Connexion  •  M’enregistrer

Armes et Tactiques

Une question sur un blindé, une arme, du matériel, un canon, un véhicule, une locomotive de la seconde guerre mondiale?
C'est ici.
MODERATEUR: Marc_91

Armes et Tactiques

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de Schrapnells  Nouveau message 29 Déc 2016, 10:46

Je reprends ici le fil d'une discussion entamée dans le topic "Arme". Cela pour éviter toute pollution d'un autre sujet.

Voici le texte très intéressant posté par Loïc Charpentier:

"L'arme à tir automatique (avec sélecteur!) est, avant tout, un confort psychologique pour le combattant - en conséquence, on distribuera des cachets aux officiers d'intendance! :D -.
Le nombre d'armes collectives (mitrailleuses "multi-purposes"(légères ou lourdes, suivant leurs affûts) au sein de la section a augmenté. La cadence de tir de ces armes n'y est pas, non plus, étrangère.
En 1914, la moindre mitrailleuse pesait 40-50 kg! Les allemands avaient inauguré avec les MG 15 et MG 34, l'ère de la mitrailleuse légère ( env. 15 kg). En parallèle, les Alliés avaient développé le concept du FM - les français avec le calamiteux Chauchat, qu'ils s'empresseront de fourguer aux Américains! - ; le concept de départ était identique mais le principe de fonctionnement du FM, qui utilisait des chargeurs à capacité limitée, signera sa défaite définitive face à la mitrailleuse "polyvalente" - c'est une victoire technique à porter au crédit des Allemands !-.

A dater du moment (après la Seconde Guerre Mondiale), où l'industrie militaire a pu concevoir des munitions de guerre d'un calibre moindre, infligeant des dommages aussi conséquents que les projectiles de plus gros calibres et, surtout, un pouvoir d'arrêt comparable, il n'était plus nécessaire de se cantonner au calibre 7,5/7,92 mm - on est en pleine logique de l'évolution du projectile qui était passé de 17 mm, sous les Guerre de la Révolution & de l'Empire, sous la forme de balle sphérique, de 17 mm de diamètre, au projectile ogive-cylindrique des années 1860, plus la mise au point de poudres plus performantes, à la fin du XIXème siècle -.

La Der des Ders avait permis d'établir des abaques de "consommation" pour les mitrailleuses. Celle de la MG 34, mais, surtout, de la MG 42, présentait deux difficultés... d'une part, sa cadence de tir exigeait un nombre plus important de pourvoyeurs, ce qui foutait en l'air les structures-types, sachant que le respect desdites structures, pour toutes les armées, constitue, déjà, un exercice compliqué... tu rajoutes ne serait-ce que deux pinpins supplémentaires par mitrailleuse, multiplier par le nombre de sections de mitrailleuses... au final, çà coince! D'autre part, sa cadence de tir entraine un échauffement et une usure accélérée du tube. Sur une MG 42, il fallait changer de tube, avec des gants en amiante (!), tous les 250 coups (en usage intensif). A ce petit jeu, la cadence de tir réelle chute très vite, sauf que le volume de tir sur un temps donné "t", reste très important; ce qui est, au final, le résultat souhaité. De fait, çà fait un bail qu'on ne calcule plus en cadence de tir, mais en volume de projectiles délivrés. Une mitrailleuse, en 1914-1918, crachait un peu moins de 7 balles à la seconde, une mitrailleuse moderne,dérivée de la MG 42, 20, soit trois fois plus !

La"canne à pêche", de nos jours, quand elle est, à répétition, donc, dotée d'une culasse manuelle, conserve toute son utilité, dans le cadre du tir de précision (avec une lunette). Le fonctionnement en semi-automatique contrarie la précision - le canon ayant, systématiquement tendance à remonter après chaque tir et l'échauffement du tube, fortement sollicité, influençant, également, sur la précision -. Avec un fusil semi-automatique, on positionne le sélecteur au coup par coup... donc, on en revient, de fait, à la culasse "manuelle". Les fusils "lourds ( 12,7 à 14 mm), généralement, dérivés des fusils antichars, utilisés par certains tireurs d'élite, ne tirent en semi-automatique, que pour démolir une paroi (et ce qu'il y a derrière !), en raison de la puissance de leur munitions.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, entre les mains "adroites" d'un tireur expérimenté, à l'affût, on pouvait facilement se faire dézinguer à plus de 600 mètres. Inenvisageable (ou, alors, un gros coup de bol ! ) avec un fusil d'assaut moderne, au tube raccourci, tirant des balles de moins de 6 mm de diamètre."

Staff Sergeant
Staff Sergeant

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61
Inscription: 26 Déc 2016, 17:14
Région: Normandie
Pays: France

Voir le Blog de Schrapnells : cliquez ici


Re: Armes et Tactiques

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Schrapnells  Nouveau message 29 Déc 2016, 10:56

De ce fait, ma principale question est: "Mais à quoi sert un fusilier/Rifleman/Fusilier/Biffin de base lors du conflit 39-45?"

J'ai notamment parcouru l'Osprey sur les tactiques de chaque pays et la manoeuvre du groupe de combat s'organise effectivement autour de l'arme collective (Mitrailleuse polyvalente ou FM). Mais du coup, quel est le but du fusil à répétition? Le tir d'opportunité? Le tir de couverture (je n'aime pas parler de Suppressive Fire, mais je ne trouve pas l'équivalent en français!)

Bref, quel intérêt de maintenir des armes à répétition dans l'arsenal des armées? J'ai cru comprendre que cet état de fait était souvent par défaut!

De même, au visionnage de nombre de séance de tirs de collectionneurs. Il y a fusil à verrou et fusil à verrou. Abstraction faite de la précision en elle-même, certaines armes se caractérisent par une complexité de rechargement. Dans ce registre, le Lebel est assez casse-bonbons avec son magasin placé sous le tube de l'arme, de la même manière qu'un fusil à pompe.

Guillaume

Staff Sergeant
Staff Sergeant

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61
Inscription: 26 Déc 2016, 17:14
Région: Normandie
Pays: France

Voir le Blog de Schrapnells : cliquez ici


Re: Armes et Tactiques

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 29 Déc 2016, 13:01

Les distances de tir ont évolué. En 1870, notre excellent Chassepot "pouvait" fumer un gusse à 1000 m, même si la trajectoire du projectile était plus parabolique que tendue. En l'absence de mitrailleuses - pas tout à fait, mais même l'armée française qui disposait, alors, d'une batterie de 6 pièces, au sein du régiment d'artillerie divisionnaire, ne s'était pas vraiment penchée sur son emploi! -, le tir commandé de mousqueterie faisait des ravages dans l'infanterie de ligne; l'obus, tiré par les obusiers, se fractionnait en un nombre insuffisant d'éclats, les fusées à impact (utilisées par les Allemands) avaient la fâcheuse habitude de faire fougasse en terrain détrempé - pendant le mois d'août 1870, il n'a pas arrêté de pleuvoir! - tandis que les fusées tempées (sic) françaises n'avaient que deux durées "fixes" réglables, les chefs de batteries ayant , vivement, intérêt à bien estimer la distance de tir !
Entre 1870 et 1914, le matériel a fait un grand bond technologique; la Vo des projectiles de petit calibre, grâce, entre autres , à l'emploi de nouvelles poudres, avait doublé; les fusils avaient été dotés d'un magasin permettant le tir à répétition (même si le magasin longitudinal du Lebel n'était pas adapté pour un rechargement rapide); les mitrailleuses étaient, désormais, la règle, les obus de l'artillerie plus meurtriers et plus fiable, les cadences de tir des pièces multipliées. Résultat, après quelques semaines de conflit et un carnage sans précédent, tout le monde s'était rapidement enterré. Cela dit, la guerre russo-japonaise, en 1904-1905, avait, déjà, démontré les ravages que pouvaient faire les mitrailleuses, mais la leçon n'en avait pas, pour autant, été tirée... l'infanterie de ligne - la Reine des Batailles! - était, toujours, sensée parcourir les dernières centaines de mètre, baïonnette au canon! ...selon la tradition en vigueur depuis la fin du XVIIème siècle et la disparition des piquiers. Sans oublier les grenades, désormais, en dotation, pour une bonne partie des pinpins.

Bon, là, il faut que j'y aille...A toute... :D

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2666
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Armes et Tactiques

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de alain adam  Nouveau message 30 Déc 2016, 01:01

Schrapnells a écrit:De ce fait, ma principale question est: "Mais à quoi sert un fusilier/Rifleman/Fusilier/Biffin de base lors du conflit 39-45?"

J'ai notamment parcouru l'Osprey sur les tactiques de chaque pays et la manoeuvre du groupe de combat s'organise effectivement autour de l'arme collective (Mitrailleuse polyvalente ou FM). Mais du coup, quel est le but du fusil à répétition? Le tir d'opportunité? Le tir de couverture (je n'aime pas parler de Suppressive Fire, mais je ne trouve pas l'équivalent en français!)

Bref, quel intérêt de maintenir des armes à répétition dans l'arsenal des armées? J'ai cru comprendre que cet état de fait était souvent par défaut!

De même, au visionnage de nombre de séance de tirs de collectionneurs. Il y a fusil à verrou et fusil à verrou. Abstraction faite de la précision en elle-même, certaines armes se caractérisent par une complexité de rechargement. Dans ce registre, le Lebel est assez casse-bonbons avec son magasin placé sous le tube de l'arme, de la même manière qu'un fusil à pompe.

Guillaume


En cela tu fais une erreur je pense .
Il y a les manuels ou le fantassin organise la progression , appuyée par l'arme collective ( typiquement les français de 40 ) , tandis que dans d'autres, c'est l'arme collective qui progresse , soutenue par l'infanterie ( typiquement les allemands de 40 avec le modèle léger de MG ) .
Ne pas oublier aussi qu'a l’époque , le fusil d'assaut n'existe pas , et qu'un FM ou une mitrailleuse reste très chère a construire par rapport a un fusil semi-auto . or il y a des millions de soldats a equiper .
La solution alternative est le pistolet mitrailleur , pour les groupes d'assaut , le temps que la mitrailleuse se mette en batterie .
Mais c'est de la courte portée , utile en ville ou dans des milieux confinés , sans utilité lorsqu'il y a un champ de blé a franchir .
Les français avaient opté pour un fusil court semi auto , le MAS-36 , mais les livraisons ont été faibles ( j'en ai une grande partie du détail par grande unités ) . Le FM 24/29 et le tromblon VB donnaient par contre au groupe français une réelle puissance de feu , que les allemands ont compensé par des versions allégées de la mitrailleuses, mais n'avaient pas de lance grenade comme le VB , seulement au niveau de la compagnie ou ils avaient 3 mortiers petit calibres , alors qu'en face 16 VB et un mortier de 60 par compagnie d'infanterie
voir ODB RI d'infanterie Française 1940 : http://www.atf40.fr/ATF40/divers/R%E9gi ... e%20NE.pdf

Amicalement ,
Alain
Armée de Terre Française 1940
http://atf40.fr/

vétéran
vétéran

 
Messages: 2290
Inscription: 06 Aoû 2013, 00:13
Région: rhone
Pays: france

Voir le Blog de alain adam : cliquez ici


Re: Armes et Tactiques

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Schrapnells  Nouveau message 30 Déc 2016, 10:38

alain adam a écrit:
En cela tu fais une erreur je pense .
Il y a les manuels ou le fantassin organise la progression , appuyée par l'arme collective ( typiquement les français de 40 ) , tandis que dans d'autres, c'est l'arme collective qui progresse , soutenue par l'infanterie ( typiquement les allemands de 40 avec le modèle léger de MG ) .
Ne pas oublier aussi qu'a l’époque , le fusil d'assaut n'existe pas , et qu'un FM ou une mitrailleuse reste très chère a construire par rapport a un fusil semi-auto . or il y a des millions de soldats a equiper .
La solution alternative est le pistolet mitrailleur , pour les groupes d'assaut , le temps que la mitrailleuse se mette en batterie .
Mais c'est de la courte portée , utile en ville ou dans des milieux confinés , sans utilité lorsqu'il y a un champ de blé a franchir .
Les français avaient opté pour un fusil court semi auto , le MAS-36 , mais les livraisons ont été faibles ( j'en ai une grande partie du détail par grande unités ) . Le FM 24/29 et le tromblon VB donnaient par contre au groupe français une réelle puissance de feu , que les allemands ont compensé par des versions allégées de la mitrailleuses, mais n'avaient pas de lance grenade comme le VB , seulement au niveau de la compagnie ou ils avaient 3 mortiers petit calibres , alors qu'en face 16 VB et un mortier de 60 par compagnie d'infanterie
voir ODB RI d'infanterie Française 1940 : http://www.atf40.fr/ATF40/divers/R%E9gi ... e%20NE.pdf

Amicalement ,
Alain


Merci Alain,

Cela recoupe ce que j'ai pu lire ici ou là. De même, cela réconforte au sujet du feeling ASL (oui, je vais beaucoup en parler), même si les fusils lance-grenades sont les grand absents du jeu.
Typiquement, les Allemands ont un bonne longe et capacité de progression de chaque groupe de combat. De même les MG34 sont très présentes et efficaces. Par contre les lance-patates de 50mm (leGrW 36) sont lourds, trop peu puissants et d'une porté limitée (500m tout au plus).
A l'inverse, l'infanterie française est un peu juste toute seule, manque comparativement de FM, mais compense cela par des appuis relativement solides: mitrailleuses Hotchkiss, mortier de 60mm (tirant jusqu'à 1800m ::super:: ) et canon de 25mm (et même de 37mm TR, très utile) viennent très bien corseter tout cela.

De ce côté-là, ça tourne bien (mais il y a d'autres défauts pour les français dans le jeu, mais je sors du cadre du sujet).

In fine, le maintien du fusil à verrou semble être un compromis entre puissance de feu, portée et simplicité de fabrication... On comprend mieux la raison pour laquelle les USA furent les premiers à équiper largement leurs hommes d'un fusil semi-auto comme le Garand, le puissance industrielle a ses avantages!

Bon, côté US, faut reconnaître que le BAR a quelques limites du fait de son âge, mais il était apparemment présent en plus grand nombre (1 à 2 exemplaires par squads de 12 hommes). D'où le "Fire and Manoeuver".

Guillaume

Staff Sergeant
Staff Sergeant

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61
Inscription: 26 Déc 2016, 17:14
Région: Normandie
Pays: France

Voir le Blog de Schrapnells : cliquez ici


Re: Armes et Tactiques

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 30 Déc 2016, 10:53

Un excellent document allemand établi en octobre 1918, puis traduit, en anglais, après l'Armistice, qui énumère l'emploi des différentes d'armes, selon le type d'action.

Image

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2666
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Armes et Tactiques

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 30 Déc 2016, 11:54

Armement type de l'infanterie allemande au printemps 1940 - j'ai, volontairement, omis le pistolet automatique (P08 ou P38) et les grenades à main.

Image

celui-là, il est pour Alain... Kar 98 "tromblon" lance-grenade :D

Image

Image

Armement collectif

Image

Mortiers (Granatwerfer - Lance-grenades)
La production du modèle de 5 cm le.Gr.w. 36 sera suspendue en juin 1943; sa cadence de fabrication était équivalente à celle du 8 cm Gr.W. 34, en juin 1941, et moitié moindre en 1942.

Image

Image

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2666
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Armes et Tactiques

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de Schrapnells  Nouveau message 30 Déc 2016, 12:25

A part le lance-patates de 50mm, ce sont toutes des bonnes armes.

Le Kar98k a marqué son temps (ou plus exactement son grand frère le Gewher 98) du fait du rechargement par lame-chargeurs. En 1940 il a des adversaires tout aussi performant Lee-Enfield, MAS36 ou Mosin (sans parler du Springfield 1903 qui lui ressemble énormément). Seul le Lebel s'avère dépassé car trop lourd, trop grand, trop compliqué.

Le MP38/40 est une arme fiable et maniable. Manquant un peu de puissance de feu par rapport aux "grosses caisses" style Thompson ou PPSh41 (qui n'existe pas encore en 1940!), mais son encombrement et sa fiabilité le font apprécié. Etonnement, alors même que les soldats allemands recherchaient les PPSh41, les éclaireurs soviétiques prisaient manifestement le MP40, peut-être est-ce une question de munitions prises sur l'ennemi?

La MG34 rest une pionnière. Première mitrailleuse polyvalente. Plus lourde qu'un FM, elle a une puissance de feu incomparable.

Le mortir de 81,4mm , au même titre que le français, l'américian (qui est le même que le précédent) et le soviétique, sont (encore maintenant) une très bonne artillerie de poche.

La différence que je retiens est l'absence du PaK dans cet arsenal, alors même que le 25mm était une arme d'infanterie chez nous.

De même on ne trouve pas le fusil antichar allemand... à l'efficacité relative il est vrai

Staff Sergeant
Staff Sergeant

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 61
Inscription: 26 Déc 2016, 17:14
Région: Normandie
Pays: France

Voir le Blog de Schrapnells : cliquez ici


Re: Armes et Tactiques

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Loïc Charpentier  Nouveau message 30 Déc 2016, 14:19

Schrapnells a écrit:
La différence que je retiens est l'absence du PaK dans cet arsenal, alors même que le 25mm était une arme d'infanterie chez nous.

De même on ne trouve pas le fusil antichar allemand... à l'efficacité relative il est vrai


Ma "déclinaison" n'était pas exhaustive... ;)
Ci-après, Kriegsgliederung de la 1. Infanterie-Division (1. Welle, division d'active) au 15 avril 1940.
Le "Régiment d'Infanterie"- on ne parle pas de brigade, car il n'y a pas d'état-major "commun" - est constitué de 3 régiments.
Chacun d'eux regroupe trois bataillons à 3 compagnies.
L'armement collectif de chaque compagnie est constitué de 12 le.MG (légère, bipied) et 3 mortiers de 5 cm
En sus, chaque bataillon dispose de 12 s.MG (lourde, sur trépied) et 6 mortiers de 8 cm.
Chaque régiment intègre, également, une compagnie antichar (motorisée) de 12 x 3,7 cm Pak 37 (4 le.MG) et une compagnie d'obusiers d'infanterie ( 6 x 7,5 cm IG 18 + 2 x
15 cm s.IG 33)
Au total :
Un bataillon d'infanterie dispose de 36 le.MG, 12 s.MG, 9 x 5 cm Gr.W., 6 x 8 cm Gr. W.
Un régiment d'infanterie regroupe un armement collectif de : 112 x le. MG, 36 x s.MG, 27 x 5 cm Gr. W., 18 x 8 cm Gr.W., 12 x 3,7 cm Pak 37, 6 x 7,5 cm IG 18, 2 x 15 cm s.IG 33

Par voie de conséquence, la composante "Infanterie", au complet (3 régiments), en comporte le triple :
336 x le.MG, 108 x s.MG
81 x 5 cm Gr.W., 54 x 8 cm Gr.W.
36 x 3,7 cm Pak 37
18 x 7,5 cm IG 18, 6 x 15 cm s.IG 33

La Panzerjäger-Abteilung (mot.) compte, elle, trois compagnie antichars, armées de 12 x 3,7 cm Pak 37 (plus 6 le.MG)

Au 1er mai 1940, le stock de fusils antichars (Pz.B 38 & Pz.B. 39) était de 1353 exemplaires, ainsi que 1487 canons de 2 cm Flak 30 ( à usage sol-air & sol-sol) - les compagnies de Flak légère de la Heer (12 pièces de 2 cm) - à ne pas confondre avec celles de la Luftwaffe - n'étaient pas endivisionnées, mais, en tant que Heerestruppen, étaient, provisoirement, subordonnées, aux divisions. Leur intégration divisionnaire s'effectuera après l'été 1940.

Image

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2666
Inscription: 25 Mai 2016, 17:26
Région: Alsace
Pays: France

Voir le Blog de Loïc Charpentier : cliquez ici


Re: Armes et Tactiques

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de alain adam  Nouveau message 02 Jan 2017, 21:41

Loïc Charpentier a écrit:Un bataillon d'infanterie dispose de 36 le.MG, 12 s.MG, 9 x 5 cm Gr.W., 6 x 8 cm Gr. W.
Un régiment d'infanterie regroupe un armement collectif de : 112 x le. MG, 36 x s.MG, 27 x 5 cm Gr. W., 18 x 8 cm Gr.W., 12 x 3,7 cm Pak 37, 6 x 7,5 cm IG 18, 2 x 15 cm s.IG 33

Par voie de conséquence, la composante "Infanterie", au complet (3 régiments), en comporte le triple :
336 x le.MG, 108 x s.MG
81 x 5 cm Gr.W., 54 x 8 cm Gr.W.
36 x 3,7 cm Pak 37
18 x 7,5 cm IG 18, 6 x 15 cm s.IG 33



Attention avec ces chiffres . Ainsi que l'annonce l'ami Loïc , cela concerne la Welle 1 ( mais aussi quelques autres , avec ou sans variantes ) , mais ce n'est pas du tout une généralisation a prendre en compte pour la Heer ( dans sa globalité ) de 1940 . J'ai entamé un gros boulot pour "dégrossir l'animal" il y a quelques mois , qu'il faut que je reprenne , et on se rends compte assez rapidement que les dotations ne sont pas toujours réglementaires ( matos tchèque ou polonais ) , ni complètes ( inexistence de mortiers légers , parfois pas de mitrailleuse lourde , etc ) .
Quoi qu'il en soit , tout est répertorié dans des Kstn de numéros différents , pas forcement respectés , ce qui m'autorise a dire que l'armée Allemande n'avait rien a envier a l'armée Française en terme de "mauvaises" dotations , et avec un concept beaucoup plus compliqué .
La ou le mangeur de grenouilles déterminait une organisation typique et faisait avec les moyens du bord ( et des stocks d'armements anciens , les français , il en avaient ... ) le temps de recevoir le matos neuf prévu en dotation , les Teutons avaient des dizaines d'organisations différentes construites autour de la disponibilité de matériel ( voici encore une opposition de taille entre les deux armées ) . L'une et l'autre des approches ne sont pas mauvaises , mais dans les deux cas on va vers des soucis de logistique et d'approvisionnement .
Quoi qu'il en soit , on est encore aujourd'hui a essayer de décrypter toutes les subtilités qu'il pouvait y avoir d'un régiment d'infanterie a l'autre , dans les deux nations , et quand on aime les ODB comme moi , on s'arrache les cheveux plus d'une fois ...
Par exemple , Eric Denis a exploité une archive de dotation de matériel neuf Français dans un GBM ( Je ne sais plus lequel , mais j'avais eu connaissance de ces données des années avant sa publication ) , et on y perçoit une dotation ad hoc , selon l'emplacement de la GU sur le front , son affectation a telle ou telle armée .
Nous sommes cartésiens et pragmatiques et essayons toujours de ramener les troupes a un modèle donné , mais c'est pas du tout le reflet de la réalité historique .

Amicalement ,
Alain
Armée de Terre Française 1940
http://atf40.fr/

vétéran
vétéran

 
Messages: 2290
Inscription: 06 Aoû 2013, 00:13
Région: rhone
Pays: france

Voir le Blog de alain adam : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LES ARMES, VEHICULES ET MATERIELS TERRESTRES




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  LES CAUSES D'UNE DÉFAITE, LA FRANCE POUVAIT-ELLE GAGNER? 
Hier, 23:57
par: thucydide 
    dans:  uniforme armée basque 
Hier, 23:37
par: Cat 
    dans:  S.A.S. dans les Vosges 
Hier, 23:29
par: alsa.se 
    dans:  Meurtre à Omaha Beach 
Hier, 23:29
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Ce «balcon de Hitler» qui embarrasse Vienne 
Hier, 23:19
par: alain adam 
    dans:  QUIZZ AVIATION - SUITE 15 
Hier, 23:11
par: coyote 
    dans:  LE QUIZ HISTOIRE - SUITE - 18 
Hier, 21:34
par: kfranc01 
    dans:  [DU 1er SEPTEMBRE 2018 au 31 OCTOBRE 2018]: Feu sur les véhicules d'écolage ( Allié ou Axe) 
Hier, 21:17
par: Signal Corps 
    dans:  des basques sur le front de Huesca 
Hier, 19:17
par: Cat 
    dans:  trouvailles sur les sites de vente 
Hier, 18:28
par: iffig 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Trendiction Bot DE et 46 invités


Scroll