à 10cm d'épaisseur.
Le surpoids n'était pas apprécié des suspensions avant pour une efficacité douteuse face aux projectiles perforants. L'effet était surtout moral.
Pas de béton chez les Britanniques. Le règlement c'est le règlement Sir !

Alors si le chef a dit… ;)

Re: SCHÜRZEN (THOMA) ET AUTRES "JUPES" DE PROTECTION

Nouveau messagePosté: 11 Aoû 2018, 23:18
de thucydide
En fait le Stug suédois fut doté de "grillage", sur des photos on peut trouvé marrant de voir un stug dans une cage à poule.

Re: Le Panther, selon l'interrogatoire d'un sous-off. allemand

Nouveau messagePosté: 11 Aoû 2018, 23:55
de thucydide
Dog Red a écrit:Ce qui fait la létalité du dard, c'est la projection d'un volume suffisant d'acier en fusion dans l'espace confiné du compartiment de combat et surtout la mise à feu du carburant et/ou des munitions.


En fait était il nécessaire de mettre à feu l'engin, au fond l'introduction d'un jet en fusion de cuivre ou d'acier ne met il pas à l'équipage?

Sinon pour KFranck, son allusion est pertinente car l'application de la charge creuse sur le blindage permettait de contenir l'explosion sur une face juste pour la concentration se fasse sur le cône de métal et qu'il se concentre ensuite en jet en fusion.

La distance par rapport au blindage avait son importance quant à la formation du dard. Pas trop près et pas trop loin.
Sinon l'explosion se disséminait dans tous les sens .

Re: SCHÜRZEN (THOMA) ET AUTRES "JUPES" DE PROTECTION

Nouveau messagePosté: 12 Aoû 2018, 10:58
de Dog Red
Il est certain qu'une explosion de charge creuse au niveau de la tourelle neutralise au minimum la capacité du char.
L'idéal est quand même de toucher le compartiment moteur ou les soutes à munitions, garantie de destruction du char.

Mais il y a 75 ans, la garantie de la formation d'un dard avec les effets que nous connaissons aujourd'hui était plus aléatoire.

Nombreux exemples de rockets de bazooka tirées non armées dans la précipitation et le stress du combat.