Connexion  •  M’enregistrer

Unités, matériels et actions antichar alliés

Une question sur un blindé, une arme, du matériel, un canon, un véhicule, une locomotive de la seconde guerre mondiale?
C'est ici.
MODERATEUR: Marc_91

Unités, matériels et actions antichar alliés

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 29 Sep 2017, 13:39

J'ouvre ce fil pour discuter des différentes unités antichar alliés que ce soit à l'ouest ou à l'est, de leurs matériels (canons tractés ou automoteur/chasseur de char) et surtout de leurs actions, tactiques et résultats.

Je suis très intéressé par des infos sur les actions, tactiques et résultats côté alliés...cela changera des traditionnels exploits des 88mm allemands...

vétéran
vétéran

 
Messages: 722
Inscription: 16 Avr 2015, 14:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: Unités, matériels et actions antichar alliés

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 29 Sep 2017, 13:42

Quelques infos côté matériels:

Source: http://www.materielsterrestres39-45.fr/ ... 1943-zis-2

Le ZiS-2 (en russe 57- мм противотанковая пушка образца 1941 года (ЗиС-2)) est un canon antichar de 57 mm utilisé par l’armée soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale. Le ZiS-4 était une version destinée aux chars de combat.

ZiS signifie « Zavod imeni Stalina » (en russe Завод имени Сталина ‘usine au nom de Staline’), le nom offficiel de la fabrique d’artillerie n°92 de Moscou, qui a commencé la production de ce canon.

Description

Le canon antichar de 57 mm modèle 1943 (ZiS-2) était un canon semi-automatique avec un bloc de culasse ouvrant verticalement. Lors du tir, la culasse s’ouvrait et se fermait automatiquement, laissant comme seule tâche au chargeur de placer l’obus dans le réceptacle. Grâce à cette caractéristique, la cadence de tir pouvait atteindre 25 coups par minute. L’arrière train dépliable et le carénage de protection du canon était hérité du canon divisionnaire ZiS-3. Le train de roulement avait des suspensions hélicoïdaux qui permettaient d’atteindre des vitesses de remorquage de 50km/h sur route, 30 km/h sur piste et 10 km/h en tout terrain. Le canon pouvait aussi être attelé à un caisson, et tiré par six chevaux. Les ZiS-2 étaient équipés d’un viseur panoramique PP1-2 ;

Développement

Le canon antichar de 57mm « ZiS-2 » était l’une des nombreuses productions de l’ingénieur Grabin et de son équipe de l’usine ZiS ;

Au début de 1940 le bureau d’étude de V.G Grabin reçut du département de l’artillerie l’ordre de développer un canon antichar puissant. Le chef de ce département, le maréchal Marshal Kulik, et son état-major estimait que l’utilisation par l’Urss de tank lourdement blindés pendant la guerre russo-finlandaise n’avait pas échappé à l’Allemagne nazie, et allait y déboucher sur le développement d’engions de combat similaires. Il est aussi possible que le Département fut influencé par la propagande allemande autour du « super tank » expérimental à plusieurs tourelles, le NbFz : ce véhicule était crédité d’un blindage supérieur à celui qu’il avait en réalité.

C’est pourquoi Grabin et son bureau furent guidés par les caractéristiques du char lourd national KV-1, avec ses 40 à 75 mm de blindage. De , l’avis des ingénieurs, le calibre optimal dans ce cas était de 57 mm. La vitesse et la masse d’un projectile perforant de 57 mm lui donnait suffisamment d’énergie cinétique pour vaincre un blindage de 90mm, tout en gardant au canon suffisamment de légèreté, mobilité et facilité de dissimulation Toutefois cette décision avait une conséquence ennuyeuse : ce calibre étant nouveau pour l’Armée rouge, il entraîna le développement d’une nouvelle munition en partant de zéro. Ceele-ci combinait une douille de 76,2 mm avec un nouvel obus perforant de 57 mm, pesant 3,14 kg.

La nouvelle pièce, d’abord nommée f-31, était dérivée du canon divisionnaire F-24 de 76,2 mm, dont pratiquement seul le canon était changé. Elle avait une vitesse intiale de 1 000 m/s.

Les premiers prototypes furent prêts en octobre 1940, et furent opposés à une autre pièce conçue par Grabin, le ZiS-1KV, utilisant la même munition mais avec un canon long de 86 calibres donnant une vitesse initiale de 1 150 m/s, monté sur l’affût du F-22SV, le tout pesant 1 650 kg. Cependant, après les essais qui eurent lieu en février et en mars 1941, on constata que ce dernier avait une durée de vie d’environ 50 coups, ce qui ajouté à son poids excessif, provoqua l’arrêt du projet. Le F-31, lui fut accepté à la production sous le nom de ZiS-2 ou canon antichar modèle 1941, et la production démarra le 1er juin.

Le 1er décembre 1941, les maréchaux Voronov et Govorov stoppèrent la production après 371 exemplaires, et ce pour trois raisons :

- L’absence de chars lourds allemands : tous ceux de cette époque étaient percés à des distances normales par les calibres de 45 mm déjà en service. La munition perforante de 57 mm avait tendance à traverser les chars allemands de part en part, sans provoquer beaucoup de dégâts à l’intérieur.

- Son prix prohibitif, principalement dû à son canon long de 4 m.

- L’absence de munitions d’une qualité suffisante, les obus perforants produits à cette époque ayant tendance à se fragmenter plutôt que de perforer.

En juin1942, cependant, son affût fut réutilisé pour construire une nouvelle pièce divisionnaire de 76,2 mm , le ZiS-3, pendant que l’artillerie antichar recevait des canons de 45 mm, moins chers à produire (quelques régiments antichar recevait malgré-tout des ZiS-3, capable de vaincre n’importe quel blindé allemand jusqu’à la fin de 1942). Son canon, lui, fut monté en juillet sur des T-34 sous une forme légèrement modifiée, le ZiS-4 .

Le 6 juin 1942, Grabin fit tester un mod7le avec un canon raccourci de 63,5 calibres, nommé is-1, mais il ne fut pas accepté par l’Armée rouge.

L’apparition du char lourd Tigre I puis du Panther changea l’équilibre des forces en faveur des allemands. Les canons de 45 mm modèle 1942 pouvaient seulement percer le blindage latéral des Panther, tandis que le ZiS-3 réussissait seulement à pénétrer les côtés et le mantelet du canon. Contre les Tigre, le ZiS-3 n’était efficace qu’à courte portée (jusqu’à 300m), et les pièces de 45 mm étaient presque inutiles. Le besoin d’un canon plus puissant se faisait sentir et comme des munitions d’une qualité suffisante étaient maintenant disponibles, le 15 juin1943, on remit en production le ZiS-2 sous le nom de canon antichar de 57 mm modèle 1943. La pièce resta en production toute la guerre : 9 645 exemplaires furent produits jusqu’en 1945.

Utilisation

Les ZiS-2 furent employés par les sections antichar des unités d’infanterie et par les unités antichar de la réserve du haut commandement, la plupart d’entre elles étant des régiments d’artillerie antichar (en russe Истребительный Противотанковый Артиллерийский Полк, abrégé ИПТАП).

Canon embarqué

Le ZiS-2 fut aussi installé sur quelques véhicules. En 1941, environ une centaine de canons ZiS-2 furent montés sur des chenillettes T-20 Komsomolets (tracteur de canon) pour créer le chasseur de chars ZiS-30.

Une version du ZiS-2 nommée ZiS-4 fut aussi montée sur le T-34. En 1941, désireux d’améliorer les performances antichars du T-34, les membres du bureau d’études Morozov expérimentèrent le ZiS-4. Seul quelques rares exemplaires du T-34-57 furent construits, et utilisés comme chasseur de chars. L’idée refit surface en 1943, dès que l’Allemagne commença à déployer les Tigres et les Panther lourdement blindés. Encore une fois, seul un nombre limité d’exemplaire fut produit, équipé d’une version profondément remaniée du canon, le ZiS-4M. Bien que le canon à haute vélocité ait une capacité de pénétration de blindage supérieure à celle du canon F-34, le faible poids de ses obus signifiait qu’il ne pouvait pas tirer une munition explosive adéquate pour une utilisation généraliste. La solution ultime pour ce char fut de dessiner une nouvelle tourelle, permettant l’utilisation d’un canon de 85 mm. Ce modèle fut appelé T-34-85.

Le canon ZiS-2 fut aussi installé dans moins de trois prototypes différents du canon d’assaut SU-76 (SU-74, SU-76D et SU-57B) . Aucun ne fut mis en production.

Type : canon antichar

Pays d’origine : URSS

Elaborateur : Bureau n°92 de la fabrique d’artillerie dirigé par V.G Grabin

Année de production : 1941-1943

Nombre construit : 10 016

Caractéristiques

Longueur : 7,03 m

Longueur du tube : 4,16 m L/73

Calibre : 57 mm

Poids : en ordre de tir, 1 150 kg

En ordre de route : 1 800 kg

Hauteur : 1,37 m

Pointage en direction : 55°

Pointage en hauteur : -5° à 25°

Portée maximale : 8 400m

Vitesse initiale : 1 00m/s

Perforation à 1 000 m : 140 mm de blindage non incliné (obus BR-271N)

Cadence de tir : 13 à 15 coups/mn

Equipage : 4

Munition

Obus : 57x480 mm .R (AP)

Calibre : 57 mm

Déplacement : canon tracté

vétéran
vétéran

 
Messages: 722
Inscription: 16 Avr 2015, 14:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: Unités, matériels et actions antichar alliés

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 02 Oct 2017, 14:04

Suite côté matériel...

Source: http://www.materielsterrestres39-45.fr/ ... ouclier-m6

Le canon M5 de 3 pouces était un canon antichar développé par les Etats-Unis pendant le Seconde Guerre mondiale.

Lorsqu’au cours de l’année 1942 la direction du matériel de l’US Army entreprit de construire un nouveau canon antichar lourd, elle décida, une fois encore, de créer un matériel à partir d’éléments constitutifs d’armes déjà existantes. Il en résulta un assemblage hétéroclite. Le tube lui-même provenait du canon antiaérien M3 de 3 pouces (76,2 mm) T9 mais la chambre avait été légèrement modifiée pour recevoir une munition différente. Les ingénieurs apportèrent un aménagement destiné à adapter le mécanisme de culasse prélevé sur l’obusier de 105 mm M2A1 alors en fabrication, obusier qui fournit également l’affût et le frein de recul. L’affût ainsi monté, appelé M1, garda le bouclier plat d’origine du 105, puis il reçut un bouclier à plaques inclinées et on obtint le M6 . Il se trouva que ce matériel, devenu le canon antichar M5 de 3 pouces, parut d’excellente facture. Plutôt lourd et de dimensions importantes pour son rôle, il possédait des performances comparables à celles de ses contemporains et, sur le terrain, il se montra capable de percer 84 mm de blindage profilé à des portées de près de 2 000 mètres. Il n’est pas surprenant que le M5 connût la popularité au sein des batteries antichars de l’US Army, et on l’utilisa sir tous les théâtres d’opérations.

De nombreux types de munitions perforantes furent mis au point à son intention, mais le plus courant était le projectile perforant à fusée (ACP) appelé M62. Le M5 présentait cependant un inconvénient en raison de son poids. Son déplacement rapide constituait en effet une tâche difficile pour laquelle on devait se servir d’un camion lourd 6X6 quoiqu’on se contentât éventuellement de tracteurs plus légers. Sa livraison commença à partir de décembre 1942 , mais la généralisation de sa mise en service exigea beaucoup de temps. iIl fut livré exclusivement aux bataillons de Tank Destroyer.Il a été déployé pendant la campagne d’Italie et dans le Nord-ouest de l’Europe.

Histoire

En octobre 1943, le bataillon 805e TD arrivé en Italie est le premier équipé de ces canons. Par la suite, M5 a connu le feu durant la Campagne d’Italie et dans le Nord-Ouest en Europe. L'un des engagements les plus remarquables du canon a lieu au cours de la contre-attaque des Allemands sur Mortain en août 1944. Le 823e TD, joint à la 30e Division d'infanterie, a joué un rôle clé dans la défense victorieuse de Saint Barthelemy, détruisant quatorze chars et un certain nombre d'autres véhicules, mais au prix de onze de ses canons 3 pouces M5.

Le plus grand affrontement qu'ont connu les bataillons de TD (Tank Destroyer) et leurs canons M5 a eu lieu lors de la bataille des Ardennes. Dans cette bataille, les chasseurs de chars remorqués combattirent avec beaucoup moins de succès et ont subi des pertes plus élevées que les canons automoteurs. Le rapport du 823e bataillon précise que « les chasseurs de chars ont été un par un pris de flanc par des chars ennemis et leur personnel chassé des canons par des armes légères et des tirs de mitrailleuse ». Prenant en compte cette expérience de combat, le11 janvier 1945, le ministère de la Guerre a confirmé une demande pour convertir les bataillons TD remorqués en bataillons équipés de canons automoteurs. Cette décision signifie l'élimination progressive des M5 du service de première ligne, un processus qui s'est poursuivi jusqu'à la fin de la guerre en Europe.

Un fort besoin en M5 se fit également sentir pour réaliser une série de projets de chasseurs de chars automoteurs dont le plus important devint le M10A1, version à ciel ouvert du Sherman M4 qui reçut le M5 dans une tourelle spéciale. On peut apprécier l’importance de cette demande quand on sait que 2 500 exemplaires de ce canon suffirent comme arme antichar alors qu’il en fallut 6 824 pour équiper le M10A1.

Performance et utilisation

Le M5 était le meilleur canon antichar disponible quand il commença à équiper les Tank Destoyers, mais son poids excessif et son encombrement limitaient son utilisation.

De plus, ses performances bien que bonnes auraient pu être améliorées : en effet, des problèmes furent rencontrés avec les obus de projectiles de type APCBC (Armour Piercing Capped Ballistic Cap - obus balistique chemisé perce-blindage) et HE (High Explosive - à haut pouvoir explosif). Il convient de noter également que n'ont jamais été mis au point des projectiles de type APDS (Armour-Piercing, Discarding-Sabot - perce-blindage à étui jetable) pour la M5 et que, s'il a bien existé un obus de type APCR (Armour Piercing Composite Rigid - perce-blindage en composite rigide), il est difficile de savoir s'il a effectivement été distribué aux bataillons.

En plus du rôle antichar, l'arme a souvent été utilisée pour compléter l'artillerie de campagne divisionnaire ou pour fournir des tirs directs contre les fortifications ennemies. Par exemple, un rapport de combat de la 614e TD mentionne une position de deux canons qui tirent 143 obus pour 139 coups au but.



En dépit de son succès, le M5 fut progressivement retiré de l’US Army une fois la guerre terminée .Les pertes subies par les bataillons de Tank Destroyers ayant combattu durant la Bataille des Ardennes et son remplacement par des armes antichars d’une conception nouvelle, techniquement plus perfectionnées, le fit déclasser pour le reverser aux unités de réserve. Il n’en resta que peu d’exemplaire en service après 1950.

Aujourd'hui, la M5 est utilisé par l'armée américaine à des fins cérémonielles uniquement. Le Presidential Salute Guns Platoon (littéralement « peloton d'artillerie de salut au Président ») de la Old Guard entretient une batterie de dix M5, basée à Fort Myer principalement destinée à servir dans la région de Washington à l'occasion d'événements officiels comme par exemple les investitures présidentielles.

Pays constructeur : Etats-Unis

Entrée en service : 1943

Utilisateur : US Army

Conflit : Deuxième Guerre mondiale

Type : canon antichar

Longueur : 7,1 m

Largeur : 2,2 m

Hauteur : 1,62 m

Durée de service : 1942/1945

Cadence de tir : 12 coups/mn maxi

Portée pratique : 1 830 m

Portée maximale : 14,7 km

Masse (non chargée) : 2 633 kg

Masse (chargée) : 3640 kg

Longueur du canon : 4,023 m 50 calibres

Production : 2 500

Déplacement : artillerie tractée

Pointage en direction : 46°

Pointage en hauteur : de -5° à +30°

Obus : 76,2x585 mm R

Calibre : 3 pouces (76,2 mm)

Vitesse initiale

- Obus perforant 793 m/s

- Obus perforant à fusée (APC) 843 m/s

vétéran
vétéran

 
Messages: 722
Inscription: 16 Avr 2015, 14:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: Unités, matériels et actions antichar alliés

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 02 Oct 2017, 14:24

Un matériel moins connu...
Source: http://www.materielsterrestres39-45.fr/ ... 750-su-76i

SU-76I

Les problèmes de fiabilité du SU-76 imposent de trouver une solution de remplacement temporaire recyclant les seuls châssis disponibles sur le moment : ceux des chars de prise. En effet, près de 300 exemplaires de StuGe III et de Panzer III ont été capturés après la défaite allemande de Stalingrad. En février 1943, la Zavod 37 de Sverdlovsk reçoit l’ordre de livrer un automoteur pour le début du mois de mars 1943§ Les côtes du prototype du SG-122(A) , un projet concurrent au SU-76, sont reprises. Plus compact que le ZIS-3 de 76,2 mm, un canon de 76,2 mm modèle S-1 est directement boulonné sur la partie avant de la superstructure. Dérivé de la pièce F-34 du T-34 , la culasse de cette arme intègre une casemate aux parois inclinées et blindées à hauteur de35 mm d’épaisseur sur la partie frontale. Cette simple reprise de matériels existants permet d’assembler un démonstrateur en seulement quinze jours§ A la mode russe, deux réservoirs supplémentaires sont adaptés à la plage arrière. Les tests réalisés sur plus de 600km sont concluants et, le 20 mars, ordre est donné de commencer la production du SU-76I ou SU-76 (S1). Le I, en russe « Inostrannaya » , désigne l’origine étrangère de l’engin. La construction s’étale de mars à novembre 1943 pour un total de 201 exemplaires, dont 20 véhicules de commandement.

Catégorie : canon automoteur

Constructeur : Zavod 37

Exemplaires produits : 201

Equipage : 4

Caractéristiques

Poids : 22,5 t

Longueur : 6,3 m

Largeur : 2,91 m

Hauteur : 2,37 m

Protection

Blindage casemate

Frontal : 35 mm

Latéral : 25 mm

Arrière : 15 mm

Blindage caisse

Frontal : 50 mm

Latéral : 30 mm

Arrière : 30 mm

Mobilité

Vitesse maximale

Sur route : 40 km/h

Tout terrain : 24 km/h

Autonomie

Sur route : 180 km

Tout terrain : 115 km

Pente : 30°

Obstacle vertical :0,6 m

Tranchée : 2,45 m

Gué : 0,80 m

Armement

Principal : 1 canon de 76,2 mm S-1

Motorisation

Moteur : 12 cylindres en V essence Maybach HLM 120 TRM

Puissance : 300 cv à 3 000 tr/mn

vétéran
vétéran

 
Messages: 722
Inscription: 16 Avr 2015, 14:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: Unités, matériels et actions antichar alliés

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 02 Oct 2017, 15:03

Tomcat a écrit:Le plus grand affrontement qu'ont connu les bataillons de TD (Tank Destroyer) et leurs canons M5 a eu lieu lors de la bataille des Ardennes. Dans cette bataille, les chasseurs de chars remorqués combattirent avec beaucoup moins de succès et ont subi des pertes plus élevées que les canons automoteurs. Le rapport du 823e bataillon précise que « les chasseurs de chars ont été un par un pris de flanc par des chars ennemis et leur personnel chassé des canons par des armes légères et des tirs de mitrailleuse ». Prenant en compte cette expérience de combat, le11 janvier 1945, le ministère de la Guerre a confirmé une demande pour convertir les bataillons TD remorqués en bataillons équipés de canons automoteurs. Cette décision signifie l'élimination progressive des M5 du service de première ligne, un processus qui s'est poursuivi jusqu'à la fin de la guerre en Europe.


C'est très juste. Les Ardennes sonnèrent le glas des canon-antichars tractés pour l'US Army (malgré des succès, notamment face à la 12.SS-Panzer-Division).

Quelques chiffres tirés de "US Antitank Artillery 1941-45" chez Osprey qui illustrent les partes en TD dans les Ardennes :
- sans soutien d'infanterie : 3 canons pour 1 Panzer ;
- soutenu par l'infanterie, les choses s'équilibrent : 1 canon pour 1,3 Panzer

Si on s'intéresse aux M10 (automoteurs) dans les mêmes circonstances, les ratios sont de 1:1,6 voire 1:6 lorsque les M10 sont soutenus par de l'infanterie.

Outre la vulnérabilité des équipages, le défaut majeur du 3 pouces dans les Ardennes est son grand manque de mobilité, spécialement dans la boue et dans la neige.
Un petit exemple de la mise en place d'une pièce en février 1945 en Allemagne...

Image
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8180
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Unités, matériels et actions antichar alliés

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Tomcat  Nouveau message 02 Oct 2017, 15:29

Ok merci Daniel pour ces infos :-)

Comment expliques tu cette grande différence de ratio avec et sans soutien d'infanterie ?

Cela est-il du à la protection apportée par l'infanterie contre l'infanterie adverse ?

vétéran
vétéran

 
Messages: 722
Inscription: 16 Avr 2015, 14:16
Région: midi-pyrennées
Pays: france

Voir le Blog de Tomcat : cliquez ici


Re: Unités, matériels et actions antichar alliés

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 02 Oct 2017, 17:59

Tomcat a écrit:Comment expliques tu cette grande différence de ratio avec et sans soutien d'infanterie ?
Cela est-il du à la protection apportée par l'infanterie contre l'infanterie adverse ?


C'est tout à fait ça. Les conditions tactiques sont radicalement différentes.
Protégé par l'infanterie, un chasseur de chars (tracté ou automoteur) se fera moins facilement contourner et, nécessairement, approcher par les Panzergrenadiere qui ont une grande capacité de nuisance contre les équipages.
Sans appui d'infanterie, un 3 pouces déployé sur une route va se trouver entraîné dans une courses contre la montre contre une colonne de Panzer qui le charge en crachant tout ce qu'elle peut en obus explosifs et rafales de MG42. Contre un Panther... les servants du canon se font le plus souvent hacher menus...

Le sujet est vaste.
Il vaut une réponse circonstanciée... le temps que je relise ce que j'ai sur les TD Battalions dans les Ardennes.
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8180
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Unités, matériels et actions antichar alliés

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 03 Oct 2017, 08:29

Chez les Russes, l'usage voulait que contre les blindés, tous leurs pièces d'artillerie qui "campaient" dans le coin, soumis à l'attaque, étaient mises à contribution - les allemands s'en inspireront à partir de 44, mais, çà, c'est une autre histoire. :D -. Dans ce contexte, les pièces de campagne de 76,2 mm de l'artillerie "divisionnaire" - le régiment d'artillerie organique de la division d'infanterie (de fusiliers) -, joueront, également, un rôle très important en tant qu'antichars...

76,2 mm Modèle 36 (F-22) (Beute dans son jus original, en AFN), avec son tube de 60 calibres

Image

76,2 mm Modèle 39 - 39/42 - 42 (ZIS-3) (photo ci-dessous), tube 42,6 calibres

Image

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2423
Inscription: 25 Mai 2016, 16:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Unités, matériels et actions antichar alliés

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 03 Oct 2017, 12:05

Loïc Charpentier a écrit:Chez les Russes, l'usage voulait que contre les blindés, tous leurs pièces d'artillerie qui "campaient" dans le coin, soumis à l'attaque, étaient mises à contribution...


Grosse institution l'artillerie chez Ivan.

Chez les "Amis" (en Ardennes encore), selon l'initiative du moment, il est arrivé que des 105 Howitzer (c'est le même affût que le 3 inches) soient également utilisés en tir tendu contre des Panzer venus débouler au milieu d'une batterie ou d'un FAB.
Je crois même me souvenir avoir lu qu'un Long Tom s'était farci un Pz.IV sur le plateau de Bastogne... mais c'est peut être une vantardise.
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8180
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: Unités, matériels et actions antichar alliés

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 03 Oct 2017, 12:36

Dog Red a écrit:Il vaut une réponse circonstanciée... le temps que je relise ce que j'ai sur les TD Battalions dans les Ardennes.


Un rapide petit tour des TD Battalions dans les Ardennes (cf. Danny PARKER et l'ordre de bataille synthétique de son "Hitler's last Offensive").

Sont en ligne le 16 décembre 1944 (durant l'automne 44, les TD, tractés (T) ou automoteurs (SP), avaient surtout chassé les casemates du Westwall. Le matin du 16 décembre, aucun n'était déployé "le doigt sur la gâchette" s'attendant à voir débouler les Panzer de 2 armées) :
. 825 (T) en réserve de la 1st Army (j'en reparlerai) ;
. 811 (SP - M18) endivisionné/rattaché (9Armd) ;
. 893 (SP) endivisionné/rattaché (78Div) ;
. 801 (T) endivisionné/rattaché (99Div) ;
. 820 (T) réserve du VIII Corps ;
. 630 (T) endivisionné/rattaché (28Div) ;
. 802 (T) endivisionné/rattaché (4Div) ;
. 803 (SP) endivisionné/rattaché (4Div) ;
. 644 (SP) endivisionné/rattaché (2Div) ;
. 612 (T) endivisionné/rattaché (2Div).

Soit 10 bataillons dont une courte majorité de 3 pouces "tractés" ; 3 bataillons sur M10 Wolverine et un premier bataillon sur le tout nouveau M18 Hellcat (au sein de la 9th Armored Division fraîchement débarquée).

Seuls 2 bataillons (825 et 820 tous deux tractés) sont en réserve (d'armée ou de corps) répondant en cela à une doctrine de base de la TD Force : former une réserve mobile à lancer contre la percée des chars ennemis.
La percée va avoir lieu mais n'était pas du tout anticipée. Les autres bataillons sont attachés à des unités d'infanterie faisant face au Westwall (notamment la 2nd Infantry Division qui, en ce 16 décembre 1944, passe à l'attaque du coté de la Roer. Les TD (et particulièrement le M10) sont alors appréciés en appui d'infanterie).

Lorsque l'offensive allemande va se développer, ce ne sont pas moins de 22 bataillons antichar qui vont accourir de partout (souvent rattachés aux divisions de renfort) jusqu'à la fin du mois de janvier 1945 (dont 7 sur le tout nouveau Hellcat et 4 sur M36 Jackson (et son redoutable 90mm).

Mais je n'ai pas le temps de développer.
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 8180
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici



Retourner vers LES ARMES, VEHICULES ET MATERIELS TERRESTRES




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  garde républicaine 
il y a 3 minutes
par: betacam 
    dans:  Une info de notre membre Renard31 
il y a 5 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Soyons un peu chauvin en ce 21 juillet 
il y a 8 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  interrogatoire d'un PG 
il y a 12 minutes
par: MLQ 
    dans:  Franco 
il y a 20 minutes
par: betacam 
    dans:  Tour Eiffel, avion 
il y a 35 minutes
par: dominord 
    dans:  SUR RMC DECOUVERTE LE 10 AOÛT 
il y a 51 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  La Wehrmacht de Fall Gelb 
il y a 58 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Quizz Aviation - Suite 14 
Aujourd’hui, 09:17
par: Marc_91 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Aujourd’hui, 08:38
par: iffig 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Semrush et 18 invités


Scroll